Henri Pourrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Pourrat.

Henri Pourrat

Naissance 7 mai 1887
Ambert, France
Décès 16 juillet 1959 (à 72 ans)
Ambert, France
Langue d'écriture Française
Genres roman
Distinctions Grand prix du roman de l'Académie française (1931)
Prix Goncourt (1941)
Prix du Général Muteau (1941)

Œuvres principales

Rayonnage de livres d'Henri Pourrat

Henri Pourrat, né à Ambert (Puy-de-Dôme) le 7 mai 1887 et mort à Ambert le 16 juillet 1959, est un écrivain français et un ethnologue qui a recueilli la littérature orale de l'Auvergne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après le collège d'Ambert et le Lycée Henri-IV à Paris, Henri Pourrat se destine à l'agronomie et est admis en 1905 à l'Institut national agronomique de Paris. Toutefois, étant atteint par la tuberculose, il doit se résigner à quitter l'air vicié de la capitale pour retrouver le climat, jugé plus sain pour ses bronches, de la vallée de la Dore et des monts du Livradois et du Forez, qu'il arpentera au cours d'innombrables randonnées pédestres pendant les cinquante années qui suivent.

Il vit dans une maison au Vernet-la-Varenne. Les loisirs forcés, consacrés à la lecture et à la marche, développent en lui le besoin d'écrire, jusque-là relégué au second plan. Son œuvre va être abondante (une centaine d'ouvrages) et variée (poèmes, romans, biographies, recueils de contes).

À partir de 1916, son frère Paul et lui-même se lient d'une longue amitié avec le jeune Alexandre Vialatte (1901-1971), Ambertois d'adoption à partir de 1915 et définitivement installé dans la petite sous-préfecture en 1948[1].

Déjà, en 1926, l'université de Dublin lui confère le titre de docteur honoris causa.

La critique distingue notamment le monumental Les Vaillances, farces et aventures de Gaspard des montagnes[2], récompensé par le prix du Figaro (1921, pour le 1er tome) et par le Grand prix du roman de l'Académie française (1931, pour l'ensemble).

Pendant l'entre-deux-guerres, il donne quelques articles à la rédaction du journal des Croix-de-feu, Le Flambeau.

Le prix Goncourt lui est décerné, en 1941, pour Vent de Mars[3].

Il obtient la même année le prix Muteau de l’Académie française pour son livre à caractère historique L’Homme à la bêche[4].

Le 14 octobre 1940, sur l'invitation de Pourrat, chantre du retour à la terre[5], le maréchal Philippe Pétain, chef de l'État français, vient « à la rencontre du peuple travailleur » à Ambert, proche de Vichy, en visite le moulin à papier, le plus ancien du Livradois, et y passe commande d'une rame de papier filigrané à son emblème. C'est à cette occasion qu'Henri Pourrat publie Le Paysan français[6], et Le Chef français, articles dédiés au maréchal et à sa politique de « retour à la terre[7] ». Partisan de la Corporation paysanne mise en place par le gouvernement de Vichy, Pourrat écrit :

« Qu'on n'impose pas aux paysans le chauffage central (sur ses bienfaits, on peut rester en doute), ni même l'eau au robinet. »

Un radiateur, disait-il, ne pourrait remplir le même rôle de rassemblement social que l'âtre dans la maison du paysan. Pourrat défend les sabots, l'eau boueuse préférable à l'eau stérilisée pour les animaux de ferme, etc.[8] Par la suite, Henri Pourrat s'éloigne de la Révolution nationale car il n'apprécie pas, et il le dira dans sa correspondance, la tournure politicienne prise par les évènements.

Fondateur de l'association La Feuille blanche, Pourrat crée dans le moulin Richard-de-Bas un Musée du papier[9], et tente d'y fixer un village des arts graphiques[10]. Le musée est inauguré le 3 juillet 1943 en présence de Georges-Henri Rivière, directeur du Musée national des Arts et traditions populaires[11].

Il connaît une amitié avec le sculpteur Philippe Kaeppelin, avec qui il aura une longue correspondance, et qui illustrera par ses œuvres certains de ses ouvrages, comme Histoire fidèle de la bête de Gévaudan.

La dernière décennie de sa vie est entièrement consacrée à ce qu'il considère comme son œuvre maîtresse, Le Trésor des contes, auquel il attachait une grande importance.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'Association des Amis d'Henri Pourrat défend l'œuvre de l'écrivain. En 1979, à l'occasion du 20e anniversaire de sa mort, FR3 Auvergne Radio a réalisé une série de dix émissions[12] pour la collection Histoire d'en parler, présentée par Christian Lassalas.

Son œuvre a inspiré la sculptrice Esther Barugel.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Pourrat est fort diverse : poèmes de jeunesse, romans, biographie, essais historiques, philosophiques ou religieux, contes… Loin d'être le cadre étriqué d'un régionalisme folklorique, l'Auvergne est pour lui le lieu privilégié pour découvrir et comprendre la nature et l'esprit paysan et, par là-même « atteindre l'universel ».

Nombre de ses ouvrages furent illustrés par son ami François Angeli (1890-1974)[13].

L'œuvre d'Henri Pourrat jusqu'à 1951 est issue de Henri Pourrat essayiste[14] :

  • Sur la colline ronde, avec Jean l'Olagne, roman, Imprimerie Moderne, 1912, réédition: La Colline Ronde, Gallimard, 1927
  • Les Montagnards, poème, Payot, 1919. Prix Archon-Desperouses
  • Liberté, poème, Société Littéraire de France, 1921
  • Les vaillances, farces et aventures de Gaspard des montagnes, Albin Michel,‎ 1922-1931, 4 volumes
  • Les Jardins sauvages, essai, Gallimard, 1923
  • La Combe délaissée, Pigeonnier, 1925
  • Le Mauvais Garçon, roman, Gallimard, 1925
  • Les Devins, Ducros et Colas, 1926
  • La Fontaine au Bois Dormant, Les Cahiers de Paris, 1926
  • Dans l'herbe des trois vallées, essai, Bloud et Gay, 1927; Albin Michel, 1943
  • Ceux d'Auvergne, Horizons de France collection types et coutumes, 1928, Abin Michel, 1939
  • La Ligne verte, Gallimard, 1929
  • La Veillée de novembre, La Tortue, 1929; Ed. de la Cigale, 1937
  • Le Meneur de loups, Pigeonnier, 1930
  • Le Bosquet pastoral, Gallimard, 1931
  • La Bataille du Puy-de-Dôme, Denoël et Steele, 1931
  • L'Auvergne. Les Limagnes, coll. Les beaux Pays, Arthaud, 1932
  • Les Sorciers du canton, Gallimard, 1933
  • Monts et Merveilles, roman, Albin Michel, 1934
  • Au fort de l'Auvergne, coll. Les beaux Pays, Arthaud, 1935
  • La Cité perdue, SPES, 1935
  • Contes de la bûcheronne, Mame, 1936
  • Toucher terre, La Cigale, 1936
  • Le Secret des Compagnons, Gallimard, 1937
  • La Porte du verger, La Cigale, 1938
  • Visages de l'Auvergne, avec Lucien Gachon, André Bossuat, Henri Charlier et Alexandre Vialatte, Horizons de France, 1938
  • Georges ou les Journées d'avril, roman, Gallimard, 1940
  • L'Homme à la bêche (Histoire du Paysan), Flammarion, 1940
  • Le Paysan français, Sorlot, 1940
  • Vent de Mars, Gallimard, 1941. Prix Goncourt
  • Le Chef français, Laffont, 1942
  • Sully et sa grande passion, Flammarion, 1942
  • Le Blé de Noël, Le Sagittaire, 1943
  • La Maison-Dieu, L'Épervier, 1943; Albin Michel, 1944
  • Le Temps qu'il fait, Colbert, 1944.
  • Sous le pommier (Les Proverbes de la Terre ou le Commencement de la Sagesse), Albin michel, 1945
  • Les Saints Patrons, Imagerie Française, 1945
  • La Bienheureuse Passion, Albin Michel, 1946
  • Histoire fidèle de la bête de Gévaudan, Éditions de l’épervier,‎ 1946, broché, 23*18 cm, bois gravés de Philippe Kaeppelin, 125 p.
  • Les Légendes d'Auvergne, 1947
  • Le Chemin des chèvres, 1947
  • Le Trésor des contes Tome I, Gallimard, 1948
  • L'École buissonnière, La Nouvelle Édition, 1949
  • Le Loup-garou et sa bande, Attinger, 1949
  • Le Trésor des contes Tome II, Gallimard, 1949
  • Trois contes de la Colère, Elzévir, 1949
  • Le Sage et son Démon, Albin Michel, 1950
  • Le Chasseur de la nuit, roman, Albin Michel, 1951
  • L'Homme à la peau de loup, Attinger, 1951
  • Les Saints de France, Boivin, 1951
  • Le Trésor des contes Tome III, Gallimard, 1951
  • La Belle Mignonne, roman, Mame, 1951
  • Conté sous l'Alisier, Fanlac, 1951
  • L'Auvergne, dans: Provinces de France, Odé, 1951
  • Batailles et Brigandages, 1952
  • Histoire des gens dans les montagnes du Centre, Albin Michel, 1959
  • En Auvergne (rééd. en un volume de I: Les Limagnes; II Au fort de l'Auvergne), Arthaud, 1966
  • Les Amours, roman
  • Les Jours: leurs travaux et leurs sorts. Bois en couleur de Philippe Keppelin. Lettrines en couleur de Crous Vidal
  • Les contes du Pré Carré
  • Les Contes du fraisier sauvage
  • Europe et Paradis, 1955
  • L'Exorciste
  • L'Aventure de Roquefort, 1958
  • Châteaux en Auvergne, 1957
  • Almanach des saisons, 1965
  • L'Épopée de Guillaume Douarre, 1953
  • Ma maison manque de prières, 1954
  • Au royaume du vert. Roman inédit de jeunesse
  1. le vent de la montagne poesie

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Vialatte - Henri Pourrat Correspondance : tome 2, Lettres de Rhénanie I, février 1922-avril 1924, Dany Hadjadj et Catherine Milkovitch-Rioux par les Presses de l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, Taschenbuch, 1er avril 2003.
  2. 4 tomes, 1921-1931 puis édition définitive en un volume chez Albin Michel, ill. de bois gravés de Fr. Angeli, 1976.
  3. Christian Faure, « Vent de Mars d'Henri Pourrat, prix Goncourt 1941, ou la consécration d'une œuvre littéraire par le régime de Vichy », Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Lyon, no 1, 1982, p. 5-25.
  4. Gisèle Sapiro, « La raison littéraire : Le champ littéraire français sous l’Occupation (1940-1944) », Actes de la recherche en sciences sociales, année 1996, Volume 111, p. 6.
  5. Christian Faure, « Littérature et société (1940-1944) : La mystique vichyssoise du "Retour à la terre", selon l'œuvre d'Henri Pourrat », mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine, université Lyon 2, 1981, 116 p., 8 pl., in Chroniques historiques d'Ambert, Ambert, no 11, 1988, 125 p.
  6. Cahiers de politique nationale, no 3, Paris, 1941.
  7. Publié par R. Laffont à Marseille en 1942.
  8. Henri Pourrat, France 1941, cité par Bertram M. Gordon, « La campagne et la ville : quelques notes sur le modèle de la Collaboration sous le régime de Vichy », dans La France sous Vichy : autour de Robert O. Paxton, sous la direction de Sarah Fishman et autres, éditions Complexe, consultable sur Google Books.
  9. Christian Faure, « Paysans et artisans objets de musées - 1940-1944 », communication au colloque sur L'Environnement matériel paysan, université Lyon 2, mai 1987, Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Lyon, no 2-3, 1987, p. 77-98.
  10. Op. cit.
  11. Christian Faure, Le Projet culturel de Vichy, Folklore et Révolution nationale 1940-1944, coédition Presses universitaires de Lyon, 1989, 336 p.
  12. Des extraits de ces émissions se retrouvent dans la cassette audio Souvenirs d'Henri Pourrat publiée par Les Amis d'Henri Pourrat. On peut y entendre les témoignages de Lucien Gachon, Jean Banière, Claude Pourrat, Annette Pourrat, Roger Gardes, Michel Versepuy, et la voix d'Henri Pourrat.
  13. Frère de Jean Angeli dit « Jean l'Olagne » (1886-1915), ami d'enfance de Henri Pourrat.
  14. Willy Bal, Henri Pourrat essayiste, De Nederlandsche Boekhandel, 1954.

Lien externe[modifier | modifier le code]