DC Comics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

DC Comics

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de DC Comics depuis 2012

Création 1935, par Malcolm Wheeler-Nicholson (à l'origine National Allied Publications)
Personnages clés Diane Nelson (président et rédacteur en chef)
Dan DiDio (vice-président)
Forme juridique Filiale de Warner Bros.
Siège social Drapeau des États-Unis 1692 Broadway,New York, État de New York (États-Unis)
Activité Comics
Produits Voir Catégorie:Série de comics DC
Société mère Warner Bros
Site web dccomics.com

DC Comics est l'une des principales maisons d’édition américaines de bandes dessinées, appelées comics. DC Comics fait partie du conglomérat Time Warner.
Les initiales « DC » sont une abréviation de « Detective Comics », mais ont aussi été « détournées » de leur sens originel, par Marvel Comics, pour désigner DC comme la « Distinguée concurrence ». DC comporte plusieurs filiales, notamment Vertigo, plutôt dédiée au fantastique et Wildstorm plutôt dédiée à la science-fiction et aux aventures de super-héros plus modernes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine et l'âge d'or (1934 - 1956)[modifier | modifier le code]

L'origine de DC Comics remonte à l'année 1934 lorsque Malcolm Wheeler-Nicholson, un ancien major de l'armée américaine devenu auteur pour des pulps, fonde la société National Allied Publications. En février 1935 est publié le premier numéro de New Fun Comics qui propose des bandes-dessinées inédites, ce qui alors le démarque des autres comic books dans lesquels on ne trouve que des rééditions de comic strips. New Fun Comics ne connaît pas le succès mais un deuxième comics, New Comics, est tout de même créé. En octobre 1936 dans le sixième numéro de New Fun Comics apparaît le Dr. Occult créé par Jerry Siegel et Joe Shuster. Les aventures de ce personnage se poursuivent dans More Fun Comics qui est la suite de New Fun Comics[K 1]. Une autre série proposée est Slam Bradley aussi de Siegel et Shuster. National Allied Publications vivote mais est endetté. Cela oblige Malcolm Wheeler-Nicholson à s'associer avec Harry Donenfeld et Jack Liebowitz qui gèrent l'entreprise distribuant les comics de National Allied Publications. En 1937, National Allied Publications est renommé en Detective Comics, Inc. et un troisième comics, Detective Comics, est publié. En 1938, le major pour éponger ses dettes vend ses dernières parts à Donenfeld[P 1].

1938 est une année importante pour DC pour une autre raison. C'est en effet cette année que paraît le premier numéro d'Action Comics en avril 1938[n 1],[1],[K 2]. Ce comics va révolutionner le monde la bande-dessinée américaine car Superman, le premier super-héros, y fait son apparition. L'éditeur ne s'attend pas à ce que ce personnage rencontre le succès et si Superman est sur la couverture du no  1, il est par la suite remplacé par d'autres personnages. Cependant, il s'avère rapidement que Action Comics voit ses ventes augmenter et que cela est dû à la présence de Superman. DC devient alors l'éditeur le plus important[P 2]. Un comic strip consacré à Superman est distribué à partir de janvier 1939 et un second comic book, intitulé Superman débute la même année[K 3]. En 1939 encore, dans le 27e numéro de Det²²ectice Comics apparaît Batman créé par Bob Kane et Bill Finger[n 2].

L'année 1939 est aussi marquée par la fondation d'une nouvelle maison d'édition, All American Comics dirigée par Max Gaines, l'inventeur du comic book[K 4]. DC et All American Comics sont deux entreprises distinctes mais le logo DC apparaît sur tous les comics et ceux-ci apparaissent comme faisant partie d'une seule collection. All American comics publie alors les aventures de Green Lantern, Flash et Wonder Woman[K 5]. DC apparaît comme la maison d'édition la plus importante, et cela surtout grâce à Superman qui procure des revenus importants. Donenfeld et Liebowitz, attentifs à ne pas perdre cette manne, vont poursuivre en justice les super-héros qui ressemblent un peu trop à Superman. Ils gagnent un premier procès contre Victor Fox, propriétaire de Fox Comics qui proposent les aventures de Wonder man puis déposent, en 1941, une plainte contre la société Fawcett Comics qui publie les aventures de Captain Marvel de C. C. Beck[B 1]. En 1941, DC parvient à s'attacher Jack Kirby et Joe Simon, deux jeunes artistes qui viennent de créer, pour Timely, Captain America[T 1]. DC possède donc des séries très rentables et travaille avec des auteurs talentueux, ce qui assure sa première place parmi les éditeurs de comics. Le développement de la firme se poursuit lorsqu'en 1944, Max Gaines vend sa société à DC Comics pour fonder une nouvelle maison d'édition Educational Comics, plus connue comme EC Comics[2].

Dans l'immédiate après-guerre, le monde des comics va connaître deux crises simultanées. Tout d'abord, une crise de surproduction entraîne la faillite de nombreux éditeurs et l'arrêt de nombreux comics qui ne trouvent pas de place sur les rayons des marchands de journaux[C 1]. Ceux-ci, inondés de nouveaux titres, préfèrent garder les séries les plus populaires. Par ailleurs, si les comics de super-héros restent les plus populaires, les lecteurs s'intéressent à des genres différents, parfois plus adultes. Ainsi, les comic books racontant des histoires criminelles, sur le modèle de Crime does not pay, édité par Lev Gleason Publications, sont les premiers à offrir une alternative pour des lecteurs plus âgés. Viennent ensuite les comics de romance, dont le genre est créé par Simon et Kirby pour l'éditeur Prize en 1947 avec le titre Young Romance, et les comics d'horreur portés par EC Comics sous la direction de Bill Gaines, fils de Max Gaines, et édités par Al Feldstein[C 2],[P 3]. DC est relativement épargné par ces deux crises : ces comics sont là depuis assez longtemps pour être proposés par les vendeurs de journaux ; Superman, Batman et Wonder Woman ont un lectorat fidèle et qui se renouvelle (les autres héros disparaissent les uns après les autres mais ces trois-là sont les seuls à être distribués en continu durant les années 1950) ; la production est assez diversifiée pour atteindre les différentes attentes des lecteurs ; les dessinateurs maison sont parmi les meilleurs (Carmine Infantino, Joe Kubert, Gil Kane, etc.)[P 4]. DC continue donc à se développer et en 1953, elle rachète l'éditeur Quality Comics, ce qui permet de devenir propriétaire de personnages tels que Uncle Sam ou Blackhawk[B 2].

L'âge d'argent (1956 - 1970)[modifier | modifier le code]

En 1956, DC, sous l'impulsion du rédacteur en chef Julius Schwartz, tente de relancer le genre des super-héros. Ainsi, dans le quatrième numéro du comic book Showcase, daté de septembre 1956, apparaît un nouveau Flash, scénarisé par Robert Kanigher, dessiné par Carmine Infantino et encré par Joe Kubert[3]. Si le nom et les pouvoirs du personnage sont semblables à ceux du héros dont les aventures paraissaient dans les années 1930 et 1940, rien d'autre n'est commun : ni l'identité secrète, ni l'origine, ni l'environnement. Cet essai est un succès et bientôt Flash a droit à son comic book. Green Lantern, dans le no 22 de ce même comic book, publié à l'été 1959, a droit au même traitement pour un aussi bon résultat. L'étape suivante est la création d'une équipe comprenant les nouveaux venus et les trois anciens, Superman, Batman et Wonder Woman. La Ligue de justice d'Amérique apparaît pour la première fois dans le comic book The Brave and The Bold no  28 paru en 1960. L'année d'après le premier numéro de The Justice League of America paraît et devient le comics le plus vendu[P 5]. Les super-héros vont donc revenir à la mode mais c'est une autre maison d'édition Marvel Comics qui va le plus en profiter car sous l'égide de Stan Lee et avec des artistes tels que Jack Kirby ou Steve Ditko des nouveaux personnages (Les Quatre Fantastiques, Spider-man, Hulk, etc.) apparaissent et attirent les lecteurs. Le succès des comics publiés par Marvel permet à celle-ci de devenir la plus importante maison d'édition et DC est relégué au second plan[C 3]. Cela n'empêchera pas DC de connaître de très grands succès dont celui de Mad. En effet, en 1964 DC rachète la maison d'édition EC Comics propriété de William Gaines[4]. EC produit alors uniquement le magazine humoristique Mad dont les ventes dépassent 1 400 000 d'exemplaires. Sous la direction d'Al Feldstein elles atteindront le chiffre de 2 100 000 d'exemplaires dans les années 1970[5].

En 1967, Kinney National Company achète National Periodical Publications[6] puis en 1969 Warner Bros.-Seven Arts avant de se renommer Warner Communications en 1971[7].

En 1968, Carmine Infantino devient directeur de la publication. Sa politique éditoriale est alors de donner plus de liberté aux artistes et grâce à cela DC retrouve l'éclat qu'elle avait perdue, même si Marvel continue à dominer le marché. DC va alors se trouver un dessinateur vedette, comme Jack Kirby l'est pour Marvel, en la personne de Neal Adams. Celui-ci crée Deadman en collaboration avec Infantino au scénario, puis il reprend le personnage de Batman en en faisant un personnage plus sombre, plus proche du Batman des origines. Cet aspect de Batman sera maintenu par Dick Giordano qui succède à Adams. Par la suite Neal Adams collabore avec le scénariste Dennis O'Neil sur la série Green Lantern. Le récit ne se concentre plus sur la lutte entre le bien et le mal mais développe des considérations politiques et sociales (place des Noirs, relation entre les sexes, drogue, etc.). Par ailleurs Infantino parvient à attirer chez DC deux créateurs dont les noms étaient liés à Marvel : Steve Ditko et Jack Kirby. Le premier crée en 1968 Le Creeper et Hawk and Dove, le second développe un nouvel univers, celui du Le Quatrième Monde, avec trois nouvelles séries (The New Gods, The Forever People, Mister Miracle) et la reprise de Superman's Pal Jimmy Olsen[C 4]. Enfin à côté de ces auteurs reconnus, Infantino donne leur chance à de nouveaux venus, tels que Len Wein, Marv Wolfman, Gary Friedrich pour apporter du sang neuf[P 6].

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Après l'âge d'or et le renouveau de l'âge d'argent, l'âge de bronze, celui des années 1970, est lié à une crise du lectorat[P 7]. Les super-héros attirent moins et ne parviennent pas à se renouveler. Toujours sous la houlette d'Infantino, DC propose des nouvelles séries pour attirer ceux qui délaissent les aventures super-héroïques. Ainsi paraissent les aventures du cowboy Bat-Lash ou les récits fantastiques de The house of Secrets (où apparaît pour la première le personnage de Swamp Thing créé par Len Wein et Bernie Wrightson[C 5]). Cet essai de diversification va culminer à la fin des années 1970 avec la «DC Explosion» qui est la promesse d'une augmentation du nombre de séries publiées avec un nombre de pages plus élevé pour chaque comics. Cette tentative se solde par un échec et fin 1978, la production est divisée par deux. Entre temps, DC va innover en travaillant avec son concurrent, Marvel Comics, pour éditer, en 1975, le premier crossover de l'histoire des comics : l'adaptation du film Le Magicien d'Oz[B 3]. Ce projet sera suivi dès l'année suivante d'un crossover mettant en scène la rencontre entre Superman et Spider-Man écrit par Gerry Conway et dessiné par Ross Andru et Dick Giordano[8]. En 1979 DC, à peine remis de l'échec de la «DC Explosion» crée un nouveau format de diffusion de comics : la mini-série. La première du genre est The World of Krypton écrit par Alan Kupperberg et dessiné par Howard Chaykin et Murphy Anderson[P 8] qui est publiée ainsi parce que l'histoire était déjà écrite et dessinée mais que le comics Showcase qui devait l'accueillir avait été supprimé.

Crises et renouveau (depuis les années 1980)[modifier | modifier le code]

Alan Moore : l'auteur de Swamp Thing et de Watchmen

En 1984, DC confie à Alan Moore le scénario de Swamp Thing ; le dessin est assuré par Stephen Bissette et John Totleben. Alan Moore reprend la série à partir du numéro 20 et dès l'épisode suivant il recrée entièrement le personnage. Rapidement, il fait évoluer la série vers l'horreur et écrit des histoires de moins en moins acceptables par le comics code si bien que le numéro 28 ne porte plus le sceau du comics code et que cela sera habituel à partir du numéro 30. Swamp Thing annonce déjà le nouvel âge des comics mais ce sont trois mini-séries éditées par DC qui marquent la fin de l'âge de bronze des comics et l'avènement de l'âge moderne.

En 1985, pour régler les problèmes liés à la coexistence de version modernes et anciennes de ses personnages ainsi que ceux rachetés à d'autres maisons d’éditions, DC Comics publie à l'occasion des cinquante ans de la société le « crossover » Crisis on infinite earths. Il s'agit d'une série en douze parties scénarisée par Marv Wolfman et dessinée par George Perez. Cette série réinvente complètement l'univers DC en se débarrassant du concept de Terres multiples tel qu'il était utilisé depuis des années, considéré comme confus. Au cours de cette saga, on assiste à la disparition de nombreux personnages et à la mise en place des bases servant à un redémarrage total de la chronologie de l'univers DC.

Logo 2005

L'année suivante DC publie The Dark Knight Returns écrit et dessiné par Frank Miller et encré par Klaus Janson et Watchmen d'Alan Moore et Dave Gibbons, deux mini-séries qui vont donner le ton de la nouvelle ère qui commence après l'âge de bronze des comics et nommé âge moderne. Ces séries par leur contenu s'adresse à un public adulte et pour cette raison ni l'un ni l'autre ne portent le sceau du comics code. Ils connaissent, malgré cela, un grand succès public et critique[P 9]. DC, tout en continuant à publier des séries tout-public, décide alors de publier plusieurs comics au contenu plus adulte sous la responsabilité éditoriale de Karen Berger. Ces comics sont Hellblazer, Shade, the Changing Man, Animal Man ou encore Sandman de Neil Gaiman. Ils seront ensuite formellement intégrés dans une collection nommée Vertigo et porteront sur la couverture l'avertissement For Mature Readers[n 3],[B 4]

Par ailleurs, après avoir longtemps eu son siège au 666 de la Cinquième avenue à New York, DC Comics déménage dans les années 1990 au 1700 de Broadway.

En 1998, DC Comics rachète Wildstorm, un des studios composant Image Comics, à Jim Lee qui en conserve la direction.

En 2005, en réplique à la collection Ultimate de Marvel, DC Comics lance la collection All-Star qui présente des aventures des héros de DC Comics les plus populaires réalisées par des auteurs célèbres. L'idée est de présenter des aventures hors de toute continuité, accessibles à tous, et basées sur les éléments des personnages que tout le monde connaît. Les deux premières séries lancées sont: All Star Batman and Robin, The Boy Wonder par Frank Miller et Jim Lee et Superman par Grant Morrison et Frank Quitely.

Les années 2000 sont marquées par le développement de crossovers qui apportent des changements importants dans l'univers DC. Ainsi, depuis 2004, des histoires racontant une «crise» ont été publiées chaque année : Identity Crisis (2004) se développe en Countdown to Infinite Crisis (2005), Infinite Crisis (2005-2006), 52 (2006-2007), Countdown to Finale Crisis (2007), Final Crisis 2008[B 5]. En 2009 le crossover met en avant Green Lantern, s'intitule Blackest Night[9] et donne naissance à celui de 2010 Brightest Day[10]. Enfin, en 2011, Flash est à l'honneur avec le crossover Flashpoint[11] qui est suivi en 2011-2012 de la recréation complète de l'univers DC. Toutes les séries recommencent alors avec un nouveau numéro 1[12]. À cette occasion DC Comics change de logo comme elle l'avait déjà fait en 2005.

Personnages de DC[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Univers DC.

Super-héros[modifier | modifier le code]

Super-vilains[modifier | modifier le code]

Auteurs[modifier | modifier le code]

Publications DC Comics[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : DC Entertainment.

Films[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Titre Parution originale Nombre de saison
Les Aventures de Superman 1952–1958 6 Saisons
Batman 1966–1968 3 Saisons
Shazam! 1974–1976 3 Saisons
The Secrets of Isis 1975–1976 1 Saison
Wonder Woman 1975–1979 3 Saisons
Legends of the Superheroes 1979 2 Téléfilms
Superboy 1988–1992 4 Saisons
Swamp Thing: The Series 1990–1993 3 Saisons
Flash (série télévisée) 1990–1991 1 Saison
Human Target : La Cible 1992 1 Saison
Loïs et Clark : Les Nouvelles Aventures de Superman 1993–1997 4 Saisons
Smallville 2001–2011 10 Saisons
Les Anges de la nuit 2002–2003 1 Saison
Human Target : La Cible 2010–2011 2 Saisons
En cours
Arrow 2012–Présent 2 saisons depuis le 9 Octobre 2013
Sortie prochainement
Gotham 2014 Sortie en automne 2014
The Flash 2014 TBA
Constantine[13] 2014 TBA
iZOMBIE[14] 2014 TBA

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. la date inscrite sur la couverture est juin 1938 car les comics aux États-Unis sortent plusieurs mois avant la date de parution officielle
  2. Seul Bob Kane est crédité dans ce comics
  3. For Mature Readers signifie pour lecteurs adultes, mûrs
  4. Captain Marvel jusqu'en 2011, Shazam depuis le new 52

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p.30
  2. p.32
  3. p.40
  4. p.42-43
  5. p.45
  6. p.59
  7. p.61
  8. p.63
  9. p.72
  1. p. 6
  2. p.8
  3. p.21
  4. p.2
  5. p.26
  1. p.142
  2. p.119
  3. p.324
  4. p.144
  5. p.612
  1. p.243
  1. p.16
  2. p.69
  3. p.20
  4. p.34-36
  5. p.37

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Comics Journal, Numéro 184 : Numéros 187 à 188, Comics Journal, Incorporated,‎ 1996, p. 31
  2. (en) Gary Groth, Dwight Decker et William M. Gaines, « An Interview with William M. Gaines, Part One of Three », The Comics Journal, no 81,‎ mai 1983, p. 1 (lire en ligne)
  3. (en) Roy Thomas, « Who Created The Silver Age Flash? », Alter Ego, vol. 3, no 10,‎ automne 2001 (lire en ligne)
  4. (en) Gary Groth, Dwight Decker et William M. Gaines, « An Interview with William M. Gaines, Part Three of Three », The Comics Journal, no 81,‎ mai 1983, p. 6 (lire en ligne)
  5. (en) Mike Slaubaugh, « Mad Magazine Circulation Figures 1961 TO 2008 »,‎ 2008 (consulté le 26 décembre 2011)
  6. « Don Markstein's Toonopedia: DC Comics », sur Toonopedia.com,‎ November 17, 2011 (consulté le August 10, 2012)
  7. (en)« Holders Approve Merger Of WB-7A With Kinney », Box Offic e,‎ 16 juin 1969 (lire en ligne)
  8. (en) Bruce Buchanan, « Superman Vs. The Amazing Spider-Man » (consulté le 08 février 2012)
  9. « blackest night », sur uk.comics.ign.com (consulté le 5 mai 2012)
  10. Kiel Phegley, « C2E2: DC's "Brightest Day" Panel », sur www.comicbookresources.com (consulté le 5 mai 2012)
  11. Kiel Phegley, « DC Announces 14 "Flashpoint" Titles », sur www.comicbookresources.com,‎ 28 janvier 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  12. Kevin Melrose, « DC Announces Post-"Flashpoint" Details, Relaunches All Titles », sur www.comicbookresources.com,‎ 31 mai 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  13. http://www.ign.com/articles/2014/05/08/constantine-ordered-to-series-by-nbc
  14. http://www.ign.com/articles/2014/05/08/the-cw-orders-the-flash-and-izombie-to-series-renews-the-100-and-hart-of-dixie-and-passes-on-supernatural-spinoff

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article source utilisée pour la rédaction de cet article

  • (en) M. Keith Booker, Encyclopedia of Comic Books and graphic novels, Greenwood Press,‎ 2010, 763 p. (ISBN 970-0313357466[à vérifier : isbn invalide], lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gérard Courtial, À la rencontre des SUPER-HÉROS, Bédésup,‎ 1985, 152 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Les Daniels, DC Comics. Sixty years of the World's Favorite Comic Book Heroes, Bullfinch Press / Little Brown and Company, 1995.
  • (en) Randy Duncan et Matthew J. Smith, The Power of Comics : History, Form & Culture, The Continuum International Publishing Group Inc.,‎ 2009, 346 p. (ISBN 978-0826429360, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ron Goulart, The History of DC Comics. Fifty Years of Fantastic Imagination, Simon and Schuster, 1987.
  • (en) Arie Kaplan, From Krakow to Krypton : Jews and comic books, The Jewish publication society,‎ 2008, 240 p. (ISBN 0827608438, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Greg Theakston et Jack Kirby, The Complete Jack Kirby : 1940-1941, vol. 2, Pure Imagination Publishing,‎ 1998, 270 p. (ISBN 9781566850070) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Levitz, 75 Years of DC Comics: The Art of Modern Mythmaking, Paris, Éditions Taschen,‎ 2010, 720 p. (ISBN 978-3-8365-2619-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]