Paul McCarthy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mac Carthy.

Paul McCarthy

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Paul McCarthy à Art Basel, 2010 (à droite)

Naissance 4 août 1945 (69 ans)
Salt Lake City, Utah, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Activités Sculpture, performance, installation
Autres activités Enseignant à UCLA
Formation The U, SFAI, USC
Mouvement artistique Néo pop, Art figuratif, opposition au minimalisme

Paul McCarthy, né le 4 août 1945 à Salt Lake City, est un plasticien américain réalisant des sculptures et des performances qui vit et travaille, actuellement, à Los Angeles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sweet Brown Snail par Jason Rhoades et Paul McCarthy dans le Bavariapark et le Verkehrszentrum du Deutsches Museum de Munich.
Boxhead (2001), collection du Centro de Arte Contemporânea Inhotim à Brumadinho (Brésil).

Paul McCarthy est élève dans plusieurs lycées de l'Utah. En 1959, il réalise sa première sculpture en plâtre, Henry Moore bound to fail[Note 1] et, en 1964-1965, découvre le pop art et plus particulièrement le travail de Robert Rauschenberg à partir de matériaux de récupération.

Il étudie les arts à l'Université d'Utah en 1969. Il y fait la connaissance de Ralvo Puusemp qui lui fait découvrir Donald Judd et Yves Klein[Note 2] En 1966, le département d'arts de l'université crée une section de cinéma expérimental où il découvre les films de Bruce Conner, Kenneth Anger, Jean-Luc Godard, Ingmar Bergman et Andy Warhol et fait la connaissance de Stan Brakhage. En 1966-1967, il s'intéresse à Gutaï, Yoko Ono, Ortiz, Gustav Metzger, Allan Kaprow, Wolf Vostell, puis découvre le travail de Bruce Nauman en 1967. Il commence à réfléchir à l'utilisation de la vidéo mais se heurte à la difficulté de se procurer les moyens techniques nécessaires et commence par tourner quelques films expérimentaux.

En 1968, il s'installe en Californie à San Francisco avec l'intention de faire des films. Il étudie au San Francisco Art Institute, dans l'espoir d'y trouver une scène plus expérimentale que dans l'Utah, mais où il découvre en fait une école de peinture, très marquée par l'héritage de l'expressionnisme abstrait californien et que Bruce Nauman a quittée pour aller enseigner à Los Angeles. Il obtient un Bachelor of Fine Arts en peinture et prend part à la vie des communautés d'artistes de San Francisco.

Au printemps 1969, Paul McCarthy rentre en Utah. Ne s'étant pas fait recenser pour la guerre du Viêt Nam, il n'a été retrouvé par l'armée qu'après avoir passé son diplôme de l'Art Institute ; lorsqu'il est appelé sous les drapeaux en 1969, il refuse d'être incorporé et passe un an dans sa famille à tenter de se faire exempter par le conseil de révision. Il s'installe ensuite à Los Angeles et, en 1972, il est accepté à l’University of Southern California, qui possède alors une excellente école de cinéma, tournée vers Hollywood. Il y étudie à la fois dans le département d'art et dans le département de cinéma et obtient un Master of Fine Arts. Il rêve alors de « faire des films expérimentaux au sein de l'industrie du cinéma, en [s]'appropriant l'industrie ; le rêve idéaliste d'une reprise en main [...] une pensée utopique et idéaliste »[1]. Mais son travail, basé sur l'exécution de tâches (tasks), la répétition et le corps, n'intéresse pas beaucoup l'école de cinéma de l'université, qui ne partage pas davantage son intérêt pour la vidéo.

De 1982 à 2002, il enseigne l'histoire de l’art performance, la vidéo ou la réalisation d'installations artistiques à l'Université de Californie à Los Angeles.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Années 1960 et 1970[modifier | modifier le code]

McCarthy a commencé vers 1967 par des peintures inspirées de l'univers des courses automobiles, la série des Dragster Cars Paintings, entassements de moteurs, réservoirs, pilotes de plus de 2 mètres de haut. Ensuite vient la série des Black Paintings, peintes à plat sur le sol avec les mains puis entassées et fixées les unes aux autres. Il les détruit ensuite à la hache ou y met le feu avec de l'essence.

En 1967, il tourne un film avec deux cameramen en plaçant dans une maison un homme et une femme nus et qui ne se connaissent pas. La caméra se promène de l'un à l'autre en panoramique.

McCarthy poursuit sa carrière artistique avec des performances fondées sur la pesanteur. En 1974, ses œuvres sont plus agressives et sexuellement explicites. De nombreuses œuvres mêlent alors différentes liquides symbolisant les excréments, la sueur et le sang. Son travail a été décrit alors par certains comme étant une brutale auto-agression. Il a réalisé des statues gonflables de grande taille qui ont été exposées à la Tate Modern. Certaines représentent des têtes de Pinocchio sur un mode ludique.

Fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Sculptures gonflables[modifier | modifier le code]

Santa Claus, sculpture de Paul McCarthy exposée à Rotterdam.

Paul McCarthy a réalisé des sculptures gonflables dont la forme insolite rappelle un plug anal. Cependant, la directrice artistique Jennifer Flay et l'artiste jugent ces œuvres suffisamment ambiguës pour pouvoir être regardées d'une autre façon et ne pas choquer la personne qui les regarde[2]. Ces sculptures sont en plastique gonflable, la matériau utilisé étant le BoPET (en). Elles sont inspirées d'œuvres de Constantin Brâncuși.

En 2001, il crée pour une exposition dans la ville de Rotterdam Santa Claus, une sculpture, de couleur noire, en forme de gnome arborant un plug et une cloche ; la sculpture est décrite comme amicale[3].

En 2007, il crée Brancusi tree, de couleur argentée de 2 m de hauteur en BoPET (en)[4].

En dehors des plugs, Paul McCarthy explore d'autres possibilités de sculptures similaires : il crée par exemple une statue en forme de pile d'excréments intitulée Complex Pile et installée à Hong Kong[5] pour une exposition intitulée Inflation![6].

Il réalise également des cochons gonflables[7],[8], notamment une statue où un premier cochon monte le dos de son partenaire, sa tête coupée[8].

Une exposition est organisée en été 2009 à Utrecht, Air Pressure, à l'occasion du 370e anniversaire de l'université d'Utrecht[7], présentant des sculptures gonflables principalement créées entre 2005 et 2007 à Anvers[8]. Une critique note le contraste entre les jardins institutionnels et traditionnels et le politiquement incorrect des œuvres comme l'un des aspects les plus terrifiants de l'exposition[8].

En 2014, à l'occasion de la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), il expose sur la place Vendôme de Paris Tree, une sculpture abstraite pouvant évoquer une forme de plug de couleur verte. Paul McCarthy justifie ce choix par une évocation des sculptures de Constantin Brancusi : « Tout est parti d’une plaisanterie : à l’origine, je trouvais que le plug anal avait une forme similaire aux sculptures de Brancusi. Après, je me suis rendu compte que cela ressemblait à un arbre de Noël. Mais c’est une œuvre abstraite. Les gens peuvent être offensés s’ils veulent se référer au plug, mais pour moi, c’est plus proche d’une abstraction[2]. » Durant l'installation de la sculpture, les passants sont d'abord surpris, avant que l'artiste soit agressé et frappé au visage par un inconnu qui prend la fuite[2]. Dans la nuit du 17 au 18 octobre, l'installation est vandalisée et dégonflée : l'artiste, devant les réactions négatives, renonce à la regonfler et affirme qu'il ne souhaite pas être « mêlé à ce type de confrontation et à la violence physique, ou même continuer à faire prendre des risques à cette œuvre[9]. »

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour l'historien de l'art Jean Clair, Paul McCarthy s'inscrit dans la « tradition du market art, de certains milieux qui fabriquent de l’art comme on fabrique de l’automobile », plus précisément dans « un filon qui court autour de la scatophilie et de la copromanie », dont, selon le jugement de l'académicien, il serait l'exemple « le plus médiocre et le moins intéressant »[10].

Pour le critique Laurent Dandrieu, McCarthy ne serait qu'un « spécialiste de happenings où la platitude le dispute à l’obscénité »[11].

Le quotidien Libération avance que McCarthy aurait l'avantage de rendre « fou furieux à la fois les tenants de l’ordre et ceux d’un libéralisme décomplexé, c’est qu’en exhibant de la «merde» symbolique comme résultat de notre société de consommation, il défie à la fois le retour à l’ordre moral et met à jour la production de l’homme comme déchet »[12].

Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine à l'Université Paris Ouest Nanterre, condamne la « tentation totalitaire » de cet art contemporain qui n'admet pas les critiques. Il range McCarthy dans la catégorie des "rebelles subventionnés", qui regrouperait les « artistes qui utilisent au mieux les ressorts de la pub, créent un scandale pour choquer la "France moisie" et empochent le produit de leur provocation »[13].

Paul McCarthy dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Hamlet And The Something Pourri d'Alexis Fichet est une pièce de théâtre où se rencontrent deux personnages, un Hamlet contemporain, et Paul Mc Carthy[14].

Expositions[modifier | modifier le code]

Paul McCarthy a réalisé les expositions personnelles suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Henry Moore voué à l'échec, pièce dont il produira par la suite diverses versions, dont une version gonflable géante de 15 mètres de haut qui sera placée au sommet du Whitney Museum of American Art pour une exposition
  2. Il imitera ce dernier en sautant d'une fenêtre en guise de performance en 1966-1967.
  • Références
  1. Interview par Christophe Kihm, Art Press, n° 336, juillet-août 2007, p. 31
  2. a, b et c Emmanuelle Jardonnet, « Un artiste agressé pour l'érection d'un sapin ambigu à Paris », sur Le Monde,‎ 17 octobre 2014 (consulté le 17 octobre 2014)
  3. http://www.sculptureinternationalrotterdam.nl, « Sculpture International Rotterdam », sur Sculpture International Rotterdam (consulté le 17 octobre 2014)
  4. « Brancusi Tree (Silver) », sur Paddle8 (consulté le 17 octobre 2014)
  5. Julia Dawidowicz, « Paul McCarthy Drops a Giant Inflatable Poop on Hong Kong - ANIMAL », sur ANIMAL,‎ 29 avril 2013 (consulté le 17 octobre 2014)
  6. « An inflatable sculpture called 'Complex Pile' by American contemporary artist Paul Mccarthy on display at the 'Inflation!' exhibition », sur The Independent,‎ 24 avril 2013 (consulté le 17 octobre 2014)
  7. a et b « Air Pressure – Paul McCarthy », sur Kummer & Herrman,‎ 2009 (consulté le 19 octobre 2014)
  8. a, b, c et d « Paul McCarthy: Air Pressure - Reviews - Art in America », sur Art in America,‎ 18 août 2009 (consulté le 19 octobre 2014)
  9. a et b Quentin Girard, « Plug anal » de la place Vendôme : l'artiste renonce à regonfler, sur 'Libération',‎ 18 octobre 2014 (consulté le 18 octobre 2014)
  10. Art contemporain : "La valorisation du néant", entretien Jean Clair, valeursactuelles.com, 30 octobre 2014
  11. Art contemporain : le grand ras-le-bol, valeursactuelles.com, 29 octobre 2014
  12. Paul McCarthy, ses œuvres de merde, liberation.fr, 24 octobre 2014
  13. La "merde complexe" de Paul McCarthy et le racisme social, Pierre Guerlain, huffingtonpost.fr, 27 octobre 2014
  14. « Hamlet and the something pourri », sur Théâtre national de Bretagne (consulté le 17 octobre 2014)
  15. S.M.A.K., « Paul McCarthy — HEAD SHOP/SHOP HEAD. Works 1966-2006 », sur S.M.A.K. (consulté le 17 octobre 2014)
  16. Simon Castets, « Paul McCarthy: Air Pressure - Reviews - », sur Art in America,‎ 18 août 2009 (consulté le 18 octobre 2014)
  17. « Paul McCarthy: Nine Dwarves (K3) », sur Artnet,‎ 2012 (consulté le 17 octobre 2014)
  18. « Paul McCarthy Chocolate Factory », sur Monnaie de Paris,‎ 2014 (consulté le 19 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :