Friville-Escarbotin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Friville-Escarbotin
Hommage à Jean Jaurès.
Hommage à Jean Jaurès.
Blason de Friville-Escarbotin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Friville-Escarbotin
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu
Maire
Mandat
David Lefèvre (DVG)
2014-2020
Code postal 80130
Code commune 80368
Démographie
Gentilé Frivillois
Population
municipale
4 723 hab. (2014)
Densité 533 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 05′ 29″ nord, 1° 33′ 02″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 112 m
Superficie 8,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Friville-Escarbotin

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Friville-Escarbotin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Friville-Escarbotin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Friville-Escarbotin
Liens
Site web www.ville-friville-escarbotin.fr

Friville-Escarbotin est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France. Cette commune du Vimeu industriel a connu un développement économique régulier, favorisé par une activité manufacturière longtemps dominée par la petite métallurgie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur le fertile plateau limoneux du Vimeu, Friville-Escarbotin n'est qu'à une quinzaine de kilomètres de la côte picarde.

Accessible par l'axe Abbeville-Le Tréport (RD 925), l'agglomération s'est majoritairement développée le long de la D2 (axe Saint-Valery-Beauchamps).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bourseville Vaudricourt et Saint-Blimont Saint-Blimont Rose des vents
Tully N Nibas
O    Friville-Escarbotin    E
S
Yzengremer Woincourt Fressenneville

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'axe le plus important au niveau routier est la route départementale 925 qui permet de rejoindre, à l'ouest, la côte picarde ou normande (Le Tréport à 16 km) ou, à l'est, le chef-lieu d'arrondissement : Abbeville (à 25 km)[1].

L'autoroute A 28 est joignable à sa sortie dite « Vimeu », n°24, sur le territoire de la commune de Tours-en-Vimeu, à 14 km[1].

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ligne Abbeville-Le Tréport passe à Feuquières-en-Vimeu où deux haltes permettent d'utiliser le transport par voie ferrée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'habitat s'est principalement développé le long de la route départementale 2 (D2), véritable épine dorsale de l'agglomération.

La commune s'est dotée d'un plan local d'urbanisme (PLU).

Logements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Pour Friville, Frivilla est cité dès 1185 par Thibaut, évêque d'Amiens.
  • La première mention d'Escarbotin est datée de 1557 par Ernest Prarond et confirmée en 1646 dans l'Histoire ecclésiastique d'Abbeville.
  • Belloy est mentionné également dès 1646 par la même source : 'Histoire ecclésiastique d'Abbeville[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une motte féodale a été identifiée sur le territoire communal.

Dès 1185, Hugues de Friville est aussi cité comme seigneur de Béthencourt[4],[5].

En 1214, le cartulaire de l’abbaye de Séry, mentionne Laurent, seigneur de Friville, chevalier, fils de Girold qui confirme la donation de cinq journaux de terre, faite par son oncle Willaume de Friville au profit de l’abbaye[4].

Les Coppequesne sont seigneurs de Friville de 1419 à 1789. La seigneurie passe aux Hardivilliers par le mariage, en 1791, de Marie-Henriette de Coppequesne avec son cousin germain, Eléonor Jean d’Hardivilliers[6].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

L’abbaye de Séry possède le fief de Friville jusqu’en 1577. Elle le vend alors à Reignier ou René de Roussel, supposé le fils de François de Roussel, écuyer, sieur d’Escarbotin et Friville en partie[4].

Les Roussé possèdent la seigneurie d’Escarbotin durant plus d’un siècle[6].

Les Cornu sont seigneurs de Belloy-sur-Mer durant deux siècles[6]..

Les Montmignon sont propriétaires de la terre et de la seigneurie d’Escarbotin vers 1670[6]..

Les cahiers de doléances de la commune sont consultables sur le site des Archives départementales, p. 186 à p. 187[7].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès le 21 mai 1940, Friville est pratiquement vidée de ses habitants. Malgré le canon qui tonne et les raids aériens, beaucoup d'entre eux rentrent cependant chez eux après le 25 mai[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1939 Victor Flamant PCF Métallurgiste
1939 1944 Joseph Petit   Nommé par le préfet
1944 1947 Victor Flamant PCF Métallurgiste
Conseiller général d'Ault (1945 → 1949)
octobre 1947 mars 1977 Eugène Delenclos DVG puis DVD  
mars 1977 2003 Guy Roussel PCF Commerçant
Conseiller général de Friville-Escarbotin (1992 → 2003)
Président de la CC du Vimeu Industriel (2001 → 2003)
décédé en cours de mandat
2003 mars 2008 M. Claude Guérandelle PCF  
mars 2008[10] en cours
(au 6 mai 2014)
David Lefèvre DVG Chef d'entreprise
Conseiller général de Friville-Escarbotin (2011 → 2015)
Vice-président de la CC du Vimeu Industriel (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[11],[12]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Très tôt, des activités liées à la serrurerie et à la robinetterie ont vu le jour dans la localité, attirant les travailleurs auparavant occupés dans l'agriculture.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 723 habitants, en augmentation de 5,59 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 270 1 227 1 320 1 373 1 447 1 507 1 531 1 643 1 558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 700 1 814 1 935 2 063 2 109 2 239 2 221 2 448 2 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 956 3 123 3 058 3 047 3 199 3 455 3 509 3 148 3 477
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
4 076 4 363 4 693 4 844 4 737 4 646 4 501 4 718 4 723
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville compte un lycée d'enseignement général et technique, le lycée du Vimeu labellisé lycée des métiers de l’industrie et du secteur tertiaire[17], et un collège : La Rose-des-Vents.

Ses trois écoles primaires (Guillaume-Apollinaire, Victorien-Girot et Marcel-Pagnol) et ses trois écoles maternelles (écoles Louis-Aragon, Jacques-Prévert et Charles-Perrault) complètent le dispositif éducatif local.

La garderie et la cantine sont proposées au même titre que les activités périscolaires[18].

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

La commune dispose de quatre salles susceptibles d'être louées aux particuliers.

Depuis 2009, Friville organise les jeux InterFriville, au mois de juillet.

Santé[modifier | modifier le code]

Une maison médicale prend en charge la population locale, épaulée par des cabinets indépendants.

Sports[modifier | modifier le code]

Les clubs locaux permettent la pratique d'un large éventail d'activités sportives : football, judo, cyclisme, natation, tennis de table, billard français...

Football[modifier | modifier le code]

L'Union Sportive Friville-Escarbotin-Belloy (USFB) prend en charge les « jaunes et noirs » pour l'activité et dispose d'un stade normalisé. Son principal fait d'armes est d'avoir atteint les 1/32e de finale de la Coupe de France de football, en 1980-1981.

Natation[modifier | modifier le code]

Le centre aquatique Vimeo s'offre aux amateurs de toutes les disciplines sportives liées à l'exercice de la natation.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien le Courrier picard relate les informations régionales. L'hebdomadaire L'Éclaireur du Vimeu diffuse les actualités locales.

Par ailleurs, la revue municipale Friville-Escarbotin-Belloy est distribuée trimestriellement.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique relève de la maison paroissiale de Fressenneville.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Friville devenu maison de retraite.
Détail du monument aux morts.
  • Église Saint-Étienne, à Friville. Son chœur est classé Monument historique[19].
  • Église Saint-Hubert, à Escarbotin.
  • Chapelle de Belloy. La chapelle des Saints-Anges date de 1756, après l'acquisition de la seigneurie par Jean-Baptiste de Montmignon, seigneur d'Escarbotin à Madeleine Angélique Cornu, dame de Belloy, épouse de Joseph Victor de Héron. En 1927, Paul Laperche, propriétaire du château cède la chapelle à la commune[20].
  • Ancien château à Friville, réaménagé en maison de retraite[21].
  • Monument aux morts d'Albert Roze.
  • Musée de la serrurerie, dans une dépendance du château de Friville.
  • Le château de Montmignon, aménagé en Office du tourisme.
La tour Montmignon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr FrivilleEscarbotin (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jérémy Stravius, nageur, médaillé olympique, a vécu à Friville-Escarbotin où il a fait ses débuts en natation.
  • Ladislas Lozano, ancien footballeur de Friville-Escarbotin (1986-1988), entraîneur.
  • Jean-Louis Delecroix, entraineur ayant fait monter USFEB en Division 4, début 1980, avec une 32e de finale à Dieppe contre Fécamp.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ViaMichelin.
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, Archives départementales de la Somme, Amiens, p. 104.
  3. Lire en ligne sur le site des Archives départementales.
  4. a, b et c Histoire du Vimeu.
  5. Lire en ligne "Histoire de Friville".
  6. a, b, c et d Jean-Louis Gaillard, Fressenneville, el poéyi d'chés metteux d'fu, collection Souvenance, édit. Vague verte, Woignarue-80460, mai 1995.
  7. Consulter les cahiers sur le site des Archives départementales.
  8. Étienne Chantrel, « Souvenirs de 1940 », Bresle et Vimeu, 15 juin 1947.
  9. « Les maires de Friville-Escarbotin », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 13 mai 2016).
  10. « David Lefèvre, 23 ans, élu plus jeune maire de France, dans la Somme », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  11. Eric Turpin, « Municipales 2014 : zoom sur Friville-Ecarbotin », France Bleu Picardie,‎ (lire en ligne).
  12. Denis Desbleds, « David Lefèvre: « Élu, tout le monde peut l’être. Réélu, c’est différent », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. Site académique.
  18. Site de la mairie.
  19. Notice no PA00116164, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, F Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 41.
  21. Page (assez « pauvre » en janvier 2012) du site municipal officiel

Ouvrages[modifier | modifier le code]