Je suis partout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Je suis partout
Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Généraliste
Date de fondation 1930
Date du dernier numéro 1944

Je suis partout est un hebdomadaire français publié par Arthème Fayard, dont le premier numéro sortit le 29 novembre 1930. Pierre Gaxotte est son responsable jusqu'en 1939. Jusqu'en 1942, la rédaction se trouve rue Marguerin à Paris avant de s'installer rue de Rivoli. Journal rassemblant des plumes souvent issues ou proches de l'Action française, il devient, à partir de 1941, le principal journal collaborationniste et antisémite français sous l'occupation allemande. Le dernier numéro paraît en août 1944, et ses rédacteurs sont ensuite jugés et condamnés.

La fondation[modifier | modifier le code]

Je suis partout, comme son nom l'indique, est un hebdomadaire fondé pour couvrir l'actualité internationale. Au départ, le journal n'est ni d'extrême droite, ni antisémite, ni même politiquement uniforme. Mais le noyau dur des rédacteurs clairement imprégnés de maurrassisme l'emporte assez rapidement : Pierre Gaxotte, Robert Brasillach, Lucien Rebatet, Pierre-Antoine Cousteau, Claude Jeantet, Bernard de Vaulx (ancien secrétaire de Charles Maurras), Maurice Bardèche, Alain Laubreaux, Claude Roy, Miguel Zamacoïs, Daniel Halévy, Pierre Drieu La Rochelle et le dessinateur Ralph Soupaultetc. Le journal devient dès lors antiparlementaire, antidémocrate, nationaliste et convaincu de la « décadence » de la France. Il durcit rapidement ses positions, alors que la rédaction est de plus en plus séduite par les partis fascistes.

Le rapprochement avec le fascisme dans les années 1930[modifier | modifier le code]

Je suis partout plébiscite Mussolini dès 1932, dans un numéro spécial publié en octobre de cette année. Il soutient la Phalange espagnole, la Garde de fer roumaine et le petit mouvement d'Oswald Mosley. Il montre un grand intérêt pour Léon Degrelle et son mouvement fasciste, le Christus Rex. Le correspondant de l'hebdomadaire en Belgique est député rexiste dans les années 1930. Je suis partout se rapproche progressivement à partir de 1936-1937 du nazisme.

L'antisémitisme du journal se déchaîne après les émeutes de février 1934, puis encore plus après l'accession de Léon Blum à la tête du gouvernement en 1936. Il rivalise de racisme avec les publications nazies à partir de 1938 avec deux numéros spéciaux : « Les Juifs » (1938) puis « Les Juifs et la France » (1939). Dans ce deuxième numéro, Lucien Rebatet est l'auteur d’un long article sur « L’Affaire Dreyfus », article dans lequel la culpabilité de Dreyfus ne fait pas alors le moindre doute pour l’écrivain (alors qu'en réalité l'innocence de Dreyfus est établie). Cette radicalisation effraie la librairie Fayard qui vend le journal en 1936 à de nouveaux actionnaires, dont le riche héritier d'origine argentine Charles Lesca, qui se définit comme un « fasciste authentique autant que calme ». En 1940, pendant la débâcle, Alain Laubreaux et Charles Lesca sont arrêtés sur l'ordre de Georges Mandel, nouveau ministre de l'Intérieur du gouvernement Paul Reynaud qui fait arrêter les principaux intellectuels d'extrême droite favorables à l'Allemagne nazie.

Je suis partout réclame un fascisme à la française : « On ne matera le fascisme étranger que par le fascisme français, le seul vrai fascisme. » (14 avril 1939). Il ne cache pas sa sympathie pour le Front de la liberté esquissé par Jacques Doriot avec les principaux mouvements d'extrême droite et le plus grand parti conservateur de l'époque, la Fédération républicaine.

Jusqu'en 1941, Charles Maurras ne condamne pas ses disciples. La rupture a lieu cette année-là, lorsque le journal, interdit en 1940, peu avant l'invasion allemande reparaît.

L'organe emblématique du collaborationnisme[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Collaborateur de Je suis partout.

L'hebdomadaire reparaît le 7 février 1941 et soutient immédiatement une politique collaborationniste. Robert Brasillach, rédacteur en chef depuis juin 1937, reprend les rênes à son retour de captivité. Cette nouvelle équipe comprend aussi : Georges Blond, Kleber Haedens, Jean de La Varende, Jean Meillonnas, Morvan Lebesque, Lucien Combelle, Michel Mohrt.

Triomphant après avoir obtenu de reparaître sous l'occupation allemande, l'hebdomadaire multiplie les polémiques et les appels au meurtre contre les Juifs et les hommes politiques de la IIIe République. Ainsi, dans l'édition du 6 septembre 1941 Robert Brasillach écrit-il que « la mort des hommes à qui nous devons tant de deuils […] tous les Français la demandent. » Et dans celle du 25 septembre 1942 : « Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder les petits. »

Si Je suis partout n'est pas, tant s'en faut, le seul journal collaborationniste, il est le plus important et le plus influent. Ses rédacteurs revendiquent d'avoir été les pionniers du fascisme en France, même s'ils reconnaissent des précurseurs, comme Édouard Drumont et revendiquent, au moins jusqu'en 1941, l'influence de Charles Maurras. En février 1941, Maurras, replié à Lyon, désapprouve la reparution du journal en zone occupée. Ils travaillent aussi à La Gerbe, au Journal de Rouen, à Paris-Soir et plus encore au Petit Parisien, étendant ainsi leur influence.

Je suis partout exerce une influence assez importante sur un lectorat plutôt jeune et intellectuel. Son audience devient plus grande sous l'Occupation : le tirage passe de 46 000 exemplaires en 1939 à 250 000 en 1942. Il publie sous forme de feuilleton des romans de Jean Anouilh (Léocadia), Marcel Aymé (Travelingue), René Barjavel (Ravage), Jean de La Varende (Les derniers galériens), Jacques Decrest (Les jeunes filles perdues) ou encore Jean de Baroncelli (Vingt-six hommes), et des interviews de certains d'entre eux. L'hebdomadaire publie également six lettres de Louis-Ferdinand Céline[1], ainsi que des articles enjoleurs sur ce dernier.

Après l'éviction de Brasillach, jugé trop modéré, la direction est assurée par Pierre-Antoine Cousteau (frère aîné du commandant Jacques-Yves Cousteau). Ce changement marque un dernier glissement : Je suis partout s'aligne intégralement sur le nazisme, oublie l'ouverture aux intellectuels qui avait fait une partie de son succès dans les années 1930 pour l'anti-intellectualisme des nazis et des fascistes les plus fanatiques, ouvre ses colonnes aux Waffen-SS.

Plusieurs rédacteurs adhèrent au Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot et à la Milice. Cousteau et Rebatet clament le 15 janvier 1944 : « Nous ne sommes pas des dégonflés » et assurent la parution de l'hebdomadaire jusqu'en août. Tous deux, ainsi que l'ensemble de la rédaction de Je suis partout, s'enfuient à Sigmaringen avec ce qui reste du régime de Vichy en septembre 1944. Ils sont par la suite arrêtés, jugés et condamnés par la justice française pendant l'épuration.

Épuration[modifier | modifier le code]

Au sortir de la guerre, les anciens rédacteurs et membres du journal sont poursuivis par le tribunaux lors de l'épuration[2] :

  • Claude Maubourguet est condamné aux travaux forcés à perpétuité en novembre 1944.
  • Robert Brasillach est condamné à mort et fusillé en 1945.
  • Camille Fégy est condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1946.
  • Pierre-Antoine Cousteau et Lucien Rebatet sont condamnés à mort en 1946, mais la peine est commuée en réclusion à perpétuité par le président Vincent Auriol.
  • Pierre Villette, administrateur du journal, Alain Laubreaux et Henri Lèbre, journalistes, sont condamnés à mort par contumace en 1947.
  • Ralph Soupault, dessinateur, est condamné à quinze ans de travaux forcés en 1947.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Marie Dioudonnat « Je suis partout » (1930-1944). Les maurrassiens devant la tentation fasciste, éd. La Table ronde, 1973, rééd. 1987 ; Les 700 rédacteurs de « Je suis partout », éd. SEDOPOLS, 1993
  • Michel Dobry (dir.), Le Mythe de l'allergie française au fascisme, éd. Albin Michel, 2003
  • Pascal Ory, Les Collaborateurs, éd. du Seuil, « Points »-histoire, 1980
  • Eugen Weber, L'Action française, éd. Fayard, 1985 et Hachette, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://lewebceline.free.fr/contreceline/les_lettres.htm
  2. Pierre Assouline, L'Épuration des intellectuels, Bruxelles, Complexe,‎ 1996, p. 128