Moyenneville (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moyenneville
Moyenneville (Somme)
La mairie et l'école.
Blason de Moyenneville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC du Vimeu
Maire
Mandat
Gérard Paraisot
2020-2026
Code postal 80870
Code commune 80578
Démographie
Gentilé Moyennevillois
Population
municipale
719 hab. (2019 en augmentation de 1,7 % par rapport à 2013)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 22″ nord, 1° 45′ 02″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 106 m
Superficie 14,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-2
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Moyenneville
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Moyenneville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moyenneville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moyenneville
Liens
Site web http://www.moyenneville80.fr

Moyenneville (picard : Moéyénneville) est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Depuis le , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Moyenneville est située à l'ouest du département, dans la région du Vimeu. Par la route, la localité se trouve à 8 km au sud-ouest d'Abbeville (15 min en voiture) et à 55 km à l'ouest d'Amiens (environ 1 heure et 10 min en voiture).

Géomorphologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Seul gué de la Somme, sur la Trie.

La Trie, affluent rive gauche du fleuve côtier la Somme, passe sur le territoire de la commune et plus particulièrement à Bouillancourt.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune est composée de trois agglomérations :

  • le village de Moyenneville et
  • les hameaux de Bienfay et Bouillancourt-sous-Miannay.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Moyenneville est desservie en 2019 par la ligne d'autocars no 3 (Gamaches - Woincourt - Abbeville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1] et la ligne no 21 (Vismes - Abbeville) les jours de marché d'Abbeville, le samedi et le mercredi.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moyenneville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (93,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,5 %), zones agricoles hétérogènes (10,2 %), prairies (9,9 %), forêts (3,3 %), zones urbanisées (3,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Medius Burgus est retrouvé par dom Cotron dans un écrit de Pierre, abbé de Saint-Riquier, daté de 1130. Jean de Mautort nous fournit Moieneville en 1130, tandis que Mediavilla est relevé dans un pouillé de 1301. En 1355, un cartulaire de Selincourt cite Moyaneville. L'« Histoire ecclésiastique d'Abbeville » donne Moyenneville dès 1646[9].

Calvaire et plaque commémorative des combats du 30 mai 1940.

De l'adjectif oïl meaine, maiene, « qui occupe une situation intermédiaire entre deux endroits ».

Moyenneville est à rapprocher de Mainneville (Eure)[10]. En toponymie, « moyen » a eu sans doute le sens d'intermédiaire, à mi-route, etc[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Valanglart était une seigneurie ayant appartenu à la maison de Rune.

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, lors de la bataille de France, de violents combats se déroulent sur le territoire de la commune en mai 1940. Le château du lieu[11],[12],[13] est fortement endommagé. À la fin des années 1950, il sera complètement reconstruit par le comte François de Germiny, général, héritier du marquis de Valanglart, dernier du nom[14].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, une site de lancement de V1 est bombardé par les alliés[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1946 1971 Fernand Dégardin SE  
mars 1971 2001 Bernard Paraisot SE  
mars 2001 2008[16] Dominique Vanhoegaerden PS  
mars 2008[17] En cours
(au 8 octobre 2020)
Gérard Paraisot   Responsable maintenance, fils de Bernard Paraisot[18]
Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2019, la commune comptait 719 habitants[Note 3], en augmentation de 1,7 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8889058991 0151 0259811 0091 0731 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0841 1221 1081 041993975975936876
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
861841815768758664653590597
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
624618603557565626657661703
2017 2019 - - - - - - -
716719-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle et élémentaire composée de quatre classes accueille 90 élèves pour l'année scolaire 2017-2018[25].

Un accueil-garderie est organisé le matin et le soir[26].

Sports[modifier | modifier le code]

En 2018, le club de football s'associe à celui de Miannay. La JS Moyenneville-Miannay-Lambercourt (JS2ML) évolue alors en Régional 3 (R3)[27]. Depuis 2020, le club joue en Régional 2.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Samson[28],[29],[30], classée monument historique le [31], sans flèche.
  • Ferme de Valanglart[32] (1852), inscrite à l'inventaire supplémentaire le [33]. La ferme a été bâtie entre 1852 et 1857 par le marquis Henry de Valanglart, propriétaire du château voisin, et l’architecte Henri Parent[34].
  • Église Saint-Samson de Bouillancourt-sous-Miannay[35], XVIe, inscrite le [36].
  • Dans le bois de Valanglart, route de Bienfay, subsistent des vestiges d'une rampe de lancement de V1 datant de la Seconde Guerre mondiale.
  • À Bouillancourt, la traversée de la Trie se fait sur le seul passage à gué du département de la Somme, franchissable en voiture[37].
  • La randonnée des Auteux, entretenue par la communauté de communes conduit les promeneurs sur 7,5 km dans la campagne environnante de Bouillancourt, drainée par la Trie[38].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Rue Soufflet à Bouillancourt.
  • Dans les Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France de M. Laîné (publiées en 1828), on lit qu'au XVIe siècle, Nicolas Leroy est seigneur de Moyenneville.
  • Antoine Le Quieu, écuyer, était seigneur de Moyenneville au milieu du XVIe siècle[39].
  • Pierre Soufflet, né à Bouillancourt, ingénieur, « père de la fusée Diamant »[40].
  • Renée Vérité (1907-1981), Juste parmi les nations, qui en 1942 et 1943, a sauvé 12 enfants juifs de l'orphelinat de La Varenne après la rafle du Vel' d'Hiv, habitait au hameau de Bienfay. Elle est enterrée dans le cimetière communal. Une rue de Moyenneville rappelle sa mémoire[41],[42].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Moyenneville.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d'argent aux deux lions affrontés de sable, armés et lampassés de gueules, au trescheur fleuronné du même.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Compère, Moyenneville 1914-1918. : La commune et ses villages. Les mobilisés, les tués, les survivants, éditions GPS, , 200 p. (présentation en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Moyenneville », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme. - Tome 2 : de Machaux à Zoudainville, accompagné d'un appendice sur les noms de bois du département de la Somme, 1867-1878, p. 96.
  10. a et b François de Beaurepaire - 1981 - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 139.
  11. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Château de Moyenneville : Habitation de M. le marquis de Valanglard [Valanglart], d'après nature, 23 septembre 1862. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  12. L. Gillard, « Dessin : Château de Moyenneville, arrondissement d'Abbeville : vue prise du jardin : Habitation de M. le marquis de Valanglart », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, 1866. (consulté le ).
  13. L. Gillard, « Dessin : Château de Moyenneville, arrondissement d'Abbeville : vue prise de la Place : Habitation de M. le marquis de Valanglart », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  14. Journal d'Abbeville, 23 janvier 2008.
  15. Alain Lefebvre, Les sites V1 du sud-ouest amiénois – tome 1 – sites lourds/ski sites, autoédition, 560 p.
  16. « Moyenneville : l’ancien maire veut reconquérir la mairie : Maire pendant sept ans et battu en 2008, Dominique Vanhoegaerden veut retrouver son poste. Il critique le bilan de son successeur. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Dominique Vanhoegaerden, maire de 2001 à 2008, juge sans concession le bilan de son successeur, Gérard Paraisot, qui brigue un second mandat ».
  17. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  18. « Le maire de Moyenneville nostalgique du Vimeu vert : Gérard Paraisot n’a parlé que de l’intercommunalité lors de ses vœux, dimanche », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire de Moyenneville a égrené les actions qui ont fait, selon lui, le succès du Vimeu vert. Des propos qui laissaient transparaître une nostalgie teintée d’émotion quand on sait que Bernard Paraisot, le père du maire, présidait le Sivom en 1994 à sa création ».
  19. « Gérard Paraisot avec une équipe renouvelée, à Moyenneville », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire sortant, Gérard Paraisot, brigue un troisième mandat à la tête d’une liste, « Unité et action pour l’avenir de Moyenneville », en grande partie renouvelée. Elle compte en effet dix nouveaux candidats, et seulement quatre conseillers sortants ».
  20. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  26. Site de la mairie, rubrique école.
  27. Courrier picard, « Un seul maillot pour Miannay et Moyenneville Les deux communes ont fusionné et la JS Moyenneneville Miannay Lambercourt jouera en R3 », édition Picardie maritime, , p. 33.
  28. L. Gillard, « Dessin : Eglise de Moyenneville : arrondissement d'Abbeville », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  29. « Moyenneville : L'Eglise. - Héliogr.Dujardin. - Extr. de "La Picardie historique et Monumentale" », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  30. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Frise en bois sculpté dans l'église de Moyenneville : Côté gauche de la nef en entrant dans l'église, d'après nature, 28 juin 1883 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  31. Notice no PA00116206, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Ferme de M. le Marquis de Valanglard [Valanglart] à Moyenneville, d'après nature, 23 septembre 1862 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  33. Notice no PA80000037, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Exposition à la ferme de Valanglart », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 12.
  35. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise de Bouillencourt [Bouillancourt] sous Miannay, d'après nature, 25 avril 1852 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  36. Notice no PA00116205, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. A. M., « Au fil de l'eau, la Trie s'écoule paisiblement dans les petits villages du Vimeu vert », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 8.
  38. Charline Hecquet, « Promenade au cœur de la vallée de la Trie », Courrier picard,‎ , p. 8
  39. Abbé Daire, Histoire littéraire de la ville d'Amiens, 1872, p. 291, 551, 555, 663..
  40. Le courrier Picard
  41. Françoise Germain-Robin, « La médaille posthume de Renée », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Vérité Renée : Année de nomination : 1995 », Les Justes parmi les nations, Comité français pour Yad Vashem (consulté le ).