Onanisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corset contre l’onanisme, vers 1815.

L’onanisme désigne en français les pratiques individuelles de masturbation. Il provient du crime d'Onan, personnage de la Genèse.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Le terme apparaît en anglais dans un pamphlet, publié anonymement vers 1712, Onania; or, The Heinous Sin of Self-Pollution, and all its Frightful Consequences in Both Sexes[1]. Ce texte est aujourd’hui attribué à John Marten (~1692–1737), un chirurgien britannique.

En français, il est utilisé pour la première fois en 1760 dans l’ouvrage du pasteur Dutoit-Membrini, L’Onanisme ou Discours philosophique et moral sur la luxure artificielle et sur tous les crimes relatifs. Puis le terme est repris en 1770 dans la 3e édition de l’ouvrage de Samuel-Auguste Tissot (1728-1797), L’Onanisme, essai sur les maladies produites par la masturbation[2]. On sait aujourd’hui que la masturbation n’entraîne aucune maladie[3].

C’est donc à l’origine un terme religieux et moral, puis médical, permettant de désigner la pathologie associée à la masturbation. Il apparaît précisément au moment où cette pratique commence à être considérée comme un fléau social et nuisible à la santé.

La publication à la même période et chez le même éditeur, Grasset à Lausanne, de deux ouvrages religieux et médicaux montre la collusion qui existait à l’époque entre les deux domaines : le médical décrit les déviances et le religieux les condamne au nom de la morale. C’est le début de deux siècles de persécutions sadiques (voir Condamnation et répression de la masturbation), qui ne prendront fin qu’au XXe siècle[3].

L'allusion au péché d'Onan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onan.

Dans l’Ancien Testament, Onan est un personnage qui, refusant de féconder l’épouse de son défunt frère (comme la tradition l’exigeait), aurait préféré « laisser sa semence se perdre dans la terre » (Gn 38, 9-10). Il est transparent que quand John Marten utilise le mot onanisme, il fait allusion à ce récit.

Publicité pour des livres destinés à lutter contre la masturbation en 1836.

Il y est dit que Er et Onan étaient les deux fils de Juda. Er mourut pour avoir été méchant. Le père voulut que son second fils Onan épousât la veuve, selon l’ancienne loi des Égyptiens et des Phéniciens, leurs voisins : cela s’appelait susciter des enfants à son frère. Le premier-né du second mariage porterait le nom du défunt et c’est ce qu’Onan ne voulait pas. Il haïssait la mémoire de son frère ; et pour ne point faire d’enfant qui portât le nom d’Er, il jeta sa semence à terre, enfreignant ainsi la loi du lévirat. Il fut puni de mort par Dieu.

Ce passage de la Bible ne fait donc aucune référence directe à la masturbation, il n’y est par exemple pas dit qu’Onan n’a pas eu de relations sexuelles avec son épouse. Voltaire avoue sa perplexité sur ce point car la Genèse n'est pas très explicite, ni Dom Calmet qui l'a doctement commentée[4], mais il convient qu'« aujourd’hui ce qu’on appelle communément le péché d’Onan, c’est l’abus de soi-même avec le secours de la main, vice assez commun aux jeunes garçons et même aux jeunes filles qui ont trop de tempérament. » Dans la terminologie de l’Église catholique romaine, l’onanisme désigne par conséquent toute éjaculation en dehors du vagin[5]. Il renvoie notamment au coït interrompu, un moyen de contraception à l’efficacité toute relative, qui consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation pour éviter la fécondation.

Représentations[modifier | modifier le code]

L'onanisme a fait l'objet de nombreux travaux de la part des surréalistes dans leurs études freudiennes. Une des toiles les plus notables sur le sujet est Le Grand Masturbateur de Salvador Dalí.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Jalade-Lafond, Considérations sur la confection des corsets et de ceintures propres à s’opposer à la pernicieuse habitude de l’onanisme, Paris, chez l’auteur, 1819
  • Philippe Brenot, Éloge de la masturbation, Éditions Zulma

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cairn - Comptes rendus.
  2. Texte sur gallica.bnf.fr.
  3. a et b « Onanisme », Dictionnaire de la sexualité humaine, in Philippe Brenot (Éd). L’Esprit du Temps, 2004.
  4. Dictionnaire philosophique, article « Onan, onanisme ».
  5. Hervé Le Bras, « Maîtrise des naissances : vie privée et défi planétaire », Concordance des temps, France Culture, émission du 9 mars 2013, 8 min 30 sec.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :