Raisin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raisin (homonymie).
Grappes de raisin sur la vigne.
Raisins dans une vigne de la région de Cognac

Le raisin est le fruit de la Vigne (Vitis). Le raisin de la vigne cultivée Vitis vinifera est un des fruits les plus cultivés au monde, avec 68 millions de tonnes produites en 2010, derrière les agrumes (124 millions), les bananes (102 millions) et les pommes (70 millions)[1]. Il se présente sous la forme de grappes composées de nombreux grains, qui sont sur le plan botanique des baies, de petite taille et de couleur claire, pour le raisin blanc (verdâtre, jaunâtre, jaune doré) ou plus foncée, pour le raisin rouge (mauve, rose ou noir-violet).

Il sert surtout à la fabrication du vin à partir de son jus fermenté (on parle dans ce cas de raisin de cuve), mais il se consomme également comme fruit, soit frais, le raisin de table, soit sec, le raisin sec qui est utilisé surtout en pâtisserie ou en cuisine. On consomme également du jus de raisin. Des baies, on extrait aussi l'huile de pépins de raisin.

Les principales espèces cultivées sont :

Très accessoirement, Vitis coignetiae est cultivée en Corée pour ses raisins de table et pour fabriquer du vin. En Chine, Vitis amurensis est cultivée dans le nord-est (4000 ha dans le Jilin) pour la production de vin[2].

Les raisins blancs[modifier | modifier le code]

En juillet et août on trouve quatre raisins précoces à petits grains qui ont pour nom: Madeleine, Angevine, Oberlin et Jahounet. En moyenne saison, d'août à novembre, apparaît le délicieux Chasselas à petits grains ronds, peau fine et dorée, chaire tendre, juteuse et sucrée. Puis, dès la mi-août jusqu'à sptembre , l'Admirable des Courtilliers, un raisin à petits grains, peau fine et chair juteuse et le Servant à petits grains. Ensuite, viennent des variétés à gros grains allongés, le Dattier de Beyrouth à peau épaisse vert jaune et pulpe charnue, l'Italia ou Idéal blanc à peau moyenne et pulpe musquée, le Muscat d'Alexandrie dont la peau épaisse est de couleur ambrée et la chair croquante. Et deux nouvelles variétés que l'on ne trouve pas toujours sur le marché: le Danslas blanc et le Datal blanc, un croisement entre le Dattier de Beyrouth et le Muscat d'Alexandrie. Les raisins tardifs dont le meilleur est le Gros Vert à peau fine, chair justeuse, sucrée, ferme et croquante terminent la saison. Le plus renommé de ces raisons blancs est le Chasselas doré de Moissac, le seul en outre, à posséder une appellation d'origine.

Les raisins noirs[modifier | modifier le code]

On trouve de début août à début septembre le Cardinal (qui doit son nom à sa peau violacée) à gros grains ronds, chair ferme et juteuse, et une nouvelle variété, le Lival à grains moyens ovales, peau moyenne, pulpe ferme, un robuste raisin qui voyage bien. En moyenne saison , de fin août à début octobre, arrive suyr le marché le benjamin des raisins français, un 100% méditérrannéen, l'Alphonse Lavallée à grains ronds, peau épaisse, pulpe ferme, c'est déjà une vedette. Parmi les tardifs, citons le Ribol noir et, le plus savoureux, le Muscat de Hambourg qui représente à lui seul 7% de la production totale du raisin de table en France. Son grain est allongé, sa peau fine, sa pulpe juteuse et très parfumée.

Composition et valeur nutritive[modifier | modifier le code]

Sa forte teneur en sucre peut entraîner une cristallisation du sucre avec le temps. Pour décristalliser un raisin, il suffit de le plonger dans un liquide (de l'alcool, du jus de fruit ou de l'eau bouillante), le temps que le sucre se dissolve.

Riche en vitamines A, B et C, le raisin contient de nombreux oligo-éléments dans un équilibre parfaitement assimilable par l'organisme. Chaque grain de raisin est recouvert de pruine riche en levures.

C'est un fruit assez énergétique avec 278 kJ (=65,6 kcal) pour 100 g.


Raisin noir, frais
(valeur nutritive pour 100 g, d'après Afssa[3])

eau : 81,6  g cendres totales : 0,4  g fibres : 1,3 g valeur énergétique : 278 kJ (66,5 kcal)
protéines:0,58 g lipides: 0,36 g glucides: 17 g sucres simples : 11,3 g
oligo-éléments
calcium : 6,2 mg fer : 0,28 mg magnésium : 6,78 mg phosphore : 15,5 mg
potassium : 168 mg cuivre : 0,07 mg sodium : 0,58 mg zinc : 0,04 mg
vitamines
vitamine C : 8,4 mg vitamine B1 : 0,05 mg vitamine B2 : 0,02 mg vitamine B3 : 0,25 mg
vitamine B5 : 0,05 mg vitamine B6 : 0,07 mg vitamine B9 : 11,9 µg vitamine B12 : 0 µg
bêta-carotène : 28,5 µg rétinol : 0  µg vitamine E : 0,4 mg EAT vitamine K : 14,6 µg
acides gras
saturés : 0,11 g mono-insaturés : 0,01 g poly-insaturés : 0,1 g cholestérol : 0 mg

Points forts[4] : le raisin est très pauvre en graisses saturées, cholestérol et sodium. C'est une très bonne source de vitamine C et vitamine K.

Composition phénolique[modifier | modifier le code]

Les composés phénoliques du raisin et du vin peuvent être divisés en trois grandes classes : les acides phénols, les flavonoïdes et les stilbènes[5],[6].

Les flavonoïdes présents dans le raisin peuvent eux-mêmes être regroupés en trois groupes[7] :

Composition phénolique du raisin
ACIDES PHENOLS
ACIDES HYDROXYBENZOIQUES
acide gallique, acide protocatéchique, ac. syringique
ACIDES HYDROXYCINNAMIQUES
acide caféoyltartrique, ac. caféïque (amer), ac. p-coumaroyltartrique
FLAVONOIDES
FLAVANOLS
(épi)catéchol,
(épi)gallocatéchol
ANTHOCYANIDOLS (instables)
Malvidol, cyanidol, delphinidol,
pétunidol, paenidol
FLAVONOLS
Myricétol,
quercétol
PROANTHOCYANIDOLS oligomères
(pépins, pellicule → astringence)
Procyanidol B1, B2, B3,..B8
Procyanidol A2
ANTHOCYANOSIDES
(pellicule → pigment rouge du raisin et du vin)
Malvidol 3-glucoside,
delphinidol 3-glucoside
pétunidol 3-glucoside
HETEROSIDES DE FLAVONOLS
(pellicule→protection contre UV)
Myricétol 3-glucoside,
quercétol 3-glucoside,
rutine
STILBENES
trans-resvératrol, cis-resvératrol, trans-picéide, cis-picéide (pellicule → réponse au stress pathogène)

Les tanins condensés (ou proanthocyanidols) des pépins sont extraits lors de la macération. Ils fournissent au vin son caractère tannique, astringent, « charpenté ». Ils sont de couleur jaune orangé.

Les anthocyanosides (ou anthocyanes) sont des pigments colorés situés dans la pellicule de la baie du raisin noir. Ils sont responsables des couleurs rouge-rubis-pourpre du raisin et du vin. Ils sont formés par glucosidation de 5 anthocyanidols instables : malvidol, delphinidol, pétunidol, paeonidol et cyanidol (aglycone + 1 ou 2 molécules de glucose). Ils peuvent ensuite être estérifiés par l'acide coumarique ou acétique. Il a été détecté une trentaine d'anthocyanosides stables dans le raisin et le vin.

Les flavonols qui jouent un rôle de protection contre les rayons UV se trouvent dans la pellicule des baies. Ils se rencontrent principalement sous forme glucosidés.

Les composés phénoliques sont concentrés pour l'essentiel dans les pépins et la pellicule :
pépins (64 %) > pellicule (30 %) > jus et pulpe (6 %)

Tanins condensés[modifier | modifier le code]

Raisin de Chardonnay

Les seuls tanins du raisin sont des tanins condensés (ou proanthocyanidols) alors que dans le vin on trouve à la fois des ellagitanins (plus ou moins hydrolisables) et des tanins condensés. La raison en est que les ellagitanins ne sont pas les tanins naturels du raisin; ils proviennent soit du bois de chêne des tonneaux soit de tanins commerciaux additionnés aux vins[6].

Mais il y a aussi des raisins bleus qui se trouvent en France, en Lorraine.

Les tanins condensés du raisin et du vin sont des oligomères et polymères de flavan-3-ols, à savoir de la (+)-catéchine, de l' (-)-épicatéchine et les (épi)gallocatéchines. Le chauffage en milieu acide de ces complexes libère des carbocations fortement instables qui se transforment en cyanidine (ou cyanidol) rouge, d'où le nom de procyanidine (ou procyanidol) donné à ces constituants. Ceux qui libèrent des delphinidols sont appelés prodelphinidols. Compte tenu des difficultés d'analyse de ces molécules, seuls les proanthocyanidols dimériques et une partie des trimériques sont connus précisément.

Les tanins du raisin sont situés dans les pépins, dans les pellicules et les rafles. Ils évoluent de manière opposée au cours de la maturation du raisin : dans les pépins, la concentration en tanin diminue en général de la véraison à la maturité alors qu'elle augmente dans les pellicules. Dans les rafles, elle varie peu au cours de la maturation.

Les pépins ne contiennent que des procyanidols (surtout les dimères B1, B2, B4) alors que la pellicule contient des prodelphinidols et procyanidols.

Dans une analyse du profil tannique de 5 cépages noirs différents, Cosme et al.[8] (2009) ont observé que le degré moyen de polymérisation des tanins de pellicules était très supérieur à celui des pépins[N 1]. De tous les cépages analysés, les pépins de cabernet-sauvignon et de syrah contiennent les teneurs les plus élevées en proanthocyanidols :

Concentrations des pépins, pellicules et des vins issus du cabernet-sauvignon en proanthocyanidols
teneur en mg/g ou mg/L d'après Cosme et al[8]
Flavanols
(monomères)
Proanthocyanidols oligomères Proanthocyanidols polymères Proanthocyanidols totaux
Pépins
en mg/g
1,8 17,7 74,3 91,9
Pellicule
en mg/g
0,02 0,04 1,05 1,09
Vin 2004
5 mois après récolte, en mg/L
5,5 27,8 261,3 289,1
Vin 2004
11 mois après récolte, en mg/L
2,2 12,1 103,6 115,7
Vin 2005
5 mois après récolte, en mg/L
30,4 87,5 689,2 776,7

Les tanins condensés de haut degré de polymérisation sont très prépondérants (les polymères représentent 81 % du total des tanins dans les pépins et 96 % du total dans la pellicule, 90 % dans le vin 2004). D'une récolte à celle de l'année suivante, la concentration en tanins condensés peut varier considérablement puisqu'elle est 2,6 fois supérieure en 2005 par rapport à 2004 (avec les mêmes techniques de vinification). Lors du vieillissement les tanins condensés diminuent très rapidement ; en six mois, les tanins condensés de la récolte 2004, ont diminué de 60 %.

Lors de la vinification, les tanins des pellicules sont extraits (avec les anthocyanosides) au début de la macération, ceux des pépins commencent vers le milieu de la fermentation alcoolique car la cuticule des pépins doit être dissoute par l'éthanol pour que l'extraction se fasse[N 2].

En ce qui concerne le raisin blanc[9], les principaux flavanols (monomères) de la pellicule sont la catéchine et l'épicatéchine avec des concentrations du même ordre de grandeur que chez le raisin noir[N 3]. Les pépins contiennent presqu'exclusivement des flavanols et leurs formes polymérisées (les tanins condensés). Et fait surprenant, leur concentration est plus importante chez le raisin blanc que chez le noir (mono + dimères : 1 270 mg/kg de baies fraîches chez le chardonnay blanc et 720 mg/kg chez le cabernet-sauvignon noir). Mais cela n'a pas d'importance pour le vin blanc puisque la vinification de celui-ci se fait en dehors de tout contact avec les pépins, la peau et les rafles.

Anthocyanosides[modifier | modifier le code]

La concentration en anthocyanosides varie considérablement suivant les cépages. Le contenu total en 6 anthocyanosides de raisins noirs peut aller de 85 mg/kg pour le liatiko à 1 914 mg/kg de matière fraiche pour le vapsa, deux cépages grecs[10].

Composition en anthocyanosides des baies de trois cépages
teneur en mg/kg de baies fraîches, d'après Kallithraka et al.[10].
Cépages Malvidol 3-O-glucoside Péonidol 3-O-glucoside p-coumarate de malvidol 3-O-glucoside
Total
(de 6 antho.)
Merlot 357.7 55.2 80.0 550.6
Cabernet-sauvignon 552.5 58.3 7.7 705.9
Vapsa 1202.6 192.7 389.9 1914.0

Les anthocyanosides apparaissent au moment de la véraison et augmentent pendant toute la maturation. Ils atteignent un maximum aux alentours de la maturité.

Au cours de la vinification, les anthocyanosides sont extraits au début de la macération, surtout en phase aqueuse et au début de la fermentation alcoolique. En principe, les raisins les plus riches en pigments devraient conduire, pour des conditions de vinification comparables, aux vins les plus colorés. Mais ce n'est pas toujours le cas, car le taux d'extraction est très variable[6] (de 57 % à 85 %) comme on peut le voir sur cette étude :

Anthocyanosides du raisin et du vin avec coefficient d'extraction en fonction du cépages et du millésimes
d'après Glories 1997 dans Ribéreau-Gayon et al.[6].
. Merlot Cabernet-sauvignon
1992 1993 1994 1995
raisin
mg/L moût
1150 1450 780 1600
vin
mg/L
977 925 610 1230
taux d'extraction
%
85 % 64 % 78 % 77 %

Toutefois, dans une étude statistique portant sur 3 cépages de noir, cultivés chacun dans plusieurs lieux différents, durant deux années successives, Gonzalez-Neves et al.[11] (2004) ont pu montrer que l'intensité colorante et le contenu phénolique des vins rouges étaient fortement corrélés avec les anthocyanosides et les polyphénols totaux du raisin.

Les anthocyanosides sont totalement absents de la majorité des raisins blancs[6] (sauvignon, sémillon, chardonnay…) mais des traces peuvent être présentes dans l'ugni blanc, le pinot blanc etc. La couleur jaune pâle à jaune dorée des vins blancs provient[5] à la fois d'une fraction non-phénolique (polysaccharides, protéines) et d'une fraction phénolique colorée (acide caftarique, coutarique, caféique etc.). Il ne semble pas y avoir de pigment jaune caractéristique, comme les pigments rouges anthocyanosidiques du raisin noir.

Économie[modifier | modifier le code]

Raisin de table du Xinjiang (Chine)
Production de raisins
en milliers de tonnes
2008, d'après la FAO[12]
1 Drapeau de l'Italie Italie 7 793 301
2 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 7 235 656
3 Drapeau des États-Unis États-Unis 6 639 920
4 Drapeau de l'Espagne Espagne 6 020 000
5 Drapeau de la France France 5 664 195
6 Drapeau de la Turquie Turquie 3 918 440

Des années 1990 à 2003, le peloton de tête des producteurs était constitué par l'Italie, la France, l'Espagne et les États-Unis. La production de raisins de la Chine, partie de très bas du temps de Mao, a très rapidement cru à partir des années 1990 pour atteindre la quatrième position en 2004 et la deuxième en 2008.

Le vin ne fait pas partie de la culture traditionnelle chinoise. Le raisin de table représentait 80 % de la production (en 1998), le reste se partageant entre la production de vin et de raisins secs[13]. La principale région productrice était la région ouïghoure de l'ouest, le Xinjiang. En 30 ans, la production a été multipliée par 20 (statistique de la fao[N 4]), les zones de production se sont déplacées vers l'est (Shandong) et la part du raisin de cuve est montée jusqu'à presque 20 %.

Au niveau mondial, environ 80 % de la production des raisins sert à la production de vins et 13 % sont des raisins de table [14].

Propriétés biologiques[modifier | modifier le code]

Les études épidémiologiques portant sur les effets bénéfiques des composés actifs du raisin ne peuvent être faites directement car le raisin frais se conserve mal et n'est habituellement pas consommé régulièrement.

Dans la baie de raisin, l'essentiel des polyphénols (94 %) se concentre dans la pellicule et les pépins. Lors de la vinification en rouge, le maintien en contact du moût avec les peaux et les pépins (la macération) permet d'extraire "le meilleur du raisin" [15]. L'élaboration de vins blancs ou de jus de raisin se faisant sans cette opération d'extraction, on ne peut espérer retrouver chez eux tous les potentiels phénoliques du raisin.

Une célèbre étude de Renaud et de Lorgeril[16] (1992) a mis en évidence qu'une consommation élevée de graisses saturées à Toulouse était associée d'une manière anormale à un faible taux de mortalité par maladie coronarienne. Les auteurs proposaient d'expliquer ce "French paradox" par l'habitude française de boire régulièrement du vin. Les nombreuses études suscitées par cette hypothèse surprenante ont montré que l'effet bénéfique venait de la présence dans le vin non pas d'alcool mais de polyphénols[17].

Plusieurs mécanismes ont été proposés pour expliquer l'effet protecteur des polyphénols du raisin contre les maladies cardiovasculaires :

  • une activité antioxydante,
  • la réduction de l'oxydation du LDL car on sait que l'oxydation des lipoprotéines LDL-c (le mauvais cholestérol), est un pas important dans le développement de l'athérosclérose. Une étude d'intervention[18] auprès de 31 personnes, auxquelles on a fait prendre un extrait de vin rouge sans alcool pendant deux semaines, a montré une inhibition de l'oxydation du LDL ex vivo. Il a pu être montré aussi l'efficacité des extraits de raisins sur les lésions athéromateuses des souris[19]. Les souris ayant pris le supplément en polyphénols de raisins pendant 10 semaines, on vu une régression de 41 % de l'aire de leur lésion athéromateuse (comparée aux souris contrôle ou placebo). Une étude randomisée en double aveugle[20] auprès de 40 patients souffrant d'hypercholestéromie a montré que la réduction du niveau de LDL-c et du cholestérol n'était obtenu chez les patients consommant des proanthocyanidols des pépins de raisins, que si ceux-ci étaient accompagnés de la prise de chrome lié à la niacine.
  • l'inhibition de l'agrégation des plaquettes. Lorsque l'agrégation plaquettaire se produit au niveau d'une plaque d'athérome, elle peut provoquer un caillot sanguin (thrombus) susceptible d'aller obstruer les vaisseaux du cerveau. Une étude portant sur 10 personnes auxquelles on a fait boire divers jus de fruits pendant une semaine, a montré[21] que le jus de raisins rouges inhibait de manière significative l'agrégation des plaquettes à la différence du jus de pamplemousse ou d'orange. Ce jus de raisin contenait beaucoup plus de composés phénoliques que les autres jus[N 5].
  • la modulation de la cascade inflammatoire,
  • l'amélioration de la fonction endothéliale

Utilisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine des produits de la vigne.

Le raisin est utilisé :

  • comme fruit (frais comme raisin de table ou sous forme de raisin sec), pour l'alimentation et la santé ; 75 millions de quintaux de raisins de table et 8 millions de quintaux de raisins secs seraient consommés annuellement, soit presque l'équivalent de toute la production annuelle française de raisins. Les rouges sont d'ailleurs les plus sucrés.
  • pour produire du vinaigre de vin
  • pour produire le pekmez, un sirop épais consommé en Turquie,
  • pour produire de l'huile de pépins de raisin
  • pour produire du moût de raisin, du jus de raisin et des alcools et spiritueux (vin blanc, rouge ou rosé, pétillant, champagne…), ainsi depuis peu que des « boissons à base de vin désalcoolisé[N 6] » dits « vins sans alcool » car dépourvu de leur éthanol (alcool). Avec moins de 0,5 % ou de 0,2 % d'alcool, ce sont les boissons à base de raisin les moins caloriques (140 à 200 calories/litre)[22].

Raisin, environnement et santé[modifier | modifier le code]

Le raisin est depuis longtemps réputé bon pour la santé, grâce à son contenu en vitamines (dont la vitamine B1, B2, B6, B12, PP), en acides organiques (acide malique, acide tartrique que l'organisme métabolise facilement), en polyphénols (anti-oxydants de la familles des flavonoïdes et anthocyanes), en minéraux alcalinisant (potassium, et moindrement magnésium, manganèse et zinc) et en sucres facilement assimilables (fructose notamment). Mais sa culture industrielle est accusée de polluer l'environnement par les pesticides. En outre, les analyses faites des raisins vendus en grandes surfaces en Europe ont montré qu'une partie importante de ces raisins sont porteurs de résidus de pesticides (dont, exceptionnellement des molécules interdites en Europe et/ou dans le pays producteur), qui pourraient affecter la santé humaine. La production de vin issu de la viticulture biologique augmente lentement, mais la part des raisins de table issus de l'agriculture biologique reste faible.

L'exposition des viticulteurs et des riverains aux pesticides lors des traitements pourrait en outre affecter leur santé, certains pouvant être toxique ou jouer le rôle de perturbateurs endocriniens à faible doses [23]Résultats d'analyses de résidus de pesticides sur raisins.

Raisins de diverses espèces[modifier | modifier le code]

Raisin rouge

Il existe des centaines d'espèces, espèces hybrides, sous-espèces, variétés et surtout cultivars (nommés cépages) et donc de raisins, parmi lesquels on distingue les cépages de cuve, blancs ou rouges, et les cépages de table.

Autres plantes appelées « raisin »[modifier | modifier le code]

D'autres plantes ont des noms vernaculaires composés de « raisin », à cause d'une vague ressemblance de leurs fruits avec celui de la vigne :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le mDP va de 3,8 à 81,0 pour les pellicules et de 2,8 à 12,8 pour les pépins
  2. Le maximum de l'extraction s'obtient au bout de 24 h pour la peau et de 2 à 3 semaines de macération pour les pépins.
  3. Flavanols mono + dimères : 89 mg/kg de baies fraîches de chardonnay blanc et 63 mg/kg pour un cabernet sauvignon noir
  4. de 1980 à 2009
  5. en équivalent d'acide gallique, 2,26 pour le jus de raisin, 0,75 pour le jus d'orange et 0,86 pour le jus de pamplemousse
  6. dénomination du service de la Concurrence de la consommation et de la répression des fraudes en France

Références[modifier | modifier le code]

  1. FAOSTAT
  2. Y Wan, H. Schwanninger, CJ Simon, Y Wang, C Zhang, « A review of taxonomic research on Chinese wild grapes », Vitis, vol. 47, no 2,‎ 2008
  3. afssa
  4. Nutrition data
  5. a et b Jacques Blouin et Jacqueline Cruège, Analyse et composition des vins : Comprendre le vin, Dunod,‎ 2003
  6. a, b, c, d et e Pascal Ribéreau-Gayon, Yves Glories, Alain Maujean et Denis Dubourdieu, Traité d'oenologie : Chimie du vin, stabilisation et traitements, Dunod,‎ 2004, 5e éd.
  7. Nous utilisons la terminologie française de Jean Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales,‎ 2009, 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  8. a et b F. Cosme, J.M. Ricardo-Da-Silva, O. Laureano, « Tannin profiles of Vitis vinifera L. cv. red grapes growing in Lisbon and from their monovarietal wines », Food Chemistry, vol. 112,‎ 2009, p. 197-204
  9. R. Rodríguez Montealegre, R. Romero Peces, J.L. Chacón Vozmediano, J. Martínez Gascueña and E. García Romero, « Phenolic compounds in skins and seeds of ten grape Vitis vinifera varieties grown in a warm climate », Journal of Food Composition and Analysis, vol. 19, no 6-7,‎ 2006, p. 687-693
  10. a et b Stamatina Kallithraka, Adel Abdel-Azeem Mohdaly, Dimitris P. Makris, Panagiotis Kefalas, « Determination of major anthocyanin pigments in Hellenic native grape varieties (Vitis vinifera sp.) : association with antiradical activity », Journal of Food Composition and Analysis, vol. 18, no 5,‎ 2005, p. 375-386
  11. (en) G. González-Neves, D. Charamelo, J. Balado, L. Barreiro, R. Bochicchio, G. Gatto, G. Gil, A. Tessore, A. Carbonneau and M. Moutounet, « Phenolic potential of Tannat, Cabernet-Sauvignon and Merlot grapes and their correspondence with wine composition », Analytica Chimica Acta, vol. 513, no 1,‎ 2003
  12. Source : Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture|FAO
  13. FAO
  14. Jun Yang, Timothy E. Martinson and Rui Hai Liu, « Phytochemical profiles and antioxidant activities of wine grapes », Food Chemistry, vol. 116, no 1,‎ 2009, p. 332-339
  15. Nicolas Vivas, Les composés phénoliques et l'élaboration des vins rouges, Éditions Féret,‎ 2007
  16. S. Renaud, M de Lorgeril, « Wine, alcohol, platelets, and the French paradox for coronary heart disease », Lancet, vol. 339,‎ 1992
  17. W. R. Leifert, M. Y. Abeywardena, « Cardioprotective actions of grape polyphenols », Nutrition Research, vol. 28,‎ 2008, p. 729-737
  18. Chopra M, Fitzsimons PE, Strain JJ, Thurnham DI, Howard AN., « Nonalcoholic red wine extract and quercetin inhibit LDL oxidation without affecting plasma antioxidant vitamin and carotenoid concentrations. », Clin. Chem., vol. 46,‎ 2000 (lire en ligne)
  19. Fuhrman B, Volkova N, Coleman R, Aviram M., « Grape powder polyphenols attenuate atherosclerosis development in apolipoprotein E deficient (E0) mice and reduce macrophage atherogenicity », J. Nutr., vol. 135, no 4,‎ 2005, p. 722-8 (lire en ligne)
  20. Bagchi D, Sen CK, Ray SD, Das DK, Bagchi M, Preuss HG, Vinson JA., « Molecular mechanisms of cardioprotection by a novel grape seed proanthocyanidin extract. », Mutat Res., vol. 523-524,‎ 2003 (lire en ligne)
  21. Pataki T, Bak I, Kovacs P, Bagchi D, Das DK, Tosaki A, « Grape juice, but not orange juice or grapefruit juice, inhibit human platelet aggregation », Am J Clin Nutr, vol. 75,‎ 2002, p. 894-9
  22. INRA
  23. Résultats d'analyses pour la France (en 2008)]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cuisine actuelle N°9, septembre 1988, pages 4-5

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]