Victoriaville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Victoriaville
Victoriaville
Cycliste à la Vélogare du Grand-Tronc.
Cycliste à la Vélogare du Grand-Tronc.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Centre-du-Québec
Comté ou équivalent Arthabaska
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Alain Rayes
2013 - 2017
Constitution 23 juin 1993
Démographie
Gentilé Victoriavillois, Victoriavilloise
Population 44 313 hab. (2013)
Densité 541 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 30″ N 71° 57′ 52″ O / 46.058223, -71.96456946° 03′ 30″ Nord 71° 57′ 52″ Ouest / 46.058223, -71.964569  
Superficie 8 195,7 ha = 81,957 km2
Divers
Code géographique 24 39062
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-du-Québec

Voir sur la carte administrative du Centre-du-Québec
City locator 14.svg
Victoriaville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Victoriaville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Victoriaville
Liens
Site web http://www.victoriaville.ca/

Victoriaville, abrégé communément Victo, est une ville du Canada située dans la municipalité régionale de comté d'Arthabaska au Québec, dont elle est le chef-lieu, dans la région administrative du Centre-du-Québec[1].

La ville est considérée comme le « Berceau du développement durable » au Québec puisqu'on y a vu naître d'importantes préoccupations environnementales (récupération des matières résiduelles, voitures hybrides pour les services municipaux, plantation d'arbres, etc.), sociales (la Corporation de développement communautaire des Bois-Francs est un exemple de dynamisme communautaire) et économiques (par le développement, entre autres, des relations nationales de la ville).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Bois-Francs.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Gare du Grand Tronc en 1909

En 1802, on assiste à la naissance officielle du canton d'Arthabaska, doté de l'un des rares noms administratifs d'origine amérindienne de la région des Bois-Francs. Les premiers colons, originaires de Bécancour et de Saint-Grégoire, commencent à défricher le territoire à partir de 1835. En 1855, le bureau de poste qui dessert l'endroit est identifié comme Arthabaska-Station, dénomination qui s'étend à la localité.

Au moment où l'on songe à créer une municipalité, peu avant 1860, deux personnages influents du canton d'Arthabaska, Julien Demers et Louis Foisy, se disputaient la suprématie sur ce territoire. Alors que Demers jouissait d'une forte popularité en sa qualité d'homme d'affaires, Foisy caressait le projet de prendre la direction de la localité. Lorsque l'on décide d'ériger une municipalité autonome, Julien Demers tente d'imposer son propre nom en suggérant Demersville, estimé trop prétentieux par Louis Foisy qui propose Victoriaville en l'honneur de la Reine Victoria (souveraine régnante qui vécut de 1819 à 1901 régna pendant 64 ans)[2].

Sa création[modifier | modifier le code]

Musée Laurier

C'est en 1851 que Arthabaska a été créée. Charles Beauchesne serait le premier colon à s'établir dans cette région d'Arthabaska. Olivier Perreault, le beau-frère de Charles Beauchesne s'est établi à Arthabaska là où est situé le centre-ville de Victoriaville. Il n'est pas le pionnier-fondateur. Charles Beauchesne s'est installé tout près de la rivière Nicolet. Ce qui a attiré les premiers colons dans la région, c'est la surpopulation des seigneuries du nord comme Bécancour.

C'est en 1861 que le village de Victoriaville, après avoir scindé le village d'Arthabaskaville, a été créée (Sanctionné le 18 mai 1861). En 1890, le village de Victoriaville a été scindé en deux pour former la ville de Victoriaville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Victoire d'Arthabaska (Sanctionné le 2 avril 1890).

Son évolution[modifier | modifier le code]

'Arthabaskaville' a évolué rapidement. En 1854, le premier chemin de fer des Bois-Francs est implanté dans plusieurs villes, de Richmond à Lévis en passant par Arthabaskaville. Le chemin de fer unira plus tard Arthabaskaville à St-Angèle. On appelait cette voie le Grand Tronc (maintenant disparu et qui est devenu une piste cyclable).

En 1855, le premier bureau de poste est arrivé à Arthabaskaville et il était situé face à l'hôtel « Grand Union ». Aujourd'hui, ce bâtiment servant au premier bureau de poste est désormais disparu. C'est un stationnement et il est toujours en face de l'hôtel Grand Union. En 1861, c'est la naissance de Victoriaville. En 1896, un de ses illustres citoyens devint le premier francophone à être nommé premier ministre du Canada : Sir Wilfrid Laurier. Aujourd'hui, sa maison est convertie en un grand musée de l'histoire. Le Musée Laurier est situé sur la rue du même nom (Laurier) à Arthabaska (Victoriaville).

Croix sur
le mont Arthabaska

Le 5 août 1931, l'hôpital Hôtel-Dieu d'Arthabaska est fondé. Le 20 juin 1942, Victoriaville fait la bénédiction du nouveau collège du Sacré-Cœur. En 1965, il y a fondation de l'École Québécoise du Meuble et du Bois Ouvré. En 1969, le collège Sacré-Cœur devient le Cégep de Victoriaville.

En 1905, il y a eu l'arrivée des Frères des Écoles Chrétiennes à Arthabaska, après que des gens de Victoriaville eurent grandement influencés les frères de du Sacré-Coeur de quitter Arthabaska pour s'installer à Victoriaville.

La fusion[modifier | modifier le code]

À l'initiative du maire d'Arthabaska de l'époque M. Pierre Roux, en 1993, la population des municipalités d'Arthabaska, de Sainte-Victoire-d'Arthabaska et de Victoriaville convenait de se regrouper en une seule ville. La municipalité de Saint-Christophe-d'Arthabaska avait également été invitée pour fusionner, offre qui fut déclinée.

L'appellation de Victoriaville, qui coiffe désormais la ville issue du regroupement des trois municipalités, a été choisie par la population des trois ex-entités municipales à l'issue d'un référendum tenu le 7 novembre 1993, dont le résultat est devenu officiel le 23 juillet 1994, remplaçant l'appellation temporaire Victoriaville-Arthabaska qui avait suivi la fusion.

Victoriaville aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Hôtel Grand Union

La ville a su faire ses preuves depuis plusieurs années au sein de la communauté. Plusieurs pistes cyclables sont présentes dans la ville. Victoriaville est la première ville au Québec dont la flotte automobile de la mairie est électrique. Également, la ville innove de jour en jour au niveau de la récupération. À Victoriaville, sur le mont Arthabaska (anciennement le mont Saint-Michel), est érigée une maison complètement écologique. Le réseau de la récupération créé par Monsieur Normand Maurice (de Drummondville) a été exploitée pour la première fois à Arthabaska. Victoriaville a suivi le mouvement.

Dans le but de conserver un environnement de qualité, la ville met à la disposition de ses citoyens trois bacs : un vert (destiné aux matières recyclables), un brun (pour les matières organiques) et un gris (où le reste des déchets solides est déposé). La collecte des matières récupérables se fait en alternance avec la collecte des matières destinées à l’enfouissement.

La ville est aujourd'hui membre du Réseau Sésame, un réseau international regroupant 15 capitales régionales de 12 pays différents. C'est d'ailleurs à Victoriaville que s'est tenu le 20e rassemblement annuel du réseau à l'été 2007.

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Le tissu industriel de Victoriaville est très diversifié. Longtemps reconnue comme étant la Capitale du meuble et du textile au Canada, son économie est aujourd'hui davantage orientée vers les secteurs de l'agroalimentaire, de l'équipement de transport spécialisé, de la fabrication de machinerie ainsi que de la récupération et la valorisation des matières résiduelles. Il y a aussi à Victoriaville l'usine de cercueil Vic Royal, une division de Victoriaville Group. Victoriaville Group, propriété de la famille Dumont est le deuxième plus grand fabricant de cercueils en bois de l'Amérique du Nord.

La ville compte 2 importants parcs industriels situés à proximité de son aéroport régional et des principales routes traversant la région (les routes 955, 116, 122, 132, 161 et 162). L’aéroport régional André-Fortin de Victoriaville est l’un des mieux équipés au Québec pour accueillir les jets d’affaires et les petits avions privés. D'ailleurs, une coopérative d'entrepreneurs y possède un avion mis à disposition de ses membres pour leurs voyages d'affaires ailleurs au Canada ou aux États-Unis.

Commerce[modifier | modifier le code]

Centre régional, Victoriaville dispose d'une grande variété de commerces. Les entreprises de vente et service foisonnent au centre-ville ainsi que dans les centres commerciaux de la ville. En tout, ce sont environ 350 commerces qui fournissent aux citoyens tout ce dont les habitants des grands centres peuvent bénéficier. Comptant plus de 1 000 membres, on trouve à Victoriaville, le siège social de la Chambre de commerce et d'industrie des Bois-Francs et de l'Érable, un regroupement de gens d'affaires fondé en 1903 et faisant partie des grandes Chambres de commerce au Québec.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[3]
Année Population Variation (%)
2011 43 462 en augmentation7,4 %
2006 40 486 en augmentation4,2 %
2001 38 841 en augmentation1,7 %
1996 38 174 en augmentation4,9 %
1991 36 392 en augmentation4,4 %
1986 34 869

Politique[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Victoriaville

Le maire Alain Rayes a été élu lors de l'élection du 1er novembre 2009 et réélu lors de l'élection du 3 novembre 2013.

Liste des conseillers municipaux par district électoral:

  • District 1- Parc de l'Amitié: Mme Caroline Pilon
  • District 2- Parc-de-l'île: M. Benoît Gauthier
  • District 3- Charles-Édouard-Mailhot: M. Patrick Paulin
  • District 4- Sainte-Famille: M. Alexandre Côté
  • District 5- Parc-Terre-des-Jeunes: Mme France Auger
  • District 6- Parc-Victoria: M. Marc Morin
  • District 7- Sainte-Victoire: M. Michel Allard
  • District 8- Arthabaska-Nord: M. Denis Morin
  • District 9- Arthabaska-Ouest: M. Gilles Lafontaine
  • District 10- Arthabaska-Est: M. Christian Lettre

Société[modifier | modifier le code]

Victoriaville compte 38[4] parcs municipaux, dotés de plusieurs services et équipements récréatifs : terrains de soccer, de pétanque ou de tennis, piscines, patinoires, etc. La plupart sont aussi dotés de jeux pour enfants et de tables de pique-nique.

Victoriaville a accueilli les Jeux du Québec durant l'hiver 1981.

Victoriaville a une équipe de hockey sur glace: les Tigres de Victoriaville. Ils font partie de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) depuis la saison 1987-88. En 2002, l'équipe a gagné la Coupe du Président en tant que meilleure équipe de la saison et s'est qualifiée pour une place dans les séries de la Coupe Memorial de la Ligue canadienne de hockey où les Tigres se sont inclinés en finale.

Le Cégep de Victoriaville offre plusieurs disciplines. Les Vulkins, le nom des équipes du cégep, offre des disciplines tels que le football américain, le soccer, le cross country, le basketball, le volley-ball, le badminton, la natation, le rugby etc.

Les polyvalentes Le Tandem et Le Boisé (école secondaire) offre dans son établissement le football, le hockey le soccer, le patinage artistique et le volleyball. Les équipes qui représentent l'école se nomment « Les Vicas ».

De même, le Collège Clarétain (école secondaire privée) offre a ses élèves plusieurs disciplines sportives comme le soccer, le basketball, le touch football, le volleyball, le badminton et le hockey. Les équipes qui représentent le Collège se nomment « Le Cyclone ».

Une école de parachutisme est installée sur le site de l'aéroport de Victoriaville. L'école est l'une des plus renommées à travers le Canada.

Victoriaville est la ville centre du Parc linéaire des Bois-Francs, une piste cyclable de 77 kilomètres aménagée sur une ancienne voie ferrée. Elle fait partie de la Route Verte et du Sentier Transcanadien

La Vélogare des Bois-Francs est une ancienne gare sur le Parc Linéaire des Bois-Francs. Maintenant, elle est un centre touristique pour les cyclistes.

Culture[modifier | modifier le code]

Victoriaville compte deux bibliothèques municipales. Elle compte également :

  • 14 écoles primaires/préscolaires
  • 2 polyvalentes
  • 1 école primaire privée (École Vision)
  • 1 école secondaire privée (Collège Clarétain)
  • 1 centre d'éducation pour adultes (Arthabaska)
  • 1 centre de formation professionnelle (Vision 20-20)
  • 1 centre intégré de formation et d'innovation technologique (CIFIT)
  • 1 centre de formation en entreprise et récupération (CFER)
  • 2 Cégeps (Cégep de Victoriaville et École nationale du meuble et de l'ébénisterie)

La ville organise tout au long de l'année de nombreux évènements à teneur sociale et récréative.

Chaque année, des dizaines de festivals et événements culturels se déroulent dans la ville de Victoriaville. On n'a qu'à penser à :

  • Festival International de Musique Actuelle (musique internationale d'avant-garde)
  • Exposition agricole de Victoriaville (Anciennement exposition agricole d'Arthabaska)
  • Festival jeunesse
  • Festival Rétro Pop (musique des années 1960 à aujourd'hui, rassemblements de voitures antiques ou de sport modifiées)
  • Week-end en Blues
  • Salon des Arts des Bois-Francs
  • Fêtes Victoriennes (festivités faisant revivre la fin du XIXe siècle avec des figurants costumés)
  • Grand week-end d’improvisation de Victoriaville
  • Balade Gourmande des Bois-Francs (circuit champêtre chez des producteurs transformateur agricole et marché de produits régionaux)
  • Wake Dans'Rue
Hôtel des Postes

Lieu d'histoire et de patrimoine, le Musée Laurier (Arthabaska) accueille chaque année plusieurs milliers de visiteurs de tous pays. Pour sa part le Musée de l'Hôtel des Postes abrite une importante collection d'œuvres d'artistes canadiens, l'institution propose des expositions de prestige et des activités pour toute la famille.

Le Théâtre Parminou offre depuis son ouverture en 1973[5] du théâtre populaire engagé et du théâtre d'intervention. Il présence ainsi en 2013 la pièce Parole d'or, silence d'argent, qui porte sur la violence, les abus et le manque de respect envers les aînés[6].

Le GRAVE (Groupement des arts visuels de Victoriaville) a pour objectifs de créer un milieu propice au développement de la recherche et de l'expérimentation dans le domaine des arts visuels et de valoriser de telles pratiques artistiques. Il offre une galerie d'exposition.

Le bar le Vieux St-Pierre se veut quant à lui une scène phare pour la culture locale, québécoise et même nationale. Divers groupes de musique aux influences plus distinctes les unes que les autres se succèdent chaque semaine sur les planches du Vieux St-Pierre afin de partager leur musique aux Victoriavillois.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Victoriaville fait partie des principales villes de la région touristique du Centre-du-Québec. Elle est la ville-centre de la région des Bois-Francs que couvre la MRC d'Arthabaska.

On y trouve 2 hôtels quatre étoiles totalisant 202 chambres et un centre des congrès. La ville est représentée au sein de l'Association des bureaux à congrès du Québec (ABCQ). On y compte également quelques gîtes touristiques.

Parmi les attraits à visiter, on y trouve notamment dans le secteur Arthabaska : l'Économusée de la maroquinerie (Cuir Rochefort), le Musée Laurier (Lieu historique national du Canada) et le Musée de l'Hôtel des Postes, l'Église Saint-Christophe d'Arthabaska, le mont Arthabaska, la Vannerie des Bois-Francs et le lac du Réservoir Beaudet servant à la réserve d'eau de la ville.

La ville possède un bon réseau de pistes cyclables et le golf y est populaire par la présence du club de golf de Victoriaville qui a accueilli à quelques reprises l'Omnium de golf du Québec. Les réseaux de sentiers de motoneiges et de quad (VTT) y sont également bien développés.

Plusieurs événements sportifs attirent une clientèle touristique intéressée, notamment par les tournois de soccer, de basketball et de hockey.

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

  • La Nouvelle/L'Union, bihebdomadaire (mercredi et dimanche).
  • L'Écho de Victoriaville.
  • La Tribune de Sherbrooke.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Câble 9 : Vidéotron, La Télévision Communautaire des Bois-Francs.

Et la ville est plus assidûment couverte par les télévisions généralistes régionales (TVA, Télévision de Radio-Canada, V) de Sherbrooke.

Radios[modifier | modifier le code]

  • 89.3 Radio-Ville Marie (retransmetteur du 91.3 Radio-Ville Marie Montréal) (CIRA-FM-3) : programmes religieux.
  • 92.7 La Première Chaîne de Radio-Canada (retransmetteur du 101.1 FM Radio-Canada Estrie CBF-FM-10) : affaires publiques et nouvelles.
  • 95.7/103.5 KYQ-FM (CKYQ-FM) : musique et informations locales.
  • O 97.3 (CFJO-FM) : musique, opinions et informations locales.
  • Passion Rock 101.9 (CFDA-FM) : musique et informations locales.

Bien sûr, les auditeurs de la région reçoivent les ondes des radios des villes comme Asbestos, Plessisville, Trois-Rivières, Québec et Sherbrooke.

Victoriavillois illustres et célèbres, de naissance ou d'adoption[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

  • Sir Wilfrid Laurier (Premier ministre du Canada) natif de Saint-Lin des Laurentides et résident à Arthabaska comme avocat et premier ministre du Canada. D'ailleurs il fut le premier Canadien français à occuper ce poste prestigieux.
  • Jean-Gilles Massé (député libéral dans Arthabaska en 1970) Résident à Arthabaska
  • André-Gilles Fortin (chef du Parti Crédit social du Canada en 1976) Son bureau de député à Arthabaska

Musique[modifier | modifier le code]

  • Steve Dumas (Dumas)
  • Daniel Grenier (auteur-compositeur-interprète)
  • Daniel Bergeron (Survivors will be Shot Again)
  • Marylène et Jasmin Hains (Les Heureux Perdus)
  • Carl Mathieu (Mars Phoenix - The Hoaxers - Hoax on Mars)
  • Keenan Fillion ( DJ FreedomX & FreedomX Studio Enr. )
  • Alain-François Lamontagne (Alain François)
  • Major Lee
  • Suburbs
  • William Sévigny (auteur-compositeur-interprète)
  • Exutoire
  • Carine Larose(auteur-compositeur-interprète)

Humour[modifier | modifier le code]

Télévision et Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Robin Aubert (acteur, réalisateur et scénariste) Natif de Ham-Nord
  • Pierre Bruneau (journaliste - télévision) Natif de Victoriaville
  • Pierre-Luc Houde (comédien - télévision)
  • Simon-Olivier Fecteau (comédien, humoriste et réalisateur)
  • Jasmin Hains (animateur-chroniqueur, radio et télé)
  • Étienne Marcoux (réalisateur et scénariste)

Littérature[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

  • Normand Maurice (Considéré comme celui qui a institutionnalisé la récupération au Québec et le fondateur du CFER)

Il a pris surtout à cœur le développement des jeunes qui étaient laissés à eux-mêmes bien qu'il y ait eu des gens en place qui n'ont pas voulu faire équipe avec lui.

  • Raymond Roy (prêtre ouvrier, pionnier de l'action communautaire dans les Bois-Francs) Il a été un autre aidant à la jeunesse délaissée. Il a créé "La soupe populaire" pour aider les plus démunis de la région environnante.
  • William A. Ninacs («Bill» Ninacs est chercheur et praticien de renom national en économie communautaire, développement local et en empowerment )
  • Maurice Baril (Chef d'état-major de la défense du Canada de 1997 à 2001) Originaire de Saint-Albert de Warwick

Église Saint-Christophe d'Arthabaska[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Christophe d'Arthabaska contient des peintures de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté et des ornements sculpturaux intéressants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Victoriaville », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 janvier 2011)
  2. Toponymie : Victoriaville
  3. Données extraites des différents recensements de Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec
  4. Site internet de la ville de Victoriaville, tableau des parcs, consulté le 17 juin 2010
  5. « Le Théâtre Parminou fête ses 39 ans! », sur Théâtre Parminou,‎ 18 mai 2012
  6. Myriam Delisle, « Parole d'or, silence d'argent : Théâtre Parminou », L'Étoile, vol. 46, no 16,‎ 24 avril 2013, p. 8 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Rosaire Princeville Saint-Norbert-d'Arthabaska Rose des vents
Saint-Valère N
O    Victoriaville    E
S
Saint-Albert Warwick Saint-Christophe-d'Arthabaska