Prostate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La prostate est une large glande de l'appareil génital masculin. Sa fonction principale est de sécréter une partie du liquide séminal, l'un des constituants du sperme, et de le stocker.

Chez la femme, les glandes de Skene sont parfois désignées comme une prostate féminine.

Anatomie et fonctions[modifier | modifier le code]

Représentation de la prostate de 3/4 : 1. Conduit déférent, 2. Ampoule du conduit déférent, 3. Vésicule séminale, 4. Conduit excréteur de la vésicule séminale, 5. Contour de la prostate, 6. Conduit éjaculateur, 7. Utricule prostatique, 8. Substance glandulaire, 9. Sphincter de l'urètre, 10. Urètre, 11. Colliculus séminal, 12. Crête urétrale

La prostate saine est approximativement de la taille d'une châtaigne (3 cm de haut, 2,5 cm de profondeur), de 15 à 25 g à l'âge adulte ; très petite à la naissance, c'est lors de la puberté qu'elle prend du volume. Cette glande va subir une seconde période de croissance après l'âge de 60 ans. Elle entoure l'urètre juste au-dessous de la vessie. Elle est située devant le rectum et peut être sentie pendant un examen rectal.

L'urètre masculin a deux fonctions : évacuer l'urine pendant la miction et transporter le sperme pendant l'éjaculation. C'est à l'intérieur de la prostate que se fait la jonction entre l'urètre venant de la vessie, les canaux déférents et les vésicules séminales. Ces dernières se jettent d'abord dans les canaux déférents, qui prennent alors le nom de canaux éjaculateurs. Ces canaux vont ensuite se jeter dans l'urètre prostatique sous le veru montanum.
Le sphincter strié, qui se trouve sous la prostate et autour de l'urètre, aide en se contractant à la vidange des glandes.

Le sperme se compose des spermatozoïdes et du liquide séminal; environ 10-30 % du liquide séminal est produit par la prostate (sécrétions prostatiques), le reste est produit par les vésicules séminales (plasma séminal). La prostate contient également un muscle qui aide à expulser le sperme pendant l'éjaculation. Pour fonctionner correctement, la prostate a besoin d'androgènes (hormones masculines). Les androgènes sont responsables des caractères sexuels masculins. L'androgène principal est la testostérone, qui est produite principalement par les testicules.

Exploration[modifier | modifier le code]

Le toucher rectal[modifier | modifier le code]

L'examen de la prostate par un médecin s'effectue par un toucher rectal. Le médecin introduit un doigt, protégé d'un doigtier lubrifié, dans le rectum du patient. La prostate peut ainsi être palpée par sa face postérieure. La taille en est appréciée, et un nodule peut être détecté. L'examen est la plupart du temps indolore, mais il peut être désagréable et gênant.

Biologie[modifier | modifier le code]

La concentration sérique de l'antigène prostatique spécifique (PSA) est augmentée en cas de cancer de la prostate, mais aussi dans certaines pathologies bénignes.

Échographie[modifier | modifier le code]

L'échographie prostatique utilise les ultrasons et leur réflexion pour obtenir une image. La sonde émettrice et réceptrice lubrifiée est introduite dans le rectum du patient et permet de visualiser ainsi la prostate. Cet examen est, en règle générale, indolore et sans danger. Il permet de visualiser la glande, d'évaluer son volume, de rechercher des zones anormales (mais avec une sensibilité médiocre ; de l'ordre de 30 %).

Dans le cadre du cancer, l'échographie peut visualiser des anomalies de la paroi prostatique qui aident à stadifier la maladie. Aussi, la grande majorité des biopsies prostatiques sont effectuées par voie transrectale à l'aide de l'échographie qui guide précisément les prélèvements. Ces prélèvements (10 environ) ont l'avantage de se faire sous anesthésie locale. Ils sont peu ou pas douloureux et très bien supportés.

L'échographie abdominale permet également de visualiser les reins, les bassinets et les uretères afin de voir le retentissement de l'obstacle prostatique en amont. Elle permet aussi de mesurer un éventuel résidu vésical après miction (ou « résidu post mictionnel ») très fréquent dans les hypertrophies obstructive de la prostate (adénome).

Urodynamique[modifier | modifier le code]

On peut essayer de quantifier l'obstacle secondaire à l'hypertrophie prostatique (section Adénome ci-dessous) par un bilan urodynamique, en mesurant la pression intravésicale (dans la vessie) par l'introduction d'une petite sonde. On peut de même évaluer le débit et la force du jet d'urine.

Radiologie[modifier | modifier le code]

La radiologie est passée au second plan depuis l'avènement de l'échographie dans l'exploration de la prostate. L'injection intraveineuse d'un produit iodé lors d'une UIV (Urographie intra veineuse) permet de visualiser l'ensemble des voies urinaires et de détecter une empreinte prostatique au col de la vessie si l'organe est augmenté de volume. Cet examen est soumis aux risques de toute injection de produits de contraste iodés : problèmes d'allergie et insuffisance rénale.

Imagerie par résonance magnétique[modifier | modifier le code]

L'IRM est un examen de choix pour toutes les explorations de la prostate, principalement pour le bilan d'un cancer de prostate, qu'il soit connu ou occulte (patients présentant une suspicion clinique ou biologique de cancer, mais avec une ou plusieurs séries de biopsie négative). Dans certains centres, on réalise même l'IRM avant les biopsies prostatiques pour améliorer leur rendement. On peut aussi utiliser l'IRM pour décrire certaines malformations (rares) intéressant la prostate. L'exploration par IRM s'effectue à l'aide d'une antenne spécifique placée soit dans le rectum du patient (à l'instar de l'échographie), soit autour du bassin (antenne pelvienne). Dans le premier cas, l'étude de la prostate peut bénéficier d'une étude métabolique par spectroscopie RMN (SRMN)[1] ; dans l'autre, l'étude de la perfusion prostatique après injection d'un produit de contraste[2] ou l'imagerie de diffusion améliorent sa performance.

Troubles de la prostate[modifier | modifier le code]

Adénome de la prostate[modifier | modifier le code]

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne ; c'est une entité anatomo-pathologique qui correspond à la présence de nodules fibro-épithéliaux dans le stroma. Il touche 80 % des hommes de plus de 50 ans et correspond au vieillissement du tissu prostatique. Cette condition est connue comme hypertrophie bénigne de la prostate (ou hyperplasie bénigne de la prostate) et peut être traitée avec des médicaments ou grâce à la chirurgie (ablation d'une partie de la prostate). Ce type de chirurgie de nos jours est habituellement exécuté avec un long instrument introduit par l'urètre, le résecteur, qui permet d'introduire un courant électrique (monopolaire ou bipolaire), ou une fibre « laser » qui minimise le saignement, sans avoir recours à une incision externe.

Prostatite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prostatite.

Une prostatite est une inflammation de la prostate. Si la prostate se développe trop, elle peut resserrer l'urètre et ainsi perturber l'écoulement de l'urine. Cela rend la miction difficile et douloureuse et dans des cas extrêmes complètement impossible.

La prostatite est traitée avec des antibiotiques, le massage de la prostate ou la chirurgie. Chez des hommes âgés, ce trouble est fréquent.

Cancer de la prostate[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cancer de la prostate.

En France, le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez l'homme de plus de 55 ans, après le cancer du côlon (plus de 70 000 nouveaux cas en 2011)[3].

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :