Dury (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dury
Dury (Somme)
La mairie, pavoisée pour le .
Blason de Dury
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CA Amiens Métropole
Maire
Mandat
Anne Pinon
2020-2026
Code postal 80480
Code commune 80261
Démographie
Gentilé Duriens
Population
municipale
1 430 hab. (2017 en augmentation de 17,02 % par rapport à 2012)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 46″ nord, 2° 16′ 14″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 117 m
Superficie 10,99 km2
Élections
Départementales Canton d'Amiens-6
Législatives 2e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Dury
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Dury
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dury
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dury
Liens
Site web http://www.dury80.com/

Dury est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg périurbain de Dury est situé au bord de l'autoroute A29 au sud d'Amiens. En raison de l'extension progressive de l'urbanisation de la ville d'Amiens, une partie de la commune se retrouve à présent accolée à l'agglomération, le bourg n'étant à présent quasiment plus séparé de cette dernière.

Il est desservi par l'autoroute A16 et sa rue principale est constituée par l'ex-RN 1 (actuelle RD 1001).

En 2019, Dury est desservi par le réseau de transports en commun d'Amiens (Ametis) et par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 710 apparaît le nom de Dury. D’abord Duriacus, puis Duriacum, Durenum, enfin Dury Amilly (Gens durs au travail)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L’occupation du site de Dury à l’époque préhistorique est attestée par des outils de pierre datant du paléolithique et du néolithique découverts par les enfants de l’école.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine appelée chaussée Brunehaut aurait traversé la commune.

Des fouilles archéologiques ont mis au jour, en 2015, les vestiges d'une villa gallo-romaine datant de la seconde moitié du Ier siècle, à l'époque de la fondation de Samarobriva. Un autre bâtiment fut édifié au début du IIe siècle qui fut abandonné par la suite. Un nouveau bâtiment fut alors construit au même emplacement à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle, doté d'une cave et un pavillon d’angle. Le site fut définitivement abandonné au milieu du IVe siècle[2],[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les premiers seigneurs de Dury sont Maxent en 690 et Hildevent en 710.

Dès 1080, Raoul de Dury céde au chapitre de la Cathédrale Notre-Dame d'Amiens ce qu’il possédait dans ce lieu et en 1085, Guy et Yves, comtes d’Amiens[Passage problématique], donnent à ce corps religieux la vicomté de Dury. Enfin, en 1195, Pierre l’Aveugle, maire de Dury, vendit la mairie au chapitre d’Amiens.

En 1348 apparaît la famille Picquet de Dourier dont la noblesse est confirmée en 1665 par M. de Colbert, intendant de Picardie. La famille Picquet de Dourier occupe le château jusqu’à la Révolution puis disparait.

Pendant la Guerre de Cent Ans, en octobre 1415, Henri V d’Angleterre traverse Dury avec son armée.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1666, la peste noire, qui fit tant de ravages à Amiens, n’épargne pas Dury.

L’église est détruite par le feu en 1726 ainsi qu’un grand nombre de maisons.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1805, un incendie embrase la commune et détruit les maisons des deux côtés de la grand-route.

Le cimetière renferme quelques monuments remarquables, entre autres, celui de M. Caumartin mort en 1849 après avoir pris, comme député libéral, une part importante à la Révolution de 1830.

Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif de la Bataille de Dury

Lors de la Guerre franco-allemande de 1870, les habitants souffrent de l’invasion allemande. Le se déroule la bataille de Dury au cours de laquelle les soldats français luttent héroïquement mais doivent cependant se replier devant un ennemi bien supérieur en nombre.

Plaque commémorative du séjour de Ferdinand Foch au château de Dury, apposée sur l'un des poteaux du portail d'entrée.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, le futur maréchal Foch établit son quartier général dans la commune. D’abord au 1 route nationale, puis au château de Dury, du au . C’est là qu’il prépara les plans et dirigea les opérations de la Bataille de la Somme.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en 1940, après la percée de Sedan, lors de la bataille de France, d'importants combats se déroulèrent dans un secteur s'étendant de Vers-sur-Selles à Saint-Fuscien et en particulier sur le plateau de Dury, l'une des plus importantes positions clés de la Somme. L'encerclement des armées alliées par les divisions blindées de Guderian, la 7e D.I.C. et la 16e D.I. opposèrent à Dury, du 20 mai au 8 juin, une courageuse résistance à l'avance ennemie[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1920 Auguste Andrieux    
1920 1964 Étienne du Castel    
1964 1965 Charles Houiller Rad. Directeur d'école
Conseiller général de Boves (1951 → 1970)
1965 1973 Pierre Desse   Inspecteur de l'Assistance publique (1946-1958).
Directeur de l'hôpital Philippe-Pinel à Amiens (1958-1981
Conseiller général de Boves (1970 → 1994)
Conseiller régional de Picardie
1973 1975 Théophile Véru    
1975 2000 Pierre Desse DVD Inspecteur de l'Assistance publique (1946-1958).
Directeur de l'hôpital Philippe-Pinel à Amiens (1958-1981
Conseiller général de Boves (1970 → 1994)
Conseiller régional de Picardie
2000 mars 2001 Michel Quezin[6]   Cadre au Touring Club de France
Vice-président d'Amiens métropole (2000 → 2008)
mars 2001 avril 2014[7] Benoît Mercuzot UMP Enseignant-chercheur à l'Université de Picardie-Jules-Verne
Maire-adjoint d'Amiens (2014 → )
Vice-président d'Amiens métropole (2014 → )
avril 2014[8] En cours
(au 9 juillet 2020)
Anne Pinon LR Conseillère régionale des Hauts-de-France (2016 → )
Vice-présidente d'Amiens métropole (2020[9] → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[10] ,[11],[12]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Classement des villes et villages fleuris : trois fleurs attribuées en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[13] récompensent les efforts locaux en faveur de l'environnement[14].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Dury - jumelage IMG 20200715 183704.jpg

Dury est jumelé avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2017, la commune comptait 1 430 habitants[Note 1], en augmentation de 17,02 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630516707779833792833820806
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7447667546936416796696301 091
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1041 1171 1638871 2151 4521 4865901 246
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5171 6941 6981 5611 3411 1411 2391 2481 222
2017 - - - - - - - -
1 430--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Délivrance, dressée par les jésuites d'Amiens en 1829, près du bois de la « Belle épine »[20].
  • Château de 1638, rénové en 1985, comprenant un parc arboré.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Légende[modifier | modifier le code]

Une tradition orale affirme que dans le roman Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, les mousquetaires auraient traversé le village de Dury pour se rendre à Londres chercher les fameux ferrets de la reine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dury Blason
D'argent au chevron de sable, accompagné de deux étoiles en chef et d'un trèfle du même en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, le maréchal Foch établit son quartier général dans la commune. D’abord au 1 route nationale, puis au château. C’est là qu’il prépara les plans et dirigea les opérations de la bataille de la Somme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dr P. Vasselle, La bataille au Sud d'Amiens (20 mai - 8 juin 1940) : Combats des 7e DIC et 16e DI sur le plateau de Dury et de la 24e DI sur la position d'Esserteaux, Abbeville, F. Paillard, 1947n, 209 p. (notice BnF no FRBNF34195692).
  • Inventaire général du Patrimoine culturel. Églises et chapelles des XIXe et XXe siècles (Amiens métropole). Textes : Isabelle Barbedor. Photographies : Thierry Lefébure (collection Parcours du Patrimoine no 331). Lyon : Lieux-Dits, 2008, 72 pages. (ISBN 978-2-914528-47-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. « Fouille archéologique de Dury chemin des Foulons - Am », sur Amiens Métropole (consulté le 5 août 2020).
  3. « Une villa gallo-romaine mise au jour à Dury », Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018).
  4. Docteur Pierre Vasselle, La bataille au sud d'Amiens - 20 mai-8 juin 1940, ouvrage cité en bibliographie.
  5. « Les Maires de Dury », sur le site de la ville (consulté le 6 juillet 2008)
  6. « Dury: Michel Quézin a reçu la médaille de l’ordre national la légion d’honneur », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2020) « Citoyen au service de sa commune, le Durien en a aussi été l’élu. Maire adjoint de Pierre Desse 1977 à 2000, il est devenu maire de Dury 2000 à 2001 avant de glisser premier adjoint de 2001 à 2014. D’abord conseiller d’Amiens Métropole, Michel Quézin a en assuré les fonctions de vice-président dans l’équipe de Gilles de Robien ».
  7. Benoît Delespierre, « Les leçons de Benoît Mercuzot : Séquence nostalgie et transmission lors des treizièmes et derniers vœux du maire Benoît Mercuzot (UMP), qui se présente à Amiens », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2020).
  8. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  9. Bakhti Zouad, « Le nouveau Conseil d’Amiens Métropole entre renouvellement et continuité : L’installation du nouveau Conseil d’Amiens Métropole s’est déroulée jeudi 9 juillet. On retrouve à sa tête Alain Gest accompagné d’une équipe renouvelée en bonne partie », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2020) « Précédé d’une excellente réputation, le maire de Dury, Anne Pinon (LR), proche du président de Région, Xavier Bertrand, fait également son entrée dans le nouvel exécutif. Elle sera chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche ».
  10. Bakhti Zouad, « Dury a reverdi : À moins de quatre mois des élections municipales, nous vous proposons une série d’articles dressant le bilan de plusieurs maires de la métropole amiénoise. À Dury, parmi les nombreuses actions, l’équipe municipale a mis l’accent sur l’aménagement paysager pour améliorer le cadre de vie », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2020).
  11. David Vandevoorde, « Anne Pinon, maire de Dury, repart en campagne : La maire sortante Anne Pinon (LR) a annoncé son désir de briguer un nouveau mandat en mars 2020, avec une liste renouvelée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2020).
  12. « Dury 80480 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le 17 juillet 2020).
  13. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  14. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. Isabelle Barbedor, « Église paroissiale Saint-Nicolas de Dury : Dossier IA80002896 réalisé en 2003 », L'inventaire général du patrimoine culturel, sur https://inventaire.hautsdefrance.fr (consulté le 17 juillet 2020).
  20. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 198 (ASIN B000WR15W8).