Guinée française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec la Guyane "française" (French Guiana), ni avec le Guyana (ancienne Guyane anglaise).

Guinée française

18911958

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation de la Guinée française

Informations générales
Statut Protectorat français, à partir de 1904 territoire de l'Afrique-Occidentale française

Entités suivantes :

La Guinée française était une colonie, et finalement un territoire d'outremer français en Afrique de l'Ouest qui devint indépendant en 1958 sous le nom de Guinée.

Statuts[modifier | modifier le code]

Le décret du 17 décembre 1891 a transformé la colonie des « rivières du sud »[1] en « Guinée française »[2]. Il faudra attendre 1899 pour que ses frontières soient fixées[3].

Elle faisait partie de l'Afrique-Occidentale française (AOF) à partir de 1904[4].

La Guinée française devient territoire d'outre-mer (TOM) à partir de la Constitution française du 7 octobre 1946[5].

Le pays se sépare de la France en 1958 à l'occasion de l'indépendance prônée par le président Ahmed Sékou Touré alors que les autres pays de l'AOF deviendront indépendants en 1960. Le Général de Gaulle considèrera cela comme un affront et la nouvelle république de Guinée ne bénéficiera d'aucun investissement français et sera délaissée par les institutions d'Europe de l'ouest. Seule l'union soviétique apportera son aide au président Sékou Touré qui deviendra un dictateur.

Pacification et résistance[modifier | modifier le code]

La colonisation se déroulait tranquillement sur les côtes ou au Fouta Djalon car ces régions étaient faciles d'accès soit par la mer soit par le fleuve Sénégal et le climat était plus supportable pour le colon.

Par contre, dans certaines régions, une résistance s'est élevée contre l'occupant. Des chefs tels que Mahmadou Lamine et Samory Touré vont se convertir à l'islam et essayeront de convertir les régions voisines. Ils harcèleront continuellement le colonisateur dans de durs combats[5].

Vers 1912, la pacification totale de la Guinée sera effective.

L'éducation[modifier | modifier le code]

Pendant la colonisation, très peu de guinéens étaient scolarisés (moins de 12 %) et l'enseignement supérieur n'existait pas.

Les étudiants devaient aller à Dakar au Sénégal pour avoir un enseignement de qualité.

Développement économique[modifier | modifier le code]

Pour leur besoin économique, les colons vont développer les infrastructures notamment des routes vers les richesses exploitées par des compagnies privées et le port de Conakry[5]. D'où une forte syndicalisation qui s'est concrétisé par des mouvements de grèves de la part des ouvriers.

Soldats guinéens[modifier | modifier le code]

La Guinée française comme d'autres colonies de l'AOF a largement contribué lors des deux guerres mondiales en Europe car près de 36 000 soldats furent mobilisés en 1914-1918 et près de 18 000 en 1939-1945[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :