Gouvernement François Darlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement François Darlan
Régime État français (Vichy)
Vice-président du Conseil François Darlan
Début 10 février 1941
Fin 18 avril 1942
Durée &0000000000000001.0000001 an, &0000000000000067.00000067 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Gouvernement Pierre-Étienne Flandin II
Gouvernement
suivant
Gouvernement Pierre Laval VI

Le gouvernement François Darlan est le troisième gouvernement du régime de Vichy en France, constitué par Philippe Pétain. Il succède au gouvernement Pierre-Étienne Flandin (2) le 10 février 1941 et se termine le 18 avril 1942, lors du rappel de Pierre Laval.

Formation du gouvernement[modifier | modifier le code]

Après la démission de Pierre-Étienne Flandin, l'amiral François Darlan est nommé vice-président du Conseil, ministre secrétaire d'État aux Affaires étrangères et à la Marine, le 10 février 1941. Il devient aussi responsable au 16 février du ministère de l'Intérieur en remplacement de Marcel Peyrouton.

Le reste du nouveau gouvernement le sera le 24 février.

Composition du gouvernement au 25 février 1941[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Remaniements[modifier | modifier le code]

  • 24 février 1941
    • Henri Giraud : secrétaire général à l'Équipement national.
    • Louis Hautecoeur : secrétaire général des Beaux-Arts
    • Maurice sabatier : secrétaire général à L'Administration générale jusqu'au 18 juillet 1941
  • 29 mars 1941
  • 12 juillet 1941
    • Jean Filippi : secrétaire général aux Questions économiques.
  • 17 juillet 1941
    • Pierre Caziot : succède à Jean Achard comme ministre au Ravitaillement. Il conserve son poste de ministre secrétaire d'État de l'Agriculture.
  • 18 juillet 1941 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Jérôme Cotillon, « Les entourages de Philippe Pétain, chef de l’État français, 1940-1942 », Histoire@Politique – Politique, culture, société, no 8, mai-août 2009.
    « Par la conjonction des événements précipitant une concentration entre les mains d’un seul des pouvoirs présidentiel et gouvernemental comme le cas de figure faisant du dernier président du Conseil de la République également le premier chef du nouvel État français, la personne de Pétain se retrouve tout à la fois investie de nouvelles fonctions exécutives sans avoir été dépossédée de ses anciennes attributions gouvernementales. »
    Voir en particulier la note 42, p. 16. : « Il est relevé que Laval chef du gouvernement ne porte pas pour autant le titre de président du Conseil, Pétain continue d’en être le détenteur et d’en exercer les pouvoirs afférents. Cf. à ce sujet AN 2AG 539 CC 140 B et Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 334-335 et 610. »

Lien externe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]