André Chaumeix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Chaumeix en habit vert en 1931

André Chaumeix, né à Chamalières (Puy-de-Dôme) le 6 juin 1874[1] et mort à Paris le 23 février 1955, est un journaliste et critique littéraire français, membre de Académie française.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Fils d'Alexandre Chaumeix et de Solange Fargeix, il fait ses études secondaires au lycée Henri-IV avant d'entrer à l’École normale supérieure en 1895. Il obtient une licence en droit et l'agrégation de lettres (1898) et passe deux années à l’École française de Rome.

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Il entre en 1900 au Journal des débats, dont il devient rédacteur en chef en 1905.

Il collabore ensuite à des journaux tels que la Gazette des Beaux-Arts, Le Gaulois, où il est chargé de la rubrique littéraire, la Revue de Paris, qu’il dirige à partir de 1920, Le Figaro, dont il est rédacteur en chef de 1926 à 1930, La Revue des Deux Mondes, où il tient la rubrique littéraire avant d’en prendre la direction en 1937.

Académie française[modifier | modifier le code]

Il est élu membre de l’Académie française le 22 mai 1930. Il y acquiert une grande influence, faisant et défaisant les élections[2].

Ayant à recevoir sous la coupole l'écrivain François Mauriac, dont il appréciait peu le talent, il prononce un discours d'anthologie émaillée de spirituelles perfidies, persiflant par exemple : « Vous êtes le grand maître de l’amertume […] À vous lire, monsieur, j’ai cru que vous alliez troubler l’harmonieuse image que je garde de votre région […] J’ai failli prendre la Gironde pour un fleuve de feu, et la Guyenne pour un nœud de vipères. »

Il meurt le 23 février 1955, le même jour que Paul Claudel, également membre de l'Académie française. Il est inhumé au cimetière de Passy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La date de naissance portée sur sa tombe (visible sur cette photographie) est le 6 juin. Le site de l’Académie française donne cependant le 7 juin.
  2. Maurice Blanchot, lettre à Roger Laporte en date du 22 décembre 1984, in Jean-Luc Nancy, Maurice Blanchot, Passion politique, Galilée, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par André Chaumeix Suivi par
Georges Clemenceau
Fauteuil 3 de l’Académie française
1930-1955
Jérôme Carcopino