Sandman (Gaiman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandman.
Sandman
Série de bande dessinée
Auteur Neil Gaiman
Mike Dringenberg
Sam Kieth
Scénario Neil Gaiman
Dessin Dave McKean
Sam Kieth
Mike Dringenberg
Malcolm Jones III
Kelley Jones
Jill Thompson
Marc Hempel
Michael Zulli
Charles Vess, etc.
Genre(s) Fantastique

Personnages principaux Éternels

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue originale anglais
Éditeur Version originale: Vertigo
Version française: Le Téméraire, Delcourt, Panini, Urban Comics
Première publication Version originale: janvier 1989
Version française: mai 1997
Nb. d’albums 11 + hors-série

Sandman (« le marchand de sable ») est une série de romans graphiques fantastique anglo-américaine d'environ 2 000 pages créée et écrite par Neil Gaiman de 1989 à 1996 (bien que d'autres tomes hors-série soient parus ultérieurement) et traduite en français dans les années 2000. La conception graphique des couvertures de chaque épisode est de Dave McKean, un vieil ami de Gaiman. Le dessin a été confié à un artiste différent pour chaque épisode, conférant ainsi de nombreux visages aux protagonistes de la série.

Sandman se démarque des romans graphiques américains traditionnels par ses thématiques oniriques et son traitement bien moins manichéen des personnages que d'habitude : le protagoniste Dream, le marchand de sable, étant lui-même l'antithèse d'un superhéros malgré sa quasi omnipotence en tant que maître des rêves. Sandman est le seul comic-book à avoir gagné le prix World Fantasy pour Songe d'une nuit d'été[M 1]. et un des rares à figurer sur la liste de best sellers du New York Times. Sandman est aussi connu pour sa popularité hors de la sphère habituelle du lectorat de comics, notamment chez le public féminin[1]. Norman Mailer a décrit la série comme « une bande-dessinée pour intellectuels »[2].

Style[modifier | modifier le code]

Sandman est une série de contes parfois très différents les uns des autres, qui ont pour seul élément commun un ou plusieurs membres des Éternels, des concepts de la conscience humaine et animale, incarnations anthropomorphiques du Destin, de la Mort, du Rêve, de la Destruction, du Désespoir, du Désir et du Délire. Dream, le Rêve, est le personnage principal. Les contes de Sandman ont été décrits par Neil Gaiman comme étant délibérément oniriques. Bien que nombre de contes se produisent dans les États-Unis ou dans l'Angleterre des années 1990 avec des protagonistes humains, mortels et apparemment « normaux », Gaiman se réapproprie des éléments de différentes mythologies (nordique[3], celte[4], arabe[5], grecque[6], égyptienne[7] romaine[8], chrétienne[9], russe[10], aborigène[11], japonaise[12]) et met en scène de nombreux personnages ou créatures historiques et mythologiques et ce, aussi bien dans leurs époques respectives qu'à l'époque actuelle. Les superhéros, passage presque obligé pour une série publiée chez DC Comics font seulement dans Sandman quelques apparitions anecdotiques en forme de clin d'œil de l'auteur à sa maison d'édition. L'univers de Sandman conserve tout au long de la série des caractères très gothiques, en commençant d'une manière très sombre dans Préludes et Nocturnes puis en s'allégeant avec des détours dans le conte de fée historique, populaire ou imaginaire, versant allègrement dans le fantastique, le merveilleux et la tragédie.

Résumé global[modifier | modifier le code]

Les Éternels existent depuis que le monde est monde et remplissent leur office dans leurs royaumes respectifs. Vers le XVIIe siècle, Destruction décide d'abandonner ses fonctions, pour que les cycles de création et de destruction se déroulent sans son influence. Il fait en sorte que personne ne puisse prendre sa place, et, après avoir réuni la « famille » des Éternels pour leur faire part de sa décision, prend le large et part vagabonder sans véritable but. Cette décision est une première dans l'Histoire et va mettre en branle une série d'évènements vers la fin du XXe siècle mettant en scène son frère aîné, Dream, qui au contraire de Destruction, prend son rôle de Gardien des Rêves très au sérieux. La saga Sandman est partagée entre des albums narrant les aventures de Dream et des Éternels (Préludes et Nocturnes, La Saison des brumes, Vies brèves, Les Bienveillantes, Veillée mortuaire, etc.) et des albums incluant d'autres arcs de narrations mettant en scène différents personnages (La Maison de poupée, Domaine du rêve, Jouons à être toi, Fables et réflexions, Au bout des mondes, Nuits éternelles, etc.) dans lesquels les Éternels ne font souvent que des apparitions brèves, mais toujours décisives.

Dream / Morphée, le Maître des Rêves, est emprisonné de 1916 à 1988 par un occultiste qui espère que Dream lui accorde l'immortalité contre sa propre liberté. Dream est pendant ces 72 ans inflexible et parvient finalement à s'échapper. Après s'être vengé, il revient dans son Royaume des Rêves à l'abandon et en pleine déliquescence, et, bien que son emprisonnement prolongé l'ait durement éprouvé, il parvient à le ramener à son ordre séculaire et à remplir à nouveau ses fonctions. (voir Préludes et Nocturnes). Sa famille exerce aussi une influence sur lui : la décision de Destruction l'a troublé mais il a décidé de le chasser de ses pensées, tandis que Désir et Désespoir ne cessent de le défier et de comploter afin de provoquer sa chute. Seul Death et Delirium lui viennent véritablement en aide.

Ensuite, son passé le rattrape. Dans La Saison des brumes, il est forcé de retourner aux Enfers pour y récupérer Nada, l'une des ses anciennes compagnes qui l'avait quitté et s'était suicidée et qu'il avait condamné aux Enfers. Son fils, Orphée, déchiqueté par les Bacchantes après avoir essayé de ramener sa jeune épouse Eurydice sans l'aide de son père qui refusa de lui venir en aide, lui demande de l'achever. Il accède finalement à sa requête dans Vies brèves. Mais les Bienveillantes, les trois Euménides connaissent les lois : quiconque, fut-il un Éternel, qui a fait couler le sang familial mérite la mort. Finalement, dans Les Bienveillantes, Lyta Hall, qui cherche à se venger de Dream par tous les moyens après qu'il lui a ravi son fils, fait appel aux trois Euménides, et Dream ne peut pas résister à leurs attaques, mais le veut-il vraiment ? Dans Veillée mortuaire, les milliards de rêveurs viennent rendre hommage au Maître des Rêves, et son successeur, Daniel Hall, le fils de Lyta Hall, devient le nouveau Dream.

Dans la préface de Nuits éternelles, Gaiman annonce que s'il lui fallait résumer la trame de Sandman en moins de vingt-cinq mots, il dirait : « Le Seigneur des Rêves apprend qu'il faut soit changer soit mourir, et il prend sa décision ».

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Éternels.

Publications[modifier | modifier le code]

Version originale[modifier | modifier le code]

À l’origine, The Sandman est paru aux États-Unis sous la forme d’épisodes mensuels de plus ou moins 24 planches, entre janvier 1989 et mars 1996. Devant le succès de la série, Vertigo – label de DC Comics – décide de regrouper ces épisodes en 10 albums. Chacun de ces recueils, d'une longueur moyenne de 100 à 200 planches, est composé soit de contes autonomes, soit d'une longue histoire divisée en chapitres. Les albums ont d'abord été brochés en 1990 (en commençant par le volume 2 The Doll’s House), puis sont parus en édition reliée à partir de 1995. En novembre 2006, Vertigo a réuni les trois premiers albums (20 épisodes initiaux) en une intégrale (nommée Absolute Edition). La deuxième intégrale est sortie en octobre 2007, la troisième en juin 2008 et la quatrième et dernière en novembre 2008. Une intégrale consacrée à Death, la sœur de Dream, est sortie en octobre 2009 aux États-Unis. En 2013, à l'occasion du 25e anniversaire de la série, Vertigo a encore publié une édition omnibus en deux volumes de l'intégralité de la série, chaque volume comportant plus de 1000 pages.

The Sandman a donc été publié successivement par Vertigo aux États-Unis en 75 épisodes mensuels, puis en 10 albums, puis en 4 intégrales, puis en 2 omnibus. Les hors-série (y compris le tome 11 Endless Nights) sont parus dans des albums à part.

La série est publiée au Royaume-Uni par Titan Books.

Version française[modifier | modifier le code]

Les éditions Le Téméraire ont d'abord traduit le premier volet de Sandman, le maître des rêves en deux tomes : Préludes en 1997 et Nocturnes en 1999. Deux autres tomes ont suivi ; après l'arrêt des publications du Téméraire, Sandman est resté inédit en français pendant plusieurs années. À partir de 2003, les éditions Delcourt publient dans la collection « Contrebande » le volume 4 La Saison des brumes, suivi du volume 11 Nuits éternelles, puis reprennent l'ordre chronologique de parution de la série en commençant par la réédition du premier volume, Préludes et Nocturnes. À la suite de la cession de la licence DC Comics, les éditions Panini Comics continuent la publication en octobre 2006 là où Delcourt l’avait arrêtée, et finissent par ressortir toute la série. Urban Comics, de son côté, décide de traduire les Absolute Edition de DC Comics en quatre intégrales sorties d'octobre 2012 à juin 2014.

Albums[modifier | modifier le code]

Série Sandman[modifier | modifier le code]

Éditions Le Téméraire

Éditions Delcourt (collection « Contrebande ») et Panini (collection « Vertigo Cult »)

Titre original : Preludes and Nocturnes, Vertigo, (publication mensuelle no 1-8, janvier 1989 - août 1989).
Titre original : The Doll's House, Vertigo, (publication mensuelle no 9-16, septembre 1989 - juin 1990).
Titre original : Dream Country, Vertigo, (publication mensuelle no 17-20, juillet 1990 - octobre 1990).
Titre original : Season of Mists, Vertigo, (publication mensuelle no 21-28, décembre 1990 - juillet 1991).
Titre original : A Game of You, Vertigo, (publication mensuelle no 32-37, novembre 1991 - mai 1992).
Titre original : Fables and Reflections, Vertigo, (publication mensuelle no 29-31, août 1991 - octobre 1991 ; no 38-40, juin 1992 - août 1992 ; no 50, juin 1993 ; Sandman Special, 1991 ; Vertigo preview 1992).
Titre original : Brief Lives, Vertigo, (publication mensuelle no 41-49, septembre 1992 - mai 1993).
Titre original : Worlds' End, Vertigo, (publication mensuelle no 51-56, juillet 1993 - décembre 1993).
Titre original : The Kindly Ones, Vertigo, (publication mensuelle no 57-69, février 1994 - juillet 1995).
Titre original : The Wake, Vertigo, (publication mensuelle no 70-75, août 1995 - mars 1996).
Titre original : Endless Nights, Vertigo, octobre 2003.

Éditions Urban Comics (collection « Vertigo Essentiels »)

Série Death[modifier | modifier le code]
republié par Panini Comics en juillet 2008 sous le nom La vie... à quel prix ! (ISBN 978-2-8094-0347-3)
Titre original : The High Cost of Living, Vertigo, (3 publications mensuelles, mars 1993 - mai 1993).
republié par Panini Comics en juin 2009 sous le nom Temps fort de la vie (ISBN 978-2-8094-0776-1)
Titre original : The Time of Your Life, Vertigo, (3 publications mensuelles, avril 1996 - juillet 1996).

Hors-série[modifier | modifier le code]

Titre original : Dustcovers: The Collected Sandman Covers, 1989-97, Vertigo, août 1998.
Titre original : The Sandman: The Dream Hunters, Vertigo, juin 1999.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Après plusieurs projets avortés et la réticence de Neil Gaiman qui a à plusieurs reprises déclaré qu'il préférait ne voir aucun film sur Sandman et Death plutôt qu'un mauvais film, une adaptation par et avec Joseph Gordon-Levitt semble sur les rails[13]. Le britannique Jack Thorne et l'américain David S. Goyer se sont chargés d'écrire une première version du scénario[14]. Le 16 octobre 2014, Gaiman a indiqué que même si le film n'avait pas été annoncé par les studios Warner Bros., il serait distribué par Vertigo[15]. Goyer a déclaré que les studios étaient très satisfaits du scénario[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p. : non numérotée

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Article du Chicago Reader
  2. Article de CNN « a comic-strip for intellectuals »
  3. Les personnages de Loki, Thor, Odin et les allusions au Ragnarök dans La Saison des brumes
  4. Les deux personnages de Féerie, Cluracan (Clobhair-ceann) et Nuala (Fionnghuala)
  5. Le conte Ramadan dans Fables et réflexions mettant en scène Haroun ar-Rachid
  6. Les trois chapitres sur Orpheus dans Fables et réflexions et dans Vies brèves
  7. La femme-chat Bastet, Anubis, et Bès. L'allusion au dieu Ra dans Façade (Domaine du rêve)
  8. Auguste dans Fables et réflexions
  9. Les personnages de Caïn, Abel et Ève (entre autres dans Fables et réflexions), de Lucifer et des anges Remiel et Duma, et du passage de Dream aux Enfers (La Saison des brumes)
  10. En chasse dans Fables et réflexions est inspiré par Maria Morevna des Contes populaires russes compilés par Alexandre Afanassiev
  11. Le Royaume du Rêve de Dream est une référence directe au Temps du rêve d'après Alexander C. Irvine dans son livre The Vertigo Encyclopedia, édition DK, ISBN 978-0-7566-4122-1.
  12. Susano-o no Mikoto dans La Saison des brumes.
  13. « Sandman », sur Allociné
  14. (en) Mike Fleming Jr, « Jack Thorne To Script ‘Sandman’ For Joseph Gordon-Levitt », sur Deadline,‎ 26 février 2014
  15. (en) Neil Gaiman, « Neil Gaiman », sur Tumblr,‎ 16 octobre 2014
  16. (en) Mike Fleming Jr, « David S. Goyer Taps Kevin Turen President As Superhero Vet Takes Indie Turn », sur Deadline,‎ 1er décembre 2014

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article source utilisée pour la rédaction de cet article

  • (en) Gina Misiroglu, The Superhero Book : The Ultimate Encyclopedia Of Comic-Book Icons And Hollywood Heroes, Visible Ink Press,‎ 2004, 725 p. (ISBN 1578591546, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]