Nordiques de Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nordique.

Nordiques de Québec

Description de l'image  Nordiques de Québec.svg.
Fondé en 1972
Disparu en 1995
Siège Flag of Quebec City.svg Québec,
Drapeau : Québec Québec,
Drapeau du Canada Canada
Patinoire (aréna) Colisée de Québec
15 399 places[Note 1]
Couleurs Bleu, blanc et rouge
Ligue Association mondiale de hockey
Ligue nationale de hockey
Propriétaire 1972-1976 : Marius Fortier, John Dacres, .Marcel Bédard, Jean-Claude Meunier, Léo-Paul Beausoleil
1976-1988 : Carling-O'keefe
1988-1995 : Daishowa, La capitale, Brasserie O'Keefe, Fonds de Solidarité de la FTQ, Métro-Richelieu, Autil inc.

Les Nordiques de Québec sont une franchise de hockey sur glace professionnelle d'Amérique du Nord, basée dans la ville de Québec dans la province du Québec au Canada. Elle est fondée en 1971 par un consortium formé par Marius Fortier, Jean-Marc Bruneau, John Dacres, Marcel Bédard, Jean-Claude Mathieu et Léo-Paul Beausoleil[1]. Elle évolue dans l'Association mondiale de hockey (désignée par le sigle AMH) puis dans la Ligue nationale de hockey (LNH) à partir de 1979 et jusqu'à sa vente en 1995 où elle est alors relocalisée au Colorado et devient l'Avalanche.

La franchise est constituée en société en commandite du Québec avec commanditaire principal la brasserie Carling-O'Keefe – fusionnée à la brasserie Molson en 1989. En 1988, les actions du commanditaire de l'équipe sont rachetées par un consortium d'entreprises québécoises suite aux difficultés financières de la brasserie[2]. Ses commandités, Marcel Aubut et Marcel Dutil, vendent quant à eux leurs actions au groupe américain Comsat Vidéo en 1995 et l'équipe déménage à Denver et prend le nom de l’Avalanche du Colorado[3].

Le logo de l'équipe représentait un « n » minuscule stylisé sous la forme d'un igloo flanqué d'un bâton de hockey et d'un palet au-dessus de la crosse. L'uniforme de l'équipe portait les couleurs du drapeau du Québec, abordant les fleurs de lys aux épaules et autour de la taille.

Jouant dans le Colisée de Québec, l'équipe accède une première fois à la finale de l'AMH en 1974-1975 mais elle perd en quatre matchs face aux Aeros de Houston. Elle prend sa revanche en 1976-1977 en battant les Jets de Winnipeg et en remportant le trophée mondial Avco[4].

Histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

L'achat de la concession[modifier | modifier le code]

Statue de Jean Lesage
Statue de Jean Lesage président du conseil d'administration des Nordiques de Québec en juin 1972.

En 1971, une nouvelle ligue est créée sous l'égide de Gary Davidson et Dennis Murphy : l'Association mondiale de hockey — désignée par le sigle AMH – de son nom anglais : World Hockey Association (WHA). Cette ligue doit, selon ses fondateurs, concurrencer la Ligue nationale de hockey[5]. Cette nouvelle association attire l'attention du groupe des actionnaires des Remparts de Québec de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Ce groupe communément appelé le « Groupe des six » est formé de Marcel Bédard, Léo-Paul Beausoleil, Jean-Marc Bruneau, John Dacres, Marius Fortier et de Jean-Claude Mathieu. Ne s'entendant pas sur certains points avec les autres actionnaires des Remparts, ils décident de vendre leurs actions pour 60 000 dollars chacun et de les réinvestir dans l'achat d'une franchise de l'AMH[1].

Le coût fixé pour une concession dans ce nouveau circuit est au départ de 25 000 dollars mais les investisseurs de Québec s'y prennent trop tard et l'AMH refuse leur candidature. En février 1972, un certain espoir renait : Gary Davidson propose alors aux québécois le rachat de la franchise des Sharks de San Francisco pour 250 000 dollars, cette dernière ayant semble t-il des difficultés à démarrer. Le groupe apprend que plus tard que cette franchise appartient à ce même Gary Davidson, ainsi qu'à son associé Dennis Murphy et à Mike O'Hara. Il avait été décidé de garder cette concession de disponible pour une éventuelle surenchère si des acheteurs se manifestaient sur le tard[6]. S'entendant finalement sur une somme de 215 000 dollars, dont 50 000 dollars à verser comptant, la concession de Québec voit le jour[1],[7].

Tout le monde croyait le club réellement lancé, mais plusieurs sceptiques laissent entendre que le budget que le groupe a prévu pour les opérations hockey était irréaliste et que le club ne verrait finalement pas le jour. Pour contrer ce scepticisme face au budget, ils réussissent à obtenir une rencontre avec George « Punch » Imlach, à l'époque directeur-gérant des Sabres de Buffalo de la LNH en compagnie de Joe Crozier. La rencontre a lieu à Toronto en avril 1972 et les participants à la rencontre comparent le budget projeté à celui des Sabres. Il en ressort que les budgets sont sensiblement les mêmes et Imlach les encourage à se lancer dans l'aventure avec ce budget[8].

Malgré ces encouragements, peu d'investisseurs manifestent de l'intérêt pour l'équipe. De plus, il faut trouver une somme de 100 000 dollars à verser à l'AMH pour garantir l'entrée en scène de l'équipe lors de la saison inaugurale. Si le groupe ne réussit pas à remettre cet argent, il perd alors l'avance de 50 000 dollars déjà versée pour l'achat de la concession et est exclu de la saison devant débuter quelques mois plus tard. N'ayant pas l'argent demandé, John Dacres et Marius Fortier partent tout de même pour Chicago où doit se tenir une réunion avec la direction de l'AMH. À Chicago, ils reçoivent une première offre d'aide, celle d'un certain Martin Lazarus. L'aide est alors conditionnelle au transfert de l'équipe à Montréal[8]. N'ayant pu trouver la somme avant l'ultimatum, les deux hommes se rendent tout de même à l'heure pour la réunion et à leur grande surprise, Bill Hunter propriétaire de la concession d'Edmonton se porte garant et dépose l'argent pour le club de Québec[1].

Quelque temps plus tard, avec l'aide de Jean Lesage, les Nordiques réussissent à trouver en Charles Marquis un investisseur qui garantit les débuts de l'équipe sur une patinoire[9]. Marius Fortier devient quant à lui le directeur-gérant de la franchise[10] et Lesage est nommé président du conseil d'administration[11].

Dans l'Association mondiale de hockey[modifier | modifier le code]

Les premières saisons (1972-1973 et 1973-1974)[modifier | modifier le code]

Portrait noir et blanc de Maurice Richard
Maurice Richard, premier entraîneur de l'équipe des Nordiques.

Le premier entraîneur de l'équipe est Maurice Richard, icône des québécois et joueur des Canadiens de Montréal de la LNH pendant une vingtaine d'années ; il refuse d'abord la proposition de Fortier et de Maurice Filion, dépisteur de l'équipe, mais finalement pressé par sa femme, le « Rocket » accepte de se rendre à Québec et il signe son contrat avec la nouvelle équipe de l'AMH le 27 juillet 1971[10]. Quelques jours plus tôt, Jean-Claude Tremblay le défenseur vedette des Canadiens[12] décide de changer de ligue et rejoint l'AMH et les Nordiques pour la somme de 140 000 dollars par saison[10]. Les deux anciens des Canadiens sont les seuls vedettes qu'engage les Nordiques, le reste de l'équipe étant composé de joueurs franco-canadiens[10]. Tremblay est désigné capitaine de l'équipe[13]

Québec joue son premier match dans l'AMH le soir du 11 octobre 1972, une défaite 2-0 sur la glace des Crusaders de Cleveland[14]. Suite à cette première défaite, Richard déclare à Fortier qu'il ne veut pas continuer et qu'il ne supporte pas la pression qu'engendre le poste d'entraîneur d'une équipe[15]. Il accepte finalement de rester encore en place pour le premier match à domicile contre les Oilers de l'Alberta et une victoire 6-0 avec un blanchissage[Note 2] de Serge Aubry[14]. Le premier but de l'histoire des Nordiques est inscrit par François Lacombe[10]. Mais encore une fois, Richard ne profite pas du match et la direction de Québec annonce d'une manière officielle que Richard se retire pour une semaine pour des raisons de santé ; Filion prend alors la place d'entraîneur[16].

Se calquant sur la LNH, l'AMH organise au mois de janvier 1973 son premier Match des étoiles ; la ville de Québec accueille l'évènement et trois joueurs de l'équipe participent à la victoire de leur division : Aubry, Tremblay et Michel Parizeau. Avec trente-trois victoires, quarante défaites et cinq matchs nuls, les Nordiques finissent la saison régulière à la cinquième place de la division de l'Est et ne sont pas qualifiés pour les séries éliminatoires[17]. Tremblay est nommé meilleur défenseur de la saison et reçoit en conséquence le trophée Dennis A. Murphy[18].

À l'issue de cette première saison, Fortier doit trouver un successeur à Fillion mais également trouver le moyen d'amener plus de monde à venir assister aux matchs de l'équipe. L'équipe attire en effet une moyenne d'environ 7 000 partisans par match, la deuxième moyenne de l'AMH mais les Remparts en attirent environ 10 000[10]. Finalement, Jacques Plante est nommé pour occuper les postes de directeur général[19] et d'entraîneur de la franchise[10].

Malgré l'ajout de Plante derrière le banc et de joueurs comme Serge Bernier, Réjean Houle et Dale Hoganson, l'équipe ne parvient pas à s'imposer au cours de la saison 1973-1974. Plante se met plusieurs personnes de l'équipe à dos : d'abord les dirigeants puis certains des joueurs. Finalement, l'équipe manque une nouvelle fois les séries par un point au classement. Plante est alors largement critiqué par les partisans de Québec mais il décide de lui-même quitter la franchise le 1er mai pour revenir au jeu la saisons suivante avec les Oilers d'Edmonton[20].

Premières qualifications en séries (1974-1975 et 1975-1976)[modifier | modifier le code]

Photographie de Howe
Gordie Howe aide les Aeros de Houston à battre les Nordiques en finale de la Coupe Avco 1975.

Avant le début de la saison 1974-1975 de l'AMH, les finances du club sont dans le rouge, en partie en raison du départ précipité de Plante, avant qu'André Veilleux n’investisse 50 000 dollars dans les caisses. Il entre ainsi au sein du nouveau conseil d'administration mais n'y reste que deux semaines après avoir voulu s'occuper de la gestion de l'équipe[21]. John Dacres devient le deuxième président du club et Fillion donne le poste d'entraîneur de l'équipe au nouveau retraité : Jean-Guy Gendron[22]. Au cours du repêchage amateur[Note 3] de l'AMH de 1974, l'équipe choisit en tant que neuvième équipe et sélectionne Réal Cloutier joueur junior des Remparts[23].

Dans le même temps, l'AMH se restructure en créant une troisième division et les Nordiques jouent désormais dans celle nommée division Canadienne avec les Jets de Winnipeg, les Blazers de Vancouver, les Oilers d'Edmonton et les Toros de Toronto. Les Nordiques luttent toute la saison avec ces derniers pour la première place de la division. Au mois de décembre, l'équipe réalise un échange de plusieurs joueurs avec celle des Stags du Michigan : Marc Tardif et Steve Sutherland rejoignent Québec en retour de Pierre Guité, Alain Caron et Michel Rouleau[24],[25]. Très vite, il s'impose au sein de l'équipe et est invité au cours de la saison au Match des étoiles de l'AMH ; Bernier, Houle, Tremblay et Hoganson sont également présents au match qui se joue une nouvelle fois à Québec[21].

Entre le 1er et le 19 janvier, l'équipe remporte neuf succès consécutifs[26] et se place alors à la première place de la division[27]. Au mois de mars, l'équipe est toujours première du championnat et malgré sept défaites enchaînées[26], ils tiennent bon à la première place et finissent le calendrier avec 92 points, le deuxième plus haut total de la ligue derrière les Aeros de Houston[28].

Qualifiés pour la première fois pour les séries, les Nordiques affrontent au premier tour les Roadrunners de Phoenix et en viennent à bout en cinq rencontres. Au deuxième tour, Québec est opposé à l'équipe des Fighting Saints du Minnesota et cette fois-ci, six matchs sont nécessaires à l'équipe de Gendron pour passer le tour][28]. En finale, les Nordiques jouent contre les champions de la saison régulière et champions 1973-1974 de la Coupe Avco, les Aeros. Ces derniers comptent dans leur rang Gordie Howe, vétéran âgé de 46 ans, mais également ses deux fils Mark et Marty[29]. Les Nordiques sont dépassés par les Aeros en perdant la finale en quatre rencontres avec un total de vingt buts pour les joueurs de Houston contre seulement sept pour les Nordiques[30]. Tremblay reçoit pour la seconde fois de sa carrière le trophée du meilleur défenseur de l'AMH[18].

Champion de la Coupe Avco (1976-1977)[modifier | modifier le code]

Trophée mondial Avco remit aux Nordiques de Québec.
Photo du Trophée mondial Avco qui a été remit aux Nordiques.

La saison 1976-1977 des Nordiques voit l'arrivée d'un nouvel entraîneur en la personne de Marc Boileau, depuis deux ans entraîneurs des Penguins de Pittsburgh[31]. Boileau arrive au sein de l'équipe en remplacement de Gendron qui ne s'entend plus avec les joueurs de l'équipe[22]. Les joueurs de Québec connaissant un très bon début de saison en remportant huit de leur neuf premiers matchs[32] prenant alors rapidement la tête de la division de l'Est mais également de l'Association mondiale de hockey[33]. Lors des vingt matchs suivants, ils lèvent un peu le pied en ne remportant que huit matchs des vingt rencontres suivantes ; au 21 décembre, ils sont tout de même toujours en tête de la division Est mais ce sont désormais les Mariners de San Diego qui sont en tête de l'AMH[34].

Entre le 22 décembre et le 25 janvier, les Nordiques remportent neuf matchs consécutivement pour asseoir leur domination sur la division Est. Ils terminent en tête de celle-ci avec une fiche de 47 victoires, 31 défaites et 3 matchs nuls pour 97 points, quatorze de points de plus que les Stingers de Cincinnati[35]. En cours de saison, les Fighting Saints du Minnesota arrêtent leurs activités en février 1976[36].

Offensivement, l'équipe des Nordiques est menée par Réal Cloutier qui inscrit 141 points pour le plus haut total dans l'AMH et remporte ainsi le trophée Bill Hunter[37]. Il inscrit 66 buts pour son équipe alors que Marc Tardif, meilleur pointeur de la saison passée pour l'AMH, manque une vingtaine de matchs mais inscrit tout de même 49 buts et 109 points ; Christian Bordeleau inscrit 32 buts et a autant d'aides que Cloutier avec 75 passes décisives. Il est le troisième joueur de l'équipe à dépasser la barre des cent points[38].

Lors du premier tour des séries éliminatoires, les Nordiques rencontrent les Whalers de la Nouvelle-Angleterre, quatrièmes et derniers qualifiés de la division pour les séries. Les deux premiers matchs sont joués à Québec et ce sont deux victoires pour les joueurs locaux. Ils remportent également le match suivant dans le Hartford Civic Center mais perdent le quatrième match. Le cinquième et dernier match de la série se joue le 19 avril 1976 avec un blanchissage de Richard Brodeur et une victoire 3-0 des Nordiques[4],[39]. Au deuxième tour des séries, les Nordiques éliminent les Racers d'Indianapolis également en cinq rencontres de la même manière que contre les Whalers : trois victoires consécutives puis une victoire pour chaque équipe ; la victoire des Racers est un blanchissage 2-0[4].

Les Nordiques retrouvent en finale de la Coupe Avco les Jets de Winnipeg, troisièmes de la saison régulière, vainqueurs des Aeros en finale de la division Ouest et champions en titre de la Coupe Avco. Québec perd son premier match à domicile lors des séries éliminatoires lors de la première date 2 buts à 1 mais se reprend lors du deuxième match avec une victoire 6-1. Sur leur glace du Winnipeg Arena, les Jets font subir une deuxième défaite aux Nordiques lors de la troisième rencontre sur le même score de 6-1. Les Nordiques reviennent dans la série avec une victoire 4-2 lors de la quatrième rencontre et enchaîne sur une victoire 9-2. La sixième date de la série connaît une fin totalement différente puisque les Jets, chez eux, écrasent les Nordiques 12-3 alors que l'entraîneur Boileau est exclu du match[4]. Le dernier match de la série a lieu le 26 avril dans le Colisée de Québec et malgré un score vierge à l'issue du premier tiers-temps, le pointage final est de 8 à 2 pour les joueurs de Québec[39]. Ils remportent ainsi leur première Coupe Avco alors que Serge Bernier compte quatorze buts et vingt-deux passes décisives en dix-sept rencontres et il remporte le titre de meilleur joueur[Note 4] des séries ; il reçoit le WHA Playoff MVP[40].

Dans la Ligue nationale de hockey[modifier | modifier le code]

Vue d'une partie de la patinoire du Colisée de Québec à partir des gradins. Des joueurs des Nordiques de Québec s'échauffent en lançant tour à tour sur le gardien de but
Période de réchauffement avant un match au Colisée de Québec en 1986

L'affaire Lindros[modifier | modifier le code]

Photographie de Forsberg
Peter Forsberg est le joueur clé obtenu dans l'échange de Lindros aux Flyers de Philadelphie.

On désigna toute la saga Eric Lindros par le nom de l'affaire Lindros. Ce joueur était considéré comme l'une des futures vedettes du hockey et fut rapidement placé au centre de plusieurs controverses. La plus connue d'entre tous est sans contredit celle où il refusa de jouer pour les Nordiques, bien que ces derniers en aient fait leur tout premier choix lors du repêchage de la LNH en 1991. Avant même qu'il soit repêché par l'équipe québécoise, il mentionnait à tous qu'il ne jouerait jamais pour le club de la capitale du Québec. Malgré tout, les dirigeants des Nordiques allèrent de l'avant, ignorant les dires du joueur ainsi qu'un précédent survenu quelques années avant : les Greyhounds de Sault-Sainte-Marie de la Ligue de hockey de l'Ontario avaient alors sélectionné le jeune prodige bien que ses parents aient averti qu'il ne se joindrait qu'à un club du sud de l'Ontario[41]. Or, à l'époque, un règlement de la ligue stipulait qu'un joueur midget ne pouvait être échangé lors de sa première saison s'il avait été sélectionné en première ronde lors du repêchage. La ligue décida, suite aux pressions des parents de Lindros et des fans, à modifier le règlement afin de permettre aux Greyhounds d'échanger le joueur aux Generals d'Oshawa et ainsi permettre l'arrivée de Lindros au sein de la ligue.

Avant qu'il soit repêché par les Nordiques, il mentionnait aux journalistes que sa réticence à jouer pour Québec n'était que d'ordre économique. Puis il est devenu évident qu'il y avait d'autres raisons, comme la peur d'être isolé dans un milieu totalement francophone, le peu de possibilité pour un anglophone d'obtenir des revenus publicitaires, etc[42]. Aux cours des mois qui suivent, le Québec se rallie à la cause des Nordiques tandis que du côté anglophone du pays, on[Qui ?] dénonçait l'entêtement des dirigeants du club québécois à vouloir retenir les droits sur le joueur, ainsi que l'opinion des journalistes québécois traitant le dossier.

Après un an de suspense, les dirigeants des Nordiques décidèrent d'en finir. À l'aube du repêchage de 1992, ils échangèrent Lindros aux Flyers de Philadelphie. Lindros aura été au centre de la controverse jusqu'à son dernier jour avec les Nordiques : en effet, les Rangers de New-York affirmaient avoir transigé avec les Nordiques bien avant les Flyers de Philadelphie. Le dossier est réglé avec l'intervention de la LNH en faveur de Philadelphie et, en retour, les Nordiques obtiennent Peter Forsberg, Steve Duchesne, Kerry Huffman, Mike Ricci, Ron Hextall, du premier choix des Flyers au repêchage de 1993 – choix qui s'avérera être Jocelyn Thibault – ainsi que contre 15 000 000 $ et des considérations futures – considérations qui seront finalement Chris Simon et le premier choix des Flyers au repêchage de 1994, Nolan Baumgartner[43].

La vente de la concession[modifier | modifier le code]

Logo inutilisés des Nordiques de Québec
Si les Nordiques n'avaient pas déménagé à Denver, ils auraient utilisé ce nouveau logo à partir de la saison 1995-1996.

La vente des Nordiques survient au lendemain d'une saison écourtée de 48 parties, une saison marquée par le premier lock-out de la Ligue nationale de hockey.

Officiellement, l'équipe a été vendue le 25 mai 1995. Cependant, c'est lors des séries éliminatoires contre les Rangers de New York que les rumeurs s'étaient intensifiées.

Les Nordiques ont été vendus pour 75 millions de dollars américains au groupe Comsat Communication de Washington, en direction de Denver au Colorado, là où les Nordiques sont devenus l'Avalanche. L'échec d'un projet de futur amphithéâtre, la taille du marché de Québec, l'absence de plafond salarial dans la LNH et l'absence d'aide financière gouvernementale serait les principales causes de la perte des Nordiques[44],[45]. Au printemps 1996, l'Avalanche du Colorado a remporté la coupe Stanley à sa toute première saison à Denver.

Le retour possible des Nordiques[modifier | modifier le code]

La construction du nouvel amphithéâtre[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, la ville de Québec est sur un projet d'un nouvel aréna de 18 482 places qui est actuellement en construction et qui ouvrira ses portes en 2015 pour l'éventuel retour d'une équipe de la LNH et pour une possible candidature pour accueillir les Jeux olympiques de 2022[46]. En août 2010, le maire de Québec, Régis Labeaume, mentionne que ses objectifs principaux pour les six prochains mois étaient de commencer la construction du nouvel aréna, mettre la main sur une équipe de la LNH en difficulté qui pourrait déménager à Québec et lancer la candidature de la ville pour les Jeux de 2022[47]. L'entreprise Québecor est parmi les noms d'entreprises qui feraient l'acquisition des futurs nouveaux Nordiques. Cependant, Québecor n'a affirmé d'aucune façon qu'elle serait prête à investir pour la construction d'un éventuel aréna.

Le 2 octobre 2010, entre 50 000 et 60 000 partisans se sont rendus sur les Plaines d'Abraham pour assister à la « Marche en bleu », une manifestation populaire afin d'obtenir du gouvernement du Canada qu'il finance une partie des coûts de construction d'un nouveau Colisée pour accueillir une équipe professionnelle de hockey. Le rassemblement, organisé à l'appel d'un agent d'assurance de Lévis, Mario Roy, a réuni un large éventail de personnalités politiques, dont le maire de Québec Régis Labeaume, et une vingtaine d'anciens des Nordiques, dont Michel Bergeron, Michel Goulet, Alain Côté et les frères Peter, Anton et Marián Šťastný[48].

Le 3 septembre 2012, plus de 20 000 personnes ont été rassemblées sur l'ancien hippodrome de Québec pour un évènement historique où le maire Labeaume, le grand patron de l'empire Québecor Pierre-Karl Péladeau, le chef du parti libéral Jean Charest, la chef du Parti québécois Pauline Marois et quelques anciens joueurs des Nordiques de Québec se sont présentés à la première pelletée de terre de la construction de l'amphithéâtre multi-fonctionnel, cette pelletée de terre collective qui amorce les travaux du tout nouveau Colisée et qui vont durer trois ans.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Affiliations primaires[modifier | modifier le code]

Les franchises de ligues majeures ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de ligues majeures qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l'effectif de départ. À l'exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Au cours de leur existence, les Nordiques ont été affiliés aux équipes suivantes[49],[50] :

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d'absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de leur histoire, les Nordiques ont eu les affiliations secondaires suivantes[50] :

Les joueurs et entraîneurs[modifier | modifier le code]

Au Temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Nordiques qui ont été admis au Temple de la renommée du hockey. Chaque année, sont admis au maximum quatre joueurs, deux « bâtisseurs »[Note 5] et un arbitre ou juge de ligne.

Parmi toutes les personnalités de l'histoire de l'équipe, quatre joueurs font partie du temple de la renommée après avoir joué avec l'équipe : Michel Goulet[52], Peter Šťastný[53], Joe Sakic et Mats Sundin. Les deux premiers sont admis au temple en 1998 après avoir passé chacun dix saisons au sein des Nordiques[54] ; les deux derniers sont admis en 2012. Par la suite, Šťastný fait partie des membres du comité désignant les nouvelles personnalités du hockey admises au sein du Temple[55].

En plus de ces quatre personnalités, deux entraîneurs de l'équipe sont membres du temple suite à leur carrière de joueur dans la LNH. C'est ainsi le cas de Jacques Plante qui entraîne l'équipe au cours de la saison 1973-1974 et qui honoré par le temple depuis 1978[56]. Guy Lapointe, entraîneur adjoint de Michel Bergeron dans la LNH en 1984-1985 puis d'André Savard, Ron Lapointe et Jean Perron entre 1987 et saison LNH 1989-1990[57], est admis au temple de la renommée en 1993[56],[58].

Enfin, Guy Lafleur est admis au temple de la renommée en 1988[56] mais il joue une centaine de matchs avec les Nordiques en deux saisons, au début des années 1990[59].

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Cette section reprend la liste des joueurs honorés par la franchise du temps de son existence à Québec ; l'Avalanche du Colorado décide par la suite que les numéros retirés par les Nordiques peuvent être utilisés par leurs joueurs.

Repêchage des Nordiques[modifier | modifier le code]

À la création de l'Association mondiale de hockey, il est décidé d'avoir chaque année une séance de repêchage de joueurs amateurs. L'âge minimal d'admissibilité est établi à 17 ans dans l'espoir de pouvoir signer ces joueurs avant que les équipes de la Ligue nationale de hockey ne puissent le faire. Cette section présente le choix de première ronde des repêchages des Nordiques ainsi que les équipes mineures dans lesquelles ces joueurs ont évolué[60].

La LNH organise également des repêchages, et ceci depuis 1963. Entre 1989 et 1991, la franchise sélectionne à trois reprises le tout premier choix de la sélection en repêchant Mats Sundin, Owen Nolan et enfin Eric Lindros[61].

Cette section présente par année le ou les choix de première ronde par les Nordiques lors des repêchages :

Dans l'AMH
Année Nom du joueur[Note 6] Rang Équipe mineure (ligue)
1973 André Savard 3e Remparts de Québec (LHJMQ)
1974 Réal Cloutier 9e Remparts de Québec (LHJMQ)
1975 Pierre Mondou 3e Bleu-Blanc-Rouge de Montréal (LHJMQ)
1976 Rick Green 10e Knights de London (AHO)
1977 Lucien Deblois 9e Éperviers de Sorel (LHJMQ)
Dans la LNH
Année Nom du joueur[Note 6] Rang Équipe mineure (ligue)
1979 Michel Goulet 20e Bulls de Birmingham (AMH)
1980 Pas de choix de première ronde
1981 Randy Moller 11e Broncos de Lethbridge (LHOu)
1982 David Shaw 13e Rangers de Kitchener (LHO)
1983 Pas de choix de première ronde
1984 Trevor Stienburg 15e Platers de Guelph (LHO)
1985 David Latta 15e Rangers de Kitchener (LHO)
1986 Ken McRae 18e Wolves de Sudbury (LHO)
1987 Bryan Fogarty
Joe Sakic
9e
15e
Canadians de Kingston (LHO)
Broncos de Swift Current (LHOu)
1988 Curtis Leschyshyn
Daniel Doré
3e
5e
Blades de Saskatoon (LHOu)
Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ)
1989 Mats Sundin 1er Nacka HK (Allsvenskan)
1990 Owen Nolan 1er Royals de Cornwall (LHO)
1991 Eric Lindros 1er Generals d'Oshawa (LHO)
1992 Todd Warriner 4e Spitfires de Windsor (LHO)
1993 Jocelyn Thibault
Adam Deadmarsh
10e
14e
Faucons de Sherbrooke (LHJMQ)
Winter Hawks de Portland (LHOu)
1994 Wade Belak
Jeff Kealty
12e
22e
Blades de Saskatoon (LHOu)
Catholic Memorial H.S. ( High-MA)

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Dans cette section, on trouvera une liste des principaux records tant collectifs qu'individuels. Les records sont séparés en deux parties. L'une pour les marques établies dans l'Association mondiale de hockey[62], l'autre par celles établies dans la Ligue nationale de hockey[63]. Ici ne seront inscrit que les marques établies du temps des Nordiques.

Records d'équipe[modifier | modifier le code]

Records de l'équipe
Record Association mondiale de hockey Ligue nationale de hockey
Marque Saison Marque Saison
Plus de points en une saison 104 1975-1976 104 1992-1993
Plus de victoires en une saison 50 1975-1976 47 1992-1993
Plus de défaites en une saison 40 1972-1973 61 1989-1990
Plus de matchs nuls en une saison 5 1972-1973
1978-1979
18 1980-1981
Plus de buts en une saison 371 1975-1976 360 1983-1984
Plus de buts alloués en une saison 347 1977-1978 407 1989-1990
Plus de buts en un match 12 26 décembre 1976
contre les Jets de Winnipeg
victoire de 12 à 3
12 1er février 1983
contre les Whalers de Hartford
victoire de 12 à 3[Note 7]
Plus de blanchissages en une saison 6 1978-1979 6 1985-1986
Plus de minutes de punition dans un match 122 10 mars 1976
contre les Jets de Winnipeg
- -
Plus de minutes de punition en une saison 1 620 1975-1976 2 104 1989-1990

Records individuels[modifier | modifier le code]

Record Association mondiale de hockey Ligue nationale de hockey
Joueur Marque Saison Joueur Marque Saison
Plus de saisons Richard Brodeur
Jean-Claude Tremblay
7 - Michel Goulet 11 -
Plus de matches Jean-Claude Tremblay 454 - Michel Goulet 813 -
Plus de buts en carrière Réal Cloutier 283 - Michel Goulet 456 -
Plus de passes en carrière Jean-Claude Tremblay 358 - Peter Šťastný 668 -
Plus de points en carrière Marc Tardif 579 - Peter Šťastný 1 048 -
Plus de minutes de pénalités en carrière Pierre Roy 732 - Dale Hunter 1 545 -
Plus de blanchissages en carrière Richard Brodeur 8 - Mario Gosselin 6 -
Matchs consécutifs - - - Dale Hunter 312 du 9 octobre 1980 au 13 mars 1984
Plus de buts en une saison Réal Cloutier 75 1978-1979 Michel Goulet 57 1982-1983
Plus de passes en une saison Marc Tardif 89 1977-1978 Peter Šťastný 93 1981-1982
Plus de points en une saison Marc Tardif 154 1977-1978 Peter Šťastný 139 1981-1982
Plus de minutes de pénalités en une saison Gordie Gallant 397 1975-1976 Gordon Donnelly 301 1987-1988
Plus de blanchissages en une saison Richard Brodeur
Jim Corsi
3 1978-1979 Clint Malarchuk 4 1985-1986
Plus de points en une saison par un défenseur Jean-Claude Tremblay 89 1972-1973
1975-1976
Steve Duchesne 82 1992-1993
Plus de points en une saison par un centre Serge Bernier 122 1974-1975 Peter Šťastný 139 1981-1982
Plus de points en une saison par un ailier droit Réal Cloutier 141 1976-1977 Jacques Richard 103 1980-1981
Plus de points en une saison par un ailier gauche Marc Tardif 154 1977-1978 Michel Goulet 121 1983-1984
Plus de points en une saison par une recrue André Gaudette 71 1972-1973 Peter Šťastný 109 1980-1981
Plus de buts en une partie Réal Cloutier 5 Le 26 octobre 1976 Mats Sundin
Mike Ricci
5 Le 5 mars 1992
Le 17 février 1994
Plus de passes en une partie Jeannot Gilbert
Serge Bernier
Christian Bordeleau
5 Le 3 février 1974
Le 31 janvier 1976
Le 26 octobre 1976
Anton Šťastný
Michel Goulet
Owen Nolan
Mike Ricci
5 Le 22 février 1981
Le 3 janvier 1984
Le 5 mars 1992
Le 12 décembre 1992
Plus de points en une partie Réal Cloutier 7 Le 26 décembre 1976 Anton Šťastný
Peter Šťastný
8 Le 22 février 1981

Entraîneurs-chefs des Nordiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Au cours de l'histoire des Nordiques, treize entraîneurs auront dirigé l'équipe. Certains comme Maurice Filion et Michel Bergeron ont dirigé l'équipe à différentes périodes. Leur premier entraîneur, le célèbre Maurice Richard, démissionne après seulement deux parties disputées[64].

Liste des entraîneurs des Nordiques dans l'AMH
No  Entraîneur Saison(s) Saison régulière Séries éliminatoires
 PE  V   D   N  % V
[Note 8]
 PE  V   D  % V
[Note 8]
1 Maurice Richard 1972-1973 2 1 1 0 50,0 % - - - -
2 Maurice Filion 1972-1973 76 32 39 5 45,4 % - - - -
3 Jacques Plante 1973-1974 78 38 36 4 51,3 % - - - -
4 Jean-Guy Gendron 1974 - 1976 159 96 59 4 61,6 % 20 9 11 45,0 %
5 Marc Boileau[31] 1976 - 1978 139 73 61 5 54,3 % 17 12 5 70,6 %
6 Maurice Filion 1977-1978 22 14 7 1 65,9 % 11 5 6 45,5 %
7 Jacques Demers 1978-1979 80 41 34 5 54,4 % 4 0 4 0 %
Liste des entraîneurs des Nordiques dans la LNH
No  Entraîneur Saison(s) Saison régulière Séries éliminatoires
 PE  V   D   N  % V
[Note 8]
 PE  V   D  % V
[Note 8]
8 Jacques Demers 1979-1980 80 25 44 11 38,1 % - - - -
9 Maurice Filion 1980-1981 6 1 3 2 33,3 % - - - -
10 Michel Bergeron 1980 - 1987 554 253 222 79 52,8 % 68 31 37 45,6 %
11 André Savard 1987-1988 24 10 13 1 43,8 % - - - -
12 Ron Lapointe 1987 - 1989 89 33 50 6 40,4 % - - - -
13 Jean Perron 1988-1989 47 16 26 5 39,4 % - - - -
14 Michel Bergeron 1989-1990 80 12 61 7 19,4 % - - - -
15 Dave Chambers 1990 - 1992 98 19 64 15 27,0 % - - - -
16 Pierre Pagé 1991 - 1994 230 98 103 29 48,9 % 6 2 4 33,3 %
17 Marc Crawford 1994-1995 48 30 13 5 67,7 % 6 2 4 33,3 %

Trophées d'équipes et honneurs individuels[modifier | modifier le code]

Dans l'Association mondiale de hockey[modifier | modifier le code]

Le trophée mondial Avco est l'équivalent de la Coupe Stanley de la LNH pour l'AMH : il récompense à la fin de chaque saison la meilleure équipe à l'issue des séries éliminatoires. Les Nordiques remportent le trophée mondial Avco en 1976-1977[65].

Le trophée Bill Hunter est remis annuellement au meilleur pointeur de la saison régulière de l'AMH et deux joueurs remportent le trophée alors qu'ils jouent pour les Nordiques. Marc Tardif inscrit en 1975-1976 148 points puis Réal Cloutier en inscrit 141 la saison suivante. En 1977-1978, Tardif remporte une seconde fois le trophée en inscrivant 154 points, le plus haut total pour un joueur dans l'AMH en une saison. Cloutier est le meilleur pointeur de la dernière saison de l'AMH avec 129 points en 1978-1979[37].

Le trophée Dennis A. Murphy est remis à la fin de chaque saison pour le meilleur défenseur. Jean-Claude Tremblay remporte à deux reprises le trophée, en 1972-1973 et 1974-1975[18].

Le trophée Gordie Howe, appelé « trophée Gary L. Davidson » pour les trois premières saisons de l'AMH, est remis annuellement au meilleur joueur de chaque saison. Marc Tardif est désigné meilleur joueur de l'Association à deux reprises : en 1975-1976 et en 1977-1978[66].

Le meilleur joueur des séries éliminatoires de l'Association mondiale de hockey se voit chaque année remettre un prix et Serge Bernier remporte le trophée lors de la victoire du trophée Avco, en 1976[40].

Lors des sept saisons de l'AMH, la ligue désigne deux équipes type de la saison pour les première et deuxième équipe d'étoiles. Plusieurs joueurs de l'équipe font partie chaque année des équipes d'étoiles[67] :

Dans la Ligue nationale de hockey[modifier | modifier le code]

Le trophée Calder récompense le meilleur joueur recrue[Note 9], joueur dans sa première saison dans la ligue. Pour être éligible, le joueur ne doit pas avoir joué plus de 25 matchs dans la saison régulière précédant celle en cours et pas plus de six matchs durant les deux autres saisons précédentes dans une des ligues professionnelles. Le joueur ne peut pas être âgé de plus de 26 ans le 25 septembre de la saison d'éligibilité. Deux Nordiques remportent le trophée au cours de leur première saison avec Québec : Peter Šťastný en 1980-1981 et Peter Forsberg lors de la dernière saison de la franchise en tant que Nordiques, en 1994-1995[68].

Le trophée Jack Adams est remis depuis la saison 1973-1974 au meilleur entraîneur de la saison. Marc Crawford remporte le trophée en 1994-1995[69].

Depuis 1930-1931, la LNH désigne à la fin de chaque saison régulière les deux équipes type de la saison et désigne ainsi les joueurs de la première et de la deuxième équipes d'étoiles. Michel Goulet reçoit l'honneur d'être nommé dans la première équipe en 1985-1986 et 1986-1987 et également dans la deuxième équipe en 1982-1983 et 1987-1988. En 1982, la LNH décide également de nommer une équipe des recrues et par la suite deux joueurs des Nordiques sont sélectionnés dans les équipes des recrues : Bruce Bell en 1984-1985 et Peter Forsberg en 1994-1995[70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce nombre représente le nombre de places disponibles après sa rénovation en 1979 et avant celle de 2007.
  2. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  3. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voir d'une autre équipe.
  4. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  5. La catégorie des bâtisseurs correspond aux personnes qui ne jouent pas directement au hockey mais qui ont un impact significatif sur le hockey. Il peut s’agir d’entraîneurs, de présidents, de propriétaires de franchises ou encore de personnalités des médias.
  6. a et b Certaines années, les Nordiques ont plusieurs choix de première ronde. D'autres années, l'équipe n'a choisi son premier joueur qu'après le premier tour, rien n'est alors indiqué.
  7. Cette marque fut une nouvelle fois atteinte le 20 octobre 1984 face aux Maple Leafs de Toronto, également dans une victoire de 12 à 3.
  8. a, b, c et d Le pourcentage de victoires est calculé en prenant en compte le nombre de points gagnés par match : deux points pour une victoire, une point pour un match nul ou une défaite en prolongation et zéro point pour une défaite en temps réglementaire.
  9. Le terme français de « recrue » correspond au terme anglais de « rookie ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Introduction », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 15 mars 2011).
  2. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - La vente des Nordiques (1988) », sur Les Nordiques de Québec - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 9 août 2014).
  3. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - La vente des Nordiques (1995) », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 9 août 2014).
  4. a, b, c et d (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Saison 1976-1977 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 15 mars 2011).
  5. Hornby, « Les grands moments du Hockey », page 78.
  6. Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 51.
  7. Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 56.
  8. a et b Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 73.
  9. Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 79.
  10. a, b, c, d, e, f et g (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Saison 1972-1973 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 16 mars 2011).
  11. (fr) « Biographie de Jean Lesage », sur le site de l'Assemblée Nationale du Québec (consulté le 17 mars 2011).
  12. a et b (en) « Jean-Claude Tremblay, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 mars 2011)
  13. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Les capitaines », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 16 mars 2011).
  14. a et b (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Statistiques, saison 1972-1973 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 16 mars 2011).
  15. Larochelle, « Les Nordiques - Dix ans de suspence », pages 184 et 185.
  16. « Richard abandonne le poste », La Presse,‎ 14 octobre 1971 (lire en ligne).
  17. (en) « Final WHA Standings 1972-73 », sur ShrpSports (consulté le 17 mars 2011).
  18. a, b et c (en) « WHA Dennis A. Murphy Trophy Winners », sur Hockey-reference.com (consulté le 16 mars 2011).
  19. Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 180.
  20. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Saison 1973-1974 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 16 mars 2011).
  21. a et b (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Saison 1974-1975 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 18 mars 2011).
  22. a et b (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Les entraîneurs », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 16 mars 2011).
  23. (en) « Réal Cloutier, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 18 mars 2011)
  24. (en) « Marc Tardif, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 19 mars 2011)
  25. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Marc Tardif », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 19 mars 2011).
  26. a et b (en) « 1974-75 Quebec Nordiques (46-32-0) », sur ShrpSports (consulté le 19 mars 2011).
  27. (en) « WHA Standings after Jan 19 in 1974-75 season », sur ShrpSports (consulté le 19 mars 2011).
  28. a et b (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Statistiques, saison 1974-1975 », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 19 mars 2011).
  29. (en) « 1974-75 Houston Aeros roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 19 mars 2011).
  30. (en) « 1974-75 WHA Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 19 mars 2011).
  31. a et b (en) « MArc Boileau hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  32. (en) « 1976-77 Quebec Nordiques (47-31-3) », sur ShrpSports (consulté le 14 mars 2011).
  33. (en) « WHA Standings after Oct 26 in 1976-77 season », sur ShrpSports (consulté le 14 mars 2011).
  34. (en) « WHA Standings after Dec 21 in 1976-77 season », sur ShrpSports (consulté le 14 mars 2011).
  35. (en) « Final WHA Standings 1976-77 », sur ShrpSports (consulté le 14 mars 2011).
  36. Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 375.
  37. a et b (en) « WHA Bill Hunter Trophy Winners », sur Hockey-reference.com (consulté le 14 mars 2011).
  38. (en) « 1976-77 Quebec Nordiques roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 mars 2011).
  39. a et b (en) « 1976-77 WHA Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 16 mars 2011).
  40. a et b (en) « WHA Playoff MVP Winners », sur Hockey-reference.com (consulté le 14 mars 2011).
  41. Poulin, « L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant », page 24.
  42. Poulin, « L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant », page 55.
  43. (en) « Eric Lindros, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 15 mars 2011)
  44. Poulin, Yves, 1972-1995: Québec n'a plus les moyens de son rêve, journal Le Soleil, vendredi 26 mai 1995, p. A1, republié le 25 mai 2011, consulté en ligne le 1er décembre 2011.
  45. Faucher, Jean-Robert, Michèle Viroly, Luci Tremblay et Monia Monger, Adieu les Nordiques!, Radio-Canada, 25 mai 1995, consulté en ligne le 1er décembre 2011.
  46. (fr) Charles-Robert Dionne, « Des Jeux olympiques à Québec en 2022? - Des atouts à mettre en avant », sur Le Devoir,‎ 1er mars 2010 (consulté le 15 mars 2011).
  47. (fr) Isabelle Mathieu, « Québec se fixe trois priorités: Colisée, LNH, Jeux olympiques », sur Cyberpresse,‎ 17 août 2010 (consulté le 9 août 2014).
  48. Ian Bussières, « Marche bleue: La ville était Nordiques », Le Soleil,‎ 2 octobre 2010 (lire en ligne)
  49. (en) « Quebec Nordiques (WHA) Minor League Affiliate History », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 mars 2011)
  50. a et b (en) « Quebec Nordiques (NHL) Minor League Affiliate History », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 mars 2011)
  51. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Les filiales », sur Les Nordiques - Toute l'histoire de 1972 à 1995 (consulté le 15 mars 2011).
  52. (en) « Michel Goulet, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 mars 2011)
  53. (en) « Peter Šťastný, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 mars 2011)
  54. « Official Guide & Record Book / 2010 », pages 239 et 240.
  55. (en) « Selection Committee By-Laws », sur Legends of Hockey (consulté le 13 mars 2011)
  56. a, b et c « Official Guide & Record Book / 2010 », page 239.
  57. (en) « Guy Lapointe hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  58. (en) Kevin Shea, « Spotlight - One on One with Guy Lapointe », sur Legends of Hockey,‎ 26 avril 2005 (consulté le 14 mars 2011).
  59. (fr) « Guy Lafleur - Biographie, photos, statistiques et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 15 mars 2011).
  60. (en) « Quebec Nordiques Draft History - WHA », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 mars 2011).
  61. (en) « Quebec Nordiques Draft History - NHL », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 mars 2011).
  62. (fr) Records dans l'AMH sur http://www.histoirenordiques.ca/
  63. (fr) Records dans la LNH sur http://www.histoirenordiques.ca/
  64. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - Varia », sur Les Nordiques de Québec (consulté le 16 mars 2011).
  65. (en) « Legends of Hockey - Historic Trophies - Avco World Trophy », sur Legends of Hockey (consulté le 14 mars 2011).
  66. (en) « WHA Gary L. Davidson Award/Gordie Howe Trophy Winners », sur Hockey-reference.com (consulté le 14 mars 2011).
  67. (en) « WHA All-Star Teams », sur Hockey-reference.com (consulté le 14 mars 2011).
  68. « Official Guide & Record Book / 2010 », page 216.
  69. « Official Guide & Record Book / 2010 », page 212.
  70. « Official Guide & Record Book / 2010 », page 234.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Fortier, Les Nordiques et le circuit maudit, Lotographie Inc.,‎ 1978
  • Daniel Poulin, L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant, Laval, Guy Saint-Jean Éditeur,‎ 1992 (ISBN 978-2-920340-69-5)
  • Claude Larochelle, Les Nordiques - Dix ans de suspense, France-Amérique,‎ 1982 (ISBN 978-2-89001-151-9)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Chicago, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) James Duplacey, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, New York, Total Sports,‎ 1998, 1e éd. (ISBN 978-0-8362-7114-0)
  • Lance Hornby, Les grands moments du Hockey, Montréal, Modus Vivendy,‎ 2005 (ISBN 978-2-89523-337-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]