Michel Zink

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Zink (2009)

Michel Zink, né le 5 mai 1945 à Issy-les-Moulineaux, est un philologue français, spécialiste de la littérature française du Moyen Âge. Il est le secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-Lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Élève de 1964 à 1968 à l’École normale supérieure, il obtient, en 1967, l'agrégation de lettres classiques[1]. Après avoir été assistant à la Sorbonne (1968-1970 et 1972-1976) puis à l'Université de Tunis (1970-1972), il enseigne comme professeur à l’Université Toulouse II-Le Mirail (1976-1987) et à l'Université de Paris IV-Sorbonne (1987-1994). Depuis 1995, il est titulaire de la chaire de littératures de la France médiévale du Collège de France, recréée pour lui après une disparition de vingt ans. Le 3 juin 2000, il a été élu membre de l'Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres), au fauteuil du médiéviste Félix Lecoy[2].

Il préside le conseil d'administration de l'École normale supérieure avant de démissionner de ses fonctions en 2005 pour protester contre la nomination de Monique Canto-Sperber à la tête de cet établissement.

En 2007, il reçoit le Prix Balzan pour son travail sur l'histoire de la Littérature européenne.

Il dirige au Livre de poche la collection Lettres gothiques. Dès 2008, il est codirecteur, avec Geneviève Hasenohr, de la revue Romania, « revue trimestrielle consacrée à l'étude des langues et des littératures romanes fondée en 1872 par Paul Meyer et Gaston Paris ».

Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue Commentaire, dont la ligne éditoriale est proche de la pensée d'Aron, autrement dit un "libéralisme tempéré".

Il est le président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour 2011 et en est élu secrétaire perpétuel le 28 octobre 2011[3].

Pendant l'été 2014, il propose une chronique quotidienne sur l'antenne de France Inter intitulée ''Bienvenue au Moyen Âge''[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • La Pastourelle. Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Bordas, « Études », 1972, 160 p.
  • La Prédication en langue romane avant 1300, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge », 1976, 580 p.; 2e éd. revue, 1982.
  • Belle. Essai sur les chansons de toile, suivi d'une édition et d'une traduction, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge », 1978, 184 p.
  • Roman rose et rose rouge. Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole de Jean Renart, Paris, Nizet, 1979, 127 p.
  • Le Roman d’Apollonius de Tyr, édition, traduction et présentation, Paris, U.G.E.-10/18, 1982, 315 p.
  • La Subjectivité littéraire autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF, « Écriture », 1985, 267 p.
  • Rutebeuf, Œuvres complètes, texte établi, traduit, annoté et présenté avec variantes, Paris, Classiques Garnier, 1989-1990, 2 vol., 514 p. et 535 p.; puis nouvelle édition revue et mise à jour, Paris, Le Livre de poche, « Lettres gothiques », 2001, 1056 p.
  • Le Moyen Âge. Littérature française, coll. « Phares », Presses Universitaires de Nancy, 1990, 167 p.
  • Les Voix de la conscience. Parole du poète et parole de Dieu dans la littérature médiévale, Caen, Paradigme, 1992, 418 p. (recueil d'articles).
  • Littérature française du Moyen Âge, Paris, PUF, « Premier cycle », 1992, X-400 p.; 2e édition revue et mise à jour, 2001.
  • Le Moyen Âge et ses chansons ou un passé en trompe-l'œil, Paris, Éditions de Fallois, 1996, 231 p.
  • Le Tiers d'amour. Un roman des troubadours, Paris, Éditions de Fallois, 1998, 205 p.
  • Froissart et le temps, Paris, PUF, « Moyen Âge », 1998, 225 p.
  • Le Jongleur de Notre Dame. Contes chrétiens du Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1999, 204 p.
  • Déodat ou la transparence. Un roman du Graal, Paris, Le Seuil, 2002, 153 p.
  • Poésie et conversion au Moyen Âge, Paris, PUF, 2003, 346 p.
  • Arsène Lupin et le mystère d’Arsonval, Paris, Éditions de Fallois, 2004, 153 p.
  • Le Moyen Âge de Gaston Paris, Paris, Éditions Odile Jacob, 2004, 342 p.
  • Le Moyen Âge à la lettre. Abécédaire médiéval, Paris, Tallandier, 2004, 137 p.
  • Livres anciens, lecture vivante, Paris, Éditions Odile Jacob, 2010, 352 p.
  • D’autres langues que la mienne, Paris, Éditions Odile Jacob, 2014, 288 p.

Ouvrages en collaboration[modifier | modifier le code]

  • Girart de Roussillon ou l'épopée de Bourgogne, commenté par M. Thomas et M. Zink, adaptation en français moderne de R.-H. Guerrand, Paris, Philippe Lebaud, 1990.
  • Histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et perspectives, par M. Stanesco et M. Zink, Paris, PUF, « Écriture », 1992, 218 p.
  • Dictionnaire des lettres françaises : Le Moyen Âge, par Robert Bossuat, Louis Pichard et Guy Raynaud de Lage, Paris, 1964 [depuis 1939] ; nouv. éd. entièrement revue et mise à jour sous la dir. de Geneviève Hasenohr et M. Zink, Paris, 1992 (La Pochothèque) ; repr. 1994 (ISBN 2-213-59340-X).
  • L'Art d'aimer au Moyen Âge, par M. Cazenave, D. Poirion, A. Strubel, M. Zink, Éditions du Félin, Ph. Lebaud, 1997, Un nouvel art d'aimer, p. 7-70.
  • Pages manuscrites de la littérature médiévale, par G. Hasenohr et M. Zink, Paris, Le Livre de poche, « Lettres gothiques », 1999, 95 p.
  • L'Œuvre et son ombre. Que peut la littérature secondaire ?, Recueil d'études publié sous la direction de Michel Zink, Contributions de Yves Bonnefoy, Pierre Bourdieu, Pascale Casanova, Antoine Compagnon, Michael Edwards, Marc Fumaroli, Michel Jarrety, Hubert Monteilhet, Carlo Ossola, Harald Weinrich et M. Zink, Paris, Éditions de Fallois, 2002, 154 p.
  • Le Moyen Âge de Gaston Paris. La poésie à l'épreuve de la philologie, sous la direction de M. Zink, Paris, Éditions Odile Jacob, coll. « Collège de France », 2004, 343 p.
  • « La Grèce antique sous le regard du Moyen Âge occidental », Jean Leclant et M. Zink (éd.), Cahiers de la villa « Kérylos », no 16, Paris, Éd. de Boccard, 2005, XII-220 p.
  • Naissance, Renaissances. Moyen Âge – XVIe siècle, Frank Lestringant et M. Zink (dir.), Paris, PUF, 2006, 1063 p.
  • Avant-propos, Froissart dans sa forge et Synthèse des communications, in M. Zink (dir.), Froissart dans sa forge, colloque tenu à Paris du 4 au 6 novembre 2004, Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres – Collège de France, Éd. de Boccard, 2006, p. 5-6, 85-89 et 231-234.
  • « L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge », Jacques Jouanna, Jean Leclant et M. Zink (éd.), Cahiers de la villa « Kérylos », no 17, Paris, Éd. de Boccard, 2006, XVIII-293 p.
  • Moyen Âge et Renaissance au Collège de France, Pierre Toubert et M. Zink (dir.), Paris, Fayard, 2009, 665 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Michel Zink sur le site des Presses universitaires de France.
  2. Il prend ainsi la succession de « Félix Lecoy (1903-1997) », dernier titulaire de la Chaire de Langue et littérature française du Moyen Âge du Collège de France, de 1947 à 1974.
  3. Actualités de l'AIBL
  4. « La page de la chronique sur le site de France Inter »

Liens externes[modifier | modifier le code]