Allery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allery
Allery
L'église de la Trinité.
Blason de Allery
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
François Quignon
2020-2026
Code postal 80270
Code commune 80019
Démographie
Gentilé Allérois
Population
municipale
793 hab. (2018 en diminution de 2,1 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 55″ nord, 1° 54′ 03″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 127 m
Superficie 13,07 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gamaches
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Allery
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Allery
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allery
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allery
Liens
Site web http://www.allery.fr/

Allery est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est implantée à l'ouest du département, au croisement de l'axe nord-sud reliant virtuellement Hallencourt à Métigny et de l'axe est-ouest entre Airaines et Oisemont.

Le village s'étire dans une petite vallée verdoyante à l'ouest d'Airaines, de laquelle pointe le clocher visible depuis la route menant à Oisemont.

À vol d'oiseau, Allery se trouve à une trentaine de kilomètres d'Amiens[1].

En 2019, la localité est desservie par la ligne d'autocars no 1 (Mers-lès-Bains - Oisemont - Amiens) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[2].

Voies de communication routières[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par les routes départementales 21 (axe Wiry-au-Mont - Fontaine-sur-Somme), 173 (qui débute d'Allery pour aller à Moyenneville) et 936 (ex-RN 336, axe Saint-Quentin - Gamaches)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allery est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,7 %), forêts (14,3 %), prairies (8,9 %), zones urbanisées (6 %), zones agricoles hétérogènes (2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dès 1138, Jean, comte de Ponthieu, nous donne Allery mais aussi Hallery. Allery-sous-Airaines est mentionné en 1372 pour dom Grenier tandis qu'Allery-le-Quayet est relevé par Ernest Prarond en 1854[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une villa datée des IIe et IIIe siècles est relevée par Roger Agache lors de prospections aériennes[11].

À partir de 1820, la production de la toile prend un tournant expansionniste avec l'apparition d'une fabrique locale. Cette activité perdurera pour s'éteindre au milieu du XXe siècle[12].

Commémoration 1939-1945.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de la Somme.

Allery faisait partie depuis 1793 du canton de Hallencourt[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Gamaches.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le village était membre de la communauté de communes de la Région d'Hallencourt créée fin 1995.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , prévoyant que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[14], cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour forler, le , la communauté d'agglomération Baie de Somme.

La commune, insatisfaite de ce rattachement, compte tenu de ses liens avec Airaines (dont le collège scolarise les enfants du village ou la station d'épuration traite les effluents d'Allery), obtient d'intégrer la communauté de communes Somme Sud-Ouest au [15],[16],[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2020[18] Bernard Lamotte LR Vice-président de la CC de la Région d'Hallencourt (2014 → 2016)
mai 2020[19] septembre 2020[20] Didier Lerch   Démissionnaire
septembre 2020[21] En cours
(au 30 septembre 2020)
François Quignon   Ingénieur voirie à Amiens Métropole

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2018, la commune comptait 793 habitants[Note 3], en diminution de 2,1 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7157238779081 006971951944984
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9891 0391 0931 1051 1241 1601 2621 2281 131
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1231 0911 080959931920924943929
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
911911863790736752759760806
2017 2018 - - - - - - -
793793-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire.

Près de la mairie, la commune gère une école primaire, élémentaire et maternelle. Cet établissement compte 94 élèves à la rentrée 2017[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
Ligne de chemin de fer avant son déclassement et retrait définitif.

La voie est reconvertie en chemin de randonnée pour piétons et cavaliers, d'Oisemont à Longpré.

  • Oratoire dédié à la Vierge, route d'Airaines à Oisemont[32].
Oratoire sans statue.
  • Anciens établissements industriels de tissage :
    • Tissage de jute dit Tissage Dufour Aîné, 140 rue du , des premiers et troisième quart du XXe siècle, qui employait en 1962 plus de 20 salariés, aujourd'hui usine de la société Moulages Plastiques du Nord[33] ;
    • Tissage Lefebvre Albert, 359 rue du Bas-Quayet, du milieu du XXe siècle, en briques et pan de fer. Elle occupait en 1962 plus de 20 salariés, et la production cesse dans le 3e quart du XXe siècle[34]. ;
    • Tissage Niquet Edmond, 126 Chemin de la Messé, construit à la limite du XIXe et du XXe siècle , et au milieu du s-XXe siècle. Il employait également en 1962 plus de 20 salariés[35].
    • Tissage de jute dit Tissage Darras, 234 Chemin de la Messé, des premiers et troisième quart du XXe siècle, qui employait en 1962 plus de 20 salariés, aujourd'hui usine de matières plastiques dite Plastidécor[36] ;
    • Filature Tissage Darras Frères, de la fin des XIXe et XXe siècles. La machine à vapeur, installée vers 1885, a été démontée en 1928. L'usine a compté environ 50 métiers à tisser[37].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Théophile Désiré Bretel, capitaine d'infanterie sous l'Empire, né le à Allery, chevalier de la Légion d'honneur[38].
  • Albert Décamps (1861-1908), artiste peintre, né et décédé à Allery. Cinquante de ses peintures ont été exposées à Saint Riquier, du au , provenant des musées d’Amiens, d’Abbeville, de Berck et de collections particulières[39].

Il repose dans le cimetière local.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Allery (Somme).svg

Les armes de la commune peuvent se blasonner ainsi : de sable à trois flanchis d'or accolés, mis en bande et combinés entre eux.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armand Maillard, Allery autrefois et aujourd'hui, 1922.
  • Arthur Lecointe, Ch' marchand ed'serpillères, Éklitra, 2001.
  • Bernadette Défente-Allot, Femmes d'Allery, 2001.
  • Christian Leguay, 120 ans de tissage à Allery.
  • René Boyenval, René Debrie, René Vaillant, Répertoire des Noms de Famille de la Somme en 1849, 232 pages, éditions Éklitra, Amiens, 1972.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Allery sur Lion 1906.
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Dictionnaire topographique du département de la Somme. - Tome 1 : de Aaron-le-Fontaine à Luzière-lès-Conty, 1867-1878, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  11. Photo aérienne, 36e photo de la page.
  12. Jean-René Blin, Le tissage, à Hallencourt et sa proche région, extrait du bulletin de la société d'émulation d'Abbeville, tome XXX, fascicule 5, 2010, p. 635.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  15. « La communauté d’agglomération Baie de Somme accepte le départ d’Allery », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Le Courrier picard, « Allery et Saint-Maxent changent d'intercommunalité », édition Picardie maritime, , p. 11.
  17. « Arrêté préfectoral du 12 décembre 2017 portant extension du périmètre de la communauté de communes Somme Sud-Ouest à la commune d'Allery à compter du  », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2017-086,‎ , p. 125-126 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  18. « Les surprises de l’acte I en Picardie maritime », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Bernard Lamotte, maire d’Allery depuis 2001, a été battu dimanche soir. Il a récolté 202 voix contre 260 pour Didier Lerch. Le conseiller municipal sortant (2014-2020) menait l’autre liste, dont les « 15 noms ont été élus à la majorité absolue », confirme Didier Lerch ».
  19. « Didier Lerch succède à Bernard Lamotte à la tête de la commune d’Allery : Le conseil municipal d'Allery, dans la Somme, a été installé jeudi 28 juin 2020. Didier Lerch a été élu maire à l'unanimité. Il succède à Bernard Lamotte », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Didier Lerch, conseiller sortant et seul candidat au poste de maire, est élu à bulletin secret, avec quinze voix sur quinze » « Didier Lerch, conseiller sortant et seul candidat au poste de maire, est élu à bulletin secret, avec quinze voix sur quinze ».
  20. « Didier Lerch démissionne de son poste de maire d’Allery : Élu en mars dernier, installé en mai, le premier magistrat invoque des raisons de santé. Il souhaite néanmoins rester conseiller municipal », Le Courrier picard,‎ (Alexandra Mauviel, consulté le ).
  21. Ludovic Jouanserre, « Un troisième maire en moins de trois mois pour Allery, François Quignon poursuivra le mandat : Didier Lerch ayant démissionné au début du mois de septembre, le conseil municipal d'Allery a dû élire un nouveau maire ce mardi 29 septembre. François Quignon est le nouveau maire », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Un scrutin remporté par 14 voix en sa faveur, contre une pour Pierrick Douay ».
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  26. Oswald Macqueron, « Aquarelle : A) Eglise d'Allery, d'après nature . B) Meneaux de l'église d'Allery, d'après nature », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  27. Oswald Macqueron, « Calque : Église d'Allery, 2e vue, 1864, d'après une esquisse de Gillard. (voir l'Album L. Gillard non retouché N° 14). », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  28. Oswald Macqueron, « Aquarelle : A) Fonts baptismaux en pierre sous le clocher dans l'église d'Allery, d'après nature. B) Détails des fonts baptismaux de l'église d'Allery, d'après nature. [Note manuscrite sur la gauche du document]. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  29. « L'église », notice no PA00116041, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Source : Mémorial morts pour la France (80): nombres de morts
  31. Source: Fcvnet
  32. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 114 (ASIN B000WR15W8).
  33. « Tissage de jute dit Tissage Dufour Aîné, puis les Fils F. Dufour, puis S. Dufour, puis Couillet, puis usine d'ouvrages en matière plastique dite Moulages Plastiques du Nord », notice no IA00076400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Tissage de jute dit Tissage Lefebvre Albert », notice no IA00076403, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Tissage de jute dit Tissage Niquet Edmond », notice no IA00076404, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Tissage de jute dit Tissage Darras, puis usine d'habillement dite La Fermeture Ailée, puis usine de matières plastiques dite Plastidécor », notice no IA00076405, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Filature et Tissage de Jute dite Filature Tissage Darras Frères », notice no IA00076401, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « François Theophile Désiré Bretel », base Léonore, ministère français de la Culture.
  39. « Les personnages célèbres de la communauté de communes de la région d'Hallenconct », Section patrimoine des Amis du CIS, no 5,‎ , p. 3-4 (lire en ligne [PDF], consulté le ).