Microbrasserie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une microbrasserie est une expression désignant une petite brasserie fabriquant et vendant de la bière. Elle désigne aussi un établissement où l'on peut consommer les bières brassées sur place.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'expression et le phénomène apparurent au Royaume-Uni à la fin des années 1970 (microbrewery) pour décrire une nouvelle génération de petites brasseries spécialisées dans la production d'ale en fûts, non filtrée et non pasteurisée. Bien qu'à l'origine utilisé pour désigner la taille modeste des brasseries en question, le terme désigne désormais aussi une nouvelle attitude et une approche du brassage de la bière plus flexible, adaptative, expérimentale et plus à l'écoute des consommateurs. Le concept s'est ensuite étendu aux États-Unis où il désigne désormais une brasserie qui produit moins de 15 000 fûts de bière par an, ainsi qu'à d'autres pays d'Europe.

Le terme est également couramment usité au Québec, d'où provient sa forme française. En France et en Belgique, où certains établissements artisanaux produisent de la bière depuis parfois plusieurs siècles (dans certains cas par ou sous le contrôle de moines trappistes), on parle plus souvent de brasserie artisanale, mais la plupart des établissements fondés depuis les années 1980 sont souvent aussi désignés sous l'appellation de microbrasserie.

Les brasseurs insistant sur les particularités locales ou régionales de leurs recettes parlent aussi parfois de « bière identitaire » ou de « bière de terroir ». On peut rapprocher cette démarche de celle de nombreux producteurs régionaux de colas alternatifs.

La créativité de certaines microbrasseries a permis la réapparition ou la création de bières originales, comme les bières bretonnes aux algues ou au sarrasin, les bières au chanvre, ou la recréation de la bière vapeur. Nombre d'entre elles produisent également des bières de saison.

Un mouvement similaire est apparu aux États-Unis dans les années 1990, celui des microdistilleries.

Drapeau de la Belgique Belgique[modifier | modifier le code]

Dans un pays qui comptait autrefois plus de brasseries que d'églises, le phénomène des microbrasseries, apparu dans les années 1980, est vu comme un retour aux sources, même si le pays ne compte plus qu'environ deux cents brasseries. Depuis 2001, se tient chaque année à Marbehan Brassigaume, un festival des « petites brasseries ».

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

C'est du Québec que proviennent les mots « microbrasserie » et « microbière », francisations respectives de microbrewery et microbrew. Parallèlement aux États-Unis, le Canada a vu le même phénomène s'intensifier à partir de la fin des années 1980, et nombre de microbrasseries canadiennes produisent des bières inspirées de la tradition brassicole européenne, celle de la Belgique notamment. Au départ disponibles uniquement sur place et dans les magasins spécialisés des environs, de nombreuses bières de microbrasseries sont progressivement apparues sur les rayons de la grande distribution provinciale ou nationale.

Jérôme Denys, propriétaire du Cheval Blanc à Montréal qu'il a fondé en 1986, est généralement considéré comme l'un des pères de la microbrasserie québécoise. La microbrasserie la plus importante de la province est certainement Unibroue, fondée en 1990 et exportant aujourd'hui aux États-Unis, en Australie et en Europe.

Depuis le début des années 2000, les microbrasseries canadiennes militent pour demander une réduction de leur droit d'accise, semblable à celle dont bénéficient leurs homologues américains ou belges dans leurs pays respectifs, afin de rester compétitives face aux géants de la bière et, en 2003, dénonçaient les « pratiques anticoncurrentielles » des groupes Labatt et Molson (le Bureau de la concurrence canadien a reconnu des problèmes, mais n'a pas pris de mesures).

En 2003, l'Association des microbrasseries du Québec considérait que les microbrasseries québécoises représentaient 5 % de parts de marché et 680 emplois. En 2004, le ministère des Finances canadien estimait à environ 90 le nombre de microbrasseries et environ 100 le nombre de brasseries libre-service dans le pays.

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

C'est aux États-Unis que le mouvement des microbrasseries a pris l'ampleur la plus spectaculaire.

Au début du XXe siècle, la Prohibition force de nombreuses brasseries à fermer leurs portes, n'ayant pas la possibilité de produire du vin de messe comme certains vignobles. Après la fin de l'interdiction et plusieurs décennies de consolidation, la quasi-majorité de la bière produite commercialement aux États-Unis l'est par quelques très grands groupes, produisant pour la plupart des lagers au goût relativement uniforme, au premier rang desquels Anheuser-Busch (brasseur de la marque Budweiser), Coors (depuis fusionné avec le Canadien Molson) et Miller (devenu SABMiller en 2002 après sa fusion avec le groupe sud-africain SAB). De nombreux amateurs de bière commencent alors à se tourner vers le brassage maison, et certains se lancent dans une production à plus grande échelle, inspirés par les traditions artisanales britannique, allemande et belge.

La popularité de leurs produits est telle que le phénomène grandit rapidement à partir de la fin des années 1980, et des centaines de microbrasseries apparaissent, parfois attachées à un bar (appelé dans ce cas broue-pub) où les clients peuvent consommer le breuvage. Fritz Maytag, qui reprit la brasserie san-franciscaine Anchor Brewing Company en 1965, est souvent considéré comme l'un des pionniers de ce mouvement.

Certaines microbrasseries grandissent à tel point que l'appellation n'est plus toujours appropriée, et leur production relèvent davantage d'une désignation plus large, celle de bière artisanale (craft beer). C'est le cas notamment de la Boston Beer Company, qui produit la bière Samuel Adams, ou de la Sierra Nevada Brewing Company, fondée en 1979 et basée à Chico, en Californie.

L'Association des brasseries américaines estimait en septembre 2006 le nombre de brasseries artisanales régionales américaines à 52, le nombre de microbrasseries à 397 et le nombre de broue-pubs à 922[1].

Il existe plus de brasseries (des microbrasseries pour la plupart) dans la région de Portland, dans l'Oregon, que dans n'importe quelle autre ville du monde. Par contraste, il y a plus de microbrasseries par habitant au Colorado que dans n'importe quel autre État américain.

La dernière décennie du XXe siècle a vu l'émergence d'un mouvement parallèle similaire, celui des microdistilleries, notamment en Californie et dans l'Oregon.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des pays du nord et de l’ouest européens, la France a une longue tradition brassicole. La Lorraine s'est placée jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale comme la première région de France pour sa production. La France est dominée désormais par quelques grandes sociétés, mais les petites brasseries artisanales familiales, mieux que survivre, se développent rapidement. Le phénomène de la microbrasserie française surgit dans le milieu des années 1980.

Depuis 1985, année de création de la Brasserie Coreff et du groupe Les 3 Brasseurs, le phénomène des microbrasseries en France connaît une expansion galopante. Passant à 145 établissements vers l'an 2000, puis franchissant le cap des 400 (414) en 2011, le chiffre des 500 est dépassé en 2012, avec 507 brasseries en France et plus de 600 en 2013[2]. Le paysage brassicole français se décompose en 18 brasseries industrielles (+ de 10 000 hl par an), 50 brasseries artisanales (plus de 1 000 hl par an), 293 microbrasseries dont 185 produisent annuellement moins de 200 hl. On compte par ailleurs 69 brasseries installées dans le cadre d'un restaurant, 54 fermes brasseries et 19 brasseries pédagogiques.

Contre toute attente, et contre toute idée préconçue, la région Rhône-Alpes connaît la plus forte densité de microbrasseries : 83 établissements... En contrepartie, l'Alsace-Lorraine est la région la plus productrice avec plus de 10 millions d'hectolitres produits en 2012. Suit la région Nord-Pas de Calais avec 5,5 millions d'hectolitres et la région PACA avec 1,1 million d'hectolitres. Faut-il préciser que ces 3 régions ont sur leur territoire des sites de production appartenant aux 7 géants de la brasseries française. Dans ce concert national, les brasseries industrielles détiennent plus de 98% des parts de marché en volume. Toutefois, alors que certains segments du marché s'effritent et connaissent une érosion continue de leur volume, au détriment de ces mêmes brasseries industrielles, le phénomène des microbrasseries connaît une progression constante. Leur succès se confirme d'année en année, grâce à l'inventivité et l'originalité de leur production. Pour beaucoup de ces microbrasseries, la problématique reste de pouvoir répondre à la demande... (source: Edition 2013 de l'Annuaire des Brasseries Françaises, RCD Editions dépôt légal juin 2013).

Drapeau de l'Irlande Irlande[modifier | modifier le code]

Les bières artisanales ont gagné du terrain en Irlande depuis les années 1990, et le gouvernement a instauré en 2005 des réductions d'impôts pour les petits brasseurs[3]. The Porterhouse est considéré comme l'un des pionniers des brasseurs artisanaux en Irlande, et opère aujourd'hui plusieurs broue-pubs à Bray, dans la région dublinoise et à Londres.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

C'est véritablement au Royaume-Uni qu'est né le mouvement des microbrasseries, lors de l'instauration de la Campaign for Real Ale (CAMRA). Cette campagne, toujours d'actualité, a pour objectif de promouvoir une version traditionnelle et de qualité de la brasserie. CAMRA certifie les établissements qui brassent une ale non filtrée et non pasteurisée, mise en fûts et tirée sur place à la main (et non à la pression)[réf. souhaitée]. En 1980 est fondée la Small Independent Brewers Association (SIBA), renommée Society of Independent Brewers en 1995. Aujourd'hui, nombre de microbrasseries britanniques produisent non seulement des ales, mais aussi des lagers ou des stouts. La SIBA notait en 2005 une augmentation de 12 % du nombre de ses membres par rapport à l'année précédente.

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

Le phénomène de micro-brasserie est relativement nouveau en Suisse. À la fin des années 1990 fut créée la chaîne genevoise Les Brasseurs. Le phénomène est toutefois en pleine expansion et l'on trouve à l'heure actuelle environ 200 microbrasseries. Elles sont répartise sur tout le territoire (aussi bien en Suisse Romande que Suisse Allemande). Il existe depuis peu un service de panier mensuel (payant) offrant chaque mois quelques bières de microbrasseries dans le but de faire découvrir les microbrasseries Suisse.

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liste des brasseries françaises en activité

Source[modifier | modifier le code]

Annuaire 2011 Robert Dutin des brasseries françaises