Joe Kubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kubert.

Joe Kubert

Description de cette image, également commentée ci-après

Kubert à la Big Apple Convention à Manhattan en 2009

Naissance 18 septembre 1926
(Drapeau de la Pologne Pologne)
Décès 12 août 2012 (à 85 ans)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Pays de résidence Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession dessinateur de bande dessinée
Distinctions

Alley Award (en) (1962, 1963, 1969)
National Cartoonists Society Awards (1974, 1980)
Eisner Award (1977)

Harvey Award (1997)
Joe Kubert School of Cartoon and Graphic Art
Famille

Joe Kubert (né le 18 septembre 1926 à Jezierzany en Pologne- mort le 12 août 2012[1]) est un dessinateur de l'Âge d'argent des comics américain. Durant toute sa carrière dans l'industrie du Comic-Book, ce prodige du dessin a inspiré de nombreux dessinateurs tels que Neal Adams ou Jordi Bernet, puis d'autres, par le biais de son école, la Kubert School (anciennement Joe Kubert School of Cartoon and Graphic Art).

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Joseph Kubert naît le 18 septembre 1926 à Yzeran en Pologne[2]. Il n'a que deux mois lorsque ses parents émigrent aux États-Unis[3].Ils s'installent à New York dans le quartier de Brooklyn où le père de Joseph travaille dans une boucherie kasher[2]. Joseph est très tôt attiré par les comic strips qu'il découvre dans les journaux et encore adolescent il a l'occasion d'encrer des récits publiés par MLJ. D'après Steve Stiles[4] et Joe Kubert lui-même[5] ce dernier aurait montré ses dessins aux artistes qui travaillait pour la maison d'édition MLJ Publications alors qu'il n'avait que onze ans et demi. Cependant, cette version apparaît fausse puisque MLJ a été fondé à la fin de 1939, alors que Joe Kubert avait 13 ans [G 1]. Néanmoins les artistes qu'ils citent comme l'accueillant à MLJ, comme Irv Novick ou Charles Biro (en), travaillaient en fait pour le studio de Harry "A" Chesler qui, depuis 1936, fournissait des histoires à des éditeurs tels que MLJ[G 1]. Ainsi, l'âge indiqué par Joe Kubert comme celui de ses débuts peut être accepté en supposant qu'il ait confondu l'éditeur et le studio. Quoi qu'il en soit, il n'en reste pas moins vrai que Joe Kubert a commencé très jeune puisque la date proposée pour ses débuts la plus tardive est 1941, lorsqu'il avait 15 ans[2]. Sa carrière de dessinateur commence avec l'encrage de la série Archie de Bob Montana (en) publié dans le comic book Pep Comics[2] en échange d'un salaire de 5 $ la page[5]. En 1942, à l'âge de seize ans, il entre à la High School of Music and Art (en) et, pour payer ses études, il travaille pour le studio de Harry "A" Chesler. Là, il retouche les couleurs de The Spirit de Will Eisner et encre des histoires publiées dans Smash Comics et Police Comics de Quality Comics[2],[6].

Il réalise de nombreuses séries pour divers éditeurs : Volton publié par Holyoke Publications dans Catman Comics, Flagman et Alias X pour Captain Aero Comics, etc[2]. Toujours en 1942, il commence à dessiner des séries pour DC Comics (qui s'appelle encore National Periodical à cette époque) qui sera son principal éditeur jusqu'à son décès. Là il enchaine Johnny Quick (en), Dr. Fate, Hawkman, Zatara (en), Newsboy Legion (en), Flash, The Vigilante (en) et Sargon the Sorcerer (en). Les années 1940 le voient aussi chez Fiction House, Harvey et Timely[6].

Le Silver Age[modifier | modifier le code]

De 1950 à 1952 il accomplit son service militaire ce qui ne l'empêche pas de fournir des planches à l'éditeur Fiction House. Libéré de ses obligations militaires, il devient responsable éditorial chez St. John pour lequel il crée le personnage de Tor, un homme préhistorique[3]. Il dirige aussi le comic book 3-D Comics qui est le premier à proposer des histoires en 3D[2]. Les comics en 3D sont un feu de paille et bientôt Saint John est obligé de fermer ce qui oblige Joe Kubert à trouver un autre employeur. Il dessine par la suite des récits de guerre pour divers éditeurs, dont EC Comics. Puis il revient chez DC Comics où il dessine de nombreux récits de guerre dans des comics tels que Star-Spangled War Stories, Our Army At War (en), Our Fighting Forces, G.I. Combat, et All-American Men of War souvent sur des scénarions de Robert Kanigher[4]. En 1956, il participe à la relance du super-héros Flash dans le quatrième numéro du comic book Showcase, daté de septembre 1956. Il encre les dessins de Carmine Infantino cocréateur de ce nouveau personnage avec le scénariste de Robert Kanigher[7]. Il dessine les aventures d'autres super-héros comme Viking Prince (en) qui paraît dans le premier numéro de The Brave and the Bold (en) et Hawkman recréé dans le no 34 de The Brave and the Bold. Cependant ce sont ses récits de guerre qui lui valent la reconnaissance avec la reprise de Sgt. Rock dans Our Army At War no 83 et Enemy Ace qu'il crée avec Robert Kanigher[2].

Le milieu des années 1960 le voit promu rédacteur en chef des comics de guerre. Entre autres décisions il impose la phrase « Make War No More »[n 1]. De 1965 à 1967, il délaisse DC pour produire un comic strip, Tales of the Green Berets (en) sur un scénario de Robin Moore, diffusé par le Chicago Tribune. Mais des désaccords avec l'éditeur et l'opposition à la guerre du Viêt Nam ont raison du titre[4].

Du retour chez DC à 2012[modifier | modifier le code]

Joe Kubert retourne donc chez DC et reprend son poste de rédacteur en chef. En plus des comics de guerre, il se voit confier à partir de 1970 les comics consacrés à Tarzan. Il dessine les aventures du héros dans le comics éponyme et supervise le comic book Korak, son of Tarzan.

En 1976, il quitte son poste chez DC pour fonder son propre institut de dessin, la Joe Kubert School of Cartoon and Graphic Art à Dover (New Jersey)[3]. Cette école verra passer de nombreux artistes devenus célèbres par la suite comme : ses fils Andy et Adam Kubert, Adam Warren, John Totleben, Rick Veitch, Timothy Truman[4]. Parallèlement, il dessine, seul ou avec certains de ses étudiants, des strips tels que Winnie Winkle ou Terry et les Pirates. À partir du milieu des années 1980, il réalise des strips d'inspiration biblique pour une association loubavitch et une revue juive, Moshiach Times[6].

Dans les années 1990 il produit de nombreux romans graphiques. Cela commence en 1991 avec Abraham Stone puis en 1996 c'est Fax de Sarajevo, un album dans lequel Kubert met en image les messages que lui envoie par fax son ami Ervin Rustemagic, publié chez Dark Horse qui lui vaut le Harvey Award du meilleur album[4] et l'Alph'Art du meilleur album étranger[8]. En 2001, il réalise quatre albums de Tex Willer publié par l'éditeur italien Sergio Bonelli Editore[6]. En 2003 il propose Yossel, un récit centré sur la Shoah et l'insurrection du ghetto de Varsovie et en 2005 Jew Gangster. Enfin en 2010 il publie chez DC Dong Xoai, Vietnam 1965. À ces nombreux projets personnels s'ajoutent durant cette période des travaux divers pour des éditeurs de comics : Tor (en 1993 et 2008), Le Punisher (en 1994) chez Marvel, deux mini-séries du Sgt. Rock chez DC, etc[2]. Il meurt le 12 août 2012 de myélome multiple[9].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1996, il reçoit :

Bibliographie (comics non cités dans la biographie)[modifier | modifier le code]

Autres créations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ne faites plus jamais la guerre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Amy Kuperinsky, « Joe Kubert, N.J. comic book legend, dead at 85 », The Star-Ledger, Newark (New Jersey),‎ 12 août 2012
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean Depelley, Fred Tréglia, « Joe Kubert : le storyteller est mort… », sur www.bdzoom.com,‎ 13 août 2012 (consulté le 15 août 2012)
  3. a, b et c « Le dessinateur Joe Kubert est mort », Le Figaro,‎ 13 août 2012 (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e et f Steve Stiles, « The Genesis of Joe Kubert, Part 1 », sur www.stevestiles.com (consulté le 16 août 2012)
  5. a et b (en) Joe Kubert, « Introduction », dans Joe Kubert, Yossel, DC Comics,‎ 2011 (lire en ligne), p. 1
  6. a, b, c et d Colaboration of GrafxMG Digizaal webdev Amsterdam Netherlands, « Comic creator: Joe Kubert », sur www.lambiek.net,‎ 13 août 2012 (consulté le 17 août 2012)
  7. (en) Roy Thomas, « Who Created The Silver Age Flash? », Alter Ego, vol. 3, no 10,‎ automne 2001 (lire en ligne)
  8. a et b « Joe Kubert est décédé », Paris Match,‎ 14 août 2012 (lire en ligne)
  9. (en) Margalit Fox, « Joe Kubert, Prolific Comic-Book Artist Who Helped Define Genre, Dies at 85 », New York Times,‎ 15 août 2012, A15 (lire en ligne)

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 112

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Jean-Paul Gabilliet, Of Comics and Men : A Cultural History of American Comic Books, University Press of Mississippi,‎ 2010, 390 p. (ISBN 1604732679, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bill Schelly, Man of Rock. A Biography of Joe Kubert, Fantagraphics, 2008.

Références externes[modifier | modifier le code]