Pied (anatomie humaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pied (anatomie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pied.

Le pied (du latin pedem, accusatif de pes, pedis[1]) est une partie du membre inférieur de l'homme qui en constitue son extrémité distale. Il est relié à la jambe par l'articulation de la cheville. Il porte le poids du corps en position debout et permet la locomotion. Il a ainsi un rôle d'équilibre, d'amortissement et de propulsion.

Le pied adulte comprend 26 os — soit, pour les deux pieds, le quart de ceux composant l'ensemble du squelette - 16 articulations, 107 ligaments qui tiennent ces dernières et 20 muscles qui permettent leur mouvement[2].

La spécialité paramédicale s'occupant du pied est la podologie, le spécialiste le pédicure-podologue[3]. Les médecins spécialisés sont médecins podologues[réf. nécessaire] ou rhumatologues, ou bien chirurgiens orthopédistes et traumatologues.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Le pied possède une face supérieure, ou dos ; une face inférieure, ou plante ; une extrémité antérieure ou distale et une extrémité postérieure ou proximale ; un bord latéral et un bord médial. L'extrémité distale comporte cinq orteils, chacun dénommé selon un ordre numérique ascendant de 1 à 5 en allant du plus médial au plus latéral. L'extrémité proximale comporte une partie postérieure en forme de pointe grossière appelée talon. Elle s'articule au-dessus avec la jambe au niveau de la cheville.

Forme[modifier | modifier le code]

Deux pieds de type égyptien d'un homme, vue supérieure
Forme d'empreinte de pied : normal (1) ; creux (2) ; pied bot varus équin (3) ; pied plat (4) ; pied bot talus valgus (5).

On distingue les pieds selon la forme de leur extrémité distale : le type égyptien[4], qui concerne 63 % de la population[réf. nécessaire], ou 50 % selon la référence 4[5] où l'extrémité de l'hallux est la plus distale ; le type grec, qui concerne 31 % de la population[réf. nécessaire], ou 23 % selon la référence 4, où l'extrémité du deuxième orteil est la plus distale, avec un pied en forme de triangle ; le type carré ou romain, concernant 6 % de la population[réf. nécessaire], ou 27 % selon la référence 4, où les extrémités des trois premiers orteils sont équivalentes.

Le pied peut aussi être décrit selon la forme de la voûte plantaire : selon qu'elle est affaissée ou exagérée, on parle de pied plat ou de pied creux, respectivement.

Squelette[modifier | modifier le code]

Les os du pied, vues inférieure (à gauche) et supérieure (à droite) ; A : calcanéus ; B : talus ; C : cuboïde ; D : naviculaire ; E, F et G : cunéiformes ; en gris foncé, les métatarsiens ; en gris clair, les phalanges
Squelette du pied gauche, vue médiale
Squelette du pied gauche, vue latérale

Le squelette du pied est constitué de trois parties, d'arrière en avant : le tarse, le métatarse et les phalanges. Le tarse est constitué de sept os courts que l'on peut répartir en deux groupes : en arrière, le calcanéus (ou calcanéum) et le talus (ou astragale) ; en avant, l'os cuboïde, l'os naviculaire (ou scaphoïde tarsien) et les trois os cunéiformes (latéral, intermédiaire et médial). Les cinq métatarsiens sont des os longs qui forment le métatarse et relient l'os cuboïde et les trois cunéiformes aux phalanges des orteils.

On peut aussi diviser le pied selon une autre approche : l'arrière-pied, constitué du talus et du calcanéus ; le médio-pied, constitué de l'os cuboïde, de l'os naviculaire et des os cunéiformes ; l'avant-pied, constitué des métatarsiens et es phalanges.

Les articulations du pied sont toutes synoviales, à l'exception de l'articulation cuboïdo-naviculaire, qui est une syndesmose.

Arrière-pied[modifier | modifier le code]

L'arrière-pied est la portion postérieure du tarse. Il est constitué par le talus et le calcanéus, le talus étant au-dessus et légèrement médial par rapport au calcanéus, tout en étant plus court que ce dernier. Le talus est un des os de la cheville ; il s'articule en haut avec le tibia principalement, et aussi avec la fibula (ou péroné). Le talus s'articule également en bas avec la calcanéus sous-jacent, et son extrémité antérieure, située médialement dans le pied, s'articule avec un des os de la rangée antérieure du tarse, l'os naviculaire. Le calcanéus est l'os du talon, et c'est l'os le plus volumineux du pied. Il s'articule en haut avec le talus, au niveau de la portion antérieure de sa face supérieure. Le tiers postérieur de cette même face reçoit le tendon calcanéen (ou tendon achiléen) issu du muscle triceps sural du mollet. Le calcanéus est orienté en avant, en haut et latéralement ; son extrémité antérieure s'articule avec l'os cuboïde.

Médio-pied[modifier | modifier le code]

Le médio-pied est la partie antérieure du tarse. Il est constitué de cinq os. Médialement, il y a une double rangée : il s'agit de l'os naviculaire en arrière et des trois os cunéiformes en avant. Latéralement, il n'y a qu'un os : l'os cuboïde. Concernant la partie médiale, l'os naviculaire s'articule donc : en arrière avec le talus, latéralement avec l'os cuboïde, en avant avec les os cunéiformes médial, intermédiaire et latéral. Ceux-ci occupent une position relative entre eux cohérente avec leurs noms et sont chacun en rapport en avant avec un des trois premiers métatarsiens. L'os cunéiforme médial est par ailleurs articulé sur sa face médiale avec l'os cuboïde. La partie latérale du médio-pied est occupée par l'os cuboïde, qui s'articule donc : sur sa face postérieure avec le calcanéus ; sur sa face médiale, en arrière avec l'os naviculaire et en avant avec l'os cunéiforme médial ; sur sa face antérieure, avec les quatrième et cinquième métatarsiens.

Avant-pied[modifier | modifier le code]

L'avant-pied correspond au métatarse et aux phalanges. Le métatarse est constitué par les cinq métatarsiens, de manière comparable au métacarpe de la main. Les métatarsiens sont articulés au niveau de leur base avec : les os de la rangée distale du tarse, soit dans l'ordre les os cunéiformes médial, intermédiaire et latéral pour les trois premiers, et l'os cuboïde pour les deux derniers ; et avec la base du ou des métatarsiens adjacents. Au niveau de leur tête, en distalité, les métatarsiens sont chacun en rapport avec la base de chaque phalange proximale respective. Les phalanges du pied sont disposées de la même manière que celles de la main ; une phalange proximale est articulée en avant avec une phalange moyenne(dite phalangine), elle-même articulée en avant avec une phalange distale(dite phalangette). Tout comme pour la main, les premières phalanges ne sont que deux, la proximale et la distale. Enfin, chaque métatarsien et les phalanges correspondantes forment ensemble une même structure appelée rayon.

Face plantaire[modifier | modifier le code]

Plante de pied gauche en appui

La plante du pied est une région particulière étant donné qu'elle supporte le poids du corps, essentiellement réparti sur la partie postérieure du calcanéus et les têtes des métatarsiens.

Arche du pied[modifier | modifier le code]

La face plantaire est relativement creuse, ce qui est dû au fait que le squelette du pied est organisé en forme d'arche à concavité inférieure. On décrit ainsi trois arches : longitudinales médiale et latérale, et transverse. L'arche longitudinale médiale est la plus importante en termes de longueur et de courbure ; elle est constituée, d'arrière en avant, du calcanéus, du talus, de l'os naviculaire, des os cunéiformes et des trois premiers métatarsiens. L'arche longitudinale latérale est beaucoup moins prononcée ; elle est constituée du calcanéus, de l'os cuboïde et des deux derniers métatarsiens. L'arche transverse est constituée des os cunéiformes, de l'os cuboïde et de la base des métatarsiens. Cette disposition en arche est rendue possible par l'aponévrose plantaire qui est une bande de tissu conjonctif dense étendue de la partie postérieure du calcanéus aux têtes des métatariens. Y participent également les ligaments du pied, ainsi que les muscles et les tendons de la face plantaire.

Peau[modifier | modifier le code]

La peau de la plante est une région spécialisée. le tissu adipeux hypodermique est épais et élastique avec une organisation particulière du fait de la présence de septums. C'est surtout le cas au niveau du talon et des têtes des métatarsiens.

Par ailleurs, comme la pulpe des doigts, c'est une région du corps riche en terminaisons nerveuses ; elle est communément sensible au chatouillement. C'est, comme les aisselles et la paume des mains, une zone riche en glandes sudoripares. En revanche, tout comme la paume des mains, elle est dépourvue de poils et de glandes sébacées.

Musculature[modifier | modifier le code]

Muscles superficiels de la plante du pied droit

On distingue pour le pied, comme pour la main, une musculature intrinsèque et extrinsèque, selon que les muscles qui agissent sur les articulations sont contenus dans le pied ou dans la jambe, respectivement.

Muscles intrinsèques[modifier | modifier le code]

Les muscles intrinsèques du pied sont répartis en plusieurs loges : les loges plantaires médiale, centrale et latérale, la loge interosseuse et la loge dorsale.

La loge plantaire médiale comprend deux muscles : l'adducteur et le court fléchisseur de l'hallux, qui permettent respectivement l'aduction et la flexion de l'hallux. La loge plantaire centrale contient sept muscles : le court fléchisseur des orteils qui permet la flexion des orteils 2 à 5, les quatre lombricaux, qui permettent le maintien de l'extension relative des orteils, le fléchisseur accessoire des orteils, qui permet la flexion des orteils 2 à 5, et l'adducteur de l'hallux, qui permet la flexion de l'hallux. La loge plantaire latérale contient deux muscles : l'abducteur et le court fléchisseur du cinquième orteil.

La loge interosseuse contient les quatre interosseux plantaires, qui permettent l'adduction des orteils 3 à 5, et les trois interosseux dorsaux, qui permettent l'abduction des orteils 2 à 4. Il faut savoir que ces mouvements ont pour axe de référence le deuxième rayon. La loge dorsale contient un seul muscle : le court extenseur des orteils, qui permet l'extension des orteils 2 à 4.

Tendons des muscles extrinsèques postérieur, médiaux et antérieurs (pour partie), pied droit
Tendons des muscles extrinsèques postérieur, latéraux et antérieurs, pied droit

Muscles extrinsèques[modifier | modifier le code]

Les muscles extrinsèques du pied sont situés dans la jambe et seuls leurs tendons sont présents dans le pied. On distingue quatre groupes selon la position de ces tendons au passage de la cheville : postérieur, médial, antérieur et latéral.

Le groupe postérieur est constitué du tendon calcanéen issu du muscle triceps sural et permettant la flexion plantaire de la cheville ; il s'insère directement sur la partie postérieure du calcanéus. Le groupe médial passe en arrière de la malléole médiale et dans le rétinaculum des fléchisseurs, et se continue sur la face médiale et la plante du pied. Il comporte les tendons des muscles long fléchisseur des orteils et long fléchisseur de l'hallux, qui permettent la flexion des orteils, et tibial postérieur, qui permet l'inversion du pied.

Le groupe latéral passe en arrière de la malléole latérale et dans le rétinaculum fibulaire, et se continue sur le bord latéral du pied. Il contient les tendons des muscles long fibulaire et court fibulaire, qui permettent l'éversion du pied.

Le groupe antérieur passe dans le rétinaculum des extenseurs et se continue sur le dos du pied. Il contient les tendons des muscles tibial antérieur, qui permet la flexion dorsale de la cheville et l'inversion du pied, long extenseur de l'hallux et long extenseur des orteils, qui permettent l'extension des orteils et la flexion dorsale de la cheville, et troisième fibulaire, qui permet la flexion dorsale de la cheville et l'éversion du pied.

Nerfs de la plante du pied droit

Innervation[modifier | modifier le code]

Les nerfs du pied sont essentiellement issus du nerf sciatique dans la cuisse. Ce sont des branches des nerfs tibial d'une part, et d'autre part des nerfs fibulaire superficiel et fibulaire profond, issus du nerf fibulaire commun dans la jambe. Une petite partie de l'innervation est assurée par des branche du nerf saphène, issu du nerf fémoral dans la cuisse.

Le nerf tibial se divise en nerfs plantaire médial et plantaire latéral. Le nerf plantaire médial innerve quatre muscles : les muscles de la loge plantaire médiale ainsi que, parmi les muscles de la loge plantaire centrale, le court fléchisseur des orteils et le premier lombrical. Le nerf plantaire latéral innerve quatorze muscles : les muscles de la loge plantaire latérale, les muscles de la loge plantaire médiale à l'exception des deux cités précédemment et les muscles de la loge interosseuse. Les branches du nerf tibial innervent par ailleurs la peau du talon et de la face plantaire du pied.

Le nerf fibulaire profond innerve au niveau du pied un seul muscle, celui de la loge dorsale, et une petite partie de la peau du dos du pied. Le nerf fibulaire superficiel innerve la plus grande partie de la peau du dos du pied. Enfin, le nerf saphène innerve la peau de la face médiale du pied.

Vascularisation[modifier | modifier le code]

Les artères du pied sont l'artère dorsale du pied, issue de l'artère tibiale antérieure au niveau de la cheville, et l'artère tibiale postérieure qui se divise dans le pied pour donner les artères plantaires médiale et latérale, ainsi qu'une des branches issue de la même artère dans la jambe, l'artère fibulaire. Les veines sont de disposition analogue aux artères dans la profondeur. En superficie, ce sont les petite et grande veines saphènes qui drainent le pied. Les vaisseaux lymphatiques suivent les voies veineuses profondes et superficielles.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Les pieds supportent le poids du corps essentiellement sur sept points d'appui : le talon qui porte deux tiers du poids lors de la marche, le métatarse et la pulpe des cinq orteils. Au cours de la marche, le pied s'allonge en moyenne de 6,6 mm[réf. nécessaire].

Pathologies[modifier | modifier le code]

De nombreuses pathologies peuvent concerner les pieds, inflammatoires, infectieuses, malformations osseuses, fractures

Le pied ancestral, rarement rencontré, désigne un hallux en position proximale du fait d'une anomalie de formation du premier métatarsien. Le pied bot désigne diverses anomalies de forme de la cheville qui peuvent être congénitales (3 % de la population).

Usage[modifier | modifier le code]

Le pied est souvent équipé d'une chaussure permettant sa protection et son confort, tout en jouant un rôle social.

Art pictural[modifier | modifier le code]

  • En peinture, certains artistes handicapés ou non font usage de ou des pieds (ou de la bouche) pour créer leurs oeuvres.

Domaine sportif[modifier | modifier le code]

  • Dans certains sports de ballon comme le football et le rugby à XV, le pied frappe un ballon. Dans certains sports de combat comme la savate ou le taekwondo, le pied est utilisé pour porter des coups à un adversaire.
  • En équitation, il est courant d'utiliser les pieds comme directive pour communiquer au cheval une demande de son cavalier.

Art de la Scène[modifier | modifier le code]

  • En danse classique, le pied est soumis à des contraintes particulières, notamment dans le travail sur pointes.

Sexualité[modifier | modifier le code]

Une pratique particulière ayant pour objet d'intérêt particulier le pied fait partie de la notion de fétichisme.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Atlas d'anatomie humaine tome 2 EM INTER SOBOTTA, coordonné par R. PUTZ, R. PABST

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Pied » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  2. Anatomie pour le mouvement Éditions: DESIRIS Blandine CALAIS-GERMAIN, Andrée LAMOTTE
  3. Loi n°46-857 du 30 avril 1946, Ministère de la santé
  4. schéma des formes de pieds : http://www.imagemed.org/cerf/cnr/edicerf/OSTEO-ARTICULAIRE/21OSTEO.html
  5. définitions et comparaisons des statistiques 63/50 31/27 6/27 : (fr)(en) Aspect radiologique de l'hallux valgus, European Journal of Orthopaedic Surgery & Traumatology, Volume 1, Number 1 / mars 1991, ISSN 1633-8065

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]