The Record (Sherbrooke)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Record.
The Record
Pays Drapeau du Canada Canada
Langue Anglais
Périodicité Quotidienne
Diffusion 4 806 ex. (2007)
Date de fondation 9 février 1897
Ville d’édition Sherbrooke

Site web www.sherbrookerecord.com

The Record, fondé le 9 février 1897, est un quotidien anglophone de Sherbrooke, au Québec. Il sert la région des Cantons de l'Est.

Description[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, The Record s'est transformé en journal communautaire pour la minorité anglophone de la région, ne couvrant plus beaucoup l'actualité nationale et internationale. N'étant plus membre de l'agence de presse Presse canadienne, il rapporte les événements de CanWest Global et d'autres sources.

Le journal publie des rubriques culturelles appelées « Talk » ou « Talk of The Townships » tous les vendredis. Les sections du périodique portent sur les besoins des communautés parmi le public cible du journal.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé le 9 février 1897, il s'appelait auparavant le Sherbrooke Daily Record. Il est l'un des deux seuls quotidiens de langue anglaise au Québec, l'autre étant le Montreal Gazette, avec un tirage beaucoup plus élevé.

The Record a changé de propriétaires à plusieurs reprises depuis son acquisition par Conrad Black, Peter White et David Radler, en 1969. Il fut acheté par un homme d'affaires local, George MacLaren, en 1977, qui le vendit à Quebecor en octobre 1987[1]. Conrad Black reprend possession du journal en 1999, et le gardera jusqu'en janvier 2006, date où Hollinger cède l'ensemble de ses actifs canadiens, dont The Record, au groupe Glacier Ventures International, de Vancouver en Colombie-Britannique. Quelques mois plus tard, en septembre, le quotidien se retrouve au cœur d'un partenariat entre cette dernière entreprise et l'Alberta Newspaper Group.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gorman, B. (2004). Quebecor and convergence, a case study. Master, Carleton University.

Anecdote[modifier | modifier le code]

John Barett et Conrad Black, des barons de la presse canadienne, ont chacun fait leurs débuts comme propriétaire et copropriétaire du Record de Sherbrooke.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]