Poix-de-Picardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poix-de-Picardie
Poix-de-Picardie
Panorama sur le bourg depuis la route de Grandvilliers.
Blason de Poix-de-Picardie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC Somme Sud-Ouest
(siège)
Maire
Mandat
Rose-France Delaire
2020-2026
Code postal 80290
Code commune 80630
Démographie
Gentilé Poyais
Population
municipale
2 358 hab. (2019 en diminution de 1,54 % par rapport à 2013)
Densité 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 36″ nord, 1° 59′ 07″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 190 m
Superficie 11,66 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Poix-de-Picardie
(ville isolée)
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Poix-de-Picardie
(bureau centralisateur)
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Poix-de-Picardie
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Poix-de-Picardie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poix-de-Picardie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poix-de-Picardie
Liens
Site web http://www.ville-poix-de-picardie.fr/

Poix-de-Picardie est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La place de la République et son architecture de la reconstruction.

Poix de Picardie est un bourg rural picard est situé dans la vallée encaissée de la Poix, à 105 km de Paris, 38 km de Abbeville, 73 km de Rouen et 25 km d'Amiens, aux confins de la Normandie et de la Picardie.

La commune comprend une exclave constituée par le territoire de l'ancienne commune de Lahaye-Saint-Romain, absorbée en 1974 et située dans la vallée des Évoissons.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Poix-de-Picardie au sud-est du bassin de la Somme sur la Poix un affluent de la Selle.

Poix est baigné par la rivière de Poix, sous-affluent du fleuve la Somme par la Selle et les Évoissons (qui coule dans l'exclave de Lahaie- Saint-Romain).

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Poix est située au carrefour de deux anciennes voies majeures de communication, les anciennes RN 1 et RN 29. Ces deux voies ont perdu de leur importance, puisqu'elles sont désormais doublées par l'autoroute A16 et l'autoroute A29 (sortie Sortie 13).

La ville est donc aisément accessible, sans plus subir les nuisances du trafic qu'elle connaissait autrefois.

Elle est desservie aussi par le chemin de fer, au moyen de la gare de Poix, sur la ligne de Saint-Roch à Darnétal-Bifurcation reliant Rouen à Amiens du réseau TER Picardie, TER Haute Normandie et TER Nord-Pas-de-Calais.

En 2019, la localité est desservie par les lignes d'autocars du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le hameau de Saint-Romain, depuis la route des Evoissons (RD 94).

Lahaye-Saint-Romain, ancienne commune absorbée en 1974 dans le cadre de la Loi sur les fusions et regroupements de communes de 1971 (dite Loi Marcellin), est désormais un hameau de Poix.

On note également le hameau de Saint-Romain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Poix-de-Picardie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Poix-de-Picardie, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 408 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,4 %), forêts (18,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,2 %), zones urbanisées (10,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,7 %), prairies (3,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est instituée lors de la Révolution française sous le nom de Poix qui est origine de podium[12]. La rivière qui traverse la commune porte le même nom. Le nom Poix-de-Picardie est officialisé en 1971[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

carte de Cassini du secteur.

Gautier Tyrel III, seigneur du lieu, fonda au début du XIIe siècle sur l'emplacement de la paroisse actuelle, un prieuré qu'il donna a l'abbaye de Saint-Quentin de Beauvais[14]

En , au début de la guerre de Cent Ans, Édouard III d'Angleterre, après son échec devant Beauvais et en route pour la bataille de Crécy, prend et pille Poix ainsi que son château[14].

  • En 1358, les Jacques occupèrent une partie du château et l'incendièrent.
  • Reconstruites, la ville et l'église sont à nouveau brûlées en 1472 par Charles le Téméraire.

En 1974, la commune absorbe celle de Lahaye-Saint-Romain[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Poix-de-Picardie[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié et étendu.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était le siège de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois, créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[15],[16]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en [17], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[18].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [19]. Poix-de-Picardie en est le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2014 dans la Somme, la liste menée par Rose-France Delaire — dans laquelle figirait le maire sortant Romuald Trabouillet — obttient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 697 voix (61,03 %, 16 conseillers municipaux élus dont 6 conseillers communautaires), devançant largement celle UDI menée par Marc Dewaele, qui a recueilli 445 voix (38,96 %, 3 conseillers municipaux dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 25,75 % des électeurs se sont abstenus[20].

La liste menée par la maire sortante Rose-France Delaire était la seule candidate lors des élections municipales de 2020 dans la Somme, et a donc obtenu la totalité des suffrages exprimés au premier tour, avec 448 voix (19 conseillers municipaux élus dont 6 communautaires. Lors de ce scrutin marqué par la crise de la pandémie de Covid-19 en France, 62,96 % des électeurs se sont abstenus, et 23,16 des votants ont mis un bulletin blanc ou nul dans l'urne[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1844   Denis Étienne Decrept    
avant 1857   Ferdinand Beaumont    
avant 1858   Charles Mehaye   Conseiller général de Poix-de-Picardie (1833 → 1858)
    Joseph d'Hardiviller Républicain Notaire
Conseiller général de Poix-de-Picardie (1876 → 1886)
    Louis Rameau Républicain Notaire
Conseiller général de Poix-de-Picardie (1888 → 1919)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 juin 1995 Pierre Daniel[23] CD
puis DVD
Commerçant
Conseiller général de Poix-de-Picardie (1970 → 2008)
Président du SDIS (1974 → 2008)
Chevalier de la Légion d’honneur et de l'Ordre national du mérite
juin 1995 mars 2008 Jacky Pétigny[24],[25] DVD Agent DDE
mars 2008[26] mars 2014 Romuald Trabouillet PS Ingénieur
mars 2014[27],[28] En cours
(au 23 octobre 2020)
Rose-France Delaire PS Retraitée de l'enseignement
Vice-présidente de la CC du Sud-Ouest Amiénois (2014 → 2016)
Vice-présidente de la CC Somme Sud-Ouest (2017 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[29],[30]

Le conseil municipal de septembre 2020 a réélu Geneviève Leclerc maire délégué de Lahaye-Saint-Romain[31].

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Fin 2020, la municipalité lance des réflexions destinées à renforcer le cœur du bourg, avec la remise à l'air libre de la Poix, et de faciliter les circulations douces, notamment vers le camping au Jeu de Paume[32]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[36].

En 2019, la commune comptait 2 358 habitants[Note 3], en diminution de 1,54 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7317517818839861 0501 0561 1941 153
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1691 2041 4361 3221 3531 3371 2991 1921 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0991 1461 1001 0581 1091 0561 1221 1341 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 2781 5142 1722 2672 1912 2852 3372 3352 407
2015 2019 - - - - - - -
2 4022 358-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoles primaires publiques Les Samares et Les Primevères ainsi que l'école maternelle Le petit Bois accueillent les enfants de la commune. Une restauration scolaire facilite la prise en charge des écoliers locaux[38].

La compétence scolaire est gérée par la communauté de communes Somme Sud-Ouest[39].

Le collège des Fontaines permet la suite de la scolarité dans la commune[40]. L'établissement public réunit 390 élèves de la sixième à la troisième.

Sports[modifier | modifier le code]

Poix accueille la piscine Aquasoa de l'intercommunalité, mise en service en 2017 et plusieurs clubs sportifs, tels que le club de Poix Triathlon[41] ou le club de tir à l’arc créé en 1997 [42]

Santé[modifier | modifier le code]

Poix accueille une maison de retraite médicalisée[43], ainsi qu'un cabinet de radiologie, et, depuis 2021, un laboratoire de biologie médicale[44].

Autres équipements[modifier | modifier le code]

La salle de la Justice de paix a été transformée en maison des associations.

Le cinéma Le Trianon a accueilli 32 190 spectateurs en 2019[45].

La ville de Poix de Picardie dispose de deux stations de recharge pour les véhicules électriques, la première située sur le parking de la gare, la seconde sur la place du marché. Chaque station permet de charger simultanément jusqu'à deux véhicules, via un connecteur Type 2 (22kW - 32A) ou un connecteur type "domestique" (3 kW - 16 A).

La station de la place du marché n'est pas accessible le dimanche matin, jour de marché.

L'ancienne piscine industrialisée "tournesol" est désaffectée depuis la mise en service de l'intercommunalité, en 2016. Son réaménagement en lieu culturel tel qu'une médiathèque ou une salle de spectacle est envisagé en 2021[46]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Salon des Arts Récup est une animation où sont exposés des objets créés à partir de toutes sortes de matériaux de récupération. La 5e édition a eu lieu en [47].

La Fête de la Pomme : Grande animation autour de la pomme. Dégustations de jus de pomme et de cidre. Démonstrations, expositions, conseils, concours… La 6e édition a eu lieu en [48].

Le Marché de Noël accueille début décembre des stands artisanaux et gastronomiques ainsi que le Père Noël et des animations organisées pas le comité des fêtes[49].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est classée Station Verte[50].[réf. nécessaire] Elle dispose d'un camping municipal, ouvert du 1er avril au , d'un hôtel et de plusieurs restaurants.

En matière de loisirs, elle met à la disposition de ses résidents un cinéma, Le Trianon, rénové en 2014, et, à ses portes, un centre aquatique intercommunal, Aquasoa, ouvert en 2017.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Commencés en 1538, le chœur et le transept du nouvel édifice sont terminés en 1540. La voûte aux quarante-quatre pendentifs sculptés et peints de plus d'un mètre de saillie est d'une grande légèreté. Le Christ de pitié, visible à gauche de l'entrée latérale (façade Sud), a le bras droit brisé[52].
  • Cimetière militaire britannique
Cimetière allié, à côté de l'église.
Juste à côté de l'église, se trouve un cimetière militaire. Il comprend les tombes d'aviateurs du Commonwealth abattus pendant les combats de la Seconde Guerre mondiale.
  • La Justice de paix : ce bâtiment emblématique de la ville, construit à la place de l'ancienne gendarmerie en 1881, est un des rares du centre-ville à avoir résisté à l'incendie de 1940 et aux bombardements qui ont endommagé l'église. Il a accueilli le tribunal dénommé justice de paix créé par la Révolution pour résoudre les petits litiges de proximité, jusqu'à la suppression de ces juridictions cantonales en 1958. Depuis lors, le bâtiment, réhabilité en 2017, est utilisé par les associations locales[53].
  • Le hameau de Saint-Romain, dans la vallée verdoyante des Évoissons, avec son château et son moulin.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La commune est située au cœur de huit sentiers de randonnée aménagés, représentant 110 km de promenade. Il s'agit de :
    • le Balcon des Évoissons (13 km) ;
    • les Hauts de Poix (9 km) ;
    • le circuit des Vallées (18 km) ;
    • le circuit de Sainte-Segrée (9 km) ;
    • le circuit des Trois-Vallées (12,5 km) ;
    • le circuit d'Agnières (16 km) ;
    • le circuit des Sept Messes (15 km) ;
    • la promenade le long des Bois (5 km)[54], [55].
  • Monument aux morts des guerres de 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945, édifié sur les plans de l'architecte amiénois Dupont au début des années 1920 par l'entrepreneur amiénois Grujon. Le relief sculpté ornant le monument est une œuvre de Valentin Molliens[56].
  • Le Viaduc : cet édifice de briques permet le franchissement de la Vallée de la Fay par la voie ferrée. Construit en 1866, il fut détruit partiellement et reconstruit à trois reprises au cours des deux guerres du XXe siècle : en 1914, 1940 et 1944. Il est long de 246m.[57]
  • Chapelles de La Haye-Saint-Romain, à La Haye, à Saint-Romain et à Frocourt[58],[59].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Poix-de-Picardie dans les arts[modifier | modifier le code]

Les armes de la ville sont notamment visibles dans le film Le Cerveau de Gérard Oury, dont les scènes ferroviaires ont été filmées sur les lignes SNCF de la commune[62].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Poix-de-Picardie.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la tour d'or, accostée de deux épées basses du même.

Devise : "Et semper manet" (elle reste toujours)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Hauts-de-France », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Poix-de-Picardie », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « QUELQUES ORIGINES DE NOMS DE LIEUX EN PICARDIE ».
  13. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. a et b Société des antiquaires de Picardie, La Picardie historique et monumentale, t. I : Arrondissement d'Amiens, Amiens, impr. de Yvert et Tellier, 1893-1899, 490 p. (lire en ligne), p. 199-224, sur Gallica.
  15. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  16. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  17. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  18. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  19. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le ).
  20. « SOMME (80) - Poix-de-Picardie », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, sur https://www.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Somme (80) - Poix-de-Picardie », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, sur https://www.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Les maires de Poix-de-Picardie », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  23. Monique Biéri, « L’ancien maire de Poix-de-Picardie Pierre Daniel n’est plus : Il aura marqué la ville de Poix de ses grands projets. L’ancien commerçant qui fut maire pendant 30 ans de 1965 à 1995, mais aussi conseiller départemental du canton de 1970 à 2008 laisse le souvenir d’un homme investi pour sa commune et défenseur des services de proximité », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sous ses mandats successifs, la ville de Poix lui doit beaucoup de grandes réalisations : le contournement de la ville, qui évite une traversée dangereuse pour les camions, la création de la première zone d’activité (plusieurs entreprises se sont installées à Poix : Rehau, Emin Leydier, devenu Saica), la piscine « Tournesol » (aujourd’hui désaffectée au profit de celle de Croixrault), le camping, le collège, le gymnase, les tribunes du terrain de foot, la création de lotissements et de logements sociaux. Toutes ces réalisations lui doivent beaucoup, tout comme la fusion des communes de Lahaye-Saint Romain et Poix-de-Picardie, en 1974 ».
  24. « Jacky Pétigny, ancien maire, est décédé », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, vol. Le Bonhomme picard, no 3434,‎ , p. 20 « Jacky Pétigny, maire de Poix-de-Picardie de 1995 à 2008, président de l’association du Souvenir Français du comité de Poix-de-Picardie est décédé à Salouel le jeudi 16 février dans sa 74e année. Jacky Pétigny avait succédé à Pierre Daniel dont il fut le premier adjoint. « J’avais créé l’union commerciale en 1962. On m’avait ensuite encouragé à aller plus loin. Quand j’avais monté une liste en 1971, je voulais avoir des personnes issues d’un peu toutes les professions sans considération politique. Quelqu’un s’est désisté. J’ai convaincu Jacky Pétigny » , se souvient Pierre Daniel ».
  25. Monique Biéri, « Jacky Pétigny inhumé ce mercredi : Le Courrier picard », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Trente-sept ans à la mairie (1971-2008) dont treize années (de 1995 à 2008) en tant que maire : Jacky Petigny, 73 ans, né le 19 novembre 1943 à Conty, est décédé dans la nuit du 16 au 17 février. Son inhumation aura lieu aujourd’hui ».
  26. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « Rose-France Delaire est le nouveau maire du chef- lieu de canton », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ , p. 28.
  28. Cynthia Lherondel, « Rose-France Delaire première femme maire de la commune : Rose-France Delaire a succédé à Romuald Trabouillet, maire de la commune. C'est la première femme élue à la tête de la cité. Deux adjointes et une maire déléguée ont été élues. », le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Pierre-Emmanuel Reger, « Municipales 2020 : à Poix-de-Picardie, Rose-France Delaire présente sa liste : Elue première femme maire de Poix-de-Picardie (Somme) en 2014, Rose-France Delaire brigue un nouveau mandat. Elle présente une liste renouvelée. », le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Pierre-Emmanuel Reger, « A Poix-de-Picardie, Rose-France Delaire a été réélue maire pour un second mandat : Rose-France Delaire, maire depuis 2014 de Poix-de-Picardie, a été réélue maire mercredi 27 mai 2020 à la mairie de Poix-de-Picardie », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Pauline Defoix, « Les Centres communaux d'actions sociales de Poix-de-Picardie et de Lahaye-Saint-Romain vont fusionner : Lors du dernier conseil municipal à Poix-de-Picardie, un point est ressorti de la séance : la fusion prochaine des centres communaux d'actions sociales », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le dernier conseil municipal à Poix-de-Picardie (Somme) a débuté par l’installation du maire délégué de la commune de Lahaye-Saint-Romain. Geneviève Leclercq, candidate à sa succession a vu se présenter face à elle Daniel Decoster. À sa grande surprise ! (...) Geneviève Leclercq a été élue avec 13 voix pour les six prochaines années ».
  32. Pauline Defoix, « Le retour de la Poix dans le centre-bourg, l'idée poursuit son chemin à Poix-de-Picardie : Redonner une vraie place à Poix-de-Picardie, voici le souhait de la maire. Parmi les deux scénarii proposés, celui offrant un retour de la nature l'a emporté. Découvrez le projet », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. (en)Northern Echo
  34. (en)Complete France
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. http://www.ville-poix-de-picardie.fr/jeunesse/ecoles-et-college
  39. Émilie Da Cruz, « Une cantine et une maternelle pour 2018 à Oisemont : Les projets de la communauté de communes de la région d’Oisemont seront repris par la nouvelle Intercommunalité. Entre autres, la construction d’équipements scolaires », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Le collège des Fontaines sur le site du ministère de l'éducation nationale..
  41. Vincent Beny, « Poix-de-Picardie Triathlon. Nicolas Détaille : « Nous sommes un petit club qui fait avec ses forces » : Nicolas Détaille, 27 ans, est l’entraîneur du club de Poix Triathlon qui a déjà emmené plusieurs jeunes aux championnats de France. Et la relève semble déjà là », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Vincent Beny, « Patrick Vanderwee, président du club de tir à l’arc de Poix-de-Picardie. « On cherche à développer le tir à la Sarbacane » : Patrick Vanderwee est le président du club de tir à l’arc Les Robins de Poix. Il espère pouvoir organiser le championnat départemental en 2023 », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Pauline Defoix, « À l'Ehpad de Poix-de-Picardie, les visites sont à nouveau encadrées par un protocole strict : Depuis lundi 21 septembre 2020, le protocole a été durci à l'Ehpad de Poix-de-Picardie. La raison : le non-respect des gestes barrières et les incivilités envers les agents », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Maxime Bouhier, « Ouverture d’un nouveau laboratoire de biologie médicale à Poix-de-Picardie : Depuis ce lundi 19 avril, à Poix-de-Picardie, un laboratoire de biologie médicale a ouvert ses portes au public. De quoi combler un manque dans le secteur », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Pauline Defoix, « À Poix-de-Picardie, l'Espace Trianon se prépare à remobiliser les amateurs de cinéma : Le cinéma Le Trianon à Poix-de-Picardie s'inquiète de la fréquentation lors de la réouverture. Pour cela, l'association a plusieurs idées pour donner envie aux gens de revenir », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « A Poix-de-Picardie, l'ancienne piscine tournesol devrait à nouveau accueillir du public : Inutilisée depuis 2016, l'ancienne piscine tournesol de Poix-de-Picardie va être prochainement réhabilitée. L'architecture emblématique pourrait devenir un lieu culturel », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Lors du salon des Arts récup’, un défilé de mode a mis en exergue la récupération et le recyclage, « Le recyclage défile à Poix de Picardie », Le Courrier picard, vol. Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « La 4e Fête de la pomme ce week-end à Poix-de-Picardie », sur actu.fr (consulté le ).
  49. « Marché de Noël », sur Tous Voisins (consulté le ).
  50. « Site de la commune ».
  51. « L'église Saint-Denis », notice no PA00116221, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. CD-ROM : Christian Wattin, Église Saint-Denis de Poix-de-Picardie, Ed. C. Wattin, .
  53. « Réhabiliter l'histoire : Inauguration pour la Justice de Paix », Le Courrier picard, édition de Grandvilliers, no 3455,‎ , p. 28.
  54. Matthias Schweisguth, « Les sentiers de randonnée autour de Poix : Huit circuits sont balisés autour de Poix- de- Picardie. Ils permettent de découvrir les vallées, les cours d’eau et les larris de cette belle région », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3299,‎ , p. 19.
  55. « Les chemins de randonnées », Culture et loisirs, sur http://www.ville-poix-de-picardie.fr (consulté le ).
  56. « Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, de la Guerre de 1914-1918 et de la Guerre de 1939-1945 », notice no IA80000074, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Poix de Picardie - Station Verte de Vacances », sur mairie.poix.de.picardie.pagesperso-orange.fr (consulté le ).
  58. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 147-148 (ASIN B000WR15W8).
  59. Père Daire, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire du doyenné de Poix.
  60. J. B. G. Barbier, Principes généraux de pharmacologie ou de matière médicale, Paris, Levacher, libraire, , 556 p. (lire en ligne) sur Google Books.
  61. P.E.R., « Première Guerre mondiale : L'écrivain Georges Duhamel est venu à la Villa des Fauvettes en 1916 », Le Réveil de Neufchâtel, no 3462,‎ , p. 29.
  62. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).