Image Comics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Image Comics est le quatrième plus gros éditeur de comics aux États-Unis (après Marvel Comics, DC Comics et Dark Horse Comics[1] ). La société a été fondée en 1992 par sept auteurs importants avec comme principe de laisser le copyright des personnages de bande dessinée à leurs propres créateurs, contrairement à la pratique habituelle de l'industrie selon laquelle l'éditeur s'approprie les droits exclusifs. Le succès d'Image a changé de manière significative le rôle des auteurs dans l’industrie des comics, mais des tensions internes et le manque de vision commerciale de ses fondateurs ont donné à cette maison d'édition une existence tumultueuse.

De plus, de nombreux critiques se sont élevés contre les dessins excessivement flamboyants et l'abondance de violence et de personnages féminins habillés de façon sexy dans les titres publiés par la société. Mais ces caractéristiques valaient surtout pour ses premières années d'existence.

Les fondateurs de la société sont Todd McFarlane, Jim Lee, Erik Larsen, Rob Liefeld, Marc Silvestri, Whilce Portacio (qui renonce rapidement pour raisons personnelles) et Jim Valentino, qui ont créé 6 studios indépendants dans le cadre d'Image, parmi lesquels Top Cow et Wildstorm.

Les séries porteuses de l'histoire de la maison d'édition sont Gen13, Invincible, Savage Dragon, Spawn, WildC.A.T.s (avant que Jim Lee ne cède sa société à DC Comics), Darkness, Witchblade, Youngblood, The Walking Dead.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Il est difficile de connaître de manière exacte l'histoire de la fondation d'Image Comics, les intéressés ayant des versions souvent contradictoires[réf. nécessaire]. Il est cependant notoire[réf. nécessaire] que dans les années 1990, plusieurs dessinateurs de Marvel Comics s'élevèrent contre la commercialisation excessive de produits dérivés que faisait la société sur la base de leurs créations (dessins et personnages), en ne leur reversant que des royalties minimes.

En décembre 1991, un groupe de ces dessinateurs s'impose dans le bureau du président de Marvel, Terry Stewart, pour faire valoir leurs droits de créateurs. La composition de ce groupe n'est pas tout à fait connue, mais il est presque sûr[réf. nécessaire] qu'il était mené par Todd McFarlane et Rob Liefeld. A priori, cette réunion échauffa les esprits et lorsque les artistes menacèrent de quitter Marvel, Stewart répondit que la société pouvait « toujours trouver quelqu'un d'autre pour ramasser le coton »[réf. nécessaire], une analogie les comparant à des esclaves.

Quelques mois plus tard, sept anciens dessinateurs de Marvel annoncèrent la création d'Image Comics. Les fondateurs furent McFarlane (rendu célèbre avec Spider-Man), Liefeld (les New Mutants et X-Force), Jim Lee (X-Men), Marc Silvestri (Uncanny X-Men et Wolverine), Erik Larsen (The Amazing Spider-Man), Jim Valentino (Guardians of the Galaxy) et Whilce Portacio (Uncanny X-Men). Cette création est parfois appelée « the X-odus » (ce qui se prononce en anglais comme the exodus, l'exode), car quatre de ces fondateurs étaient célèbres pour leurs travaux sur la franchise X-Men. Même si chaque artiste était plutôt renommé, Lee, Liefeld et McFarlane étaient de loin les trois plus populaires.

Image s'imposa deux principes fondateurs :

  • Image ne détient pas le travail d'un créateur, c'est le créateur qui le détient.
  • Un créateur Image n'intervient jamais, créativement ou financièrement, sur le travail d'un autre.

Dans l'esprit du deuxième principe, chaque partenaire fonda son propre studio, qui était affilié à Image mais était autonome, sans contrôle éditorial central. Portacio ne souhaitant pas devenir un partenaire à part entière dans la société, Image fut à l'origine constitué de 6 studios :

Développement[modifier | modifier le code]

Les premiers comics Image à arriver en librairie furent Youngblood de Liefeld, WildC.A.T.s de Lee et Spawn de McFarlane et le Savage Dragon de Larsen (le dragon est connu en amérique mais pas beaucoup en France). Grâce à leurs stars, ces séries se vendirent plus qu'aucune autre série non-Marvel et non-DC. Les séries suivantes, Cyberforce de Silvestri, Shadowhawk de Valentino et Wetworks de Portacio, connurent moins de succès.

Avec la perspective de garder la propriété intellectuelle et le contrôle créatif sur leur travail, Image attira rapidement d'autres artistes dans la société. Arrivèrent ainsi Sam Kieth, qui réalisa The Maxx pour Image, et le duo Kurt Busiek et Alex Ross, qui réalisèrent Astro City.

Image rivalisa bientôt avec Marvel et DC Comics en termes de popularité. Mais les sept fondateurs avaient peu d'expérience en tant que scénaristes, et les critiques s'acharnèrent sur la pauvreté des scénarios et la banalité des héros, dissimulés par un graphisme tape-à-l'œil. Seules quelques rares exceptions furent acclamées (Astro City), d'autres reçurent un accueil neutre des critiques (The Savage Dragon, Spawn), tandis que la plupart étaient sévèrement jugées (WildC.A.T.s, Cyberforce et surtout Youngblood).

Les fondateurs avaient aussi peu d'expérience de gestion commerciale et ils se retrouvèrent vite dépassés par les responsabilités qu'impliquaient leurs studios respectifs. Bientôt les retards s'accumulèrent. Les libraires commandaient des comics qui n'avaient pas encore été dessinés, pour constater quand ils les recevaient que les fans avaient perdu leur intérêt. Quand ils commencèrent à perdre de l'argent sur les séries Image, ils ralentirent leurs commandes, ce qui eut un gros impact sur le studio.

En réaction à ces problèmes, les partenaires engagèrent Larry Marder pour s'occuper du côté commercial, et il réussit à développer un planning réaliste et à discipliner les artistes sur les délais à respecter.

Au milieu des années 1990, les séries comme Spawn et The Savage Dragon firent preuve d'une stabilité incroyable, tandis que des nouvelles séries comme Gen13, The Authority, Witchblade et The Darkness furent de grands succès. Image était alors établi sur le marché des comics en tant que concurrent important, même si les critiques n'étaient toujours pas enthousiastes.

Des conflits entre les partenaires commencent alors à affecter la société. Plusieurs se plaignaient que Liefeld se servait d'un titre de Président d'Image pour promouvoir son propre studio indépendant, Maximum Press, provoquant la séparation du studio Top Cow dirigé par Silvestri en 1996. Un an plus tard, Liefeld fut poussé hors de la société par les autres partenaires, qui engagèrent des actions en justice. Après quoi Silvestri ramena Top Cow dans Image. La même année, Lee vendit Wildstorm à DC Comics, souhaitant se dégager de ses responsabilités d'éditeur pour se consacrer à son art.

Pour compenser ces départs, plusieurs labels rejoignirent Image, comme Dreamwave ou Gorilla, en 2001, avec des fortunes diverses.

En février 2004, Erik Larsen remplaça Jim Valentino comme éditeur d'Image. Actuellement, la société continue de publier diverses séries à succès et à attirer de nouveaux artistes, mais a perdu des parts de marché par rapport aux dernières années.

Séries[modifier | modifier le code]

0-F[modifier | modifier le code]

G-O[modifier | modifier le code]

P-Z[modifier | modifier le code]

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Aaron Albert, « Top Comic Book Publishers », sur comicbooks.about.com (consulté le 31 décembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]