Forces armées canadiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Forces canadiennes)
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ». Cscr-featuredtopic silver.svg Il fait partie d'un « bon thème ».
Forces armées canadiennes
(en) Canadian Armed Forces
Emblème des Forces armées canadiennesDrapeau des Forces armées canadiennes
Emblème des Forces armées canadiennes

Canadian Forces Flag.svg
Drapeau des Forces armées canadiennes
Forme actuelle 1968
Branches
Commandements environnementaux :
Armée canadienne
Aviation royale du Canada
Marine royale canadienne

Commandements opérationnels :
Opérations interarmées
Opérations spéciales
Quartier-général Quartiers généraux de la Défense nationale (QGDN), Ottawa (Ontario)
Commandement
Commandant en chef Sa Majesté la Reine du Canada Élisabeth II
représentée par Son Excellence le très honorable David Lloyd Johnston, gouverneur général du Canada
Ministre de la Défense nationale Rob Nicholson
Chef d'état-major de la défense du Canada Général Tom Lawson
Main-d'œuvre
Disponibles au service militaire 8 072 010 hommes
7 813 462 femmes
Aptes au service militaire 6 646 281 hommes
6 417 924 femmes
Actifs 88 000[1]
Déployés hors du pays 3 600[2]
Réservistes 35 280[3]
Budgets
Budget 20,1 milliards CAD (2012) [4]
Pourcentage du PNB 1,15 % (132e dans le monde) (2005 est.)
Industrie
Fournisseurs nationaux General Dynamics
Articles annexes
Histoire Histoire militaire du Canada
Grades Grades des Forces canadiennes

Les Forces armées canadiennes (FAC ; Canadian Armed Forces ou CAF en anglais) sont l'organisation militaire responsable de la défense du Canada et de ses intérêts. Elles étaient auparavant connues sous le nom de Forces canadiennes ou FC. Les FAC composent la majeure partie du ministère de la Défense nationale (MDN) dont le quartier général (QG) est situé à Ottawa en Ontario. Le principal mandat des FAC est la protection du Canada et la défense de sa souveraineté. Elles ont aussi pour rôle de défendre l'Amérique du Nord avec leur principal allié, les États-Unis, ainsi que de contribuer à la paix mondiale en effectuant des missions à l'étranger. Avec 88 000 membres actifs, civils et militaires, l’organisation est le plus important employeur public au Canada.

Créée le 1er février 1968 lors de l'unification de la Marine royale canadienne, l’Armée canadienne et l’Aviation royale du Canada qui étaient jusque-là des structures distinctes, l’organisation est régie par la Loi sur la défense nationale qui dispose entre autres que « les Forces canadiennes sont les forces armées de Sa Majesté levées par le Canada. Elles constituent un service intégré appelé « Forces armées canadiennes ». » En effet, les Forces armées canadiennes comprennent les forces aériennes, maritimes et terrestres sous une même structure.

Quelque 8 000 militaires, soit environ le tiers de l'effectif déployable des FAC, sont directement impliqués pour les opérations à l'étranger que ce soit en entraînement en vue d'un déploiement, en mission ou en retour du théâtre. Les forces déployées sont placées sous le Commandement des opérations interarmées du Canada. Quant à lui, le Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada est responsable des forces ainsi que des opérations spéciales que cela soit au Canada ou à l'étranger.

Rôle[modifier | modifier le code]

Les Forces armées canadiennes sont régies par la Loi sur la défense nationale qui stipule entre autres que « les Forces canadiennes sont les forces armées de Sa Majesté levées par le Canada. Elles constituent un service intégré appelé « Forces armées canadiennes »[5]. » Les Forces armées canadiennes reçoivent leurs mandats du gouvernement canadien[6]. Ceux-ci sont décrits dans une stratégie de défense nommée « Le Canada d'abord »[7]. Ainsi, le gouvernement a doté les Forces armées canadiennes de trois rôles : protéger le Canada et défendre sa souveraineté, défendre l'Amérique du Nord en collaboration avec les États-Unis et promouvoir la paix et la sécurité internationale en participant à des missions à l'étranger avec différents alliés[6],[8]. La stratégie « Le Canada d'abord » définit six missions principales que les Forces armées canadiennes doivent accomplir potentiellement simultanément[9] :

  1. Mener des opérations quotidiennes nationales et continentales
  2. Soutenir les évènements internationaux importants au Canada
  3. Répondre à une attaque terroriste importante
  4. Appuyer les autorités civiles en cas de crise au Canada
  5. Diriger et/ou mener une opération internationale importante pour une période prolongée
  6. Déployer des forces en cas de crise à l'étranger pour une période de plus courte durée

Les FAC soutiennent les autres ministères et les organisations civiles au Canada en se déployant dans le cas de catastrophes naturelles et en effectuant des opérations de recherche et sauvetage[6],[9]. Pour effectuer son rôle de défense de la souveraineté, les FAC effectuent des patrouilles en mer dans les océans Atlantique et Pacifique en plus d'avoir des militaires répartis sur l'ensemble du territoire[6]. Les Rangers canadiens garantissent une présence militaire dans le Nord canadien. En effet, le mandat de protéger la souveraineté canadienne se manifeste concrètement dans le Nord à cause des richesses naturelles qui s'y trouvent et du passage maritime qui se développe à la suite de la fonte des glaces. Le gouvernement canadien a développé une stratégie pour le Nord qui inclut le contrôle du territoire et la protection de la souveraineté en ordonnant aux Forces armées canadiennes d'avoir une présence visible et de soutenir au besoin les autres ministères dans cette région[10],[11].

Structure[modifier | modifier le code]

Les Forces armées canadiennes sont placées sous la responsabilité du ministère de la Défense nationale. Cependant, le commandant en chef est le gouverneur général du Canada représentant la reine. Les Forces sont composées de cinq commandements. Trois de ceux-ci sont les commandements environnementaux aussi appelés services : l'Armée canadienne, l'Aviation royale du Canada et la Marine royale canadienne. Les deux autres commandements sont opérationnels et interarmées : le Commandement des opérations interarmées du Canada et le Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada[12]. En plus de ces commandements, le chef du personnel militaire fournit les directives aux FAC en ce qui concerne la gestion du personnel[6]. À ce chapitre, il est donc responsable du recrutement, de l'instruction, du soutien aux blessés et aux familles ainsi que de la reconnaissance du mérite du personnel militaire[6].

Les FAC comprennent la Force régulière et la Force de réserve. Les réguliers sont des militaires professionnels travaillant pour les FAC à temps plein. La réserve comprend principalement la Première réserve qui est composée de réservistes travaillant surtout à temps partiel. Elle comprend également les Rangers canadiens qui sont des volontaires au service des FAC pour assurer la présence dans les territoires peu habités surtout dans le Nord canadien. De plus, les anciens réguliers et réservistes font partie de la réserve supplémentaire qui n'a aucun devoir envers les FAC, mais qui peut être rappelée en cas de crise. La Force régulière comprend plus de 68 000 membres et la réserve en comprend environ 25 000 incluant 4 000 rangers[6],[1]. De plus, le MDN et les FAC emploient également 28 000 civils[6]. Le MDN est ainsi le plus important employeur public du Canada[13]. La Force régulière des Forces canadiennes constitue la 56e plus importante armée régulière au monde selon Radio-Canada[14].

Effectif des Forces armées canadiennes[1]
Année[15] Effectif de la Force régulière Effectif rémunéré de la Première réserve (approximé)
2004 61 394 26 259
2005 61 460 27 898
2006 62 703 27 449
2007 63 716 22 830
2008 64 397 19 750
2009 65 890 21 057
2011 68 136 27 898
2014[16] 63 000 24 000

Commandant en chef[modifier | modifier le code]

David LLoyd Johnston, commandant en chef des Forces canadiennes

Selon l'article 15 de la Loi constitutionnelle de 1867 qui définit le fonctionnement du gouvernement du Canada, « la reine continuera d'être et est par la présente attribuée le commandement en chef des milices de terre et de mer et de toutes les forces militaires et navales en Canada ». Cependant, en 1904, la Loi sur la Milice statue que « le commandant en chef de la Milice continuerait d'être sous l'autorité du roi et d'être administré par Sa Majesté ou par son représentant, le gouverneur général ». Depuis cette époque, le gouverneur général est autorisé par le souverain à porter le titre de « gouverneur général et commandant en chef au et sur le Canada » localement et de « gouverneur général et commandant en chef du Canada » internationalement. Les lettres patentes de 1947 du roi George VI permettent au gouverneur général d'exercer la plupart des tâches de chef d'État au Canada et le nouveau cahier des charges fait référence au rôle de commandant en chef en et sur le Canada[17].

De par la pratique parlementaire, le premier ministre du Canada a de facto le commandement et le contrôle des Forces armées canadiennes. Cependant, toute déclaration de guerre doit être cosignée par le gouverneur général ou le souverain. Le gouverneur général a le rôle de nommer le chef d'état-major de la Défense (CEMD) sous recommandation du premier ministre[18]. De plus, il s'occupe de plusieurs rôles cérémoniels en étant responsable d'approuver les nouveaux drapeaux et insignes, en présidant différentes cérémonies militaires, en décernant les distinctions importantes et en signant les brevets d'officier[18]. Le commandant en chef est autorisé à porter l'uniforme des Forces armées canadiennes lors des cérémonies[18]. D'ailleurs, il peut porter l'uniforme des trois environnements selon la cérémonie. Depuis le 1er octobre 2010, le commandant en chef du Canada est le très honorable David Lloyd Johnston[19].

Ministère de la Défense nationale et état-major[modifier | modifier le code]

Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, avec l'ancienne secrétaire d'État des États-Unis, Condoleezza Rice

Le ministère de la Défense nationale définit les politiques régissant les Forces armées canadiennes. Il s'agit du plus grand ministère du gouvernement fédéral[6]. Le ministre de la Défense nationale fait partie du Cabinet du Canada et est nommé par le premier ministre. Il s'agit généralement d'un membre du Parlement. C'est par son entremise que le gouvernement canadien donne des tâches aux FAC[6]. L'honorable Peter MacKay a occupé ce poste du 14 août 2007[20] au 15 juillet 2013, date à laquelle il a été remplacé par l'honorable Rob Nicholson.

Le commandant des Forces canadiennes au niveau militaire est le chef d'état-major de la Défense (CEMD) qui commande à partir des quartiers généraux de la Défense nationale (QGDN) à Ottawa. Il se rapporte directement au ministre de la Défense nationale et il s'agit du seul militaire portant le grade de général au sein des FAC. Le général Tom Lawson occupe ce poste depuis le 29 octobre 2012[6].

Armée canadienne[modifier | modifier le code]

Un char blindé Leopard C1
Article détaillé : Armée canadienne.

L'Armée canadienne est la plus grande branche des FAC avec ses 47 100 militaires[21]. Elle comprend six types d'unité : l'infanterie, l'artillerie, l'arme blindée, le génie de combat, le soutien au combat et les transmissions[22]. Les quartiers généraux de la force terrestre sont localisés avec ceux de la Défense nationale à Ottawa et son chef d'état-major est le lieutenant-général Marquis Hainse[21],[23].

L'Armée canadienne est divisée en six formations : les 1re, 2e, 3e, 4e et 5e Division du Canada ainsi que le Centre de la doctrine et de l'instruction de l'Armée canadienne[21]. La 1re Division du Canada est composée d'unités déployables et est notamment responsable pour les opérations d'évacuation de non combattants et les déploiements en cas de catastrophe. Les 2e, 3e, 4e et 5e Division du Canada sont des commandements correspondant à une région géographique du Canada. Le Centre de la doctrine et de l'instruction de l'Armée canadienne est une formation comprenant les unités responsables de l'instruction.

Les 2e, 3e et 4e Division du Canada comprennent chacune un groupe-brigade mécanisé regroupant la majorité des unités de la Force régulière de l'Armée canadienne. Chaque groupe-brigade mécanisé est composé de trois bataillons d'infanterie, d'un régiment blindé, d'un régiment d'artillerie, d'un régiment de génie de combat, d'un escadron de reconnaissance et d'unités de soutien[21]. La majorité des unités de la Première réserve font partie d'un groupe-brigade au sein de la 2e, 3e, 4e ou 5e Division du Canada. De son côté, la 1re Division du Canada comprend un régiment d'appui du génie, un régiment de défense antiaérienne et un escadron de guerre électronique[21].

Les unités régulières de l'Armée canadienne sont principalement stationnées dans sept grandes bases : Gagetown au Nouveau-Brunswick, Valcartier au Québec, Kingston et Petewawa en Ontario, Shilo au Manitoba ainsi qu'Edmonton en Alberta[21]. Au sein de la Première réserve, l'Armée canadienne est composée d'un total de 124 unités réparties dans une centaine de localités au travers du Canada[21]. Les Rangers canadiens font également partie de la Première réserve de l'Armée canadienne[21]. Ils sont répartis en 164 groupes de patrouille dans autant de localités travers du Canada[21].

Effectif de l'Armée canadienne[21]
Régulier Réserviste Civil
25 500 16 000 5 600

Aviation royale du Canada[modifier | modifier le code]

Un avion de chasse CF-18A
Article détaillé : Aviation royale du Canada.

L'Aviation royale du Canada (ARC) est la branche des opérations aériennes des FAC et une composante majeure du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord ou NORAD. Ses unités sont réparties dans treize escadres[24],[25]. Les quartiers généraux de l'ARC sont localisés avec les quartiers généraux de la Défense nationale à Ottawa et son chef d'état-major est le lieutenant-général Yvan Blondin[24].

Les unités opérationnelles de l'Aviation royale du Canada font partie de la 1re Division aérienne du Canada (1re DAC) dont les quartiers généraux sont situés sur la base des Forces canadiennes (BFC) Winnipeg au Manitoba[24]. Le commandant de la 1re DAC est le major-général J.J.P. St-Amand[24]. Il a également le contrôle de la région canadienne du NORAD[24]. La 2e Division aérienne du Canada est responsable de la doctrine et de l'entraînement.

Effectif de l'Aviation royale du Canada[24]
Régulier Réserviste Civil
14 500 2 600 2 500

Marine royale canadienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marine royale canadienne.

Le rôle de la Marine royale canadienne (MRC) est important puisque le Canada est bordé par trois océans en plus des Grands Lacs[26]. La MRC est responsable de tous les navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) qui comprennent 33 navires de guerre[26],[27]. Les navires sont répartis en deux flottes : les Forces maritimes de l'Atlantique (FMAR[A]) basées sur la BFC Halifax en Nouvelle-Écosse et les Forces maritimes du Pacifique (FMAR[P]) basées sur la BFC Esquimalt en Colombie-Britannique[26]. Le chef d'état-major de la Force maritime est le vice-amiral Mark Norman. Il est secondé par trois contre-amiraux qui sont le commandant des FMAR[A], le commandant des FMAR[P] et le commandant de la Réserve navale[26].

Comme toutes les composantes des FAC, la MRC a pour principal rôle d'assurer la défense du Canada. Ce rôle se définit au sein de la marine par la responsabilité d'assurer la souveraineté canadienne en effectuant des patrouilles dans les eaux territoriales et en protégeant les ressources naturelles qui s'y trouvent[6],[26]. De plus, la marine supporte d'autres ministères en fournissant entre autres du support lors de catastrophes naturelles, en effectuant des patrouilles contre le commerce de drogues, en faisant respecter la Loi sur les pêches et en effectuant des opérations de recherche et sauvetage[6]. Bien que l'aéronautique navale appartienne à la Marine royale canadienne, sa capacité opérationnelle est placée sous l'Aviation royale du Canada.

Effectif de la Marine royale canadienne[26]
Régulier Réserviste Civil
8 500 5 100 5 300
Navires de la Marine royale canadienne[27]
Type de navire Forces maritimes de l'Atlantique Forces maritimes du Pacifique
Destroyer 2 1
Frégate 7 5
Ravitailleur 1 1
Sous-marin 3 1
Navire de défense côtière 6 6
Total 19 14

Commandement des opérations interarmées du Canada[modifier | modifier le code]

En octobre 2012, le Commandement Canada, le Commandement de la Force expéditionnaire du Canada et le Commandement du soutien opérationnel du Canada furent fusionnés pour créer le Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC). Le COIC est responsable de toutes les opérations des Forces armées canadiennes au Canada et à l'étranger, à l'exception des opérations exclusives des Forces spéciales. En fait, les trois commandements environnementaux, l'Armée canadienne, l'Aviation royale du Canada et la Marine royale canadienne, sont responsable de générer des forces aptes à effectuer des opérations. Ces dernières sont alors placées sous le COIC pour les déploiements opérationnels. Le COIC comprend trois composantes principales : les opérations continentales, les opérations expéditionnaires et le soutien opérationnel.

Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada[modifier | modifier le code]

Le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) est responsable des unités des Forces spéciales qui ont un niveau de souplesse plus élevé et des techniques non traditionnelles[28]. Ces unités incluent la Deuxième Force opérationnelle interarmées, le Régiment d'opérations spéciales du Canada, l'Unité interarmées d'intervention du Canada et le 427e Escadron d'opérations spéciales d'aviation[12],[28]. Il s'occupe des interventions rapides nécessitant le besoin de forces spéciales au Canada comme à l'étranger[6],[28],[29]. Il coordonne ses efforts avec les trois commandements environnementaux puisque son rôle est souvent de fournir ses forces d'opérations spéciales pour les opérations menées par un de ces trois commandements[29]. Ses tâches principales sont l'antiterrorisme et de s'occuper des missions de haute importance[30]. La devise du COMFOSCAN est Viam Invenimius, « Nous trouverons un moyen »[28].

Unités d'opérations spéciales[28]
Unité Base
Deuxième Force opérationnelle interarmées Ottawa (Ontario)[31]
427e Escadron d'opérations spéciales d'aviation Petawawa (Ontario)[32]
Unité interarmées d'intervention du Canada Kingston (Ontario)
Régiment d'opérations spéciales du Canada Petawawa (Ontario)[33]

Uniformes[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-général Marcel Duval portant l'uniforme distinctif de la Force aérienne

Les membres des Forces armées canadiennes portent un uniforme qui est leur tenue officielle. Historiquement, l'uniforme servait à distinguer les soldats au cours des batailles. Aujourd'hui, il est devenu un symbole d'identité et de fierté pour les soldats[34].

Il existe trois uniformes distinctifs pour chacun des éléments, air, mer et terre, qui sont respectivement bleu, noir et vert[35]. Les uniformes pour l'aviation et la marine ont été introduits à la fin des années 1980. En effet, après l'unification de l'Aviation royale du Canada, de la Marine royale canadienne et de l'Armée canadienne sous une même structure en 1968, un uniforme vert standard avait été mis en place pour tous les membres des Forces armées canadiennes. Les uniformes aérien et maritime ainsi réintroduits sont similaires à ceux portés avant 1968. Les métiers qui n'ont pas d'élément déterminé comme les commis, les policiers militaires ou les padrés peuvent choisir l'uniforme de leur choix ou s'en voient assigner un.

Dessin de camouflage canadien

L'uniforme de champ est composé de motifs de camouflage vert appelés « dessin de camouflage canadien » ou D Cam CMD. Celui-ci a commencé à être distribué à l'armée de terre en 2002 ; avant cette date, un uniforme de combat vert olive était porté[36]. Une version beige du même uniforme existe pour les opérations se déroulant dans un environnement désertique comme en Afghanistan. La marine possède son propre uniforme de combat qui est composé d'une chemise bleue et d'un pantalon noir. De son côté, l'aviation utilise un uniforme de vol vert en plus de l'uniforme de combat au D Cam CMD.

Budget militaire[modifier | modifier le code]

La responsabilité de la défense du Canada relève exclusivement du gouvernement fédéral. Ainsi, les dépenses militaires sont planifiées dans le budget fédéral. Pour l'année fiscale 2008-2009, le budget de la Défense nationale était de 18 milliards de dollars canadiens comparativement à 15 milliards pour l'année fiscale 2005-2006[37],[38],[39]. Pour 2008-2009, les dépenses militaires représentaient environ le cinquième de toutes les dépenses directes du gouvernement fédéral[37]. Le budget de la défense est le quatrième plus important domaine de dépense du gouvernement fédéral après l'assurance-emploi et les pensions de vieillesse, le paiement de transfert aux provinces et le service de la dette[39]. Cependant, en 2010, le gouvernement a décidé de réduire la croissance du budget militaire. Ainsi, le budget de 2010 prévoit une réduction de la croissance du budget militaire de 525 millions de dollars pour 2012-2013 et de 1 milliard par année à partir de 2013-2014[37]. Le budget alloué à la défense en 2010 est de 21,3 milliards de dollars selon le budget de 2007[40]. La majorité du budget alloué au MDN est utilisé pour les dépenses de fonctionnement (67 %) ; ensuite viennent les dépenses en capital (19 %) et les contributions pour les avantages sociaux des militaires (5 %)[41].

Les dépenses reliées à la disponibilité opérationnelle de l'armée de terre représentent 19 % du budget, celle de la Force aérienne 11 % et celle de la Force maritime 9 % en plus de 10 % pour la disponibilité opérationnelle commune et interarmées. L'acquisition et la disposition du matériel et de l'équipement représentent 15 % du budget de la défense. 3 % du budget est utilisé pour les programmes de recrutement et de formation initiale[41].

Selon le CIA World Factbook et à partir d'estimations de 2005, le budget alloué à la défense du Canada représente 1,1 % de son produit intérieur brut (PIB) et le place ainsi au 126e rang au niveau mondial[42]. En comparaison, les États-Unis ont alloué 4,1 % de leur PIB à la défense la même année[42]. Selon Radio-Canada, en 2005, le Canada avait le 14e plus important budget militaire au monde[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire militaire du Canada.

Création[modifier | modifier le code]

Uniformes de la Milice en 1898
Le NCSM Rainbow, l'un des deux premiers navires de la Marine royale canadienne

Du XVIIe au XIXe siècle, des citoyens locaux servaient en tant que membres réguliers des forces françaises et britanniques et au sein de milices locales comme la milice coloniale à l'époque de la Nouvelle-France. La mission de ces milices était la défense des communautés locales contre les menaces comme les raids amérindiens et féniens ainsi que les invasions britanniques, françaises et américaines au cours, entre autres, de la guerre de Sept Ans, de la révolution américaine et de la guerre anglo-américaine de 1812. Certaines unités militaires toujours actives aujourd'hui ont un héritage remontant à cette époque. Cependant, la création d'unités de milice canadiennes débuta vraiment pour défendre l'Amérique du Nord britannique contre l'invasion américaine[43].

C'est avec la création de la Confédération canadienne en 1867 et le départ des troupes britanniques que la défense devint une responsabilité canadienne. Cependant, la Royal Navy, la marine britannique, continua d'assurer la défense maritime. Des petites batteries d'artillerie furent mises en place à Québec et à Kingston et des écoles professionnelles militaires commencèrent à se former afin de développer la profession des armes à partir de la Milice canadienne[44]. Le premier déploiement outremer des forces militaires canadiennes eut lieu pour la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud[45]. Les troupes canadiennes manquèrent les premières batailles du conflit, mais s'illustrèrent en menant la charge de la bataille de Paardeberg. La Marine royale canadienne fut créée en 1910. Les deux premiers navires furent le NCSM Niobe et le NCSM Rainbow, deux croiseurs protégés[46].

Guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Soldats canadiens avançant derrière un char d'assaut à la bataille de la crête de Vimy, la plus grande victoire militaire canadienne de la Première Guerre mondiale

Lorsque le Royaume-Uni entra en guerre contre l'Allemagne en 1914, tous les dominions de l'Empire britannique incluant le Canada furent appelés à servir aux côtés des troupes britanniques dans les théâtres d'opérations européens. À cette époque, la Force régulière ne comprenait que 3 110 hommes et était mal équipée. De son côté, la Marine royale canadienne venait tout juste d'être créée. Néanmoins, une vaste campagne de recrutement s'amorça au travers tous les centres de recrutement du pays et 32 000 hommes furent rassemblés au camp Valcartier au Québec pour former le premier contingent canadien[47]. Le Canada envoya cinq divisions afin de combattre sur le front de l'Ouest. Les militaires canadiens participèrent à la bataille de la Somme qui vit la perte de 24 000 soldats canadiens[48]. La bataille de la crête de Vimy le 9 avril 1917 fut la principale victoire canadienne au cours de la campagne et permit l'affirmation de l'Armée canadienne sur le plan international[49],[50].

À cette époque, le Canada ne disposait d'aucune force aérienne indépendante, mais plusieurs Canadiens servaient au sein des forces aériennes britanniques. En 1914, le gouvernement fédéral autorisa la formation du Corps d'aviation canadien afin d'accompagner le corps expéditionnaire en Europe. Cependant, ce corps d'aviation ne comportait qu'un seul avion et trois membres dont aucun n'était un pilote qualifié, donc l'avion ne fut jamais déployé. Le corps est finalement démantelé en 1915[51]. Une seconde tentative pour créer une force aérienne au Canada a été effectuée en 1919 alors que le gouvernement canadien venait de prendre le contrôle sur deux escadrilles britanniques pour former la Force aérienne canadienne. Cependant, cette force ne fut jamais mise en service et fut démantelée en 1920. L'Aviation royale du Canada est finalement formée pour de bon le 1er avril 1924[52]. Après la Première Guerre mondiale, le ministère de la Défense et de la Milice entreprend une réorganisation des forces armées canadiennes.

Soldats canadiens en Angleterre armés de Thompson en 1942.

Le Canada entra dans la Seconde Guerre mondiale le 10 septembre 1939 en déclarant la guerre à l'Allemagne. La Marine royale canadienne appuyée par la Marine marchande du Canada joua un rôle crucial au cours des batailles de l'Atlantique et du Saint-Laurent[53]. Les Canadiens participèrent au débarquement de Dieppe qui fut l'opération qui vit une division perdre le plus grand nombre de soldats en une seule journée de toute la campagne en Europe. 3 367 Canadiens furent tués ou faits prisonniers lors du débarquement[54]. La 1re Division d'infanterie canadienne participa au débarquement en Sicile et à la campagne qui suivit[55]. À la fin de cette dernière, elle prit part à l'invasion de l'Italie[55]. La 3e Division d'infanterie canadienne participa au débarquement en Normandie. Les troupes canadiennes s'illustrèrent dans plusieurs batailles au cours de la campagne.

Situation après la Seconde Guerre mondiale et guerre de Corée[modifier | modifier le code]

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, le Canada devint un membre fondateur de l'OTAN et un signataire du traité du NORAD. Au cours de la guerre froide, le Canada s'engage à lutter contre le bloc communiste et entreprend des mesures de défenses telles que la ligne DEW dans le Nord canadien. À la fin des années 1940, le Canada possédait la troisième marine[2] et la quatrième force aérienne[56] au monde en plus d'avoir la plus grande armée de volontaires jamais levée par ce pays. Elle déploie une brigade sous commandement britannique en Allemagne de l'Ouest de 1951 à 1993 ainsi que des escadrons de chasse dans ce pays et en France, quittant celle-ci en 1967[57].

Plusieurs soldats canadiens furent employés au sein de la première division du Commonwealth pour prendre part à la guerre de Corée. Ils se distinguèrent particulièrement au cours de la bataille de Kapyong. La Marine royale envoya également des navires pour soutenir l'effort de guerre au cours de ce conflit[58].

Maintien de la paix et Afghanistan[modifier | modifier le code]

Patrouille en VBL III du Princess Patricia's Canadian Light Infantry en Afghanistan
Article détaillé : Rôle du Canada en Afghanistan.

Le Canada a été un instigateur important des missions de maintien de la paix de l'ONU. En effet, Lester B. Pearson, alors ministre aux Affaires étrangères, proposa la notion d'une force de maintien de la paix dirigée par l'ONU en 1956[59]. Le 1er février 1968, la Marine royale canadienne, l'Armée canadienne et l'Aviation royale du Canada furent réunies sous une structure unifiée[56]. Les missions importantes incluent l'île de Chypre et la Bosnie-Herzégovine[59]. En fait, la réponse canadienne à l'opération croate de la poche de Medak en Bosnie en 1993 fut la plus importante bataille des Forces armées canadiennes depuis la guerre de Corée[60]. Les Forces armées canadiennes connurent des moments difficiles durant les opérations en Somalie en 1993 qui forcèrent le démantèlement du Régiment aéroporté canadien (en)[61].

À partir du milieu des années 1990, le Canada commença à être davantage impliqué dans les missions sous l'égide de l'OTAN. À partir de 2001, le Canada envoyait des soldats pour prendre part à la guerre d'Afghanistan ; ils y effectuaient des rotations de six mois. Jusqu'en décembre 2011, la majeure partie des déploiements en Afghanistan se faisaient dans le cadre de l'opération Athéna. Les Canadiens étaient à l'œuvre d'abord dans la région de Kaboul, mais ont été déplacés dans la province de Kandahâr concentrés à l'aérodrome de Kanadahar[62]. À partir de 2012, les militaires canadiens déployés en Afghanistan le sont dans le cadre de la mission de formation de l'OTAN qui a pour but de former les forces de sécurité afghane. Cette s'est terminée en 2014[63]. Dans les années 2010, les FAC ont été impliquées dans d'autres conflits militaires notamment en Libye et en Irak.

Opérations actuelles[modifier | modifier le code]

Opérations actuelles des Forces armées canadiennes[64]
Pays ou région Nom de l'opération Description
Opérations domestiques
Drapeau du Canada Canada Opération Driftnet Appui à Pêches et Océans Canada pour l'application du moratoire mondial sur la pêche au filet dérivant en haute mer.
Drapeau du Canada Canada Opération Lentus Plan de contingence interarmées pour offrir de l'appui aux autorités civiles en cas de catastrophes naturelles
Drapeau du Canada Canada Opération Limpid Mission de surveillance nationale
Drapeau du Canada Canada Opération Nanook Opération annuelle dans l'Arctique canadien servant à affirmer la souveraineté canadienne.
Drapeau du Canada Canada Opération Nevus Entretien des installations de communication sur l'île d'Ellesmere dans l'archipel arctique canadien.
Drapeau du Canada Canada Opération Nunalivut Opération annuelle dans l'Arctique canadien servant à affirmer la souveraineté canadienne.
Drapeau du Canada Canada Opération Nunakput Opération annuelle dans l'Arctique canadien servant à affirmer la souveraineté canadienne.
Drapeau du Canada Canada Opération Palaci Appui à Parcs Canada pour la prévention des avalanches dans le col Rogers.
Drapeau du Canada Canada Opération Sabot Appui à la Gendarmerie royale du Canada pour l'éradication de la marijuana.
Drapeau du Canada Canada Patrouilles de protection des pêches Appui à Pêches et Océans Canada pour la conservation et l'application de la loi dans la zone d'exclusion économique canadienne et dans la zone de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest.
Drapeau du Canada Canada Recherche et sauvetage Contribution des FAC aux services pangouvernementaux de recherche et sauvetage aériens et maritimes au Canada.
En Amérique centrale et du Sud
Caraïbes Opération Caribbe Participation des FAC à l'opération Martillo combattant le trafic illicite transnational dans le bassin des Caraïbes et dans l'Est de l'océan Pacifique.
Drapeau d'Haïti Haïti Opération Hamlet Participation des FAC à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti.
En Europe
Drapeau de l'Islande Islande Opération Ignition Participation périodique à la mission de l'OTAN sur les capacités de surveillance et d'interception aériennes afin de combler les besoins du pays en matière de préparation en temps de paix en Islande.
Drapeau du Kosovo Kosovo Opération Kobold Participation des FAC à la Force pour le Kosovo de l'OTAN.
Pays baltes Opération Reassurance Participation des FAC aux mesures de l'OTAN pour rassurer les alliés en Europe de l'Est.
Drapeau de Chypre Chypre Opération Snowgoose Participation des FAC à la Force des Nations Unies chargée du maintiens de la paix à Chypre.
En Afrique
Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo Opération Crocodile Participation des FAC à la Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo.
Drapeau du Soudan Soudan Opération Saturn Participation des FAC à la Mission des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour.
Drapeau du Soudan du Sud Soudan du Sud Opération Soprano Participation des FAC à la Mission des Nations unies au Soudan du Sud.
Au Moyen-Orient
Mer d'Arabie Opération Artemis Sécurité maritime et contre-terrorisme dans la mer d'Arabie.
Drapeau de l'Égypte Égypte Opération Calumet Participation des FAC à la Force multinationale et Observateurs au Sinaï.
Moyen-Orient Opération Foundation Contribution aux quartiers généraux de l'United States Central Command, des United States Air Forces Central et des Forces martimes alliées.
Drapeau de l'Irak Irak Opération Gladius Participation des FAC à la coalition appuyant les forces de sécurité de l'Irak combattan l'État islamique en Irak et au Levant.
Moyen-Orient Opération Jade Participation des FAC à l'Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve.
Drapeau de la Palestine Palestine Opération Proteus Contribution des FAC au bureau du coordonateur américain de la sécurité pour améliorer les capacités de l'Autorité palestinienne en matière de sécurité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le recrutement et le maintien de l’effectif dans les Forces canadiennes, Défense nationale et les Forces canadiennes, 27 mai 2011, page consultée le 29 mai 2010
  2. a et b (en) Canadian Forces in the 21st century, CBC News, 21 avril 2008
  3. (fr) Philippe Langloit, « Le Canadian Armed Forces Air Command », Défense et Sécurité internationale, no 52,‎ octobre 2009, p. 62-63 (ISSN 1772-788X)
  4. 2012-2013 Treasury Board ; Reports on Plans and Priorities - Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
  5. Loi sur la défense nationale (L.R.C. (1985), ch. N-5), art. 14, sur le site du ministère de la Justice du Canada, page consultée le 21 août 2011
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n À propos des Forces canadiennes sur le site des Forces canadiennes, page consultée le 11 mars 2011
  7. Stratégie de défense Le Canada d'abord sur le site de la Défense nationale et les Forces canadiennes, page consultée le 14 mai 2011
  8. Stratégie de défense Le Canada d'abord : trois rôles sur le site de la Défense nationale et les Forces canadiennes, page consultée le 14 mai 2011
  9. a et b Stratégie de défense Le Canada d'abord : six missions principales sur le site de la Défense nationale et les Forces canadiennes, page consultée le 14 mai 2011
  10. Commandement Canada, Document d'information : les Forces canadiennes dans le Nord, 27 juillet 2010, document consulté en ligne le 14 avril 2010
  11. « Le Premier ministre annonce l'élargissement des installations et des opérations des Forces canadiennes dans l'Arctique »,‎ 10 août 2007 (consulté le 2011-05-16)
  12. a et b Opérations sur le site des Forces canadiennes, page consultée le 11 mars 2011
  13. (en) Peer support in uniform
  14. a et b Jean-Philippe Cipriani et Stéphane Bordeleau, Les Forces canadiennes en quelques chiffres dans Défense canadienne : Quelle armée ? Pour quelle mission ? sur Radio-Canada, page consultée le 30 avril 2011
  15. Effectifs en date du 31 mars chaque année
  16. Radio-Canada: Recrutement
  17. Lettres patentes constituant la charge du Gouverneur général du Canada, La Gazette du Canada, volume LXXXI, numéro 12, Ottawa, 1er octobre 1947, document consulté en ligne le 11 mars 2011
  18. a, b et c Commandant en chef sur le site du Gouverneur général du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  19. Son Excellence le très honorable David Johnston, C.C., C.M.M., C.O.M., C.D. sur le site des Forces canadiennes, page consultée le 11 mars 2011
  20. Biographie du ministre - L'honorable Peter MacKay sur le site des Forces canadiennes, page consultée le 11 mars 2011
  21. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Au sujet de l'Armée sur le site de l'Armée de terre canadienne, page consultée le 11 mars 2011
  22. Types d'unité sur le site de l'Armée de terre canadienne, page consultée le 11 mars 2011
  23. Leaders supérieurs sur le site de l'Armée de terre canadienne, page consultée le 11 mars 2011
  24. a, b, c, d, e et f Information générale sur le site de La Force aérienne du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  25. Les escadres de la Force aérienne au Canada sur le site de La Force aérienne du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  26. a, b, c, d, e et f La Marine canadienne en bref sur le site de La marine royale canadienne, page consultée le 11 mars 2011
  27. a et b La Flotte sur le site de La marine canadienne, page consultée le 11 mars 2011
  28. a, b, c, d et e Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada sur le site du Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  29. a et b Contexte sur le site du Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  30. Tâches de base du COMFOSCAN sur le site du Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  31. Contactez-nous sur le site de la Deuxième force opérationnelle interarmées, page consultée le 11 mars 2011
  32. 427e Escadron d'opérations spéciales d'aviation sur le site du 427e Escadron d'opérations spéciales d'aviation, page consultée le 11 mars 2011
  33. Régiment d'opérations spéciales du Canada sur le site du Régiment d'opérations spéciales du Canada, page consultée le 11 mars 2011
  34. Défense nationale, Instructions sur la tenue des Forces canadiennes, Ministère de la Défense nationale,‎ 2008, 378 p., page 2-1-1
  35. Uniforme : l'uniforme de la Force aérienne sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 30 avril 2011
  36. L'uniforme à dessin de camouflage canadien (D Cam CMD) dans Documentation du site du Ministère de la Défense nationale et les Forces canadiennes, 4 février 2002, page consultée le 30 avril 2011
  37. a, b et c Le budget 2010 - Plan budgétaire : Chapitre 4.1 - Plan de rétablissement et l'équilibre budgétaire sur le site du Ministère des Finances du Canada, page consultée le 30 avril 2011
  38. (en) Departmental Planned Spending and Full-Time Equivalents sur Treasury Board of Canada Secretariat, document consulté en ligne le 30 avril 2011
  39. a et b Jean-Philippe Cipriani et Stéphane Bordeleau, La défense, une question d'argent dans Défense canadienne : Quelle armée ? Pour quelle mission ? de Radio-Canada, page consultée le 30 avril 2011
  40. (en) 2007-2008 Part I - The Government Expenditure Plan - Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
  41. a et b Budget principal des dépenses de 2010-2011 : Défense nationale sur le site du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, page consultée le 1er mai 2011
  42. a et b (en) Country Comparison: Military Expenditures dans le CIA World Fact Book, page consultée le 30 avril 2011
  43. (en) Canadian Military Heritage, Volume One
  44. Gouvernement du Canada, Passerelle pour l'histoire militaire canadienne, Tome 3 (1872-2000), Chapitre 1 : Une défense quasi autonome (1871-1898) - La défense du Canada par les Canadiens, page 3, page consultée le 3 mai 2011
  45. Gouvernement du Canada, Passerelle pour l'histoire militaire canadienne, Tome 3 (1872-200), Chapitre 3 : La cristallisation des enjeux - Les Canadiens en Afrique du Sud, page 2, page consultée le 3 mai 2011
  46. La guerre sur la mer sur le site d'Anciens Combattants Canada, page consultée le 3 mai 2011
  47. Entrée en guerre du Canada sur Anciens Combattants Canada, page consultée le 30 avril 2011
  48. La bataille de la Somme sur le site de la Bibliothèque et Archives Canada, page consultée le 1er mai 2011
  49. La bataille de la crête de Vimy sur le site d'Anciens Combattants Canada, page consultée le 1er mai 2011
  50. Crête de Vimy sur le site de la Bibliothèque et Archives Canada, page consultée le 1er mai 2011
  51. (en) The History of Canada's Air Force - The Beginning : Canadian Aviation Corps. 1914 - 1915 sur le site de la Royal Canadian Air Force, page consultée le 1er mai 2011
  52. La Première Guerre mondiale : la présence aérienne des canadiens pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 30 avril 2011
  53. La bataille du golfe du Saint-Laurent, Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Anciens combattants,‎ 2005, 64 p. (ISBN 0-662-69036-2)
  54. Le débarquement de Dieppe sur le site La guerre du millénaire, page consultée le 1er mai 2011
  55. a et b (en) A Short History of The Royal Canadian Regiment sur le site du The Royal Canadian Regiment, page consultée le 1er mai 2011
  56. a et b (en) Sixty Years - The RCAF and CF Air Command 1924–1984
  57. [PDF]Jasper M. Trautsch, « Histoire de la présence canadienne en Allemagne », sur Le portail international du Canada,‎ 2009 (consulté le 29 août 2012)
  58. Lieutenant-colonel Herbert Fairlie Wood (trad. Bureau des traductions du Secrétariat d'État sous la direction de Jacques Gouin), Histoire officielle de l'Armée canadienne en Corée - Un singulier champ de bataille, Ottawa, Imprimeur de la Reine,‎ 1966, 397 p. (lire en ligne)
  59. a et b Association canadienne pour les Nations Unies, La contribution canadienne aux missions de maintien de la paix des Nations unies, document consulté en ligne le 22 mai 2011
  60. Kathia Légaré et Lisa Tanguay, Le recours à la force par les casques bleus : la mise en application de l'entente de Medak en septembre 1993, Revue militaire canadienne, volume 9, numéro 13, document consulté en ligne le 22 mai 2011
  61. Donna Winslou (Commission d'enquête sur le déploiement des Forces canadiennes en Somalie), Le Régiment aéroporté du Canada en Somalie : une enquête socio-culturelle, Gouvernement du Canada,‎ 1997, 354 p. (ISBN 0-660-95691-8)
  62. Opération ATHÉNA sur le site du Commandement de la Force expéditionnaire du Canada, page consultée le 12 mars 2011
  63. (en) « PM confirms firm end to Canada's military mission in Afghanistan », sur Premier ministre du Canada,‎ 21 mai 2012 (consulté le 20 octobre 2014)
  64. « Opérations », sur Défense nationale et les Forces armées canadiennes (consulté le 20 octobre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) C.P. Stacey, The Canadian Army 1939–1945: an Official Historical Summary, Ottawa, Minister of National Defence,‎ 1948
  • (en) David Jay Bercuson et Jack Granatstein, Dictionary of Canadian Military History, Oxford University Press,‎ 1994 (ISBN ISBN 0-19-541107-2[à vérifier : ISBN invalide])
  • (en) Desmond Morton, A Military History of Canada, Toronto, M&S,‎ 1999 (ISBN 0771065140)
  • (en) Jack Granatstein, Canada's Army: Waging War and Keeping the Peace, University of Toronto Press,‎ 2004 (ISBN 0802086969)
  • (en) Larry Milberry, Sixty Years - The RCAF and CF Air Command 1924–1984, Toronto, Canav Books,‎ 1984, 480 p. (ISBN 0-9690703-4-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) René Chartrand, Canadian Military Heritage, Volume One, Vanwell Publishing,‎ 2001 (ISBN 2920718495) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mai 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
6 articles
           Bon article Forces armées canadiennes : commandements
Canadian Forces emblem.svg
Bon article Armée canadienne
Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada
Bon article Aviation royale canadienne
Commandement des opérations interarmées du Canada
Bon article Marine royale canadienne