Culture des Philippines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture des Philippines reflète l'histoire complexe de ce pays. C'est un mélange des cultures malayo-polynésienne et hispanique, avec des influence de la culture chinoise.

Les Philippines ont été d'abord occupées par des mélanésiens ; aujourd'hui, ceux-ci préservent un mode de vie et une culture très traditionnelle, bien qu'ils soient peu nombreux. Des austronésiens, ou plus précisément des palayo-polynésiens, sont ensuite arrivés dans l'archipel. Leur culture est encore très visible, que ce soit dans le type ethnique, la langue, la nourriture, la danse et presque tous les aspects de la culture en général. Ces Austronésiens commerçaient notamment avec la Chine, l'Inde, le Japon, les îles Ryūkyū, le Moyen-Orient et Bornéo. En conséquence, toutes ces cultures ont aussi laissé leur trace sur celle des Philippines[1],[2],[3],[4],[5].

La colonisation espagnole, qui a duré plus de trois siècles, a profondément marqué la culture nationale. Les Philippines, gouvernées à la fois depuis le Mexique et l'Espagne, ont reçu un peu de la culture de chacun. Leurs influences sont évidentes dans les pratiques religieuses catholiques, telles que les messes et des fêtes. Dans la première moitié du XXe siècle, les Philippines sont devenues un territoire américain : l'influence des États-Unis est sensible dans l'emploi très répandu de la langue anglaise et dans la culture populaire moderne.

Cultures locales[modifier | modifier le code]

Bijoux philippins en or datant du XIIe au XVe siècle (Musée d'art d'Honolulu).

Une grande partie de la culture vient des différents groupes ethniques tels que les Tagalogs, Ilokanos, Visayans, Bikolanos, etc.

La religion[modifier | modifier le code]

Avec 75,5 millions de fidèles en 2011, les Philippines constituent la principale communauté catholique d'Asie.

Les églises catholiques sont remplies le dimanche. Il y a beaucoup de fêtes catholiques. Nulle part au monde la mort et la résurrection du Christ ne sont célébrées avec un tel mélange de ferveur chrétienne et de joie païenne qu'aux Philippines pendant la « Semena Santa », la semaine sainte.

Une minorité significative à Mindanao et dans l'archipel des Sulu est influencée par les traditions et la culture musulmane.

Article détaillé : Islam aux Philippines.

Mémoire nationale[modifier | modifier le code]

Les Philippins honorent les héros nationaux qui ont contribué à la formation du nationalisme philippin.

  • José Rizal (1861-1896) est le plus célébré. Les écrits de ce visionnaire exécuté par les Espagnols ont créé une identité et une prise de conscience nationales. Ses romans Noli me tangere et EL Filibusterismo, lectures exigées pour les étudiants philippins, fournissent des vignettes de la vie coloniale espagnole et donnent un sens d'identité philippine et de continuité historique.
  • Andrés Bonifacio (1863-1897) a fondé le mouvement indépendantiste Katipunan, une organisation importante lors de la décolonisation.
  • Marcelo H. del Pilar (1850-1896), poète, romancier et artiste, joua un rôle essentiel dans l'émancipation du peuple philippin et sa libération du joug colonial espagnol.
  • Ninoy Aquino (1932-1983) est vénéré en tant que martyr de la révolution.

Musiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique philippine.

Il existe une grande variété de musiques aux Philippines, tant traditionnelles que modernes.

Nourriture[modifier | modifier le code]

Congee philippin.
Article détaillé : Cuisine philippine.

Dans des secteurs ruraux, des carabaos sont trouvés partout. Le riz est l'aliment de base.

Sports[modifier | modifier le code]

Les Philippins sont des passionnés de basket-ball. Les joueurs professionnels de basket-ball sont idolâtrés.

Les athlètes notables et vénérés incluent des champions de boxe tels Flash Elorde et Manny Pacquiao, des champions de billards, tels Efren Reyes et Francisco Bustamante, le champion d'échecs Eugene Torre.

Transports[modifier | modifier le code]

Un jeepney à Manille en 2011.

Les Jeepneys sont des taxis colectifs, reliques rénovées de la Seconde Guerre mondiale. Omniprésents, ils sont le mode de transport standard dans les secteurs urbains et ruraux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul A. Rodell, Culture and Customs of the Philippines, Greenwood, 2001, 280 p. (ISBN 978-0313304156)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :