Koumyks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Koumyks

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Une famille koumyk au Daghestan, vers 1870

Populations significatives par région
Population totale env. 350 000 (2002)
Autres
Langues

Russe et koumyk

Religions

Islam sunnite

Drapeau des Koumyks

Les Koumyks (en koumyk : Къумукълар ; en russe : кумыки) sont un peuple d'origine turcique, qui occupe le plateau de Koumyk, dans l'est du Daghestan, au sud du Terek, sur les rivages de la mer Caspienne. Entre 350 et 370 000, ils parlent le koumyk et sont musulmans, même si on trouve quelques éléments de culte antérieurs à leur islamisation.

On suppose que ce sont eux que Ptolémée connaissait sous le nom de Kamis ou Kamaks. Plusieurs explorateurs voient en eux les descendants des Khazars. A. Vambry avance qu'ils se sont installés dans cette région à l'époque de l'apogée du royaume Khazar, au VIIIe siècle.

Du XVIe au XVIIIe siècle, ils formaient un royaume indépendant, dont le centre était Tarki (proche de Makhatchkala), et dirigé par un Shamkal. Bien que son influence ait beaucoup varié beaucoup durant cette période, il s'étendait plus ou moins sur le territoire actuel du Daghestan.

Leur civilisation est plus ancienne que celle des tribus montagnardes environnantes, mais ils leur montrèrent toujours beaucoup de respect, ainsi qu'à l'égard des Nogaïs, installés au nord du Terek, sur des terres plus fertiles.

Les Russes s'implantèrent dans cette région en 1559 et continuèrent leur conquête sous Pierre le Grand, devenue stratégique dans la confrontation avec la Perse.

Au cours des dernières années, un mouvement nationaliste, mené entre autres par Salau Aliyev, revendique une souveraineté pour les Koumyks, en dehors du Daghestan. Il affirme s'inspirer des Khazars et du Shamkalat de Tarki pour appuyer ses revendications[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. *Yoav Karny, Highlanders : A Journey to the Caucasus in Quest of Memory, New York, Farrar Straus and Giroux, 1999.