Harbonnières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harbonnières
Monument aux morts de Georges Roty.
Monument aux morts de Georges Roty.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Moreuil
Intercommunalité CC Terre de Picardie
Maire
Mandat
Régis Ventelon
2014-2020
Code postal 80131
Code commune 80417
Démographie
Population
municipale
1 658 hab. (2014)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 58″ nord, 2° 40′ 14″ est
Altitude Min. 60 m – Max. 94 m
Superficie 15,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Harbonnières

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Harbonnières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Harbonnières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Harbonnières

Harbonnières est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Harbonnières est aisément accessible par l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029). Le village est à faible distance des autoroutes A1 et A29.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Harbonnières
Morcourt Proyart Framerville-Rainecourt
Bayonvillers Harbonnières Vauvillers
Guillaucourt Caix Rosières-en-Santerre


Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol d'Harbonnières, bourg picard du plateau du Santerre, sont de formation tertiaire. Ils sont formés de couches argileuses de limon des plateaux qui laisse passer l'eau jusqu'à une profondeur de dix mètres. Le diluvium se rencontre dans un fond de vallée[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau compris entre la vallée de la Luce et celle de la Somme. Le nord-est est à peu près plat sauf une petite vallée sèche qui se dirige vers Morcourt. Les environs du village sont légèrement vallonnés d'où un vallon va rejoindre la vallée de la Luce[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse la commune d'Harbonnières. La nappe souterraine se situe à 22 mètres du niveau du sol.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Cette terre fertile a rendu prospère l'agriculture principalement céréalière et betteravière. L'élevage de chevaux trait du Nord est aussi présent sur la commune.

Harbonnières possède sur son territoire un certain nombre d'activités économiques, dont :

  • la Société des Produits chimiques d'Harbonnières (S.P.C.H.), située à l'entrée du village sur la route de Bayonvillers ;
  • plusieurs commerces : une boulangerie, une épicerie, deux coiffeurs, un bars-restaurants, situés dans le bourg ;
  • le foyer de vie « Notre-Dame » est l'un des principaux employeurs de la commune, situé en plein centre du bourg, à côté de l'église.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve pour désigner Harbonnières, dans les textes anciens, plusieurs formes : Arboneria (1111), Harbonnérii, Harbonières et enfin en 1215, Harbonnières. Selon une hypothèse, le nom serait dû au fait que des herbes ou des arbres touffus croissaient à l'endroit où se sont implantées les premières habitations[1]. Selon une seconde hypothèse, le nom de la commune dériverait d'Harbo, nom d'un chef franc. Harbonnières serait alors le domaine de ce chef[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges de trois villas gallo-romaines ont été retrouvés[1].
  • Le lieu fut érigé en paroisse avant le XIIe siècle, et en commune en 1104. Le prieuré clunisien de Lihons-en-Santerre nomme le curé à partir de 1111 tandis que l'abbaye de Saint-Fuscien et le prieuré de Méricourt-sur-Somme se partagent le reste de la dîme[1].
  • Au XIIe siècle, Harbonnières possédait une maladrerie et un Hôtel-Dieu. Sous Louis XIV, les biens de la maladrerie et de l'Hôtel-Dieu d'Harbonnières furent unis à l'Hôtel-Dieu de Montdidier.
  • Harbonnières fut le siège de deux foires annuelles dès le Moyen Âge, et Charles IX en ajouta deux en 1567[1].
  • La seigneurie d'Harbonnières passa au XIVe siècle à la famille de Lorraine qui participa à la reconstruction de l'église au XVIe siècle.
  • En 1888, à la suite d'un don de Justine Vaillant, habitante d'Harbonnières, la congrégation de Notre-Dame des Sept Douleurs fonda un hospice au centre du village. Détruit lors de l'offensive allemande de 1918, l'hospice fut reconstruit en 1927. En 1950, l'établissement fut reconverti en orphelinat puis en institut pour enfants handicapés mentaux. Il accueille aujourd'hui des adultes handicapés.
  • Pendant la Première Guerre mondiale, Harbonnières fut reprise par les Français au cours de l'été 1916, pendant la bataille de la Somme. Pris par les Allemands le 27 avril 1918, le bourg sera définitivement repris par les Australiens le 8 août de la même année lors de la contre-offensive victorieuse des Alliés.
  • Le 3 novembre 1920, la commune d'Harbonnières, s'est vue décerner la Croix de guerre 1914-1918.

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Montdidier pour intégrer l'arrondissement de Péronne[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Harbonnières Blason De sable semé de fleurs de lis d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1800 Aubin Legenne    
1800 1803 Pierre-François Blot    
1803 1810 Aubin Legenne    
1903  ? Ludovic Horde    
  mars 1977 Joseph Van Poperinghe DVD  
mars 1977 mars 1989 Jacques Carré PS  
mars 2001 2006[5] Bertrand Auvray   Décédé en fonction le 19 mars 2006[6]
avril 2006   Régis Ventelon   Réélu pour le mandat 2014-2020[7], [8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 658 habitants, en augmentation de 12,03 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 776 1 925 1 985 1 837 2 117 2 180 2 212 2 250 2 165
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 062 2 070 2 091 2 014 2 010 1 960 1 884 1 907 1 800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 774 1 686 1 573 1 150 1 319 1 305 1 300 1 324 1 345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 405 1 426 1 559 1 371 1 286 1 305 1 480 1 650 1 658
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

L'église Saint-Martin d'Harbonnières, l'une des plus vastes du Santerre et parfois appelée « la petite cathédrale du Santerre », date des XVIe siècle et XVIIe siècle[13].

Construite en craie, on distingue, dans cette église, deux styles architecturaux différents : le gothique flamboyant de la nef à cinq travées et le style renaissance du chœur et du transept.

Un important mobilier de style Louis XIV est venu enrichir l'église[14].

L'édifice a été Logo monument historique Classé MH (1906).

Chapelle du cimetière[modifier | modifier le code]

Cette chapelle a été édifiée en pierre de taille en 1817, avant le transfert du cimetière communal à cet endroit, en 1845. Elle possède une statue polychrome de la Vierge et un ex-voto en marbre de 1891. Le toit de la chapelle a été refait en 2000 par la municipalité[15].

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire[modifier | modifier le code]

Heath Cimetery

"Heath" signifie lande. Située face au bois du Sart, au bord de la route Amiens-Saint-Quentin, au nord d'Harbonnières, cette nécropole contient 1 860 corps d'hommes tués entre septembre 1915 et octobre 1918 (859 Britanniques, 9 Canadiens, 984 Australiens, 6 Néo-Zélandais et 2 Sud-Africains) dont plus de 360 n'ont pu être identifiés. Tous les corps reposant ici, proviennent de tombes isolées et de cimetières édifiés au cours du conflit, situés à proximité, en particulier entre Harbonnières et Bray-sur-Somme.

Patrimoine Industriel[modifier | modifier le code]

  • Anciens bâtiments industriels en brique de 1921, utilisés actuellement par la société des produits chimiques d'Harbonnières[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Prudence Pezé veuve Guiraud dite la Louve de Rainecourt (1748-1820), native d'Harbonnières, chef de la bande des chauffeurs du Santerre, malfaiteurs et assassins qui sévissaient dans l'Est du département de la Somme depuis la fin du XVIIIe siècle. Elle tint son surnom du fait que devenue veuve, elle gérait une auberge à Raineville, hameau de Framerville-Rainecourt, près d'Harbonnières. Condamnée à mort, elle fut guillotinée à Rosières-en-Santerre.
  • François Vidocq (1775-1857), ancien bagnard devenu chef de la police de sûreté à Paris. Il arrive dans la Somme pour démasquer et arrêter les chauffeurs du Santerre. En 1820, logeant à Harbonnières, il s'infiltra dans la bande de La Louve de Rainecourt et parvint à faire arrêter tous ses membres.
  • Georges Croisille, commandant de la marine marchande, né le 4 septembre 1908 à Harbonnières. Premier commandant du paquebot France après avoir commandé de nombreux paquebots tels que Colombie, Antilles, Flandre et Liberté, décédé le 9 janvier 1991 à Ville-d'Avray.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 1865, réédition partielle Bray-sur-Somme et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, Res Universis, p. 143 à 149 (ISBN 2 - 87 760 - 446 - 2).
  • Antoine Goze, Notice sur l'église, la commune et les seigneurs d'Harbonnières, A. Caron, 1855.
  • Edouard Legenne, Les Ricochets de l'histoire, à Harbonnières, village picard, C.R.D.P., Amiens, 1980.
  • Adrien Varloy, Les Chauffeurs du Santerre, 1907, réédition, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse Res Universis, 1991 (ISBN 2 - 87 760 - 476 - 4) .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique sur la commune d'Harbonnières rédigée par Monsieur Heuduin, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme.
  2. Edouard Legenne,Les Ricochets de l'histoire à Harbonnières, village picard, Amiens, 1980, C.R.D.P.
  3. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  4. « Harbonnières », sur le site de Quiélire (consulté le 6 septembre 2008)
  5. « Harbonnières Le nouvel élan du maire », L'Union - L'Ardennais,‎ (lire en ligne)
  6. « Immobilier Harbonnières » (consulté le 6 septembre 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 5 septembre 2008)
  8. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Église à Harbonnières (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  14. « Chaire à prêcher à Harbonnières (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  15. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, 2003, F. Paillart Éditeur.
  16. « Monument aux Morts de la Guerre de 1914, 1918 et de la Guerre de 1939, 1945 à Harbonnières (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  17. « Statue : allégorie du deuil à Harbonnières (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  18. « Usine de bonneterie Bouly Lepage, puis anciens Ets Bouly, puis Sté Produits chimiques d'Harbonnières à Harbonnières (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)