Herman Boerhaave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Herman Boerhaave

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Herman Boerhaave (1668-1738)

Naissance
Voorhout (Pays-Bas)
Décès (à 70 ans)
Leyde (Pays-Bas)
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Profession médecin, botaniste

Herman Boerhaave, de son vrai nom Boerhaaven, (, Voorhout près de Leyde, Leyde) est un botaniste, médecin et humaniste hollandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

À quatorze ans, il se rendit à Leyde pour compléter ses études, et la générosité de van Alphen, bourgmestre de Leyde, lui procura les ressources qui lui faisaient défaut. Il étudia avec ardeur l'hébreu, le chaldéen, l'histoire, la philosophie, les mathématiques, etc., et ne se livra exclusivement à la médecine qu'à l'âge de vingt-deux ans. Boerhaave obtient en 1689 un titre de docteur en philosophie à l'université de Leyde. Dans sa thèse, intitulée De distinctione mentis a corpore, il critique les doctrines d'Épicure, de Thomas Hobbes et de Spinoza.

Hermann Boerhaave lut tous les livres de médecine, suivit les dissections de Frederik Ruysch (1638-1731), et apprit en botanique et en chimie tout ce qu'on pouvait savoir de son temps. Reçu docteur à Harderwijk dans le Gueldre en 1693, il revint à Leyde, et au bout de quelques années, fut appelé à suppléer le professeur de médecine Charles Drelincourt (1595-1669), son ancien maître. C'est alors qu'il commença ces célèbres leçons qui lui attirèrent des auditeurs venus de tous les pays.

En 1701, il entre à l'Institut de médecine de Leyde. Dans son discours inaugural, De commendando Hippocratis studio, il affirme prendre le médecin grec comme modèle. En 1709, il devient professeur titulaire de médecine, et il est peu après chargé de la botanique à l'université de Leyde. Il augmente considérablement les collections du jardin botanique de sa ville (plus de 2 000 espèces en l'espace de dix ans) et publie de nombreux travaux sur la description de nouvelles espèces de plantes, dont le genre Pavia qu’il nomma ainsi afin d’honorer Pieter Pauw, un autre botaniste hollandais. Grâce à l'expansion coloniale de son pays, Boerhaave peut demander à des expatriés, notamment parmi les employés des compagnies hollandaises des Indes, de lui envoyer des végétaux exotiques.

En 1714, il succède à Govard Bidloo (1649-1713) à la chaire de médecine clinique, ce qui lui permet de mettre en œuvre ses idées sur un nouveau système d'enseignement de la clinique, plus moderne. Plus tard, en 1718, il obtient également la chaire de chimie, qu'il occupait du reste comme suppléant depuis quinze ans. Dès cette année, Boerhaave enseigne les idées de Rudolf Jakob Camerarius sur la sexualité des végétaux. Enfin, continuant la tradition du célèbre François de Le Boë (1614-1672), il fit ouvrir aux étudiants un hôpital où, deux fois par semaine, il leur fit une véritable clinique.

Malgré le régime hygiénique qu'il s'était imposé, Boerhaave fut atteint d'un accès de goutte compliqué de paralysie en 1712; son retour à l'enseignement fut salué comme un bonheur public, et le soir, toute la ville fut spontanément illuminée. De nouvelles attaques, en 1727 et en 1729, l'obligèrent en 1730 de se démettre de ses fonctions. En 1728, il fut élu à l'Académie des sciences de Paris et deux ans plus tard à la Royal Society de Londres.

Son rôle dans la médecine et l'anatomie[modifier | modifier le code]

Herman Boerhaave est considéré comme le fondateur de l'hôpital académique moderne et de la médecine clinique, fondée sur l'observation attentive du corps des patients. Sa renommée parmi ses contemporains est immense : lorsque Pierre le Grand vient dans les Pays-Bas en 1715, il assiste à ses cours. De fait, son enseignement pratique, exposé à partir du cas des malades d'un hôpital d'une douzaine de lits à Leyde, est suivi par des étudiants venus de toute l'Europe, élèves qui diffuseront ses pratiques en retour dans les grandes villes européennes : c'est le cas du Suisse Albrecht von Haller à Göttingen ou de Gerard Van Swieten à Vienne, à la demande de l'impératrice Marie-Thérèse[1].

Après avoir préconisé à son début la méthode d'Hippocrate, il s'en écarta peu à peu et joignit à la philosophie toute vitaliste du médecin grec des explications chimiques et mécaniques qui furent contestées ; cependant, il a fait en chimie, une foule d'observations exactes et a réussi à décomposer le sang, le lait et tous les fluides animaux. Il a décrit le premier le syndrome de Boerhaave.

On a classé Boerhaave parmi les iatro-mécaniciens ; le fait est que si, par suite de connaissances spéciales, il a fait une large part aux mathématiques, que Giovanni Alfonso Borelli et Archibald Pitcairne avaient mises à la mode, il fut surtout en réalité un véritable éclectique.

Louis Émile Beaugrand décrit plus longuement sa classification des maladies dans le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales:

Il joue également un rôle considérable dans l'émergence de la botanique moderne, notamment en rapprochant cette discipline de la zoologie, premier pas vers la création d'une discipline commune : la biologie. « Le système de Boerhaave a régné plus longtemps dans la science que ceux de ses deux rivaux de gloire, F. Hoffmann et Stahl, et si le professeur de Leyde dut en partie cette supériorité à la séduisante harmonie de sa doctrine, à l'éloquence de ses leçons, il le dut aussi aux illustres disciples sortis de son école, aux Haller, aux De Haen, aux Van Swieten, qui remplirent le XVIIIe siècle de la gloire de son nom. » (Louis Émile Beaugrand). Il avait acquis une réputation universelle ; on raconte qu'un savant de la Chine lui ayant écrit « À M. Boerhaave, en Europe », la lettre lui parvint. Boerhaave fut aussi le créateur de la chaise rotative. Selon lui on pouvait guérir certaine maladie mentale en installant le patient sur une chaise et en le faisant tourner jusqu'à ce qu'il devienne inconscient.

Publications[modifier | modifier le code]

Ses élèves ont en outre publié sous son nom : Methodus discendi medicinam, revu par Haller, 1751. On lui doit un grand nombre d'éditions d'ouvrages anciens ou nouveaux, entre autres les éditions d'Arétée de Cappadoce, Leyde, 1731, et de l'Historia insectorum de Jan Swammerdam, 1737. Ses œuvres complètes ont paru à Venise en 1766, in-4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albane Cogné, Stéphane Blond, Gilles Montègre, Les circulations internationales en Europe, 1680-1780, Atlande, 2011, p. 277

Sources[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Herman Boerhaave » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

  • Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Paris : G. Masson : P. Asselin, 1869. [1]. Sous la direction d'Amédée Dechambre. Xe volume.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Boerh. est l’abréviation botanique officielle de Herman Boerhaave.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI