Bouvaincourt-sur-Bresle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouvaincourt-sur-Bresle
Bouvaincourt-sur-Bresle
La mairie-école.
Blason de Bouvaincourt-sur-Bresle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC des Villes Sœurs
Maire
Mandat
Yves Mainnemarre
2020-2026
Code postal 80220
Code commune 80127
Démographie
Gentilé Bouvaincourtois
Population
municipale
850 hab. (2018 en augmentation de 4,17 % par rapport à 2013)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 52″ nord, 1° 29′ 17″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 123 m
Superficie 6,08 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Incheville
(ville-centre)
Aire d'attraction Eu
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gamaches
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bouvaincourt-sur-Bresle
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bouvaincourt-sur-Bresle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouvaincourt-sur-Bresle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouvaincourt-sur-Bresle

Bouvaincourt-sur-Bresle est un village situé au Nord de la France, dans la région Hauts-de-France et dans le département de la Somme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, la commune est arrosée par la Bresle. C'est sur sa rive droite qu'elle est implantée, entre Beauchamps (en amont) et Oust-Marest (en aval). Par la route, le village est à environ 30 km (40 min) d'Abbeville, 9 km de Mers-les-Bains (17 min) et 64 km d'Amiens[1]. Au sud-ouest, il est bordé par la forêt d'Eu et la vallée de la Bresle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est bordé par sept communes dont deux en Seine-Maritime.

Les communes voisines (Cliquer sur la carte pour agrandir).

Géologie, relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Climat de la Somme.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la voie à grande circulation, RD 1015 (ex-RN 15bis) menant d'Abbeville à Mers-les-Bains qui lui donne la configuration d'un village-rue.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouvaincourt-sur-Bresle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Incheville, une agglomération inter-régionale regroupant 3 communes[5] et 3 111 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Eu, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (56,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,9 %), forêts (24,7 %), eaux continentales[Note 3] (11,7 %), prairies (7,6 %), zones urbanisées (7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention du village, Bovencort est une forme latinisée, émanant d'Henri, comte d'Eu, en 1109. Viennent ensuite, entre autres, Bovincourt dans le cartulaire de Berteaucourt en 1184 et Bovaincourt par Thomas de Saint-Valery. En 1215, la forme actuelle de Bouvaincourt est relevée sur un sceau[12],[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2014 Claude Bardoux PS  
mars 2014[14] mai 2020[15] Roger Poyen PS  
mai 2020[16] En cours
(au 26 mai 2020)
Yves Mainnemarre LR Agriculteur
Conseiller communautaire CC des Villes Sœurs

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : une première fleur a été attribuée au village par le conseil des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[17].

Au dévoilement du palmarès régional des villes et villages fleuris, le 5 novembre 2015, le village obtient une deuxième fleur pour ses efforts en matière d'environnement[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2018, la commune comptait 850 habitants[Note 4], en augmentation de 4,17 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
278227275306329357365394396
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366372388405402405415401438
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445535505539533545560499503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
528618542569635694803819815
2017 2018 - - - - - - -
868850-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

À la rentrée de l'année scolaire 2014-2015, la commune gère une école maternelle et élémentaire de 68 élèves, située en zone B, dans l'académie d'Amiens[23] : l'école des Étangs[24].

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Hilaire dont les soubassements les plus anciens sont maçonnés en silex taillés.
  • Étangs de la vallée de la Bresle.
  • Chapelle Saint-Sauveur, entre Bouvaincourt et Oust-Marest. C'est au départ une maladrerie dont la fondation remonte à 1203. La chapelle actuelle est une reconstruction bénie en juin 1852. Les cultivateurs de la région y venaient en pèlerinage et en faisaient trois fois le tour avec vaches et chevaux de manière à être préservés de la maladie[25].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Bouvaincourt-sur-Bresle.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'argent au chevron de gueules, accompagné en chef à dextre de trois tourteaux du même et à senestre de trois billettes de sable, en pointe de trois billettes du même.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Itinéraires et distances par Viamichelin.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Incheville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Eu », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. L'article consacré à Bouvaincourt, sur le site des Archives départementales de la Somme, vue n°82/269.
  13. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme,1867-1878, tome 1, p. 157.
  14. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 4 avril 2014, p. 17.
  15. Blandine Thoreux, « Somme : dernière séance pour Roger Poyen après 37 ans de mandat : Membre du conseil municipal de Bouvaincourt-sur-Bresle depuis 1983, élu maire en 2014, Roger Poyen a tiré sa révérence. Il a assisté, lundi 25 mai 2020, à sa dernière réunion », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Pour rappel, Roger Poyen est entré au conseil municipal en 1983. Il devient premier adjoint de Claude Bardoux en 2001. Deux ans plus tard, en 2003, il reçoit la médaille d’honneur régionale, départementale et communale échelon argent. En 2008, il est de nouveau premier adjoint. En 2013, il est décoré de la médaille d’honneur échelon vermeil pour trente ans de service. Roger Poyen est élu maire en 2014, couronnement de cette longue carrière d’élu municipal. Le 1er janvier 2019, il reçoit la médaille d’honneur échelon or pour trente-cinq ans au service de la commune ».
  16. Blandine Thoreux, « Premier adjoint sous la précédente mandature, Yves Mainnemarre est élu maire dans la Somme : Yves Mainnemarre, élu depuis 2008 à Bouvaincourt-sur-Bresle, devenu premier adjoint en 2014, a été élu maire lundi 25 mai 2020 lors de l’installation du nouveau conseil », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. La fiche du village sur le site des Villes et villages fleuris.
  18. Palmarès de villes et villages fleuris de Picardie maritime, le Courrier picard, édition Picardie maritime, 7 novembre 2015, p. 8.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. L'école de Bouvaincourt sur le site de l'Éducation nationale.
  24. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 4 juillet 2016, p. 17.
  25. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 62 (ASIN B000WR15W8).

Autres[modifier | modifier le code]