Bouillancourt-en-Séry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bouillancourt-en-Séry
Bouillancourt-en-Séry
Bâtiments communaux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Gamaches
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Xavier Duval
2014-2020
Code postal 80220
Code commune 80120
Démographie
Gentilé Bouillancourtois, Bouillancourtoises
Population
municipale
557 hab. (2016 en diminution de 1,07 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 45″ nord, 1° 37′ 45″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 181 m
Superficie 16,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Bouillancourt-en-Séry

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bouillancourt-en-Séry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouillancourt-en-Séry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouillancourt-en-Séry

Bouillancourt-en-Séry est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gamaches Tilloy-Floriville Le Translay Rose des vents
Bouttencourt N Framicourt
O    Bouillancourt-en-Séry    E
S
Bouttencourt Bouttencourt Rambures

Situé sur la rive droite de la vallée de la Bresle, le village est à environ cinq kilomètres de Gamaches par la route. Le territoire est traversé à l'est par l'autoroute A28. Il est desservi par la route départementale 67.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bouillancourt-en-Séry (Bosleni pons 843, Boslenvilla 859, Bolencuria 1185, Bouillaincourt) est située tout près des bois nommés autrefois les bois de Séry, nom qui semble avoir été appliqué à une étendue de terrain assez considérable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village était autrefois qualifié de bourg, tant à cause de sa forteresse, qu’à raison de sa population.
La terre et seigneurie de Bouillancourt-en-Séry était tenue noblement, en deux hommages par indivis, de la châtellenie et seigneurie de Saint-Valery-sur-la Mer. Elle appartenait, dès le XIIe siècle, à la maison de Cayeux. Ses descendants figurent comme seigneurs de Bouillancourt dans les chartes de l’abbaye Notre-Dame de Séry.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1800 Jacques-Martin Delhomel    
1800 1812 Jacques-Joseph-Pascal Le Boucher de Richemont    
1812 1830 Alexandre-Augustin Godde d'Ancenne    
1830 1837 Charles Marcourt    
1837 1848 Jean-Jacques Cléret    
1848 1853 Jean-Laurent Carpentier    
1853 ? Pierre-Daniel Pruvost    
  en cours en 1888[1] Daniel Frumence Gomel    
  en cours en 1897 et 1904[1] Anne-Paul-René Ternisien de Boiville    
? ? René Sueur    
2002 mars 2008 Georges Ignatenko    
mars 2008 2010 Thierry Vanpeperstrate   démissionnaire pour raison de santé
2010[2] avril 2014 Cédric Berger    
4 avril 2014[3] En cours
(au 6 mai 2014)
Xavier Duval    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 557 habitants[Note 1], en diminution de 1,07 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0811 1101 1141 1101 1401 1431 1421 1511 155
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 075981963880840796794760714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
663620575523475468488434493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
506478484467469486527533566
2016 - - - - - - - -
557--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école primaire permet de scolariser localement les enfants de maternelle et de l'élémentaire. À la rentrée 2017, 67élèves fréquentent l'école[8].

La suite de la scolarité se poursuit au collège de Gamaches.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune héberge un club de football : l'Union Sportive de Bouillancourt-en-Séry.

Économie[modifier | modifier le code]

Une usine de finition de flacons de verre (laquage et lustrage) est implantée dans la commune. Cette installation classée, située dans le hameau du Vert-Bocage, emploie près de 150 personnes[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Bouillancourt-en-Séry est un château moderne, bâti sur les ruines d’une forteresse du Moyen Âge. L'enceinte intérieure était flanquée de six tours, dont les créneaux étroits étaient à l’usage de la flèche et antérieurs à l’usage des armes à feu. L'enceinte extérieure était aussi défendue par plusieurs tours et protégée par un fossé sec, assez profond, garni d’un parapet.
Le château se compose principalement d'un corps de logis élevé en brique et pierre sur trois niveaux, selon un plan rectangulaire, auquel sont adossés les restes de deux tours médiévales.

Les façades et toitures du château, les sols archéologiques de l'ancienne basse-cour, sont inscrits aux monuments historiques depuis un arrêté du 12 décembre 2001.

L'église de Bouillancourt est sous l'invocation de saint Jacques-le-Majeur. Elle fut bâtie à la fin du XVe siècle, en remplacement de celle qui trop voisine du château, avait été détruite. Le chœur est moins large que la nef, qui est voûtée en planches et ornée de corniches en bois à figures grimaçantes. Les fenêtres sont bipartites, en ogive trilobée, à nervures flamboyantes. L'une d'elles est garnie de vitraux coloriés, où l’on voit saint Martin divisant son manteau à la porte d’Amiens, et aussi l'Annonciation, avec les mots de salutation angélique en écriture anguleuse dite gothique.

  • Cinq oratoires ont été érigés dans le village. Trois font partie de bâtiments, fermes ou maisons[10],[11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b registres état-civil
  2. Blandine Thoreux, « Quels maires du canton seront candidats en mars prochain ? : Dans bientôt deux mois, les électeurs devront passer aux urnes afin d'élire leur nouveau conseil municipal. Sur le canton de Gamaches, plusieurs maires sortants seront candidats », L'Informateur - L'Éclaireur,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2014)
  3. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 14.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  9. Xavier Togni, Courrier picard, édition Picardie maritime, 21 septembre 2018, p. 8.
  10. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 70 (ASIN B000WR15W8).
  11. Lucien Groué, Aux confins de la Picardie et de la Normandie