René Étiemble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Étiemble

Nom de naissance René Ernest Joseph Eugène Étiemble
Autres noms Étiemble
Activités Écrivain, professeur, critique, linguiste
Naissance 26 janvier 1909
Mayenne, Mayenne, France
Décès 7 janvier 2002 (à 92 ans)
Vigny, Marville-Moutiers-Brûlé, Eure-et-Loir, France
Langue d'écriture Français
Genres Essai, roman
Distinctions Prix de l'essai de l'Académie française (1974)

René Étiemble (Mayenne26 janvier 1909Marville-Moutiers-Brûlé7 janvier 2002), connu sous le nom de plume d’Étiemble[1], est un écrivain, linguiste et universitaire français, reconnu notamment comme sinisant éminent, spécialiste du confucianisme et du haïku, traducteur de poésie, défenseur des littératures extra-européennes, polémiste érudit, pourfendeur du franglais, et l'un des principaux initiateurs et animateurs de la littérature comparée de son époque.

Origines[modifier | modifier le code]

Fils d'Ernest Étiemble, voyageur de commerce, et d'Angèle Falaise, ouvrière modiste. Il est très tôt orphelin. Sa famille est d'origine dieppoise : le patronyme Étiemble est une forme régionale du prénom Étienne et se prononce comme s'il était écrit « éthyamble ».

Marié en secondes noces le 23 février 1963 à Jeannine Kohn (un enfant, Sylvie Étiemble), un peu plus tard, il sera grand-père d'une petite fille (Rachel Etiemble)

Il passe son enfance entre Mayenne, sa ville natale, et Laval où il poursuit ses études secondaires, au lycée de Laval, dont il ne garde pas un souvenir ébloui. Titulaire du baccalauréat, il rejoint Paris et prépare au lycée Louis-le-Grand, où Albert Bayet lui donne le goût de la clarté et de la simplicité efficace, le concours d'entrée à l’École normale supérieure, qu'il intègre en 1929.

Les débuts et les engagements[modifier | modifier le code]

Il est agrégé de grammaire. Passionné par la Chine et la philosophie, il entreprend alors des études de chinois à l'École des Langues Orientales. Il est pensionnaire à la Fondation Thiers de 1933 à 1936. Il s'engage en politique en participant aux mouvements d'écrivains antifascistes. Il fonde en 1934 « Les Amis du peuple chinois », avec Louis Laloy, André Malraux, Paul Vaillant-Couturier[2], association proche du Parti communiste français et qui soutient Mao Zedong. Bien que favorable à Mao pendant de nombreuses années (s'il reconnaît que les maoïstes chinois sont « durs sans doute, et souvent impitoyables », il admire sans réserve leur volonté de relever la civilisation chinoise dont ils seraient les héritiers philosophiques[3]), il polémique durant les années 1960 avec les maoïstes français réunis autour de la revue Tel Quel, notamment Philippe Sollers et Julia Kristeva. Il fait l'éloge, lors de sa parution, de l'ouvrage, fortement critique à l'égard de Mao, de Simon Leys, Les Habits neufs du président Mao[4]. Après la parution de Quarante ans de mon maoïsme en 1976, « examen de conscience d'un de ces imbéciles qui, en 1934, fondèrent à Paris une association de soutien à Mao Tsö-tong[5] », Simon Leys écrit que « deux hommes seulement — Étiemble tout récemment et maintenant Claude Roy — peuvent fièrement remettre aujourd'hui sous les yeux du public ce qu'ils écrivaient hier sur ce sujet [la Chine][6] ».

C'était un athée convaincu, membre de plusieurs sociétés laïques.

La littérature[modifier | modifier le code]

Il entre en littérature sous la tutelle de celui qu'il appellera plus tard son « parâtre[7] », Jean Paulhan : il signe, dans la N.R.F. d'avril 1934 sous le pseudonyme de Jean Louverné, un article consacré à André Gide[8] et publie en 1937 son premier roman autobiographique, L'Enfant de chœur. Les 226 lettres inédites de Jean Paulhan à René Etiemble ont été éditées et annotées par Jeannine Kohn-Etiemble (Klincksieck, 1975). Après deux brefs séjours comme professeur au lycée de Beauvais et un voyage au Mexique, il enseigne à l'Université de Chicago jusqu'en 1943, date à laquelle il est détaché à l'Office of War Information de New York. Pendant ses années américaines, il fait de longs séjours en Arizona et se passionne pour les cultures indiennes, notamment hopi ; elles lui inspirent une pièce monumentale, Cœurs doubles, qu'il tentera vainement de faire jouer après la guerre.

Dans le domaine de la littérature comparée il a reçu le prix Balzan en 1988 "Pour avoir étudié, dans ses recherches et dans ses nombreux essais, les problèmes théoriques de la littérature comparée et fait ressortir avec une grande honnêteté intellectuelle les qualités personnelles de plusieurs grands auteurs de cultures différentes" (motivation du Comité général des prix Balzan).

L'universitaire[modifier | modifier le code]

À la fin de 1943, il s'installe en Égypte où il est nommé chef de la section de français de l'Université d'Alexandrie. Il y fonde, avec l'appui du recteur Taha Hussein, la revue littéraire Valeurs dont le premier numéro paraît en 1945. Il est par la suite nommé à l'Université de Montpellier, en 1948. Il est élu à la Sorbonne en 1955 où il enseigne la littérature comparée jusqu'en 1978.

Il peut être considéré comme le véritable introducteur en France de la littérature comparée. Après avoir donné, avec Le Mythe de Rimbaud, un imposant exemple des études de réception littéraire (comment l'œuvre et le personnage de Rimbaud ont été lus, compris, interprétés voire déformés en "mythe" à travers le monde), il s'est ainsi employé à faire l'histoire exhaustive des liens culturels entre la Chine et l'Europe depuis l'Antiquité (L'Europe chinoise). Outre ces deux entreprises monumentales, il a défendu et illustré le comparatisme littéraire dans de nombreux articles, en partie rassemblés dans ses Essais de littérature universelle.

Ces travaux se fondent en effet sur cette idée de littérature universelle, inspirée de Goethe (Weltliteratur). Pour lui, les littératures, et plus généralement les cultures, ne peuvent être considérées comme des entités pures et hermétiques : les formes et les idées circulent sans cesse et depuis toujours, même entre des univers culturels sans rapports apparents, et cette circulation est créative, même quand elle repose sur des contre-sens ; Étiemble a ainsi montré comment l'esthétique poétique symboliste, stérile et obsolète en Europe, a eu en revanche un effet novateur et fécondant dans les littératures chinoise ou japonaise ; de même que des formes littéraires orientales comme le haïku ou le pantoum ont inspiré les poètes européens, même quand ils en avaient une conception erronée.

En outre, Étiemble considère que les grandes catégories poétiques dépassent les littératures nationales et ne peuvent être vraiment comprises que par une approche aussi universelle que possible. Il est ainsi absurde, selon lui, de disserter sur l'épopée à partir des seuls exemples européens, en ignorant les littératures épiques persane, indienne, peule...

Il a défendu ce mondialisme littéraire par ses activités de traducteur, de critique, de directeur de collection et de professeur d'université, en entretenant des échanges incessants avec des écrivains, des intellectuels, des universitaires de tous les continents, en accueillant et dirigeant de nombreux étudiants étrangers et en encourageant les travaux comparatistes. Avec l'invention du néologisme "franglais", il se fit le pourfendeur des emprunts envahissants d'expressions anglo-saxonnes dans l'usage courant de la langue française.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Directeur littéraire des éditions du Scarabée, il signe dans le même temps des articles de critique littéraire dans La Nouvelle Revue française et Les Temps Modernes (1946-1952). Il exerça une plume acérée et sensible au service d'Arthur Rimbaud et de Confucius. C'est un défenseur des valeurs de la langue française. Il sera directeur de la collection « Connaissance de l'Orient » chez Gallimard ayant pour but de faire connaître en France les littératures asiatiques, qu'elles soient chinoise, japonaise, indienne, vietnamienne ou autres.

Éclectisme et combats[modifier | modifier le code]

  • La défense de la langue française, dans son livre le plus célèbre, Parlez-vous franglais ? (1964). Écrivant l'anglais comme le français, il estimait qu'aucune de ces deux langues n'avait à empiéter l'une sur l'autre, chacune ayant à respecter son génie propre. Il citait à cet égard en exemple le "bowling green" devenu boulingrin, le "packet-boat" francisé en paquebot et le "riding-coat" dont on avait fait avec bonheur la redingote.
Considérant comme une régression le « babélien », y compris dans sa manifestation nommée par lui « sabir atlantique », il se montrait critique des anglicismes d'ignorance, comme l'abréviation "Mr." au lieu de M. pour "monsieur" (il fit gratter ce "r" d'une inscription le désignant dans une intervention publique, refusant sa prestation tant que la correction n'aurait pas été effectuée)[9].
  • Ses nombreux ouvrages sur la Chine, en particulier Confucius (1956), montrent une grande admiration pour la civilisation chinoise, qu'il affirme sous-évaluée par les universitaires occidentaux.
  • Il est l'auteur du concept de mythe de Rimbaud, par lequel il estimait que l'interprétation de l'œuvre du poète Arthur Rimbaud avait « été plombée par les commentaires et les crétineries »[10]. Il en fait le sujet de sa thèse en 1952.
  • D'autres combats : Racismes (réédité en 1998 par Arléa), puis l'Érotisme et l'amour, en 1987, où il entendait montrer qu'on parle trop d'amour, c'est-à-dire mal.
  • Étiemble aurait été également un pamphlétaire littéraire : invité de Bernard Pivot en 1988, il se prit à réexaminer la figure de Jean Paulhan, précepteur de Claude et de Michel Gallimard, fils et le neveu de Gaston Gallimard. À propos de l'accident pendant lequel Michel Gallimard s'est tué avec Albert Camus en voiture, en 1960 : « J'ai longtemps enquêté et j'avais les preuves que cette Facel Vega était un cercueil. J'ai cherché en vain un journal qui veuille publier mon article... »[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Rimbaud, Gallimard, 1936, essai
    Coécrit avec Yassu Gauclère. Édition revue et augmentée en 1950 et en 1966. Nouvelle édition en 1991.
  • L'Enfant de chœur, Gallimard, 1937, roman
  • Notre paix, 1941
    Coécrit avec Michel Berveiller.
  • Proust et la crise de l'intelligence, Éditions Valeurs, 1945, essai
  • Six Essais sur trois tyrannies, Éditions de la Revue Fontaine, 1947, essai
  • Peaux de couleuvre, I, Gallimard, 1948, roman
  • Le Mythe de Rimbaud : Structure du mythe, Gallimard, 1952, essai
    Remaniement de sa thèse doctorale. Nouvelle édition en 1961, revue, corrigée et augmentée de nombreux passages censurés en 1952.
  • Hygiène des lettres, I : Premières notions, Gallimard, 1952, essai
  • Le Mythe de Rimbaud : Genèse du mythe (1869-1949), Gallimard, 1954, essai
    Nouvelle édition revue et augmentée en 1968.
  • Hygiène des lettres, II : Littérature dégagée, Gallimard, 1955, essai
  • Hygiène des lettres, III : Savoir et goût, Gallimard, 1958, essai
  • Tong Yeou Ki ou Le Nouveau Singe pèlerin, Gallimard, 1958, récit de voyage
  • Supervielle, Gallimard, 1960, essai
  • L'Orient philosophique au XVIIIe siècle, Centre de documentation universitaire, 1961
    En 3 volumes.
  • Blason d'un corps, Gallimard, 1961
  • Le Mythe de Rimbaud : L'année du Centenaire, Gallimard, 1961, essai
    Deuxième édition revue et augmentée en 1968.
  • L'écriture, Gallimard, 1961, essai
    Nouvelle édition en 1973.
  • Connaissons-nous la Chine ?, Gallimard, 1964, essai
  • Parlez-vous franglais ?, Gallimard, 1964, essai
    Nouvelle édition revue et augmentée en 1973, puis en 1980.
  • Confucius, Gallimard, 1966, essai
  • Hygiène des lettres, IV : Poètes ou faiseurs ?, Gallimard, 1966, essai
  • Hygiène des lettres, V : C'est le bouquet !, Gallimard, 1967, essai
  • Le Babélien, 1968
  • Le Jargon des sciences, 1968
  • Le Sonnet des voyelles : De l'audition colorée à la vision érotique, Gallimard, 1968, essai
  • Retours du monde, Gallimard, 1969
  • Correspondance avec Jules Supervielle (1936-1959), Seyes, 1969, correspondance
  • Yun Yu érotique chinoise, 1970
  • L'Art d'écrire, 1970
  • Les Jésuites en Chine : La querelle des rites (1552-1773), Gallimard, 1973, essai
  • Essais de littérature (vraiment) générale, Gallimard, 1974, essai
    Troisième édition revue et augmentée en 1975 de nombreux textes dont plusieurs inédits. Prix de l'essai de l'Académie française[11].
  • Mes contre-poisons, Gallimard, 1974, essai
  • Quarante ans de mon maoïsme : 1934-1974, Gallimard, 1976, essai
  • Comment lire un roman japonais ?, 1980, essai
  • Le Kyoto de Kawabata, 1980
  • Trois femmes de race, Gallimard, 1981
  • Quelques essais de littérature universelle, Gallimard, 1982, essai
  • Rimbaud, système solaire ou trou noir ?, PUF, 1984, essai
  • Le Cœur et la Cendre : Soixante ans de poésie, 1985
  • Racismes, Arléa, 1986, essai
    Précédé de Les racismes vécus par Jeanine Kohn-Étiemble.
  • L'Érotisme et l'Amour, Arléa, 1987, essai
  • Ouverture(s) pour un comparatisme planétaire, Christian Bourgois, 1988, essai
  • Lignes d'une vie : Naissance à la politique ou Le Meurtre du Père, Arléa, 1988, mémoires
  • L'Europe chinoise, I : De l'Empire romain à Leibniz, Gallimard, 1988, essai
  • L'Europe chinoise, II : De la sinophilie à la sinophobie, Gallimard, 1989, essai
  • Lignes d'une vie 2 : Le meurtre du petit père, Arléa, 1990, mémoires
  • Vingt-cinq ans après, 1991
  • Nouveaux essais de littérature universelle, Gallimard, 1992, essai
  • Propos d'un emmerdeur : Entretiens sur France Culture avec Jean-Louis Ezine, Arléa, 1994, entretiens
    Coécrit avec Jean-Louis Ezine.
  • Du haïku, Kwok On, 1995, essai
    Étude théorique du haïku.

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur Étiemble[modifier | modifier le code]

  • Adrian Marino, Étiemble ou Le comparatisme militant, Gallimard, coll. « Les Essais » (CCXX), Paris, 1982
  • Paul Martin, Pour Étiemble, Picquier, 1993
    Dans ce volume de textes d'Étiemble et d'hommages, notamment de Simon Leys et Jacques Dars, Paul Martin écrit : « Les valeurs d'Étiemble sont celles d'un humanisme militant et planétaire : vérité, justice, liberté. Ces valeurs interdisent à celui qui les a choisies de mentir au peuple, de flatter le Prince et de suivre les modes intellectuelles sous prétexte qu'elles peuvent assurer une promotion rapide. »

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étiemble signait ses ouvrages avec son seul patronyme parce qu'il n'aimait pas l'hiatus provoqué par le doublement du é.
  2. Étiemble, Quarante ans de mon maoïsme, pp. 64-66.
  3. Étiemble, Connaissons-nous la Chine ?, 1964.
  4. Étiemble, « Les Habits neufs du président Mao », Le Nouvel Observateur, 13 décembre 1971, repris dans Quarante ans de mon maoïsme, pp. 357-361.
  5. Quatrième de couverture de Quarante ans de mon maoïsme.
  6. Simon Leys, Essais sur la Chine, Robert Laffont, collection « Bouquins », 1998, p. 685
  7. Étiemble, Lignes d'une vie, Arléa, 1988.
  8. Étiemble recopie cet article dans ses Lignes d'une vie. Il explique alors que Conversion ? avait été largement tronqué et dénaturé par Paulhan, père qu'il considère désormais comme tyrannique.
  9. Tous ces exemples sont donnés par lui dans Parlez-vous franglais ?
  10. a et b Claire Devarrieux, Mort du professeur, essayiste et pamphlétaire, célèbre pour « Parlez-vous franglais ? », Libération, 8 janvier 2002.
  11. « Biographie René Étiemble », Dictionnaire biographique Who's Who in France

Liens externes[modifier | modifier le code]