Citerne (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir citerne (homonymie).
Citerne
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Gamaches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Baie de Somme
Maire
Mandat
Luc Chatenay
2014-2020
Code postal 80490
Code commune 80196
Démographie
Gentilé Citernois
Population
municipale
260 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 59″ nord, 1° 49′ 27″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 123 m
Superficie 6,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Citerne

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Citerne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Citerne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Citerne

Citernes est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Le village s'appelle officiellement Citerne (sans le s, graphie officielle de l'INSEE), mais les Citernois et villages voisins écrivent habituellement Citernes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est implanté à l'ouest du département, au croisement de l'axe nord-sud reliant Frucourt (direction Abbeville) à Mérélessart (direction Hornoy-le-Bourg) et de l'axe est-ouest reliant Hallencourt et Forceville-en-Vimeu (direction Oisemont par la route départementale RD 53).

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Géomorphologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Citerne
Frucourt
Vaux-Marquenneville Citerne Hallencourt
Neuville-au-Bois Wiry-au-Mont Mérélessart

Toponymie[modifier | modifier le code]

Odonymie[modifier | modifier le code]

Le nom des rues du village a été analysé par la section patrimoine du CIS de la communauté de communes de la Région d'Hallencourt. Si on exclut les noms des villages voisins, on peut noter :

  • la rue Brûlée : de la rue d’Airaines vers la plaine, ce nom proviendrait du fait qu’un habitant de Citerne anti-bonapartiste aurait mis le feu à une dizaine de maisons dans cette rue ;
  • le chemin des Chasse-marées est le sentier des marins rappelant le souvenir de l'abbaye de Saint-Valery qui possédait dans la région d'importants biens[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur le territoire de la commune de Citerne est attestée à l'époque romaine par la présence de traces d'une grande villa gallo-romaine[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Micheline Petit    
mars 2008 en cours
(au 6 mai 2014)
Luc Chatenay   Réélu pour le mandat 2014-2020 [4]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 260 habitants, en diminution de -2,62 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
581 598 552 526 525 526 514 522 512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 519 497 499 485 478 491 467 483
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445 439 420 355 331 322 314 340 327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
309 313 301 287 279 262 256 275 260
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En matière d'enseignement primaire, maternel et élémentaire, les communes de Doudelainville, Vaux-Marquenneville, Citerne, Huppy et Frucourt sont associées au sein d'un regroupement pédagogique concentré (RPC) dont le siège est à Huppy[9].

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

À Citerne est implantée une entreprise qui fabrique des présentoirs commerciaux et publicitaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (XVIe siècle). Elle était à l'origine la propriété de l'abbaye des moines cisterciens qui y étaient établis[10].
  • Château de Citerne et son parc.
  • Château d'Yonville et son parc de 15 ha (chambres d'hôtes)[11].
  • Ruines du moulin à vent d'Yonville, situé dans la cour d'une ferme à la sortie de Citerne sur la route d'Oisemont. Construit en 1860, il a cessé son activité en 1950[12].
  • Monument aux morts[13].
  • Bois de l'Abbaye.
  • La chapelle d'Yonville. Située près du château de la famille Des Forts, elle était jadis l'église de Citerne. Sur les bases d'une construction du XVIe siècle, elle fut édifiée en galandage en 1838, dans sa version actuelle. Le cimetière qui l'entoure daterait du XVe siècle[10].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe des Forts (1865-1940), capitaine d'armée, croix de guerre et légion d'honneur, château d'Yonville[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Compte-rendu de la section patrimoine des Amis du CIS vendredi 27 novembre 1998, « Les noms de rue des villages », Section Patrimoine du CIS de la Communauté de communes de la Région d'Hallencourt,‎ 1998 (n°4) (lire en ligne)
  2. Michel de La Torre, Guide de l'art et de la nature Somme, Paris, Éditions Nathan, 1985.
  3. « Citerne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid (consulté le 20 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 9.
  10. a et b Le Courrier picard, édition d'Abbeville, , p. 11.
  11. http://www.chateaudeyonville.com/ Site du château.
  12. « Le Moulin d'Yonville », sur la base Mérimée (consulté le 20 juillet 2008).
  13. Source : Mémorial morts pour la France (80) : nombre de morts[1]
  14. Compte rendu du SCIS d'Hallencourt.

Ouvrages[modifier | modifier le code]