Tulipe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tulipes forment un genre (Tulipa) de plantes herbacées de la famille des Liliacées, qui compte une centaine d'espèces originaires des régions tempérées chaudes de l'Ancien monde. Plusieurs espèces sont largement cultivées comme plantes ornementales et ont donné lieu à la création de plusieurs milliers de variétés.

Le nom tulipe provient du turc tülbend (lâle), c'est-à-dire « plante-turban »[1].

Aspects botaniques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales du genre[modifier | modifier le code]

Les tulipes sont des plantes vivaces bulbeuses à tige longues, dures et solitaire, parfois tendues vers le haut.

Les feuilles sont assez peu nombreuses. Elles sont alternes, entières, à nervures peu profondes, charnues.

Les fleurs ont un périanthe constitué de six pétales à peu près similaires, les externes étant parfois un peu plus étroits que les internes. Elles comptent six étamines.

Le fruit est une capsule tripartite contenant de nombreuses graines.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Les espèces de tulipes se rencontrent dans la plus grande partie de l'ancien monde, depuis l'Europe occidentale jusqu'à la Chine et au Japon en passant par l'Europe orientale (ex-Yougoslavie, Bulgarie, Ukraine), l'Asie Mineure et l'Asie centrale. Leur aire de diffusion englobe aussi l'Afrique du Nord et le sous-continent indien.

Le centre de diversité du genre se situe dans les montagnes du Pamir et l'Hindou Kouch et dans les steppes du Kazakhstan.

Il existe en France diverses espèces sauvages, dont beaucoup sont menacées. Il s'agit soit de grosses tulipes adventices des cultures, dont la plus connue est la tulipe d'Agen (Tulipa agenensis), soit de petites tulipes présentes dans les zones boisées ou parmi les rochers en montagne. En culture, on les appelle « tulipes botaniques », et l'une des plus fréquentes est la tulipe sauvage (Tulipa sylvestris), qui autrefois poussait souvent à l'abri des vignes et dont la sous-espèce australis est connue sous le nom de tulipe méridionale

Espèces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des espèces de tulipe.

Parmi l'ensemble des 120 espèces différentes de tulipes, plus de la moitié poussent sur une surface d'environ une centaine de kilomètre carré recouvrant les régions de Tien Shan et de Pamir-Alai[A 1].

Les tulipes cultivées[modifier | modifier le code]

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

On attribue à Charles de l'Écluse son introduction en Occident, à la fin du XVIe siècle, même si elle devait déjà y être présente du fait des nombreux échanges commerciaux avec l'actuelle Turquie où la coutume voulait qu'on offre des bulbes en cadeau.

On dit qu'un importateur de tissus hollandais aurait trouvé dans sa marchandise ce qu'il prit pour une nouvelle variété d'oignons qu'il cuisina et mangea, sans se douter qu'il venait, juste avant Charles de l'Écluse, de découvrir la tulipe.

Cependant, c'est cette plante qui est à l'origine de la tulipomanie en Hollande au XVIIe siècle, première bulle spéculative et financière de l'histoire. Elle pouvait atteindre, à son plus haut sommet, quinze fois le salaire d'un paysan (estimation à 87 000 €, août 2011, d'après le journal Le Monde). Le livre d'Olivier Bleys intitulé Semper augustus décrit cette bulle spéculative à travers un roman.

C'est au Keukenhof que les sociétés florales viennent chaque printemps présenter les créations de tulipes et autres fleurs à bulbe.

Un roman d'Alexandre Dumas, La Tulipe noire (1850), a pour sujet un concours dans la ville de Haarlem, visant à produire une tulipe véritablement noire.

Cultivars[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des cultivars de tulipe.

En horticulture, les multiples variétés ont été classées en 14 divisions, principalement basées sur la forme des fleurs et la hauteur des plantes[C 1]. Une quinzième division rassemble les tulipes botaniques.

Division 1: Simples hâtives[modifier | modifier le code]

Cultivar Christmas Dream en avril.

Ce groupe comporte relativement peu de tulipes. Les fleurs sont simples, en forme de coupe, d'une largeur de moins de 8 cm et fleurissent entre fin-mars et début juin. Les plantes sont souvent d'une hauteur autour de 20 cm mais peuvent atteindre 40 cm. Les tulipes Duc. van Thold, très populaires dans les jardins du XVIIe, sont de cette division et avaient même leur propre division dans la classification de 1939[A 2].

Division 2: Double hâtives[modifier | modifier le code]

à fleurs doubles. Hauteur des plants de 30 à 40 cm.

Division 3: Triomphe[modifier | modifier le code]

fleurs simples en forme de coupe. Floraison en milieu et fin de saison. Hauteur des plants de 35 à 60 cm.

Division 4: Darwin hybrides[modifier | modifier le code]

fleurs simples de forme ovoïde, jusqu'à 8 cm de diamètre. Floraison en milieu et fin de saison. D'une hauteur de 50 à 70 cm. À noter que les tulipes Darwin n'appartiennent pas à ce groupe mais au groupe des simples tardives.

Division 5: Simples tardives[modifier | modifier le code]

fleurs simples en forme de coupe ou de gobelet. Certaines variétés produisent des fleurs multiples. Floraison en fin de saison. Hauteur des plants de 45 à 75 cm.

Division 6: Fleur de lis[modifier | modifier le code]

tulipes particulièrement racées présentant une fleur fine, à pétales très pointus s'écartant à leur sommet. Autrefois incluses dans le groupe des Darwin. Elles devinrent une division à part entière en 1958[A 3].

Division 7: Frangées (Crispa)[modifier | modifier le code]

l'extrémité de leurs pétales est finement dentelée. Elles ne sont pas sans rappeler la Dionaea, célèbre plante carnivore.

Division 8: Viridiflora[modifier | modifier le code]

elles possèdent des pétales partiellement tracés de vert.

Division 9: Rembrandt[modifier | modifier le code]

motif bicolore produit par un potyvirus

autrefois, les tulipes Rembrandt provenaient de plants atteints par un potyvirus, propagé par le puceron vert du pêcher. Ce virus provoquait des motifs multicolores sur les fleurs. Les variétés Semper Augustus et Vice-roi furent à l'origine de la Tulipomanie. De nos jours, la vente de bulbes atteints par ce virus est interdite, et les fleurs Rembrandt à motifs multicolores proviennent de croisements et de sélections.

Division 10: Perroquet[modifier | modifier le code]

Tulipe « perroquet » dans le jardin de Compans Caffarelli à Toulouse

ces tulipes possèdent des pétales tordus, boursoufflés, ébouriffés ; au XVIIIe siècle, elles furent qualifiées de « monstrueuses » ; ce groupe se développa dès les années 1930, lorsqu'on découvrit que l'irradiation de bulbes aux rayons X provoquait cette mutation.

Division 11: Double tardives[modifier | modifier le code]

larges fleurs possédant un, voire plusieurs rangs de pétales supplémentaires, qui ne sont bien souvent que des étamines transformées On les nomme aussi tulipes pivoines.

Division 12: Kaufmanniana[modifier | modifier le code]

généralement de hauteur réduite, aux feuilles rayées de lignes rouges ; précocité de la floraison. En général, elles se naturalisent bien. Elles sont dérivées de Tulipa kaufmanniana, une espèce botanique originaire du Turkestan. Nommées ainsi en l'honneur du botaniste russe Kaufmann.

Division 13: Fosteriana (Emperor)[modifier | modifier le code]

dont la floraison suit les précédentes, de hauteur variant de 25 à 45 cm. Naturalisation pour la majorité des variétés. Elles sont produites à partir de Tulipa fosteriana, une espèce botanique provenant d'Asie centrale.

Division 14: Greigii[modifier | modifier le code]

fleurs écarlates, floraison avril ou avril-mai, de hauteur moyenne 40 cm. En général, elles se naturalisent bien. Feuilles striées de lignes brunes[2]. Elles sont produites à partir de Tulipa greigii, une espèce botanique originaire d'Asie centrale. La célèbre variété Chaperon Rouge fait partie des Greigii.

Division 15: Botaniques[modifier | modifier le code]

voir la Liste des espèces de tulipe

Culture[modifier | modifier le code]

Ce sont des plantes qui apprécient le plein soleil et les endroits protégés du vent pour épanouir vers mars-avril leurs fleurs en coupe. Le bulbe apprécie les sols légers et bien drainés, sinon il dépérit.

Les tulipes se plantent en automne (plutôt entre octobre et novembre, l'extrême limite étant mi-décembre) dans un sol léger, sableux, drainé, riche, de préférence à l'abri du vent. La floraison a lieu au printemps, de février à mai.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Venant de Perse, elles sont dans Les Mille et Une Nuits très présentes comme symbole d'amour. La tulipe rouge signifie l'amour éternel. La tulipe panachée signifie l'admiration. La tulipe jaune signifie l'amour sans espoir.

Une tulipe est présente dans le drapeau de l'Iran.

Le nom de révolution des Tulipes a également marqué le Kirghizstan en 2005.

Dans le calendrier républicain français, le 4e jour du mois de germinal, est officiellement dénommé jour de la tulipe.

La tulipe est un motif ancien et avec une forte charge symbolique dans le folklore hongrois et la mythologie magyare.

Représentation artistique[modifier | modifier le code]

François de Geest (1638 -1699), peintre hollandais du XVIIe siècle reproduit dans Hortus amoenissimus un grand nombre de tulipes[3].

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Pavord, p. 279
  2. Pavord, p. 348
  3. Pavord, p. 352
  • Christopher Brickell et Judith D. Zuk, The American Horticultural Society A-Z encyclopedia of garden plants, DK Pub,‎ 1997 (ISBN 0-7894-1943-2)
  1. Brickell, p. 1028
  • Autres références
  1. Dictionnaire étymologique Larousse, 1989.
  2. The Western Garden Book (Third ed.). Menlo Park, Ca: Lane Magazine & Book Company. June 1972. pp. 448.
  3. (it) « Hortus Eystettensis, edizione facsimilare » (consulté le 30 mars 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]