Rivière Saint-François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivière Saint-François
Rivière Saint-Francois, à l'embouchure de la rivière Magog, au centre-ville de Sherbrooke
Rivière Saint-Francois, à l'embouchure de la rivière Magog,
au centre-ville de Sherbrooke
Carte du bassin de la Saint-François au sud du Fleuve Saint-Laurent
Carte du bassin de la Saint-François au sud du Fleuve Saint-Laurent
Caractéristiques
Longueur 200 km [1]
Bassin 10 230 km2
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen 190 m3/s
Cours
Source Grand lac Saint-François
· Localisation Lambton
· Altitude 289 m
· Coordonnées 45° 53′ 55″ N 71° 09′ 28″ O / 45.89861, -71.15778 (Source - Rivière Saint-François)  
Confluence Lac Saint-Pierre
· Localisation Pierreville
· Altitude 3 m
· Coordonnées 46° 07′ 09″ N 72° 55′ 28″ O / 46.11917, -72.92444 (Confluence - Rivière Saint-François)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Rivière Magog
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Principales villes Sherbrooke, Drummondville

La rivière Saint-François ou le Saint-François[2] est une rivière qui parcourt le sud du Québec et un affluent du Fleuve Saint-Laurent.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Elle est nommée en l'honneur de François d'Assise et de François de Lauzon[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Son parcours est par ailleurs peu habituel, car elle s'écoule du nord-est au sud-ouest pour bifurquer, à mi-parcours, et continuer sa course du sud-est au nord-ouest.

La rivière Saint-François prend ses origines dans le Grand lac Saint-François et se dirige vers le sud-ouest en direction de Sherbrooke. Chemin faisant, elle traverse les lacs Aylmer et Louise ainsi que de nombreuses municipalités.

À Sherbrooke, elle reçoit les eaux du bassin de la rivière Massawippi et du bassin de la rivière Magog. Elle continue vers le nord-ouest, en traversant les municipalités de Windsor, Richmond, Drummondville de là, vers le fleuve Saint-Laurent où elle termine sa course, plus précisément dans le lac Saint-Pierre.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Il existe des théories, souvent plutôt des légendes, sur la présence ancienne de peuples européens, africains ou même asiatiques au Québec. Un récit de Sextius Sullus rapporté par Plutarque en 75 av. J.-C. rapporte que des pèlerins partent à tous les trente ans de l'Angleterre vers le refuge de Cronos, le père de Zeus, qui pourrait être à l'île du Cap-Breton ou à l'île d'Anticosti. Ce récit a été recueilli à Carthage, et on sait que les Carthaginois se sont rendus jusqu'à la mer des Sargasses. En fait, l'archéologue Thomas Lee annonce en 1975 la découvertes de pierres avec des inscriptions phéniciennes près de la rivière Saint-François. Des recherches subséquentes ont toutefois prouvées que ces marques sont d'origine géologique[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Commission de toponymie : Rivière Saint-François », sur Commission de Toponymie,‎ 14 novembre 2008 (consulté le 5 novembre 2011)
  2. « Genre (masculin ou féminin) des noms de cours d'eau quand leurs génériques (rivière, ruisseau...) sont omis », sur Commission de toponymie (consulté le 22 novembre 2008)
  3. François de Lauzon (1635 - 1647 ou 1648), fils de Jean de Lauzon (père). Voir Liste des seigneurs de La Citière
  4. Marcel Moussette et Gregory A. Waselkov, Archéologie de l'Amérique coloniale française, Montréal, Lévesque Éditeur,‎ 2014, 458 p. (ISBN 978-2-924186-38-1), p. 19-26