Salive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bave.
Wiktionnaire Cet article a pour sujet le liquide biologique. Pour une définition du mot « salive », voir l’article salive du Wiktionnaire.
Sécrétion de la salive dans les canaux des glandes salivaires.

La salive est un liquide biologique sécrété par les glandes salivaires, à l'intérieur de la bouche.

L’insalivation désigne l'imprégnation des aliments par la salive au cours de leur pénétration dans la bouche et de leur mastication.

Fonction[modifier | modifier le code]

Elle joue un double rôle d'humidification des muqueuses et de préparation des aliments pour leur digestion.

Elle permet l'aisance du glissement des organes buccaux les uns sur les autres, et notamment lors des 3 000 déglutitions salivaires quotidiennes[1]. Chez l'adulte, ceci correspond à deux déglutitions par minute, et de jour comme de nuit.

Chez l'homme et d'autres mammifères, elle contribue directement à la digestion de l'amidon (à condition que la nourriture ne soit pas chaude ; l'amylase salivaire étant dégradée au-dessus de 37 °C).

Elle possède également un rôle antiseptique car elle contient le système sialoperoxydase permettant la production de l'anion antimicrobien hypothiocyanite et un rôle de protection de l'œsophage.

La salivation est un réflexe inné, mais qui peut être acquis, comme l'a montré l'expérience de Pavlov.

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Volume[modifier | modifier le code]

D'une personne à l'autre, la sécrétion peut varier de 500 à 1 200 ml par jour : 70 % d'origine parotidienne, 20 % submandibulaire (la production des autres glandes étant relativement négligeable). La sécrétion de repos serait d'environ 100 ml par jour alors que la sécrétion stimulée serait environ dix fois supérieure. Le débit de sécrétion montre des variations nycthémérales (minimum à h, maximum entre 12 h et 22 h). Nous pouvons produire plus de 36 000 litres de salive en une vie, soit plus d'une demi-tonne de ce liquide par an. À côté de la phonation et des repas, la déglutition salivaire est, de loin, le travail le plus important fourni par une bouche. En moyenne, il y a deux déglutitions par minute (de jour comme de nuit).

Viscosité[modifier | modifier le code]

La viscosité varie selon l’origine :

pH[modifier | modifier le code]

Le pH varie selon l’origine :

Globalement, la salive humaine a un pH approximatif compris entre 6,5 – 7,4

N.B. Une stimulation de la sécrétion fait augmenter le pH.

Composition biochimique[modifier | modifier le code]

Compte tenu de sa riche composition, la salive pourrait un jour remplacer les prises de sang. Une première étape clé dans cette voie vient d’être franchie grâce au décryptage complet du protéome salivaire. 1166 protéines différentes ont en effet été identifiées dans la salive[2]. Les tests salivaires sont déjà employés pour la recherche de stupéfiants

La majorité des protéines présentes dans la salive sont impliquées dans les voies de signalisation activées par le corps en cas d’infection ou de lésion organique.

Des études précédentes[3][réf. incomplète] ont déjà prouvé qu’elles constituaient un bon indicateur pour diagnostiquer les cancers buccaux ainsi que l’infection par le virus du SIDA, par la recherche des anticorps ciblés sur le virus. Cette liste sera bientôt élargie pour inclure des principales causes de décès comme le cancer et les maladies du cœur. Si cette hypothèse se confirme, les médecins disposeront ainsi d’un nouvel outil de diagnostic plus aisé à mettre en œuvre et également moins coûteux, adapté, par exemple, pour des campagnes de dépistage ou la pratique de la médecine humanitaire.

Eau[modifier | modifier le code]

Le pourcentage de volume[réf. nécessaire] d'eau dans la salive est de 99 %. Solution hypotonique (qui est moins concentrée en ions) comparativement au plasma sanguin, elle peut devenir isotonique ou même hypertonique dans certaines conditions. En dissolvant des aliments, la salive permet de détecter leur goût.

Composés inorganiques[modifier | modifier le code]

La salive n'est pas un simple ultrafiltrat du plasma;

Ion Non-stimulée (mEq/l) Stimulée (mEq/l) Plasma (mEq/l)
Na+ 2,7 54,8 143,3
K+ 46,3 18,7 4,1
Cl- 31,5 35,9 100,9
HCO3- 0,6 29,7 27,5

N.B. Noter la grande différence entre les concentrations en ion sodium et ion hydrogénocarbonate selon la condition de prélèvement.

Composés organiques[modifier | modifier le code]

Protéines[modifier | modifier le code]

  1. Amylase
  2. Lipase linguale
  3. Lysozyme (muraminidase)
  4. Kallicréine
  5. Protéines-riches-en-proline (PRP)
  6. Cystatine
  7. Statherine
  8. Gustine
  9. Histatine
  10. Anhydrase carbonique
  11. Lactoferrine
  12. Immunoglobulines
  13. Peroxydases
  14. Protéases déshydrogénases
  15. Phosphatases
  16. Albumine
  17. Mucines

Pathologies[modifier | modifier le code]

Quand salive t-on ?[modifier | modifier le code]

La salivation est un acte réflexe, mais qui a également une composante culturelle et acquise : une bonne odeur ou la vue d'un gâteau peut nous faire saliver. La salivation peut aussi être provoquée par des douleurs, une sensation agréable, voire un souvenir, autant que par le contact mécanique avec les aliments.

Seule une moitié du litre (environ) de salive produite par jour est secrétée lors des repas.

L'autre moitié permet d'humecter les muqueuses de la bouche et de prévenir les infections, notamment les caries.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Afkari S, Measuring frequency of spontaneous swallowing, Australas Phys Eng Sci Med, 2007;30:313-7.
  2. (en) UCLA Human Salivary proteome project
  3. Journal of Proteome Research
  4. Wong D. « Les diagnostics salivaires » Pour la Science, décembre 2008, p. 54-59

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]