Pascal Ory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ory.

Pascal Ory

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pascal Ory, alors invité de l'émission radiophonique Tout arrive, animée en direct du Salon du livre de Paris en mars 2010.

Biographie
Naissance 1948
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Approche histoire culturelle
Travaux * Les Collaborateurs 1940-1945, (1976)

Pascal Ory, né en 1948, est professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris 1). Il enseigne aussi à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Sciences Po Paris (École de journalisme)[1] et à l'Ina Sup[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence ses études au lycée Chateaubriand de Rennes[2].

Ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, il a été assistant à l’École supérieure de guerre de Paris, assistant à l'université de Paris X-Nanterre et professeur à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, où il a créé le département d’histoire, le DEA d’histoire sociale et culturelle et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, aujourd’hui Institut d’études culturelles.

Élève de Jean Delumeau, puis de René Rémond, il est l’un de ceux qui ont, dès les années 1970, contribué à mieux définir l’histoire culturelle. À ce titre, il a fondé et préside l'Association pour le développement de l'histoire culturelle (ADHC). Son enquête scientifique porte sur quatre axes : la culture, la nation, les mythologies du contemporain, le corps moderne. Ses premiers ouvrages publiés, écrits pour des raisons éthiques, sous le coup de la découverte des ambiguïtés de l’Occupation, portaient sur la Collaboration et se rattachent donc au second axe, mais dès cette époque, son identité universitaire portait principalement sur le premier. Il s'est intéressé au fascisme dès sa maîtrise, consacrée aux Chemises vertes d'Henri Dorgères.

Collaborateur régulier de la presse écrite et audio-visuelle, en particulier, depuis 1975, de Radio-France (France Culture), il est, entre autres, administrateur de la SCAM (Société civile des auteurs multi-médias), président de sa commission du répertoire de l’écrit et, pour l’année 2010-2011, son vice-président.

Membre du cabinet d’Émile Biasini, secrétaire d’État aux Grands Travaux de 1988 à 1993, il a été adjoint au maire (PS) de Chartres de 1995 à 2001. En 2002, il est nommé membre de droit pour trois ans du comité d'histoire du ministère de la culture. Il est depuis 2010 membre du Conseil d’orientation scientifique de la Maison de l'Histoire de France.

Il est, par ailleurs, régent (chaire de chronolise et iconocritique) du Collège de 'Pataphysique.

En janvier 2012, il a été nommé commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Collaborateurs 1940-1945, Paris, Le Seuil, 1976, 331 p. (ISBN 2020054272) nouv. éd., coll. « Points »-histoire, 1980.
  • La France allemande, Paris, Gallimard, coll. « archives », 1977, 274 p.
  • Nizan : Destin d'un révolté, Paris, Ramsay, 1980, 331 p.
  • Le Petit Nazi illustré. Vie et mort du « Téméraire » (1943-1944), Paris, éditions Albatros, collections Histoires/Imaginaires, 1979, 122 p. rééd. revue et augmentée, Paris, Nautilus, 2002. Préface de Léon Poliakov
    sur Le Téméraire, une revue de propagande nazie pour enfants.
  • L'entre-deux-Mai, Histoire culturelle de la France, mai 1968-mai 1981, Paris, Éditions du Seuil, 1983, 288 p.
  • L'Anarchisme de droite ou du mépris considéré comme une morale, le tout assorti de réflexions plus générales, Paris, Grasset, 1985, 288p.
    un livre ouvertement polémique « dédié aux anarchistes de gauche ».
  • En collaboration avec Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France de l'affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, coll. « U »,‎ 1986, 22 cm, 263 p. (ISBN 2-200-31223-7)
  • Sous la direction de Pascal Ory : Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, 832 p.
  • L'Expo universelle, 1889, Bruxelles, Complexe, 1989, 153 p.
  • Une nation pour mémoire. 1889, 1939, 1989 trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992, 282 p.
  • Théâtre citoyen, Du Théâtre du peuple au Théâtre du soleil, en collaboration avec Melly Puaux,Maison Jean-Vilar, Avignon, Association Jean Vilar, 1995, 95 p.
  • Direction, préface et conclusions de : La Censure en France à l'ère démocratique (1848-...), Bruxelles, Complexe, coll. « Histoire culturelle », 1997, 350 p.
  • L'Europe ? L'Europe... (anthologie commentée), Paris, Omnibus, 1998, 900 p.
  • Le Discours gastronomique français des origines à nos jours, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1998, 203 p.
  • Les Intellectuels en France de l'affaire Dreyfus à nos jours, en collaboration avec Jean-François Sirinelli, réédition Paris, Armand Colin, 1999, 264 p.
  • Les Intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours, rééd. revue et augmentée, Paris, Armand Colin, 2002.
  • Du fascisme, Paris, Perrin, 2003, 293 p. (ISBN 2-262-01980-0).
  • L'Histoire culturelle, Paris, Presses universitaires de France, 2004, 128 p.
  • Goscinny (1926-1977) : La liberté d'en rire, Paris, Perrin, 2007, 307 p. (ISBN 978-2262025069)
  • L'invention du bronzage - Essai d'une histoire culturelle, Paris, Complexe, juin 2008, 135 p.
  • La Culture comme aventure. Treize exercices d'histoire culturelle, Paris, Complexe, 2008, 302 p.
  • Grande encyclopédie du presque rien, éditions des Busclats, 2010, 128 p. (ISBN 9782361660031)
  • Vie de Damoclès. Fragments, éditions des Busclats, 2012, 144 p. (ISBN 978-2361660116)
  • Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, sous la direction de Pascal Ory, avec la collaboration de Marie-Claude Blanc-Chaléard, Robert Laffont , 2013 (ISBN 978-2221113165).

Articles en ligne[modifier | modifier le code]

Conférence en ligne[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]