Scrotum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Scrotum

Description de cette image, également commentée ci-après

Semi-érection du pénis et scrotum avec des testicules

Données
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourse.
Scrotum et testicules.
Hernie scrotale, source : Archives médicales militaires des États-Unis. Photo ancienne (XIXe siècle probablement)

Le scrotum, ou les bourses, est un sac de peau qui, chez la plupart des mammifères terrestres mâles, est situé entre le pénis et l’anus. Il protège les testicules et les maintient à une température stable.

Explications[modifier | modifier le code]

Chez la femme, jusqu’à la neuvième semaine de grossesse, le fœtus mâle ou femelle ne présente encore que deux tubercules labio-scrotaux génériques qui donneront chez la petite fille les grandes lèvres de la vulve et le scrotum chez le petit garçon. La fusion des deux tubercules est déjà achevée aux alentours de la onzième semaine ; la suture qui en résulte se nomme le raphé du scrotum. Ce n’est que vers le septième ou huitième mois que les testicules descendront dans les bourses.

Scrotum humain, montré ici dans deux états distincts: dans son état normal détendu à gauche, dans son état contracté à droite, état provoqué par le froid par exemple

La fonction principale du scrotum est réputée être de maintenir les testicules à une température légèrement inférieure à celle du corps (34,4 °C chez l’Homme) afin de favoriser la production de spermatozoïdes (spermatogénèse).
La régulation thermique s’effectue grâce au mouvement réflexe du muscle crémaster qui, en contractant le scrotum, rapproche les testicules du corps, rétracte le pénis, et épaissit la peau du scrotum lorsqu’il fait froid et inversement lorsqu’il fait plus chaud, favorisant par la transpiration une température interne plus basse.

La peau du scrotum est d’une nature particulière, présentant plusieurs caractéristique d’une muqueuse transformée lors de l’embryogenèse ; elle est particulièrement perméable à de nombreuses molécules (c’est ce qui explique par exemple que le scrotum soit souvent particulièrement affecté lors d’une exposition aux gaz de combat de type ypérite ou lewisite).

La peau du scrotum pourrait jouer un rôle dans le système hormonal.

Le chirurgien anglais Percivall Pott (1714-1788) avait déjà remarqué que les enfants qui étaient autrefois (pour leur petite taille) employés à ramoner les cheminées étaient beaucoup plus nombreux à développer un cancer du scrotum (cancer peut-être pour partie hormono-dépendant) à l’âge adulte, vers l’âge de 20 ans, ce qui a été un des premiers indices de causes environnementales pour certains cancers[1].

Enveloppes[modifier | modifier le code]

Le scrotum est en fait la première enveloppe d’un organe multi-couche protégeant le testicule. Les cinq autres sont :

  1. le muscle dartos ;
  2. le fascia spermatique externe ;
  3. le muscle crémaster ;
  4. le fascia spermatique interne ;
  5. la vaginale.

Ces enveloppes correspondent aux différentes couches successives de l’abdomen puisqu’au cours du développement, on observe une migration des testicules chez l’enfant depuis la région lombaire jusqu’au scrotum. Le scrotum se fondant dans la peau de l’abdomen, dont il se différencie cependant par une texture, une couleur et des propriétés différentes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Berthelot, Deux, c’est mieux qu’une, éd. Odile Jacob, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Article sur les maladies non infectieuses, évoquant une cause environnementale du cancer du scrotum.