Domart-en-Ponthieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domart et Ponthieu.
Domart-en-Ponthieu
Vue aérienne.
Vue aérienne.
Blason de Domart-en-Ponthieu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Flixecourt
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Nièvre et environs
Maire
Mandat
Christian Prud'Homme
2014-2020
Code postal 80620
Code commune 80241
Démographie
Population
municipale
1 141 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 31″ nord, 2° 07′ 34″ est
Altitude Min. 32 m – Max. 132 m
Superficie 17,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Domart-en-Ponthieu

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Domart-en-Ponthieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domart-en-Ponthieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domart-en-Ponthieu

Domart-en-Ponthieu est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Domart est un bourg picard du Ponthieu situé au nord-ouest d'Amiens et à une vingtaine de kilomètres d'Abbeville, juste à mi-chemin entre Flixecourt (au sud) et Bernaville (au nord). Il est aisément accessible par l'ancienne route nationale 1 (actuelle RD 1001) et l'autoroute A16. Il se trouve dans la vallée marécageuse et verdoyante d'un sous-affluent de la Somme, la Domart.

Les habitants sont les Domartois.

La commune comprend un hameau, la Haye.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Domart vient de saint Médard, appelé tout d’abord Sanctus Médardus puis Dominus Médardus, Domeart et enfin Domart[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les moines de Saint-Riquier défrichent le secteur au VIIe siècle ce qui conforte un centre de population[1].

Le premier château est construit au Xe siècle, sous Hugues Capet. Bernard IV le rebâtit au XIIe siècle dans « des conditions de force et de sécurité » Sa destruction complète date du règne de Louis XIII. Un corps de partisans y met le feu en 1645. Puis, des terrassement et sa destruction le conduisent à la ruine. Les restes de la tour Hugues Capet sont accessibles par le grand escalier qui conduit à l’église Saint-Médard[1].

La paroisse a bénéficié d'une charte communale accordée en 1246 par Jean Ier de Dreux, seigneur de Saint-Valery-sur-Somme[2].

Comme d'autres bourgs du département (Quevauvillers, Oisemont...), la localité a possédé des halles (dressées alors sur l'actuelle place devant la poste). Elles ont été démontées et détruites[1].

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze, avec citation à l'ordre du régiment du 11 novembre 1948 : « commune dont l'attitude a été très courageuse pendant l'occupation. A soutenu par son action le moral des prisonniers français qui attendaient sur son territoire leur transfert en Allemagne. A participé à la libération du pays payant un lourd tribut : cinq morts au combat, quatre résistants fusillés, trois prisonniers morts en Allemagne, deux victimes civiles des bombardements. A ainsi donné l'exemple de son patriotisme »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Luc Hermel[3]    
2014[4] en cours
(au 6 mai 2014)
Christian Prud'Homme    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Classement des villes et villages fleuris : deux fleurs récompensent les efforts locaux en faveur de l'environnement[5],[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 141 habitants, en diminution de -2,81 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 067 1 030 1 126 1 245 1 314 1 355 1 348 1 375 1 367
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 463 1 457 1 421 1 345 1 243 1 194 1 194 1 125 1 187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 108 1 185 1 206 1 134 1 123 1 124 1 166 1 231 1 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 164 1 150 1 152 1 175 1 107 1 126 1 168 1 152 1 141
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège du Val de Nièvre est situé dans la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison des « Templiers » du XVe siècle, ancienne maison échevinale avec sa façade aux fenêtres en ogive[11].
  • Tour ronde (vestige du château).
  • Vues aériennes (janvier 2007)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Domart-en-Ponthieu.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'argent au chevron de gueules, accompagné de trois merlettes de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vincent Ferrari, René Demarest, Gaëtan Guillerand et Gaston Morin, assassinés par l'ocupant nazi, après avoir été emmenés le . Chacun d'entre eux a donné son nom a une rue du bourg[14].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Janvier et Ch. Bréard, Étude sur Domart-en-Ponthieu, 1898, réédition, Paris, Le Livre d'histoire Lorisse, 1990 (ISBN 2-87760-493-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Histoire de Domart-en-Ponthieu », sur le site officiel de la ville, avant 2005 (consulté le 19 juillet 2008)
  2. « Domart-en-Ponthieu »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid (consulté le 19 juillet 2008)
  3. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 19 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  5. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  6. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Maison des Templiers à Domart-en-Ponthieu (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 19 juillet 2008).
  12. « Église Saint-Médard à Domart-en-Ponthieu (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 19 juillet 2008)
  13. « Monument aux Morts de la Guerre de 1914, 1918 à Domart-en-Ponthieu (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 19 juillet 2008)
  14. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, « L'hommage aux quatre hommes fusillés en 1944 », 30 août 2016, p. 18.

Ouvrages[modifier | modifier le code]