Helene Stöcker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Helene Stöcker vers 1900.

Helene Stöcker[1], née le 13 novembre 1869 à Elberfeld et morte le 24 février 1943 à New York, était une militante pacifiste, féministe, journaliste et essayiste politique allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

À peine majeure, Helene Stöcker quitte la maison de ses parents puritains et part pour Berlin où elle intègre le mouvement féministe qui commence à prendre de l'ampleur et s'engage pour que les femmes puissent étudier[2]. À partir de 1890, elle étudie les œuvres Nietzsche et partage quelques-unes de ses vues radicales sur l'État, l'Église et les représentations morales dominantes. Elle est, également, fortement influencée par Alexander Tille[3], un défenseur virulent du darwinisme social, avec qui elle se lie d'amitié pour quelques années en 1897.

En 1896, elle commence ses études de germanistique, de philosophie et de sciences sociales. À cette époque, les femmes ne sont autorisées à l'université qu'en tant qu'auditrices libres sur autorisation personnelle des professeurs et ne peuvent passer aucun examen. Stöcker suit les cours magistraux d'Erich Schmidt et de Wilhelm Dilthey dont elle devient l'assistante[4]. De l'historien Heinrich von Treitschke, elle raconte plus tard qu'il aurait répondu à sa demande de bien vouloir interrompre son cours : « Les universités allemandes sont faites depuis un demi-siècle pour les hommes, je ne veux pas contribuer à les détruire. »[5]. Après un séjour pour ses études à Glasgow, Stöcker passe son doctorat de philosophie à l'université de Berne en 1901.

Helene Stöcker s'implique activement dans la révolution sexuelle des femmes. Dans son journal Die neue Generation, elle revendique une « nouvelle éthique »[6] ainsi que la liberté pour les femmes de vivre leur sexualité en dehors du mariage. Stöcker plaide en outre le fait que l'avortement ne soit plus puni par la loi[7], tout comme l'homosexualité masculine. Elle fonde en 1905 l'Union pour la protection des mères qui devient à partir de 1908 l'Union pour la protection des mères et la réforme sexuelle (Deutscher Bund für Mutterschutz und Sexualreform) qui a pour but de venir en aide aux mères célibataires et à leurs enfants. L'association compte jusqu'à 4 000 membres[8].

Au sein de son Union pour la protection des mères et la réforme sexuelle, elle ne se contente pas d'aider les jeunes filles en détresse mais s'engage aussi activement pour l'éducation sexuelle et l'association répond à des questions sur la contraception et l'hygiène sexuelle. Son opinion libérale en ce qui concerne la sexualité et l'homosexualité est ressentie comme trop radicale par les juristes féminines de l'époque. Toutefois, elle parvient à imposer à l'ordre du jour des grandes organisations féministes la revendication du droit des femmes à disposer librement de leur corps et de leur sexualité.

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale et pendant la République de Weimar, le centre d'intérêt d'Helene Stöcker se déplace en faveur du mouvement pacifiste au sein duquel elle devient active. Elle fonde l'Union des objecteurs de conscience (Bund der Kriegsdienstgegner). Avec Kees Boeke et Wilfred Wellock, elle fonde en 1921 à Bilthoven l'Internationale des résistant(e)s à la guerre portant tout d'abord le nom de PACO[9]. Elle est élue en 1922 présidente-adjointe du Deutsches Friedenskartell.

Lorsque les nationaux-socialistes arrivent au pouvoir en Allemagne, elle fuit aux États-Unis en passant par la Suisse et la Suède, où elle meurt dans la misère d'un cancer, en 1943.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Die Liebe und die Frauen. Ein Manifest der Emanzipation von Frau und Mann im deutschen Kaiserreich, 1906
  • Liebe (Roman), Verlag der Neuen Generation, Berlin, 1925
  • Verkünder und Verwirklicher. Beiträge zum Gewaltproblem, 1928

Journaux :

  • Frauen-Rundschau, 1903-1922
  • Mutterschutz, Organ des Bundes für Mutterschutz, paru de 1905 à ?
  • Die Neue Generation, 1903-1933
  • Geburtenrückgang und Monismus. In. Der Düsseldorfer Monistentag (Wilhelm Blossfeld, Éd.) Leipzig, 1914

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Christl Wickert, Helene Stöcker 1869 - 1943. Frauenrechtlerin, Sexualreformerin und Pazifistin. Dietz Verlag, Bonn, 1991. (ISBN 3-8012-0167-8)
  • (de) Gudrun Hamelmann, Helene Stöcker, der 'Bund für Mutterschutz' und 'Die Neue Generation'. Haag Verlag, Frankfurt am Main, 1998. (ISBN 3-89228-945-X)
  • (de) Rolf von Bockel, Philosophin einer "neuen Ethik": Helene Stöcker (1869-1943). 1991. (ISBN 3-928770-47-0)
  • (de) Annegret Stopczyk-Pfundstein, Philosophin der Liebe. Helene Stöcker. BoD Norderstedt, 2003. (ISBN 3-8311-4212-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle est aussi appelée Hélène Stöcker et Helene Stoecker.
  2. (de) Christl Wickert, Helene Stöcker, 1869-1943: Frauenrechtlerin, Sexualreformerin und Pazifistin : eine Biographie, J.H.W. Dietz, 1991, p.28.
  3. (de) Annegret Stopczyk-Pfundstein, Philosophin der Liebe. Helene Stöcker. BoD Norderstedt, 2003, p.249.
  4. (de) Petra Rantzsch, Helene Stöcker (1869-1943): zwischen Pazifismus und Revolution, Der Morgen, 1984, p.193.
  5. (de)« Die deutschen Universitäten sind seit einem halben Jahrtausend für Männer bestimmt, und ich will nicht helfen, sie zu zerstören. » Cité dans : Christl Wickert, op. cit., p.27.
  6. (de) Voir : Annegret Stopczyk-Pfundstein, Philosophin der Liebe - Helene Stöcker: Die"neue Ethik" um 1900 in Deutschland und ihr philosophisches Umfeld bis heute, Books on Demand, 2003.
  7. (de) Annegret Stopczyk-Pfundstein, op. cit., p.226.
  8. (de) Karl Holl, Pazifismus in Deutschland, Frankfurt am Main, 1988, p.151.
  9. (de) Christl Wickert,op. cit., p.124.