Yaşar Kemal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kemal.

Yaşar Kemal

Nom de naissance Kemal Sadık Gökçeli
Naissance 6 octobre 1923
Hemite (Turquie)
Décès 28 février 2015 (à 91 ans)
Istanbul (Turquie)
Auteur

Yachar Kemal (en turc Yaşar Kemal, de son vrai nom Kemal Sadık Gökçeli) est un romancier et journaliste turc, d'origine kurde, né le 6 octobre 1923 dans le village d'Hemite près d'Osmaniye en Turquie et mort le 28 février 2015 à Istanbul (Turquie)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Monument du personnage romanesque İnce Memed dans le village natal de Yaşar Kemal, Hemite (Gökçedam).

Issu d'une famille pauvre dans le Hameau de Hemite (aujourd'hui Gökçedam) dans la province de Osmaniye au sud de la Turquie. Ses parents originaires de Van s'installent à Çukurova durant la première Guerre mondiale. Kemal a une enfance difficile car il perd un œil accidentellement alors que son père découpe un mouton pour l'Aïd al-Adha, et à cinq ans il assiste à l'assassinat de son père par son fils adoptif Yusuf alors qu'il priait à la mosquée[2]. Cet expérience traumatique provoque des difficultés d'élocution qui subsisteront jusqu'à ses douze ans. A neuf ans il débute l'école au village voisin de Burhanlı et continue à Kadirli en Osmaniye après s'y être installé chez des membres de sa famille[2] . Il continue l’école secondaire à Adana où il travaille également comme ouvrier dans une usine d'égrenage de coton[2] . Après avoir quitté l'école au cours de la troisième année du secondaire, mettant ainsi fin à son éducation formelle[2] .

Il pratique divers métiers, tout en publiant de la poésie. Il passe une année en prison en 1950 pour « propagande communiste », puis commence à travailler pour le quotidien Cumhuriyet. Son roman Mèmed le Mince lui vaut le succès en 1955, succès grandissant qui lui vaut d'être pressenti pour le Prix Nobel de littérature en 1972. Il reçoit la médaille de la Légion d'honneur en 1984.

Son style est un mélange entre une narration influencée par les traditions orales des bardes turcs et une influence plus occidentale comme le recours à un genre parfois proche du courant de conscience.

Yasar Kemal est condamné en 1996 par la cour de sûreté de l'État à un an et huit mois de prison pour un article intitulé « Le ciel noir de la Turquie » publié en 1995 dans le livre « La liberté d'expression et la Turquie » et qui dénonce le traitement de la question kurde par l'État turc[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La série des « Mèmed » :
    • Mèmed le Mince [« İnce Memed »] (trad. Güzin Dino), Gallimard,‎ 1979, 576 p. (ISBN 978-2070371174)
    • Mèmed le Faucon [« İnce Memed II »] (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1969, 608 p. (ISBN 978-2070372768)
    • Le retour de Mèmed le Mince [« İnce Memed III »] (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1984, 588 p. (ISBN 978-2070707218)
    • Le dernier combat de Mèmed le Mince [« İnce Memed IV »] (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1987, 600 p. (ISBN 978-2070715695)
  • La trilogie Au-delà de la montagne
    • Le pilier (trad. Güzin Dino), Gallimard,‎ (trad. 1966), 400 p. (ISBN 978-2070235452)
    • Terre de fer, Ciel de cuivre, Gallimard,‎ (trad. 1977), 448 p. (ISBN 978-2070296934)
    • L'herbe qui ne meurt pas (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1984, 396 p. (ISBN 978-2070375462)
  • La trilogie Les Seigneurs de l'Aktchasaz
    • Meurtre au marché des forgerons (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ (trad. 1981) (ISBN 978-2070381296)
    • Tourterelle, ma tourterelle (trad. 1982), Gallimard, coll. « Folio », 792 p. (ISBN 9782070384716)
    • La Légende des mille taureaux (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1996 (trad. 1979) (ISBN 978-2070377961)
  • La trilogie Salman le solitaire
    • Salman le solitaire (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ (trad. 1984), 420 p. (ISBN 978-2070701117)
    • La Grotte (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ (trad. 1992), 396 p. (ISBN 978-2070726110)
    • La Voix du sang (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ (trad. 1995), 444 p. (ISBN 978-2070732210)
  • Tu écraseras le serpent [« Yılanı öldürseler »], Gallimard,‎ 1981, 151 p. (ISBN 978-2070392834)
  • La légende du mont Ararat (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1998, 144 p. (ISBN 978-2070746040)
  • Regarde donc l’Euphrate charrier le sang (trad. Altan Gokalp), Gallimard,‎ 2004, 416 p. (ISBN 978-2070754083)
  • Alors les oiseaux sont partis… (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1984, 144 p. (ISBN 978-2070263608)
  • Visages pile ou face, Fata Morgana,‎ 1992, 56 p. (ISBN 978-2851940568)
  • Salih l’émerveillé (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1990, 480 p. (ISBN 978-2070719211)
  • Et la mer se fâcha (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1985, 444 p. (ISBN 978-2070704170)
  • L’herbe qui ne meurt pas (trad. Münevver Andaç), Gallimard,‎ 1978, 395 p. (ISBN 978-2070299317)
  • La tempête des gazelles, Gallimard,‎ 2010, 624 p. (ISBN 978-2070734818)

Récompenses littéraires[modifier | modifier le code]

  • Prix Varlık Roman Armağanı en 1955 pour Mèmed le Mince
  • Prix Madaralı Roman en 1974 pour l'œuvre Demirciler Çarşısı Cinayeti
  • Meilleur roman étranger par le Syndicat des critiques littéraires français en 1977 pour Terre de fer, ciel de cuivre
  • Prix du Roman étranger en 1978 pour L'Herbe qui ne meurt pas
  • Prix mondial Cino Del Duca en 1982 pour l'ensemble de son œuvre
  • Grand officier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur en 2011 (chevalier en 1984)
  • Prix Bjornson en 2013 (Molde, Norvège)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Perrier, « Yachar Kemal, conteur et imprécateur », Le Monde,‎ 4 mars 1997 (lire en ligne)
  2. a, b, c et d Biographie de Yaşar Kemal
  3. Arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homme condamnant la Turquie [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]