Étoile et croissant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation classique de l'étoile et du croissant.

Une (ou des) étoile(s) à proximité d'un croissant de lune forme la base d'un des symboles largement répandu à travers le monde.

Le croissant et l'étoile (quelconque) ont souvent été utilisés par les Gokturks pour leurs monnaies. Leurs descendants, les Turcs, ont décidé bien avant l'Islam d'en faire leurs symboles. Il faudra cependant attendre ce dernier pour que l'étoile comporte 5 branches. La plupart des pays musulmans modernes qui arborent le croissant et l'étoile sur leur drapeau le tiennent directement de l'Empire ottoman (Algérie, Tunisie, Libye) ou s'en inspirent (Pakistan, Turkménistan...).

Présent depuis l'Antiquité[1],[2],[3] depuis l'est de la Méditerranée jusqu'à l'Inde, cette combinaison est aujourd'hui plus largement associée à et reconnue comme l'un des symboles de l'Islam.

Elle est notamment utilisée pour désigner les nations, les territoires ou les populations musulman(e)s, aux côtés de la croix désignant les chrétiens et de l'étoile de David symbolisant les juifs.

Origines[modifier | modifier le code]

L'origine du croissant et de l'étoile comme symboles date des temps de Babylone et de l'Égypte ancienne. Il a été suggéré que les tribus turques, durant leurs migrations d'Asie centrale vers la Turquie aux alentours de 800 après JC, ont adopté ce symbole des tribus et états locaux dans la zone du Moyen-Orient actuel, qui a adopté à son tour ces symboles.

On retrouve aussi trace de ce symbole dans les cultes pré-islamiques du proche-orient aux côtés d'autres symboles et rituels païens adoptés par l'islam[4].

Il est à noter que le symbole lunaire accompagné de l'étoile a également été adopté par d'autres trinités, pour Artémis chez les Grecs, Diane chez les Romains. L'adoption des rites païens au sein de l'église catholique romaine explique aussi le rapport étroit entre la lune et la Marie virginale.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Plusieurs significations sont attachées à ces deux symboles :

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Voici une liste non-exhaustive de drapeaux officiels contenant ce symbole :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au Proche-Orient et dans l'est de la Méditerranée, voir par exemple la 'stèle Ur-Nammu' aux environs de 2100-2200 av.J.-C. : « Au-dessus de la tête du roi, au sommet de la stèle, se trouve une très grande étoile ou un disque solaire rayonnant, flottant librement à l'intérieur d'un croissant. » Jeanny Vorys Canby, The “Ur-Nammu” Stela, University of Pennsylvania Museum of Archaeology, 2006, p18;
  2. En Asie centrale et en Inde, voir par exemple une pièce provenant de Chashtana,probablement datée de la fin du premièr ou du début du deuxième siècle ap. J.-C.: « Un type rare avec un croissant et une seule étoile au revers est probablement la première production de Chashtana, frappée avant l'extension de son pouvoir sur Malwa. », H.H. Dodwell (Ed.), The Cambridge Shorter History of India, Cambridge University Press, 1935, p. 83;
  3. Le motif de l'étoile et du croissant est également bien connu au début de la civilisation mésopotamienne, et plus tard, de la dynastie perse des Sassanides.
  4. Dr.Jawad Ali dans son livre L’histoire des arabes avant l’Islam, partie 5

Sur les autres projets Wikimedia :