Grant Morrison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morrison.

Grant Morrison

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Grant Morrison

Naissance 31 janvier 1960 (54 ans)
Glasgow (Écosse)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Profession
scénariste de comics

Grant Morrison (31 janvier 1960 ) est un scénariste de comics, de jeux-vidéo, musicien, dramaturge, nouvelliste et essayiste britannique. Il est considéré comme l’un des artistes les plus créatifs du milieu de la bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Morrison naît à Glasgow le 31 janvier 1960[1] où il découvre les comics durant les années 1960 et 1970. Il débute sa carrière en 1978, dans les pages du magazine Near Myths où il écrit et dessine la série Gideon Stargrave[1]. Il travaille ensuite avec le dessinateur Bryan Talbot. Après avoir travaillé sur Captain Clyde pour un journal local de Glasgow, The Govan Press, il est employé par DC Thomson dans les années 1980 pour le magazine Commando et crée la série Starblazer[1].

Il abandonne les comics au début des années 1980 pour se consacrer à la musique mais il y revient en 1985, d'abord avec la série The Liberators publiés dans la revue Warrior puis des récits publiés par Marvel UK ou 2000 AD. C'est là qu'avec le dessinateur Steve Yeowell, il crée la série Zenith en 1987[1]. Zenith, déconstruction du genre superhéroïque, met en scène une rock star superficielle, devenue super-héros malgré elle, combattant une conspiration alien pandimensionelle. Morrison écrit également St. Swithin's Day, illustré par Paul Grist pour l’éditeur indépendant Trident Comics, une satire des années Thatcher dans laquelle, comme souvent, l'auteur invente un personnage principal qui lui ressemble.

Succès américain[modifier | modifier le code]

La plupart des travaux suivants de Morrison sont publiés par DC Comics. La première mission qu'il se choisit est de réinventer un personnage mineur de DC, Animal Man[1], titre dans lequel il explore les droits des animaux et expérimente des techniques méta-textuelles, incluant une rencontre entre le personnage principal et son créateur. Il écrit les scénarios de Doom Patrol[1] pendant plusieurs années, série continue sur laquelle il utilise des techniques d'écriture libre pour une différenciation inventive et surréaliste de ce qui est alors la norme dans les comics grand public. De 1994 à 2000 il développe une ambitieuse saga, The Invisibles[1], considérée par beaucoup comme son travail le plus important, une série combinant politique, éléments de pop- et sous- culture, qui, selon Morrison, fut une forte influence non reconnue des films de la trilogie Matrix. Il a également relancé - avec Howard Porter - la Justice League of America, faisant à nouveau de la série le rassemblement des plus puissants super-héros de l'univers DC. Cette incarnation de la Justice League eut beaucoup de succès et ouvrit la voie à des comics d’action spectaculaire tels que Authority de Warren Ellis et Bryan Hitch.

Dans les années 2000 Morrison part travailler pour Marvel Comics, où il écrit les New X-Men ou les mini-séries Marvel Boy et Fantastic Four 1234[1]. Il revient ensuite chez DC Comics et écrit trois mini-séries. Seaguy, We3 et Vimanarama[1], impliquent respectivement un héros picaresque dans un monde post-utopique qui n’a plus besoin de lui ; des animaux cyber-améliorés fuyant leur propriétaires dans ce que Grant Morrison appelle son "western manga" ; et d’anciens mythes Hindou/Pakistanais transposés dans des aventures à la Jack Kirby. Toutes sont publiées sous le label Vertigo de DC Comics. Morrison revient aussi sur la JLA avec la première histoire d’une revue anthologique, JLA : Classified, contenant des histoires du mythe de la Justice League traitées par différentes équipes créatives. Il y revient sur les Ultramarines, une équipe de super-héros créée dans les pages de la JLA.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 2005 DC Comics publie ce qui semble être la première "mégasérie", Seven Soldiers of Victory qui revisite un ancien groupe de DC Comics. Les Seven Soldiers de Morrison mettent en scène la mise à jour de vieux personnages : Guardian, Mister Miracle, Klarion the Witch Boy, Bulleteer, Spawn of Frankenstein, Zatanna et Shining Knight. La mégasérie consiste en sept mini-séries de quatre épisodes chacune, reliées entre elles, avec deux épisodes supplémentaires (introductif et conclusif), soit 30 numéros en tout.

Fin 2005, DC lance une nouvelle maxi-série de Superman par Morrison et Frank Quitely. Intitulée All-Star Superman, la série ne revisite ou ne relance pas Superman, mais présente un Superman "iconique" aux nouveaux lecteurs. Elle remporte plusieurs importantes distinctions : l'"Eisner Award for Best New Series" en 2006, le "Best Continuing Series Eisner Award" en 2007 et 2009, trois Harvey Awards en 2008, aux États-Unis, et plusieurs "Eagle Awards" en Grande-Bretagne.

En vendant le projet de Seven Soldiers of Victory à DC, Morrison présente en parallèle une série d’idées pour des personnages revisités, dont certains fonctionneraient dans le contexte de l’univers fictionnel DC considéré comme une entité vivante à part entière (un concept basé sur celui d’Hypertime, introduit durant le crossover "DC 1 Million"). Dan DiDio, alors président de DC Comics, impressionné par cette idée, lui donne le titre non officiel de "rewrite guy", et lui demande de remettre en ordre l’univers DC au sortir d’Infinite Crisis, l’évènement rédigé par Geoff Johns.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Prix Eisner de la meilleure nouvelle série pour All-Star Superman (avec Frank Quitely)
  • 2006 : Prix Eisner de la meilleure mini-série pour Seven Soldiers
  • 2007 : Prix Eisner de la meilleure série pour All-Star Superman (avec Frank Quitely)
  • 2008 : Prix Harvey de la meilleure série (avec Frank Quitely) et du meilleur scénariste pour All-Star Superman ; du meilleur épisode pour All-Star Superman n°8 (avec Frank Quitely)
  • 2009 : Prix Eisner de la meilleure série pour All-Star Superman (avec Frank Quitely)
  • 2009 : Prix Harvey de la meilleure série pour All-Star Superman (avec Frank Quitely)

Publications[modifier | modifier le code]

Grant Morrison en 2010

(les titres suivis d'un * ont été traduits en français)

Batman[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en)Lambiek comic shop and studio in Amsterdam, The Netherlands, « Comic creator: Grant Morrison », sur lambiek.net,‎ 25 septembre 2008 (consulté le 14 janvier 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Yann Graf, Grant Morrison (r)évolutions, Les Moutons électriques, coll. « Bibliothèque des miroirs », 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]