Coaticook (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coaticook.
Coaticook
Image illustrative de l'article Coaticook (Québec)
Image illustrative de l'article Coaticook (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Estrie
Comté ou équivalent Coaticook
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Bertrand Lamoureux
2013 - 2017
Constitution 1er janvier 1864
Démographie
Gentilé Coaticookois, Coaticookoise
Population 9 265 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 31″ N 71° 49′ 54″ O / 45.108683, -71.83157 ()45° 06′ 31″ Nord 71° 49′ 54″ Ouest / 45.108683, -71.83157 ()  
Superficie 21 889 ha = 218,89 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Parc de la Gorge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir sur la carte administrative d'Estrie
City locator 14.svg
Coaticook

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Coaticook

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Coaticook
Liens
Site web ville.coaticook.qc.ca

Coaticook est une ville du Québec, chef-lieu de la MRC de Coaticook en Estrie[1].

Le recensement de 2006 y dénombre 9 204 habitants[2], ce nombre croissant lentement au cours des années suivantes, de sorte que la ville comptait 9 255 habitants en 2011[3].

Elle est surtout connue pour sa gorge et son pont suspendu pour piétons, cru le plus long au monde durant plusieurs années avant de voir son record « fracassé »[4]. Au même moment, le parc de la gorge s'est modernisé, rénovant presque entièrement ses sentiers et annonçant l'ouverture de nouveaux sentiers nocturnes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hatley Compton Sainte-Edwidge-de-Clifton Rose des vents
Barnston-Ouest N Dixville,
Saint-Herménégilde
O    Coaticook    E
S
États-Unis d'Amérique États-Unis, Flag of Vermont.svg Vermont

Toponyme[modifier | modifier le code]

« La nouvelle ville de Coaticook a été créée le 30 décembre 1998. Elle est issue du regroupement de la ville de Coaticook ainsi que des municipalités des cantons de Barnston et de Barford »[5].

Son nom est tiré de l'abénakis Koatikeku, qui signifie « Là où la rivière est bordée de pins blancs ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Richard Baldwin père partit de Barnston Pinacle à pied et se rendit jusqu'à l'endroit où est actuellement située la ville. Il défricha un coin près du ruisseau, à l'endroit où se trouve actuellement la Caisse populaire de Coaticook. Vester Cleaveland vint l'aider et ils abattirent d'énormes pins en les jetant sur la rivière dans le but de faire un barrage près de l'actuel pont de ciment. Durant cette année, les deux frères Walter et William Buckland firent une clairière de dix âcres en face de la station actuelle du chemin du fer. Deux autres pionniers, Elias Parkhust et un beau-frère des deux Buckland commencèrent un défrichement, plus près de la ligne de Barford. Richard Baldwin et Vester Cleaveland revinrent au printemps de l'année suivante et terminèrent le barrage, puis ils construisirent un moulin[6].

En 1826, un dénommé Cabe Ingraham fit un défrichement à l'endroit où se trouve actuellement la paroisse Saint-Marc. La première école fut construite en 1828. La première institutrice fut Sophia Chesley, épouse de Richard Baldwin fils, à qui revient l'honneur d'être le vrai fondateur de Coaticook. En 1830, Richard Baldwin fils bâtit la première vraie maison avec dépendances. Cette maison était érigée à l'endroit où s'élève actuellement l'hôtel de ville[6].

En 1835, les colons de Coaticook font un mauvais parti aux agents sans scrupule de la British American Land Co : "Peu à peu, d'autres colons vinrent se joindre à ces premiers venus de sorte qu'en 1835, au moment où la British American Land Co pillait les forêts le long des rivières qui se déchargent dans le Saint-François, les colons de Coaticook étaient assez nombreux pour faire un mauvais parti à ces nouveaux cageux quelque peu parents avec les débardeurs de Londres. Un jour, les hommes de la compagnie allèrent se plaindre aux autorités judiciaires les plus rapprochées. Deux gardiens furent envoyés sur les lieux par la compagnie. Mais les colons de Coaticook les saisirent, les enduisirent d'une espèce de liquide gluant, les recouvrirent de plumes de perdrix et d'autres oiseaux nocturnes et leur signifièrent de retourner à Sherbrooke sans jamais remettre les pieds à Coaticook, ou bien ce serait le plongeon immédiat dans la rivière. Des promesses furent faites sur-le-champ et tenues à jamais."(Mgr Gravel)[6]

Vers 1840, un des premiers magasins de la ville fut construit par M. Marcus Child. C'est en cette circonstance que sur proposition de M. Child, le nom de Coaticook fut donné pour la première fois au bureau de poste, pour s'étendre ensuite à tout l'établissement et à la future ville[6].

En 1845, M. John Kennedy (À ne pas confondre avec John F.Kennedy, 35e président des États-Unis) construisit sa forge et sa maison sur la rue Principale ouest, à peu près à l'endroit où est actuellement situé le bar Ailleurs. Il fut le premier forgeron de Coaticook[6].

En 1848, M. Samuel Cleaveland construisit en face du moulin à scie une distillerie pour whisky, laquelle fut en opération durant cinq années. Des écuries spacieuses logeaient les bêtes à cornes, engraissées avec le résidu du grain distillé[6].

L'an 1852 marque la construction du chemin de fer Saint-Laurent et Atlantique, plus tard renommé le Grand-Tronc. Ce chemin de fer, qu'on doit à la ténacité de Richard Baldwin fils, fut sans doute responsable de grands progrès de la ville[6].

En 1860, M. Lewis Sleeper arriva à Coaticook. Il acheta le pouvoir d'eau (force hydraulique) et les moulins. L'année suivante, il construisit une bâtisse de trois étages. Son frère Wright installa au premier étage plusieurs machines propres à tourner le fer et autres métaux. Un nommé Worthen fabriqua, au deuxième étage, des métiers à tisser différentes étoffes par des combinaisons ingénieuses. M.A.H. Cummings avait sa boutique de portes et châssis (fenêtres) au troisième étage[6].

1864 est l'année de l'incorporation du Village de Coaticook. C'est cette année-là qu'un local spacieux, avec deux classes et une pièce réservée aux délibérations du conseil, fut élevé sur le terrain de l'Académie anglaise (située au coin des rues Baldwin et Chesley) pour la jolie somme de $2,500, pour devenir le premier hôtel de ville[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Coaticook compte parmi ses équipes sportives, une équipe de baseball évoluant au sein de la ligue de baseball sénior élite du Québec, le Big Bill de Coaticook.

Presse locale[modifier | modifier le code]

Coaticook possède son propre journal hebdomadaire, Le Progrès de Coaticook, qui est distribué à l'intérieur des Publi-sac livrés dans la MRC[7]. Depuis 2011, une nouvelle radio - coopérative de solidarité, CIGNfm est en ondes à partir d'un studio situé sur la rue Main. L'aire de diffusion comprend toute la MRC de Coaticook.

Économie[modifier | modifier le code]

La laiterie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Laiterie de Coaticook.

Fondée en 1940 par Arthur Bédard, Arthur St-Cyr et Henri Gérin, la Laiterie de Coaticook Ltée se spécialisait alors en produits laitiers pasteurisés. À cette époque, on y préparait du lait nature, de la crème ainsi que du lait au chocolat. C'est en 1942 qu'Arthur Bédard achète les actions de ses deux associés et dirige l'entreprise avec ses fils. C'est à ce moment qu'apparaissent la crème glacée à l'ancienne et le fromage cheddar de la Laiterie de Coaticook, qui font la fierté des coaticookois[8].

En 1976, sous la direction des nouveaux propriétaires, Fernand Houle et Émile Provencher, la laiterie cesse la distribution du lait, de la crème et du lait chocolaté pour se concentrer sur la crème glacée et le fromage cheddar. Ces spécialisations ont permis à la laiterie de se tailler une place enviable sur le marché en offrant des produits de qualité.

En 1989, la relève s'installe et fait naître de nouveaux produits appréciés de la clientèle : des bûches à la crème glacée, du lait glacé, du fromage cheddar vieilli ainsi que du fromage de chèvre. Plusieurs nouvelles saveurs sont apparues pendant ces années, entre autres, la crème glacée à la tire d'érable qui a été inventée en collaboration du chef cuisinier Léo D'Amours. En 2004, la laiterie déménage dans un bâtiment trois fois plus grand. Un bar laitier s’annexe à l’usine, où l’on y retrouve tous les produits fabriqués par la laiterie.

En 2009, les produits de la laiterie sont vendus au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Château Norton/Musée Beaulne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Beaulne.

Maintenant connu sous le nom de Musée Beaulne, le Château Norton fut acquis par la municipalité en 1976. Doté d'équipements modernes et avec plus de 914 mètres carrés d'espaces publics, le Musée présente des expositions à caractère national tout comme il aide à la promotion des talents artistiques régionaux[9].

Parc de la Gorge et pont pédestre[modifier | modifier le code]

Gorge à Coaticook

Le principal attrait touristique de Coaticook est sans doute le Parc de la Gorge de Coaticook. Située au cœur de la ville, la gorge s'est formée sur une période de plusieurs dizaines de milliers d'années. Il est surplombé par le Pont pédestre de Coaticook. Il contient une grange ronde, des arbres multicentenaires et de hautes tours de bois.

Les 615 acres de terrain du parc permettent de s'adonner à une panoplie d'activités, été comme hiver. Les activités estivales les plus importantes sont la randonnée pédestre et le camping. Un centre équestre s'ajoute aussi à ces dernières. L'hiver, on peut profiter de la glissade sur chambre à air, la raquette et le ski de fond. D'autres activités saisonnières sont aussi offertes chaque année. Au début du XXIe siècle, on y célèbre en juin la Fête nationale du Québec, avec des feux d'artifices, des spectacles musicaux et un feu de joie.

La vie culturelle[modifier | modifier le code]

Le musée Beaulne, Coaticook.

La vie culturelle de Coaticook est dynamique et animée, présentant plusieurs lieux de diffusions pour les arts : Pavillon des arts et de la Culture de Coaticook, Bibliothèque Françoise-Maurice, Musée Beaulne, Société d'Histoire de Coaticook, chorale La Clef des Chants, troupe de théâtre Les Scèneux, ainsi que des deux écoles secondaires, le Centre régional d'initiatives et de formation en agriculture (CRIFA), les clubs de lecture et les différents cours, ateliers et nombreuses activités offertes par ces organismes et institutions, la vie culturelle et citoyenne connaît un essor intéressant depuis le début des années 1990[10].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Gallerie de hotos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :