Culture de la Turquie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La mosquée bleue, à Istanbul.

La culture de la Turquie, à cheval sur deux continents, rassemble des coutumes et des traditions héritées de l'Empire ottoman, de l'Islam, ou importées du bassin méditerranéen, du Moyen-Orient et de l'Europe. De fait, cette description pourrait paraître restrictive pour un peuple venus originellement des steppes asiatiques. En dépit d'un XXe siècle particulièrement agité, la Turquie moderne compte également, en sus de la population ethniquement turque, des minorités ou communautés lazes, kurdes, arméniennes, grecques et arabes.

Population[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Turquie.

L'histoire du pays rend particulièrement difficile la définition d'un « type turc » : au tournant du XXe siècle, l'Empire ottoman était un État multinational s'étendant sur trois continents, et les mélanges qui en découlèrent se discernent encore dans la population. De par sa structure, l'Empire permit aux diverses communautés de conserver leur identité culturelle particulière, sans avoir à se mélanger aux autres. La jeune république turque adopta au contraire sous la conduite de Mustafa Kemal Atatürk une approche beaucoup plus unitaire et intégrationniste dans la construction d'une identité nationale, forçant les divers groupes à se mélanger et s'identifier sous la bannière de « Turcs » (en tant que citoyens plutôt que selon la signification ethnique du terme). Contrairement à l'homogénéisation attendue, le résultat en est une formidable palette de tonalités représentant toutes les combinaisons possibles entre {{wikt:Orient|}} et Occident.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique turque.

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature turque.

Orhan Pamuk a obtenu le prix Nobel de littérature en 2006.

Arts[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Mosaïques romaines de Zeugma
Article détaillé : Liste de musées en Turquie.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine turque.

La cuisine turque est à la charnière des saveurs orientales et occidentales, très marquée par la position méditerranéenne du pays: la paternité de nombreuses spécialités de la région est d'ailleurs disputée avec plusieurs de ses voisins. La viande de mouton y est privilégiée avec le poisson, et elle se distingue en général par la grande variété de légumes utilisés. Les turcs sont également grands consommateurs de çay (thé).

Il s'agit d'un des rares pays de tradition musulmane à offrir un alcool national : le rakı, une eau de vie de raisin aromatisée à l'anis vert.

Culture et loi[modifier | modifier le code]

Le droit turc s'est toujours montré soucieux de « protéger » la culture nationale. La refonte du code pénal en 2005 a ainsi été l'occasion d'introduire l'article 301, qui indique notamment: « Le dénigrement public de l’identité turque, de la République ou de la Grande Assemblée nationale turque sera puni de six mois à trois ans d’emprisonnement. Le dénigrement public du gouvernement de la République de Turquie, des institutions judiciaires de l’État, des structures militaires ou sécuritaires, sera puni de six mois à deux ans d’emprisonnement. Dans les cas où le dénigrement de l’identité turque sera commis par un citoyen turc dans un autre pays, la peine sera accrue d’un tiers. L’expression d’une pensée à visée critique ne constitue pas un délit. » (la frontière entre critique et dénigrement restant à l'entière discrétion des tribunaux).

Depuis son instauration, l'article a été invoqué dans plus d'une soixantaine d'affaires, la plus médiatisée concernant peut-être l'inculpation rétroactive pour « outrage à l'identité turque » de l'écrivain Orhan Pamuk, qui avait déclaré à un journal suisse en février 2005 que « sur ces terres, un million d’Arméniens et 30 000 Kurdes ont été tués, mais personne d’autre que moi n’ose le dire ». Les charges furent abandonnées par le Ministère de la justice à la suite de vives protestations internationales.

Sports[modifier | modifier le code]

Cinq équipes, dont trois stamboulioutes, dominent la scène sportive turque - et notamment le football : Beşiktaş, Fenerbahçe, Bursaspor, Trabzonspor et Galatasaray Spor Kulübü , ce dernier ayant par ailleurs remporté la Coupe UEFA et la Supercoupe en 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :