Alévisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie « Alévi » redirige ici. Pour les articles homophones, voir Halévi et Halévy.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Alaouites.
Calligraphie alevie bektachi : Dieu est en tout dans l'Univers, y compris en l'homme. L'amour du genre Humain est l'essence de l'alévisme bektachisme qui croit en la manifestation du Créateur en l'Homme et donc en l'immortalité de l'Humanité. « Vech-i Âdemde tecelli eyleyen Allah'tır ».

L'alévisme (alevilik en turc, Itiqate Ma en zazaki, elewîtî[1] en kurmandji, al ‘alawīyyah en arabe) regroupe des membres de l'islam dits hétérodoxes et revendique en son sein la tradition universelle et originelle de l'islam et plus largement de toutes les religions monothéistes[2]. L'alévisme se rattache au chiisme duodécimain à travers le cinquième imam (Dja'far al-sadiq) et à Haci Bektas Veli, fondateur de l'ordre des bektachi dont la généalogie mythique remonte aussi au cinquième imam[3]. Il se classe dans les traditions soufies et ses croyances sont assimilables au panenthéisme. Bien qu'il soit de tradition très ancienne, certains voient en l'alévisme un courant « libéral » ou « progressiste » de l'islam[4] qui diffère des dogmes et de l'orthodoxie du sunnisme et du chiisme dit jafarisme.

Haci Bektas Veli, mystique philosophe de l'alévisme, est le fondateur éponyme de la confrérie des Bektachis qui joua un rôle primordial dans l'islamisation de l’Anatolie et des Balkans. L'islam alévi bektachi, avec les apports de Haci Bektas Veli, véhicule des idées qui sont présentées comme coïncidant huit siècles plus tard avec la Déclaration universelle des droits de l'homme[5] (1948). Le semah, cérémonie religieuse des alévis bektachi, est classé au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO[6].

Les alévis bektachi sont musulmans mais n’ont pas l’obligation des cinq prières quotidiennes ni du hajj à La Mecque, soutenant le véritable pèlerinage autour de la «Véritable Kaaba[7]», le cœur de l'Homme. Leur lieu de culte n'est pas la mosquée mais le cemevi, qui signifie maison ou lieu du rassemblement, où femmes et hommes assis côte à côte sont égaux devant leur Créateur. Ils célèbrent leurs cérémonies religieuses avec un système de mouvements circulaires sacré (le semah) au rythme du baglama. Leurs chefs spirituels, aussi bien des hommes (Dede) que des femmes (Ana), sont des descendants du prophète Mahomet, des dignitaires bektachis élus par la communauté ou de grandes figures de la cause alevi. Le Coran est considéré comme le dernier livre saint envoyé par Dieu. « Dört kitabın dördü de Hak » est une formule soulignant le fait que les quatre livres saints (Coran, Bible, Torah et Livre des Psaumes) ont le même degré d'importance. Pour les alévis bektachi, les textes relatifs au foulard des femmes n'ont aucun caractère universel et ces textes sont, selon les conditions de notre époque, caducs ou non valides. De plus, la révélation de Dieu ne se limite pas aux textes sacrés. La Science et le Savoir sont les paroles divines inépuisables et se conformer au Savoir c'est bénéficier de la révélation inépuisable de Dieu. Aussi, le premier devoir du véritable croyant est de « lire » pour augmenter ses connaissances et comprendre l'Univers. Par ailleurs, Dieu est en tout dans l'Univers, y compris en l'Homme. Aussi, l'initié doit aimer chaque création d'Allah et ne pas discriminer les êtres humains. L'amour du genre humain est l'essence de l'alévisme bektachisme qui croit en la manifestation du Créateur en l'Homme et donc en l'immortalité de l'Humanité (« Vech-i Âdemde tecelli eyleyen Allah'tır »). Contrairement à l'islam sunnite, qui reste fidèle à la langue du Coran dans tous les domaines de la vie religieuse[3], les alévis et les bektachi utilisent leur langue maternelle pour une meilleure compréhension des textes sacrés.

Partisans de la laïcité[8], ils s'opposent à toute intrusion du pouvoir temporel (politique) dans la sphère spirituelle (ou atemporelle) et inversement[9][réf. insuffisante]. La sphère politique, régie par les hommes, connaît des succès mais aussi des échecs (pauvreté, injustice, corruption, famines, incitations à la haine raciale ou religieuse, massacres, guerres, détournement de la puissance publique pour défendre ses propres intérêts…). Associer le politique et le Sacré c'est aussi associer au Sacré les échecs humains du politique. Aussi, la laïcité apparaît comme le meilleur moyen de protéger la religion des fiascos politiques tel que la Bataille de Kerbala durant laquelle les Omeyyades utilisent l'islam pour se maintenir au pouvoir et vont jusqu'à assassiner la descendance du prophète[10][11].

La grande majorité des alévis sont d’origine turque et turkmène (environ 70 à 80 %). On trouve également des alévis d'origine kurde, kurmandji et zaza (5 millions[12]). Dans la région de la Mer Noire, l'alévisme est aussi présent dans la communauté laze[13]. Dans les Balkans, une partie importante des Albanais et de petits groupes bosniaques et macédoniens sont bektachis. Il existe également des communautés alévies en Grèce, en Bulgarie, à Chypre, en Crimée, en Azerbaïdjan, en Syrie, en Iran et en Irak.

L'alévisme constitue la seconde religion en Turquie après le sunnisme. Les avis divergent sur leur nombre : officiellement ils sont entre 10 et 15 %, mais d’après les sources alévies ils représenteraient entre 20 à 25 % de la population nationale[14]. La répression exercée sur la communauté sous l'Empire ottoman[15] et la République a provoqué chez les alévis un sentiment de peur qui les a contraints à pratiquer leur culte en secret ou "Takiye" [16]. Aussi, tant que la liberté de conscience religieuse et politique ne sera pas totale en Turquie, aucune estimation ne pourra être tout à fait fiable. Les démographes et les universitaires avancent le chiffre de 15 à 20 millions[17]. À ce jour, l'alevisme bektachisme est officiellement ignoré[16] par les autorités turques et leurs lieux de culte n'ont aucune reconnaissance juridique. L'Allemagne, l'Autriche et le Danemark ont officiellement reconnu l'alévisme comme un culte.

Sommaire

Définition des termes Alevi, Kizilbach et Bektachi[modifier | modifier le code]

"Asadullah" surnom donné par le prophète Mahomet à son gendre et cousin Ali. Asadullah signifie le "Lion de Dieu". L'alevisme, le soufisme et le chiisme duodécimain considèrent Ali comme le détenteur des secrets divins et de la signification ésotérique de l'islam qui lui seraient transmis par Mahomet.
Représentation de Zulfikar, l'épée de Hz. Ali. Pour le prophète Mahomet, « Il n'y a pas de héros comme Ali, Il n'y a pas d'épée comme Zulfikar (lā fatā ʾillā ʿalī, lā saīf ʾillā ḏū-l-fiqār, لا فتى إلا علي لا سيف إلا ذو الفقار) »

Alevi signifie « adepte d'Ali », gendre et cousin du prophète de l'Islam[18]. À l'alévisme sont associés les termes « Qizilbash-Alevi » et « Bektachi ». Bien que les croyances soient similaires et que le distinguo ne soit plus d’actualité dans la Turquie républicaine, ces deux termes renvoient à des réalités sociales distinctes sous l'Empire ottoman :

  • les Alevi-Qizilbash sont principalement des paysans et nomades d'origine turkmènes présents en milieu rural. Leur soutien au Chah Ismail Ier (d’origine turkmène) leur vaut l'assentiment du pouvoir central ottoman et une persécution féroce orchestrée par les forces de sécurité intérieures. À cette époque, les partisans du Chah Ismail Ier qui portent un bonnet de couleur rouge avec douze plis en référence aux 12 imams du chiisme duodécimain se font appeler Qizilbash.
  • les Bektachis sont un phénomène urbain et correspondent aux Sunnites, Chrétiens et Israélites convertis aux croyances alevies. Organisés en confrérie ou ordre religieux, ils sont influents chez les artisans (ahilik), les janissaires (chargé des frontières extérieures recrutés parmi les populations chrétiennes) et autres centres de pouvoir. Les Bektachi recevaient le soutien des sultans qui les utilisaient pour atténuer les tensions entre le pouvoir central Sunnite et les Alevi et pour préparer les populations locales avant l'annexions de nouveaux territoires. Chaque campagne militaire était précédée par l'envoi de derviches Bektachis dont la mission était de se fondre dans la population pour exposer un islam tolérant et ouvert. L'imbrication des Bektachis avec le pouvoir politique éloigne certains d'entre eux des valeurs religieuses et des idéaux originels. Ainsi, les janissaires deviennent un redoutable corps militaire à l'image des templiers, ordre religieux et militaire Catholique.

Chez les alevi, il y a une condition de filiation : « on nait alevi » et pour devenir « dede » (chef spirituel), il faut démontrer son appartenance à un « ocak » ou être descendant du prophète. Il est possible de se convertir aux croyances alevies en devenant membre de la confrérie bektachi, chez qui le « baba » (chef religieux) est élu par la communauté du dergah.

L’alévisme a eu un impact fondamental dans l’histoire, la religion et la culture des peuples d'Asie centrale, d'Anatolie et des Balkans. En Turquie, les Mevlevi-Shemsis', font partie de l’islam alévi. Il existe aussi en Azerbaïdjan, en Iran et en Irak, d'autres groupes religieux chiites hétérodoxes (ghulāt) apparentés à l'alévisme et Bektachisme tels le yârsânisme (Kurdes) dit aussi Ahl-e Haqq ou Ali-Ilahi, les Kakaiyya (Kurdes/Turkmènes), Shabak (Kurdes), Sarliyya (Kurdes), Ibrahimiyya, Kirklar ou Jahaltan (Turkmènes)… Ils reconnaissent tous notamment Hadji Bektash mais à des degrés divers. Les Nusayris (ou Alaouites) arabes dans le sud de la Turquie et en Syrie présentent des similitudes avec les alévis. En Turquie, les alawites et les kizilbash se considèrent coreligionnaires si bien que les alawites sont également appelés alevis.

Comme de nombreux courants ésotériques, l'alévisme a été marqué par des divergences et contradictions après un cycle où les ordres étaient cloisonnés géographiquement puis à une ouverture marquée par la confrontation à la religion dominante et aux divers rationalismes aussi bien scientifiques, politiques que religieux. La filiation spirituelle traditionnelle était rompue, de nombreux alévis d'origine se sont réfugiés dans d'autres courants : politiques (surtout de gauche), d'autres ont été assimilés au chiisme usuli propagandiste, d'autres au sunnisme[19].

Ainsi on dénombre respectivement quatre courants du plus important au plus marginal :

  • Traditionalistes : originellement attachés aux ordres (odjak) et confréries, se rattachent à l'islam ésotérique (dit batinite) dont la connaissance a été transmise de maître à disciple par les imams duodécimains. Ils s'organisent en « Maître-Disciples ».
  • Traditionalistes turquistes : revendiquent un islam « adapté » aux Turcs, sont sensiblement proches des traditionalistes concernant la pratique, etc.
  • Traditionalistes orthodoxes : étaient rattachés aux ordres (odjak) mais intègrent la jurisprudence chiite Usuli.
  • Néo-alevi : issus pour la plupart de mouvements politiques de gauche (athées, rationalistes) ont rompu avec la filiation spirituelle ésotérique, se réapproprient depuis une quinzaine d'années l'alevisme l'associant à un mouvement culturel, philosophique, politique (nationaliste kurde, turc ou gauchiste) syncrétiste. Ces théories syncrétistes (rationalistes) ont d'abord été mises en avant par des chercheurs qui n'étaient pas alevis (Mélikoff…) et qualifiées depuis longtemps par des représentants religieux, politiques sunnites, les excluant de l'islam. Ils s'organisent actuellement en association civile (culturelle, politique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Script ambigramme, où Mahomet محمد à l'envers est lu comme Ali علي, et vice versa. L'imam Ali est le gendre et cousin du prophète Mahomet.
Ali est également considéré comme le maître de la rhétorique arabe. Il est l'auteur de nombreuses citations, sermons et réflexions (recueillis dans divers livres tels que Nahj al Balagha :
«La science est vie et guérison, l’ignorance est maladie et fatigue.»
«Je deviendrais, quarante années durant, l'esclave de celui qui m'enseignera une seule lettre de l'alphabet.»

L’alévisme est né en Asie centrale mais a pris sa forme finale en Anatolie, avec les influences:

À l'image des autres croyances monothéistes qui se sont influencées dans l'ordre chronologique de leur apparition (zoroastrisme, judaïsme, christianisme et Islam sunnite et chiite) l'alévisme est imprégné des croyances qui l'ont précédé.

À la naissance de l'Islam il n'y avait ni alévisme, ni chiisme et ni sunnisme. À la mort du prophète, l'islam connait une scission de sa communauté entre deux grands courants:

  • les sunnites qui voient en Abou Bakr As-Siddiq le successeur du prophète
  • les chiites (aux premiers siècles de l’ère islamique l’alévisme et le chiisme ne faisaient qu’un) pour qui Ali est le successeur de Mahomet. Pour les chiites les successeurs légitimes du prophète sont les membres de sa famille, c'est-à-dire l’Ehlibeyt. Ali est le gendre, le cousin et le père des petits enfants du prophète. Aussi Ali et sa descendance constitueront l'imamat des chiites, c'est-à-dire les Douze Imams qui ont succédé au prophète.

Durant le règne des omeyades et des abbassides, le califat sunnite combat, traque et fait assassiner les descendant d'Ali, c'est-à-dire les petits-enfants du prophète:

Au IX eme siècle, le 8e des douze imams de l’Ehlibeyt, Imam Riza, se réfugie au Khorasan en raison des persécutions des dignitaires sunnites. Imam Riza y forme des disciples et les envoie parmi les populations turcophones du Khorasan et du Turkestan pour les convertir à la cause de l’Ehlibeyt. Ces conversions marquent la naissance de l’islam alévi.

Ismail Ier ou Chah Hatayi (1501-1524 d'origine turkmène): il est le fondateur de la dynastie des Séfévides, Chah d'Iran et d'Azerbaïdjan. De nombreux deyiş alevi lui sont associés

De 860 à 931 un État alévi avait été fondé au sud de la mer Caspienne par Hasan bin Zeyd, descendant de l’imam Hassan. Ce fait montre l'importance des partisans d'Ali dans la région.

Vers les années 941-942 le voyageur arabe Abu Dulaf, qui se trouvait en Asie centrale, parle pour la première fois des Turcs alévis (alawi en arabe).

Au XIIIe siècle, le saint Hünkar Hajji Bektash Wali (Veli), disciple d'Ahmed Yasavi, est à l'origine de la confrérie bektachi (Babagan) fondée trois siècles après sa mort par Balim Sultan en Anatolie.

Au début du XVe siècle[20], l’oppression ottomane envers les alévis devient insupportable et ces derniers soutiennent le Chah Ismail Ier d'origine turkmène. Ses partisans, qui portent un bonnet de couleur rouge avec douze plis en référence aux douze imams du chiisme duodécimain se font appeler Qizilbash. Les Ottomans qui s’étaient persanisés et arabisés considéraient comme ennemis les Qizilbash (alévis) d'origine turkmène[20].

L'alévisme était considérée comme hérétique par le pouvoir central sunnite ottoman alors que les bektachis jouaient un rôle important au sein de l'élite. Ainsi, Balim Sultan assure une mainmise sur le corps des janissaires dont le bektachisme sera la référence religieuse principale[3].

Durant tout le XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle il y eut des dizaines de soulèvements. Les alévis avaient deux possibilités : se convertir au sunnisme ou mourir. Les uns se sont convertis et les autres se sont retirés dans les montagnes.

En 1826, Mahmud II met définitivement un terme au système des janissaires[3]. L'ordre des bektachi est mis hors la loi, de nombreux dignitaires de la capitale sont exécutés, d'autres sont déportés en Anatolie. Les tekke sont fermés, détruits ou attribués à des institutions orthodoxes comme l'ordre des Naqshbandiyya[3].

Les alévis vivaient en milieu rural. Les pressions ottomanes sunnites les ont contraints à y rester et/ou s'y cacher. Dans les années 1960, avec l’exode rural, ils ont commencé à émigrer dans les grandes villes comme İstanbul, Ankara, İzmir, etc.

Au début du XXe siècle, beaucoup d'alévis ont soutenu Atatürk lors de la guerre d'indépendance et les réformes qui suivirent, croyant pouvoir accéder à la laïcité et ainsi pouvoir pratiquer leur culte en liberté. Dans la deuxième moitié du du XXe siècle, l'absence d'esprit d'ouverture de nombreux responsables sunnites et leur main mise sectaire sur les corps d’État (dont les structures religieuses) n'a pas permis d'évoluer vers une reconnaissance officielle. Aujourd'hui, les alévis ne sont toujours pas reconnu dans leur pays d'origine alors que bon nombre de pays d'émigration de cette communauté reconnaissent officiellement leur culte.

Oppressions, révoltes, persécutions furent le lot des alévis. Ceux-ci se plaignent d’être l’objet de pressions plus ou moins violentes de la part d’une mouvance sunnite radicale.

Ces dernières années, avec le développent de théologies non-officielles, la grande majorité des théologiens sunnites reconnaissent ce que les alevi bektachi soulignent depuis des siècles : l'assassinat systématique et la traque des proches du prophète par les Califes Omeyyades et Abbassides. Ainsi, Yasar Nuri Ozturk théologien sunnite dénonce le règne des Omeyyades comme étant une tragédie pour l'Islam[10]. Même les théologiens sunnites rigoristes comme Cübbeli Ahmet Hoca dénonce Yazīd Ier pour les oppressions qu'il fait subir à l'Ahl al-Bayt[11].

Croyances[modifier | modifier le code]

Représentation de Hacı Bektaş Veli (1209-1271) descendant du Prophète Mahomet par Ali ar-Rida. Coiffé du Elifî Tâc il tient dans ses mains deux forces antagonistes: un animal faible et doux (le cervidé) et un lion qui représente la force triomphatrice.
Ibn Arabî : théologien, juriste, poète, métaphysicien et maître arabe-andalous du taçawuff islamique. Dans le domaine métaphysique, il est le plus grand penseur de la doctrine ésotérique du "wahdat al wujud" également présent dans l'alévisme

L'alévisme se rattache au chiisme duodécimain à travers le cinquième imam (Dja'far al-sadiq) et à Haci Bektas Veli, fondateur de l'ordre des bektachi dont la généalogie mythique remonte aussi au cinquième imam[3]. Il se distingue par son non-dogmatisme des dogmes religieux dits « orthodoxes » tels le sunnisme et le chiisme dit jafarisme.

L'alévisme bektachisme est une voie du tasawwouf (soufisme) qui privilégie

  • l'amour de Dieu à la crainte du divin,
  • le fond du Coran (Batin) à sa forme (Zahir)

dans le but d'atteindre le Seyr-ü süluk ou la maturité spirituelle.
L'amour du genre Humain est l'essence de l'alévisme bektachisme qui croit en la manifestation du Créateur en l'Homme (tecelli) et donc en l'immortalité de l'Humanité.
Pour atteindre son essence, l'impétrant passe par une initiation (Dört kapı kırk makam) qui lui permet de sortir de l’enveloppe de son âme brute pour atteindre la Vérité et devenir Insani Kamil, « l'homme parfait » ayant atteint la vérité divine.

La trinité « Allah, Mahomet, Ali » et l'Ahl al-Bayt (Eylibeyt)[modifier | modifier le code]

La croyance alévie est basée sur la foi en Allah, Mahomet (Prophétie) et Ali (Sainteté), la Prophétie étant close, la Sainteté demeure présente dans le temps. Ils sont appelés « Uçler » (les Trois). Ainsi, Haqq-Muhammad-Ali est la « trinité » de l'alévisme qui comporte :

  • Haqq: « la Vérité divine » se référant à Allah,
  • Mahomet,
  • Ali. Il est considéré comme le successeur du prophète et sa descendance constitue l'imamat

Dans l'alévisme bektachisme, Mahomet est le dernier prophète et Ali est son successeur et l'«ami d'Allah» ou le guide spirituel (Veli ou Wali).


HÂKK-MUHAMMED-ALİ
HÂKK Muhammed-Ali
MUHAMMED ALİ
Allah1.png Muhammad2.png Alī.png
À gauche: Allah. Au milieu: Muhammed. À droite: Ali.

Dans sa signification, la trinité atteste qu'il n'y a qu'un seul Dieu (la Divinité), Mahomet est son prophète (la prophétie), Ali est son saint, l'ami de Dieu, le commandant des croyants (mumin) (l'imamat).
Les autres hiérarchies célestes sont :

  • « Beşler » (les Cinq ou la maisonnée, le manteau du prophète[3]), Mahomet, Ali, Fatima, Hasan et Hussein dits aussi khamsa al-i aba ou pençe al-i aba
  • « Yediler » (les Sept), Mahomet, Ali, Khadija bint Khuwaylid, Hasan, Fatima, Hussein et Salman le Perse
  • « Onikiler » (les Douze), Les Douze Imams (Ali et ses successeurs[3]) c'est à dire la descendance du prophète traquée et assassinée par les Omeyades.
  • « On Dört Masum-u Paklar », les quatorze purs innocents : ils sont les quatorze enfants des imams ou les petits enfants du prophète, tués en bas âge par les Omeyyades
  • « On Yedi Kemerbestler », les dix-sept saints cités dans les Gülbeng (prières): ce sont les proches du prophète (comme Salman le Perse) ou d'Ali. Ils doivent mener à bien une mission qui leur est donnée par le prophète ou son gendre. Les proches du prophète sont également traqués et assassinés par les Omeyyades.
  • « Kırklar »: l'assemblée des Quarante[3] (les gens du mystère ghayb). Les Quarante vivent entre ciel et terre et ils régentent tout ici bas, secourant ceux qui sont en difficulté, à travers les manifestations de Hizir-Ilyas (Al-Khidr le « verdoyant » du Coran).


La descendance du prophète et ses proches compagnons traqués et assassinés par les Califes Omeyades et Abbassides:

Les Douze Imams:

  1. Ali (علي) assassiné avec une épée empoisonnée
  2. Hasan (ألحسن) empoisonné par Muʿāwiyah Ier
  3. Husayn (ألحسین) sa tête est tranchée à Kerbela
  4. Ali Zayn al-Abidin (علي) mort empoisonné
  5. Muhammad al-Baqir (محمد) mort empoisonné
  6. Jafar as-Sadiq (جعفر) mort empoisonné
  7. Musa al-Kazim (موسی) empoisonné par Hâroun ar-Rachîd
  8. Ali ar-Rida (علي) empoisonné par Al-Ma’mūn
  9. Muhammad al-Jawad (محمد)
  10. Ali al-Hadi (علي)
  11. Hasan al-Askari (ألحسن) empoisonné par Al-Mutamid (Abbasside)
  12. Muhammad al-Mahdi (محمد)






On Yedi Kemerbestler: les proches du prophète et d'Ali

  1. Salman le Perse
  2. Ammar ibn Yasir, tué par Muʿāwiyah Ier
  3. Malik al-Achtar, empoisonné par Muʿāwiyah Ier
  4. Muhammed ibn Abubakr, torturé par Muʿāwiyah Ier
  5. Uwais al-Qarni, tué par Muʿāwiyah Ier
  6. Abu Dhar Al-Ghifari,
  7. Harim bin Haris, tué par Muʿāwiyah Ier
  8. Abdullah ibn Yadilhazai, tué par Muʿāwiyah Ier
  9. Abdullah ibn Adial Haris, tué par Muʿāwiyah Ier
  10. Abu el Hisham, tué par Muʿāwiyah Ier
  11. Haris Sheybani, tué par Muʿāwiyah Ier
  12. Hashim ibn Utba, tué par Muʿāwiyah Ier
  13. Muhammed ibn Ebu Hazika, tué par Abd.Nahaija
  14. Kanber, tué par Al-Hajjaj ben Yusef gouverneur des Omeyyades
  15. Mürtefi ibn Vezea, tué par Muʿāwiyah Ier
  16. Abu Said ibn Kays, tué par Muʿāwiyah Ier
  17. Abdullah ibn Abbas tué par Muʿāwiyah Ier

Poème de Nesimi Cimen exprimant l'amour du Prophète de sa famille (Ahl al-Bayt):

En turc:

« Canım kurban olsun

Canım kurban olsun senin yoluna
Adı güzel kendi güzel Muhammet
Söylenirsin cümle alem dilinde

Adı güzel kendi güzel Muhammet
Adı güzel kendi güzel Mustafa

Terazinin bir ucunda Haydar oturur
Yanısıra cümle ümmet yetirir
Elinde de yeşil alem getirir

Adı güzel kendi güzel Muhammet
Adı güzel kendi güzel Mustafa

Sen bir peygambersin şeksiz gümansız
Sana inanmayan dinsiz imansız
Teslim Abdal neyler dünyayı sensiz

Adı güzel kendi güzel Muhammet
Adı güzel kendi güzel Mustafa
 »

Essai de traduction:

« Canım kurban olsun

Je me sacrifierai pour ta Voie
Ton nom est beau, O merveilleux Mohammed
Tu es dans toutes les bouches

Ton nom est beau, O merveilleux Mohammed
Ton nom est beau, O merveilleux Mustafa

Haydar (Ali) a pris place sur un côté de la balance
Ses paroles instruisent la communauté des croyants
De sa main il apporte le Royaume Vert

Ton nom est beau, O merveilleux Mohammed
Ton nom est beau, O merveilleux Mustafa

Tu es Prophète sans aucun doute
Païen est celui qui ne croit pas en toi
Sans Toi Teslim Abdal n'a que faire de ce monde

Ton nom est beau, O merveilleux Mohammed
Ton nom est beau, O merveilleux Mustafa »

Wahdat al-wujud et En-el Hak[modifier | modifier le code]

L'alévisme s’appuie également sur les concepts de :

  • Wahdat al-wujud développé par Ibn Arabî maître arabe du soufisme en Andalousie, théologien, juriste, poète et métaphysicien: dans la pensée soufie (tasavvuf), le créateur et sa création proviennent d'une source unique (unicité de l’Être). L’Être entier est à Dieu, et la création ne fait qu’exister ex-istare, c’est-à-dire sortir de l’Être divin pour y retourner à la mort. La création ne possède donc pas d’être en propre; elle n’a qu’une existence empruntée au seul Être Réel, al-wujûd al-haqq[21]. Ainsi, il n'y a que Dieu qui est par Lui-même, sans antécédent, de manière absolue. La création, quant à elle n'est que par la volonté de l'Être suprême.


  • En-el Hak développé par Mansur al-Hallaj ou Hallâc-ı Mansûr: ce dernier fréquenta des maîtres du soufisme comme Sahl at-Tustari au Kazakhstan. Al-Hallaj devint prédicateur en Iran, puis en Inde et jusqu’aux frontières de la Chine. Rentré à Bagdad, il est suspecté aussi bien par les sunnites que par les chiites pour ses idées mystiques (recherche de l’amour divin et de l’union de l’âme et de Dieu) et son influence sur les foules. Sa condamnation proprement dite résulte du fait qu'il avait proclamé publiquement "Je suis la Vérité (Dieu)" ("Ana al haqq"), ce qui était vu comme une hérésie, aussi bien dans le sunnisme que dans le chiisme. Cette affirmation n'est pas incongrue dans le milieu soufi où ce genre de propos est considéré comme émanant d'un homme qui, "fondu" dans l'"océan de la divinité", possède un rang spirituel très élevé. La plupart des versets du Diwan de Hallaj traitent de la "science de l'Unité" (Tawhid). Ne voulant pas renier ses propos publics, Hallaj est condamné à mort et supplicié à Bagdad le 27 mars 922. Il restera un des plus célèbres condamnés soufis et son supplice sera mentionné de nombreuses fois dans les écrits de Rûmî ou Mevlânâ.

Les concepts de Wahdat al-wujud et En-el Hak occupent une place importante dans la littérature alevi-bektashi. Aşık İsmail Daimi s'y réfère dans le poème intitulé "Madem Ki Ben Bir İnsanım" ("Dès lors que je suis un Homme"). Ce texte évoque le fait que Dieu est présent dans chaque particule de l'Univers et donc en l'Homme:

En turc:

« Kainatın Aynasıyım
Mademki Ben Bir İnsanım
Hakkın Varlık Deryasıyım
Mademki Ben Bir İnsanım

İnsan Hakta Hak İnsanda
Ne Ararsan Var İnsanda
Çok Marifet Var İnsanda
Mademki Ben Bir İnsanım

Tevrat'ı Yazabilirim
İncil'i Dizebilirim
Kur'an'ı Sezebilirim
Madem Ki Ben Bir İnsanım

Bunca Temenni Dilekler
Vız Gelir Çarkı Felekler
Bana Eğilsin Melekler
Mademki Ben Bir İnsanım
 »

Essaie de traduction:

« Je suis le reflet de l'Univers (du Cosmos)
Dès lors que je suis un Homme
Je suis l'océan d'existence de Dieu
Dès lors que je suis un Homme

L'Homme est en Dieu, Dieu est en l'Homme
Tout ce que tu cherche tu le trouveras en l'Homme
Je peux accomplir les plus grands exploits
Dès lors que je suis un Homme (... et que Dieu se manifeste en moi)

Je peux écrire la Torah
Je peux juxtaposer l'Evengile
Je peux comprendre le Coran
Dès lors que je suis un Homme (... et que Dieu se manifeste en moi)

Tant de requêtes et de vœux
Je n'ai que faire de la fatalité (Rota Fortunea)
Aux Anges de s'incliner devant moi
Dès lors que je suis un Homme (... et que Dieu se manifeste en moi)
 »

  • Hurufisme ou l'idée selon laquelle, Dieu est en tout dans l'Univers, y compris en l'homme. La science des lettres et des nombres (hurufisme) est mise au service de la démarche interprétative et mène au tecelli ou la manifestation de Dieu dans la personne humaine et spécialement sur son visage[3].

Le système initiatique : Dört kapı kırk makam, le chemin menant à la Vérité[modifier | modifier le code]

Dört kapı kırk makam[22] est une expression turque, signifiant littéralement : « Quatre portes quarante étapes ». C'est un système initiatique fait de règles et de préceptes pour atteindre la Vérité et être l'homme parfait, Insani Kamil. Hünkar Hajji Bektash Wali (Veli) (1209-1271) s'appuie sur le Coran pour mettre en place ce système initiatique.
Les quatre portes sont :

  • Şeriat ou charia : le droit, la loi religieuse qui permet de distinguer le bien du mal, le licite de l'illicite[23]
  • Tarikat : la communauté, la voie, le chemin, l'insertion dans la voie de la rectitude, l'insertion dans une relation entre disciple et guide[23]
  • Hakikat : la Vérité ultime, Vérité divine, porte qui ouvre la connaissance de la réalité de Dieu, impliquant entre autres la modestie, la sagesse, le secret[23]
  • Marifet : la connaissance, la gnose. L'accès à la connaissance mystique de Dieu suppose une façon d'être se fondant sur la patience, la confiance, la générosité, la connaissance de soi, la majestuosité[23]

Dört kapı kırk makam ou Quatre portes quarante étapes. L'accomplissement dans chacune de ces portes nécessite 10 étapes, soit au total quarante étapes:

Etapes de la Shariat:

  1. Croire en l'unicité de Dieu
  2. S'instruire, apprendre les Sciences
  3. Accomplir la prière (ibadet)
  4. Disposer d'un gain licite halâl
  5. Être utile à sa famille
  6. Ne pas causer de dommage à son environnement
  7. Se soumettre aux ordres du Prophète
  8. Compassion et indulgence
  9. Être propre
  10. Se garder de mauvaises actions

Etapes de la Tarikat

  1. Se repentir de ses fautes
  2. Obéir aux prescriptions du Murshid
  3. S'habiller proprement
  4. Lutter pour le bien
  5. Servir son prochain
  6. Craindre l'injustice
  7. Ne pas tomber dans le désespoir
  8. Tirer les leçons d'un incident
  9. Répandre le bien (aider son prochain)
  10. Avoir le fond ou l'essence du « fakir »

Etapes de la Hakikat:

  1. Être décent, pudique
  2. Ne pas être égoïste, haineux et rancunier
  3. Être abstinent
  4. Patience, contentement et sobriété
  5. Modestie
  6. Générosité
  7. Apprendre les Sciences
  8. Être tolérant
  9. Connaître son essence, son fond
  10. Être sage (par sa connaissance)

Etapes de la Marifet:

  1. Être humble, sans prétention et modeste
  2. Ne pas voir les défauts de son prochain
  3. Ne pas faire l'économie d'une bonne action
  4. Aimer chaque créature ou création d'Allah
  5. Ne pas discriminer ou différencier les êtres humains
  6. S'orienter et orienter vers l'unité
  7. Ne pas dissimuler la vérité
  8. Connaître le sens, la signification : connaissance divine
  9. Apprendre le secret divin
  10. Atteindre la présence divine

Les alévis attribuent la phrase suivante à Mahomet[3]: « Je suis la cité de la Connaissance et Ali en est la porte ». Le problème de la nature et du sens du Coran est au cœur de la démarche interprétative. Dans le prolongement de la représentation d'Ali comme porte de la Cité de la Connaissance, quatre portes conduisent à Dieu-Réalité (dort kapi kirk makam). La démarche interprétative est mise successivement à l'épreuve de ces quatre portes. Un guide (Murshid) accompagne l'impétrant dans son voyage initiatique au terme duquel celui-ci accède au statut d'amoureux de Dieu (muhip) ou eren (« celui qui est arrivé » ou « vrais hommes »)[3].

« Eline, beline, diline sayip ol» : lors de son initiation, chaque alevi bektashi jure de rester maître de sa main (ne pas voler ou disposer d'un gain licite halâl), de sa ceinture (maîtriser ses lombes) et de sa langue (tenir sa langue)[3].

Jusqu'à récemment, il était impossible de se convertir à l'alévisme. « On naît alévi(e) ». Il n'existe aucune pratique ou rituel adapté à cet acte. Toutefois, on peut se convertir aux croyances alevies en devenant membre de la confrérie Bektachi. L'initiation dans l'ordre bektachi découle du choix individuel de l'impétrant et n'engage que lui[3]. Chez les alévis, il faut satisfaire une condition de filiation : les deux géniteurs du futur initié doivent être membres de la confrérie ; une fois marié le candidat postule à l'initiation et son initiation lie son épouse et ses enfants[3].

Livre saint : la Science et le Savoir sont les paroles divines inépuisables[modifier | modifier le code]


« Dört Kitabin dördüde Hâkk »
Formule résumant le fait que pour les alevis bektachis les quatre livres saints (Coran, Bible, Torah et Livre des Psaumes) ont le même degré d'importance et mènent à la Vérité Divine
Le Coran, dernier livre saint envoyé par Dieu La Bible La Torah Le Livre des Psaumes
Thr muze art islam 20.jpg Gutenberg Bible.jpg Тора. Нацыянальная бібліятэка Беларусі.jpg Bhs psalm1.png
Le Coran Sourate 2 verset 136: Dites : «Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et aux Tribus ; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus ; à ce qui a été révélé aux prophètes par leur Seigneur, sans établir entre eux aucune différence. Et c’est à Dieu que nous sommes entièrement soumis.»

(en turc) Kur'ân-ı Kerîm Sure2/136: Şöyle deyin: "Allah'a, bize indirilene, İbrahim'e, İsmail'e, İshak'a, Yakub'a, onun torunlarına indirilene, Mûsa'ya ve İsa'ya verilene ve diğer nebilere verilene inandık. Bunlar arasından hiç kimseyi ayırmayız. Biz yalnız O'na/Allah'a teslim olanlarız."

Les piliers de l'islam

Pour les alévis bektachi, lors de la naissance de l'islam « les cinq piliers de l'islam » que nous connaissons actuellement n'existaient pas. À cette époque, c'est le contenu du Coran et la pratique religieuse de Mahomet et d'Ali ibn Abi Talib qui déterminaient les devoirs du musulman[24]. Cette pensée est également partagée par des théologiens sunnites contemporains tels que Yasar Nuri Ozturk, Hüseyin Atay et Süleyman Ateş. Ces derniers affirment qu'il n'y a aucune expression intitulée « les cinq piliers de l'islam » dans le Coran. Aussi, réduire l'islam aux « cinq piliers » est une grande erreur. Ainsi, dans le Coran, travailler, entreprendre … sont aussi des devoirs du musulman et au regard d’Allah ces devoirs ont la même valeur que « les cinq piliers »[25]. Pour ces hommes de sciences, le jeûne, le pèlerinage et le salat (prière) sont une pratique « personnelle » du culte dont l'objectif est d'éduquer les croyants. Ces pratiques du culte ne sont pas un « but » mais un « moyen ». Ils déplorent qu'aujourd'hui le jeûne, le pèlerinage et le salat (prière), loin de leur sens initial, soient devenus des « moyens »[24]. Pour les alevi bektachi, certaines pratiques religieuses qui n'existaient pas au temps du prophète Mahomet ont été ajoutées lors des trois premiers califats (Abou Bakr As-Siddiq, Omar ibn al-Khattâb, Othmân ibn Affân) et durant le règne des omeyades et des abbassides. De nombreux éléments de l'islam introduit par Mahomet ont été modifiés et d'autres éléments qui n'ont rien à voir avec l'essence de l'islam ont été insérés. Pour les alevi bektachi, Ali ibn Abi Talib était le représentant de l'islam de Mahomet et pratiquait avec détermination l'islam originel. Et c'est pour cette raison que ceux qui n'ont pas digéré le mahométisme depuis sa naissance ont usé de moyens politiques pour rendre Ali ibn Abi Talib inopérant dans un premier temps, puis l'ont fait assassiner et tuer ses enfants, c'est-à-dire les petits-enfants du Prophète[24]:

Hu inscrit sur une pierre tombale de l'époque ottomane en Turquie. Hu ou Huwa est le nom de Dieu dans le soufisme. Hu se trouve également dans La Ilaha Ila Allah Hu: «Il n'y a d'autre Dieu qu'Allah», ou dans l'interprétation soufie «Il n'y a pas de réalité, sauf Dieu». Hu est également présent dans les cantiques et les prières alévies bektachies: «gerçekler demine hü»
Le premier devoir du véritable croyant, le premier mode d'adoration d'Allah est de « Lire ». Le Coran, Sourate 96 de l’Adhérence (Al-‘Alaq): pris dans l'ordre chronologique, le premier message du Coran ou la première injonction d'Allah est « Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé » (sourate 96, verset 1).

Les Alévis croient que le Coran, qui est récité pendant les cérémonies de djèm ou cem, est le dernier livre saint envoyé par Dieu. Toutefois ils croient également au Livre des Psaumes, à la Torah et à la Bible, les considérant comme des livres saints envoyés par Dieu. “Dört kitabın dördü de Hâkk” est une formule résumant le fait que pour les alevis bektachis les quatre livres saints (Coran, Bible, Torah et Livre des Psaumes) sont "égaux" ou ont le même degré d'importance[26].
Cependant, ils se distinguent des croyances orthodoxes monothéistes, en particulier du sunnisme et du chiisme, par l'interprétation des textes sacrés : les alevi bektachis pensent que le Coran et les autres livres saints doivent être lus à deux niveaux :

  • de l'extérieur (zâhir ظاهر, "la forme") et
  • de l'intérieur (bâtin باطن, "le fond") : ce qui laisse la place à une interprétation ésotérique des textes. Cela conduit le fidèle à moins s'attacher à la forme qu'au fond.

Les alévis font prévaloir une transmission orale de la connaissance spirituelle (d'âme à âme), cette quête de la Vérité s'engageant par la connaissance de soi, de l'Homme (« Se connaître soi-même son essence c'est connaître son seigneur »). Ainsi, le Livre (Kitab) à lire est l'Homme qui Parle : le Coran.

Les alévis se réfèrent également à des recueils de livres sacrés en langue turque ou persane dont les commandements alévis, et autres traités de saints :

Interprétation du Coran[modifier | modifier le code]

Contrairement aux sunnites et aux chiites, les alévis ne se limitent pas au sens apparent du Coran (zâhir, la forme)[27]. Une seule lecture littérale des versets occulte les sens cachés. Or le Coran contient beaucoup de versets avec une signification ésotérique. Aussi, les alévis bektashis pensent qu'il faut atteindre la signification intérieure du Coran (le bâtin, son essence, son fond). Cette croyance s'appuie sur :

  • la sourate 3 (Al-Imran) verset 7 : « C’est Lui qui t’a révélé le Livre contenant des versets à la fois clairs et précis… ainsi que d’autres versets susceptibles d’être différemment interprétés… seuls sont enclins à méditer ceux qui sont doués d’intelligence ».

Pour les alévis bektashis, une seule lecture littérale du Coran réduit le message de Dieu à un espace temps donné puisqu'une grande partie des versets ne s'adressent :

  • qu'aux hommes de la période de la révélation
  • qu'à un lieu donné : la Cité mère (La Mecque)
  • qu'à un peuple (ou une langue) à une période déterminée.

Or le message du Coran est atemporel et universel et le seul moyen de comprendre son essence passe par une initiation : dört kapı kırk makam.

Pour les alévis bektashis, les sunnites et chiites se trompent sur l'interprétation de nombreux versets parce qu'ils se contentent d'une seule lecture littérale (le zahir, la forme, le sens extérieur) et n'atteignent pas l'essence du Coran. Par ailleurs, ils prétendent que tous les versets du Coran sont universels et atemporels alors qu'ils ne les appliquent pas tous. Ils n'acceptent pas que les préceptes qu'ils ne peuvent appliquer sont des préceptes inapplicables parce qu'ils s'adressent aux hommes de la période de la révélation. Ils montrent un comportement agressif envers les alévis bektashis qui soutiennent depuis des siècles que certains préceptes sont propres à un pays et à une période donnés et que par conséquent ils ne sont plus valides[27].

Pour les alévis bektashis, le Coran impose son interprétation selon les conditions de vie d'une époque donnée:

  • sourate 2 (Al-Baqara) verset 106, « Tout verset que Nous abrogeons ou que Nous faisons oublier aux gens, Nous le remplaçons aussitôt par un autre verset meilleur ou équivalent. Ne sais-tu pas que Dieu a pouvoir sur toute chose ? »

Les conditions étant différentes d'une époque à l'autre, à chaque époque correspond une interprétation du Coran[27].

Quelques exemples de versets rendus caduques par les conditions de vie de notre époque[27]:

  • sourate 2 (Al-Baqara) verset 228 : « Les femmes divorcées sont tenues d’observer un délai d’attente de trois périodes menstruelles. Il leur est interdit de dissimuler les germes de maternité que Dieu a pu déposer en leur sein, pour peu qu’elles croient en Dieu et au Jour dernier ».
  • sourate 31 (Luqmân) verset 34 : « La connaissance de l’Heure du Jugement relève uniquement du Seigneur qui fait tomber la pluie salvatrice, et qui sait ce qu’il y a dans les matrices. Et nulle âme ne sait ce que lui réserve l’avenir, et nulle âme ne sait en quel endroit elle devra mourir. Dieu Seul est Omniscient et parfaitement Informé »
  • sourate 13 (Ar-Ra‘d) verset 8 : « Dieu sait ce que porte chaque femelle en son sein, de même qu’Il connaît le moment où les matrices se contractent ou se dilatent, car toute chose chez Lui a sa mesure »
  • la parole d'un homme équivaut à celle de deux femmes
  • la polygamie

Aujourd'hui la technologie permet de savoir en moins de trois mois si une femme est enceinte. L'Homme est aujourd’hui capable de prévoir la météo, le sexe de l'enfant à naître, les maladies mortelles… Ainsi, les développements technologiques et scientifiques rendent certains versets non applicables.

Concernant les femmes[27]:

  • concernant le foulard des femmes : lors de la période de la révélation, dans cette région (la Mecque et ses alentours), une femme avec la tête découverte (sans foulard) était considérée comme une esclave ou une fille de joie. Or cet usage est propre à une région et à un peuple à une période donnée. On ne retrouvait pas cet usage dans d'autres communautés (par exemple les turcophones). Aussi, les textes relatifs au foulard des femmes n'ont aucun caractère universel et ces textes sont, selon les conditions de notre époque, caduques ou non valides.
  • de même, certains Arabes d'avant l'islam détestaient les filles, qu’ils considéraient comme un déshonneur. Certains allaient même jusqu'à enterrer les petites filles vivantes. D'où les quelques versets du Coran :
    • sourate 16 (An-Nahl) verset 58 : « Et lorsqu’on annonce à l’un d’entre eux la naissance d’une fille, son visage s’assombrit et il arrive à peine à contenir sa colère. »
    • sourate 16 (An-Nahl) verset 59 : « Et il se dérobe aux regards des gens, le cœur meurtri par cette nouvelle, se demandant s’il va conserver cet enfant malgré le déshonneur ou s’il va l’ensevelir dans la poussière. Quel odieux jugement ! »

On ne retrouve pas cet usage dans d'autres communautés. Aussi, les versets cités n'ont aucun caractère universel.

Le Coran s'adresse d'abord aux habitants de La Mecque et de ses alentours et c'est le Coran lui-même qui le dit. C'est pour cette raison que le Coran est en arabe[27] :

  • sourate 42 (Ash-Shûrâ) verset 7 : « Ainsi, Nous te révélons un Coran en langue arabe, afin que tu avertisses la ville métropole (la Mecque) et les alentours, et que tu les préviennes du Jour inéluctable du Jugement dernier, où une partie des hommes ira au Paradis et une autre ira en Enfer. »
  • sourate 6 (Al-An‘âm) verset 92 : « Et, à présent, voici révélé un Livre béni qui vient confirmer les précédentes Écritures, et que Nous te révélons afin que tu avertisses la Cité mère (La Mecque) et ses alentours… »
  • sourate 41 Fussilat verset 44 : « Si Nous avions révélé ce Coran en langue étrangère, on aurait objecté : « Si au moins ses versets étaient clairs et intelligibles ! Comment ? Un Coran en langue étrangère pour un peuple arabe ? » Réponds-leur : « Ce Coran est un guide et un baume pour les croyants ; seuls les négateurs, quand il s’agit de ce Livre, font la sourde oreille et simulent l’aveuglement. C’est comme si l’appel qu’on leur lance venait de trop loin pour être entendu. »

Le Coran contient donc naturellement des versets qui ne concernent en théorie et en pratique que le premier peuple interlocuteur lors de sa révélation. Ainsi, chaque verset et chaque précepte n'est pas universel. Ce qui fait l'universalité du Coran, c'est son message, son âme, son fond, son essence et ses préceptes généraux (universels).

Le premier devoir du véritable croyant, le premier mode d'adoration d'Allah est de « Lire »

La révélation de Dieu s'est réalisée selon un ordre chronologique précis. Or le Coran actuel n’ordonnance pas cette révélation (sourates) selon cet ordre chronologique mais selon la taille des sourates. À la suite de la mort de Mahomet, Abou Bakr fut désigné comme Ier calife pour « gouverner les croyants ». Les chiites reconnaissent la succession de Mahomet à Ali ibn Abi Talib : cousin, gendre du prophète et premier homme à accepter l'islam. Lors de son règne, Abou Bakr ordonna de rassembler tous les versets du Coran. Toutefois, l'agencement des versets n'a pas été réalisé dans l'ordre chronologique de leur révélation. Prit dans l'ordre chronologique, la première révélation de Dieu, le premier verset du Coran est (Sourate 96 de l’Adhérence Al-‘Alaq, verset 1): « Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé ». Donc la première injonction de Dieu aux croyants, le premier message ou mot, le premier devoir du véritable croyant, le premier mode d'adoration d'Allah est de « Lire » ou d'étudier les Sciences. Aujourd'hui, ce verset se retrouve à la fin du Coran. Ali ibn Abi Talib avait une version du Coran avec un ordonnancement des sourates classés dans l'ordre chronologique de leur révélation. Les Oméyades (Emevîler) arrivés au pouvoir (Califat) ont détruit cette version du Coran. Certains théologiens, y compris sunnites[28], y voient une volonté politique de modifier le message du Coran pour rendre le peuple illettré et inculte et mieux maîtriser la population. "L'ordonnancement actuel est un jeu politique pour faire en sorte que le namaz (cinq prières quotidiennes) soit le mode d'adoration principal de Dieu : ce qui est faux et contraire au Coran. Le premier mode d'adoration d'Allah est de « Lire »"[28].

Par ailleurs, la révélation de Dieu ne se limite pas au seul Coran et c'est le Coran lui-même qui le dit[27] :

  • sourate 18 (la Caverne) verset 109 : « Si la mer se changeait en encre pour transcrire les paroles de mon Seigneur, la mer serait assurément tarie avant que ne soient épuisées les paroles divines, dussions-nous y ajouter une quantité d’encre égale à la première. »
  • sourate 31 (Luqmân) verset 27 : « Quand bien même tous les arbres de la terre se transformeraient en plumes, et quand bien même la mer, grossie de sept autres mers, deviendrait un océan d’encre pour écrire la Parole divine, que Dieu aurait encore d’autres messages à transmettre ! Car Dieu est, en vérité, le Tout-Puissant, le Sage. »

Ainsi la révélation d'Allah ne prend pas fin avec le Coran. La révélation d'Allah est atemporelle et continuelle[27]. Étant donné qu'il n'y aura pas d'autre prophète (cf Coran), la révélation est continuelle à travers un don du Tout-Puissant aux hommes : la Raison, l'Esprit, la Pensée ou l'Intellect. Il ne s'agit pas de la raison d'une personne en particulier mais de la Raison Universelle ou collective. Elle permet à l'Homme, avec la grâce de Dieu, d'augmenter ses connaissances et de lire et comprendre la plus grande création d'Allah : l'Univers. Ainsi, la Science et le Savoir sont les paroles divines inépuisables ou la révélation continuelle. Aussi, se conformer au Savoir c'est bénéficier ou partager la révélation de Dieu :

  • sourate 39 (Az-Zumar) verset 9 : « Sont-ils égaux, ceux qui ont reçu la science et ceux qui ne l’ont point reçue ? »
  • Haci Bektas Veli : « Bilimden gidilmeyen yolun sonu karanlıktır »/« Suivre une voie dépourvue de sciences mène à l’obscurantisme »

Avec la grâce de Dieu et sa révélation continuelle (la Science, le Savoir), l'Homme est aujourd’hui capable de prévoir la météo, le sexe de l'enfant à naître, les maladies mortelles…

Pour les alévis bektashis, l'Homme est la manifestation de Dieu et donc « lire » l'Homme, comprendre l'Homme et se rendre à la Raison et se conformer au Savoir, c'est être un véritable croyant[27].

Hünkar Hacı Bektaş Veli :

  • « Okunacak en büyük kitap insandir » / « Le plus beau Livre à lire est l'être humain »

Le Prophète était un progressiste en son temps
La sourate 16 verset 58 et 59 condamne l'enterrement des jeunes filles par leur parents qui désiraient des garçons. Bien que cette affirmation soit une évidence de nos jours, comparé aux conditions de vie de son époque, le Prophète apparaît comme un homme de progrès. De nombreux versets du Coran apportent une amélioration des conditions de vie des fidèles de cette époque. Ainsi, l'égalité entre la femme et l'homme est un commandement du Coran et de nombreux versets font référence aux notions de justice et de solidarité. Pour toutes ces raisons, les alévis bektachis privilégient l'imitation de l'état d'esprit progressiste du Prophète à la reproduction des conditions de vie de son époque.

Musahiplik ou Fraternité religieuse[modifier | modifier le code]

Dans le Tasawwouf ou Soufisme, l'objectif est d'atteindre la gnose ou la connaissance d'Allah. Le salut de l'âme (ou sa libération du monde matériel) passe par une connaissance (expérience ou révélation) directe de la divinité, et donc par une connaissance de soi. Pour atteindre cette connaissance d'Allah, le passage par 4 grandes étapes ou « portes » sont nécessaires:
*la Şeriat ou charia : le droit *le Tarikat : la communauté, la voie ou le chemin *la Hakikat : la Vérité ultime ou la Vérité Divine *le Marifet : la connaissance, la gnose. La dernière étape, que l'homme ne peut concevoir qu'à travers la gnose, est atteinte seulement en traversant la porte du Marifet. Cette porte est située au centre du Hakikat c'est-à-dire de la Vérité ultime ou Divine. Cette connaissance résulte de l'Amour (entretien) entre l'homme et Allah et ne peut être atteinte qu'en s'engageant dans le Tarikat.

Le musahiplik est une fraternité religieuse qui amène chaque alevi à avoir un compagnon (Musâhip) avec lequel il est uni pour la vie[29]. Ce lien est considéré comme plus fort que le lien du sang. Dans le cas où deux hommes mariés sont Musâhip, leurs épouses sont également Musâhip. Ces couples se solidarisent tout au long de leur vie. En cas de décès des parents d'un des couples, les enfants sont pris en charge par l'autre couple.

La coutume du Musâhip ou Ahiret Kardesi ("Frère de l'Au-delà") est consacrée par le Pir ou Dede. Les origines de la coutume du musahiplik sont très anciennes. Il semblerait qu'elle ait existé, sous certaines formes, en Asie centrale[30]. Le devoir d'avoir un Musâhip est un "devoir obligatoire". Dans la voie de l'Imam Djafer-i Sâdik, il y a Quatre Portes : Şeriat ou charia, Tarikat, Marifet, Hakikat. Chaque Porte a dix Étapes (Makam). Chacun des membres doit connaître :

  • les Trois Sünnet
  1. Croire en l'unicité d'Allah: « Dilinden Tevhit kelimesini, Allah’ın kelamını eksik etmemek »
  2. Tenir son cœur loin de la suspicion, de la haine et de l'arrogance. Éviter toute hostilité et sentiment de jalousie envers quiconque : « Kalbinden şüpheyi, kin ve kibri uzaklaştırmak, kıskançlık etmemek, kimseye düşmanlık yapmamak »
  3. Se consacrer à la voie : « Yola gönülden bağlı olmak »
  • et les Sept Farz (sept piliers de la maison du Tarikat): un des Farz est d'avoir un Musâhip.

On ne peut devenir Musâhip que si certaines conditions sont remplies[30]. Les deux musâhip doivent parler la même langue, être du même âge, de la même religion, appartenir à la même classe sociale et aux mêmes conditions sociales (un célibataire ne peut devenir le Musâhip d'un homme marié), être du même village, de la même ville ou du même quartier. Les liens qui unissent les Musâhip ont un caractère social : les musâhip doivent s'entraider et aider mutuellement leurs familles, pendant toute leur vie[30].

Tragédie de Kerbala, Mouharram et Ashure[modifier | modifier le code]

Pour les alevi bektachi, les successeurs légitimes du prophète de l'islam sont Ali et sa descendance[31]:

  • Ali est le gendre et cousin du prophète
  • Ali est le premier homme à se convertir à l'islam
  • Ali est le Musahip (Fraternité religieuse) du prophète qui déclare « Tu (Ali) es mon Frère Ici-bas et dans l’au-delà »
  • à Gadir-i Hum (Wadi Rabigh) le prophète désigne explicitement Ali comme son successeur. Mahomet tient les propos suivants:

« Qui aimera Ali, m’aura aimé ; et qui m’aimera aura aimé Allah ; et qui détestera Ali, m’aura détesté ; et qui me détestera aura détesté Allah ».

Or cette succession est mise à mal par les Omeyyades et en particulier par Yazid qui à travers la tragédie de Kerbala montre jusqu’où peut mener l'avidité, la cupidité ou la voracité politique des hommes. Aveuglés par l'amour du pouvoir, les Omeyyades assassinent les petits enfants du prophète et la Bataille de Kerbala marque l'apogée de la cruauté de Yazid. Hussein et ses compagnons y sont massacrés après un siège qui les prive de nourriture et d'eau. Yazid va jusqu’à faire trancher la tête d'Hussein représentant de l'Ahl al-Bayt (la famille du prophète).

Pour les alevi bektachi, les événements de Kerbala marquent une cassure dans l'histoire de l'islam. C'est l'une des premières formes d'intrusion du pouvoir politique dans la sphère religieuse. Muʿāwiyah et Yazid avides du pouvoir utilisent la religion comme un moyen pour maintenir leur autorité et sont à l'origine de la dénaturation de l'islam à travers l'assassinat des descendants du prophète. Aussi, cette intrusion du politique dans les affaires religieuses est une véritable tragédie pour l'islam. D’où l'importance de nos jours du respect de la laïcité pour éviter que l'islam ne soit mis à mal et utilisé comme un moyen politique de se maintenir au pouvoir.

Hussein est le martyr qui s'est sacrifié et n'a pas cédé aux pressions et persécutions de l'oppresseur. Aussi, chaque année, les alevi bektachi commémorent les événements de Kerbala durant le mois de Mouharram marqué par 12 jours de deuil et de jeûne. À travers cette pratique, ils montrent leur amour et leur attachement à l'Ahl al-Bayt (la famille du prophète). Il s'agit non seulement de commémorer et de comprendre les souffrances infligées par les autorités religieuses officielles de l'islam à Hussein mais aussi celles que subissent les douze imams. À travers cette commémoration, le but est de s’imprégner des valeurs humaines et d'augmenter sa connaissance spirituelle afin que de telles souffrances et injustices ne se reproduisent pas. En mémoire de la privation d'eau d'Hussein et de son assassinat par Yazid, le jeune du Mouharram s'accompagne d'une interdiction de boire de l'eau ainsi que celle d’ôter la vie d'animaux pour se nourrir.

Ali Zayn al-Abidin, fils d'Hussein et petit fils d'Ali, ayant survécu aux massacres, la descendance du prophète étant assurée, le deuil de Mouharram prend fin avec l'Ashure symbole de la réjouissance et de la tolérance. L'Ashure ou Achoura est un dessert sacré contenant au minimum 12 ingrédients partagé avec ses proches et ses voisins.

L'allégorie au service de la démarche interprétative[modifier | modifier le code]

L'allégorie du « Banquet des Quarante » ou « Kirklar Cemi »[modifier | modifier le code]

Le « Banquet des Quarante » ou « Kirklar Cemi » est un phénomène métaphysique. Selon le Buyruk, les écrits de Sha Hatai et des Septs Sublimes Poètes (Sept Ulu Ozan), Dieu ou le Hak, invite Mahomet au Miraj ou voyage céleste durant lequel le prophète va à la rencontre du Créateur à l'aide de sa monture Bouraq. Pendant son périple, le prophète reçoit de Dieu du miel, des pommes et du lait. Le miel symbolise l'amour, les pommes l'amitié et le lait l'affection. En chemin, un lion lui barre le chemin et Mahomet se met à penser que si Ali avait été auprès de lui, il l'aurait défendu. Une voix, celle du Créateur ou du Hak, lui dit de jeter son sceau dans la gueule du fauve. Mahomet s’exécute, échappe à l'animal et poursuit son chemin[32].

À la rencontre de Dieu, Mahomet entend dans un premier temps sa voix puis le voit physiquement. À l'écoute de sa voix, il est surprit de sa ressemblance avec celle d'Ali et s'exclame « Ya Ali est-ce que c'est toi ? ». Ce à quoi Dieu lui répond « Je m'adresse à toi avec la voix de la personne qui t'est la plus chère ». Quand le voile se lève, Mahomet s'apprête à voir le Hak mais il voit le visage d'Ali et s'exclame de nouveau « Ya Ali est-ce que c'est toi ? ». Ce à quoi le Hak lui répond « Je ne suis pas Ali mais pour me manifester devant toi je prends la forme de la personne qui t'est la plus chère ». Une fois le Créateur rencontré, Mahomet réalise avec lui quatre-vingt-dix mille « Kalâm » ou entretiens. Chacun de ces entretiens correspond à une révélation de Dieu[32].

De retour du Miraj, Mahomet aperçoit un Dargah et décide de s'y rendre. Il frappe à la porte et une voix lui demande « Qui es-tu ? ». Mahomet répond « Je suis le prophète et je veux vous rencontrer ». De l'intérieur du Dargah, une voix retentit « Va réaliser ta prophétie auprès de ta communauté de croyants, ici il n'y a pas de place pour les prophètes ». Surpris, Mahomet décide de rebrousser chemin lorsque la voix du Hak l'invite à frapper à nouveau à la porte. Le prophète essuie un deuxième échec et, circonspect, il se retourne et s'en va quand la voix du Hak l'invite à nouveau à se présenter à la porte du Dargah. Lorsqu'on lui demande de se présenter, Mahomet répond « Je suis un fakir et le compagnon des pauvres » ce à quoi la porte s'ouvre et une voix lui souhaite la bienvenue dans le Dargah[32].

À l'intérieur du Dargah se trouvaient trente-neuf personnes, dix-sept femmes et vingt-deux hommes. On montre à Mahomet l'endroit où il doit s'assoir. Sans le savoir, il était assis à côté d'Ali. Mahomet demande « Qui êtes-vous ? ». L'assemblée répond « nous sommes les Quarante, les Quarante sont un et chacun d’entre nous est les Quarante » ce à quoi le prophète rétorque « Mais je ne compte que trente-neuf personnes ici ». Sur ces propos, Ali tend son bras et y réalise une petite incision. Une goutte de sang jaillit du bras d'Ali mais aussi de celle des autres participants. Mahomet remarque qu'une larme de sang tombe également par une ouverture extérieure. Il s'agit du quarantième, Salman le Perse, qui se trouve à l'extérieur. Par ailleurs, Mahomet remarque que l'anneau (le sceau ) qu'il jeta au Lion se trouve au doigt d'Ali[32].

Ali tend un raisin à Mahomet et lui dit « Puisque tu es prophète, partage ce raisin en quarante ». Mahomet qui entend à nouveau le Hak saisit le fruit, le presse dans la paume de sa main et fait boire le jus à l'un des Quarante. L'ensemble des Quarante rassasié, ils s'exclament « Allah Allah » et décrivent un système de mouvements circulaire, le Samā‘, autour du prophète ou de son « Nour » (sa lumière)[32].

Les enseignements de cette allégorie[modifier | modifier le code]

Cette allégorie transmet plusieurs messages :

  • Un message d'égalité entre tous les êtres humains : lorsqu'une une goutte de sang jaillit du bras d'un participant, c'est l'ensemble des participants qui saigne[32].
  • Un message d'égalité entre les femmes et les hommes : des femmes (dont Fatma Ana) sont présentes dans l'assemblée des Quarante. Aussi, dans l'alévisme bektachisme, les femmes et les hommes sont égaux devant leur Créateur (commandement du Coran) et réalisent leur prière ou Dhikr (commandement du Coran) dans le même espace. De plus, une femme peut diriger une cérémonie religieuse ou transmettre son savoir théologique à ses disciples. Selon Mustafa Cemil Kiliç, théologien, à l'époque du prophète, les femmes et les hommes réalisaient leur prière ensemble. Cette pratique est abandonnée par le premier Califat après la mort de Mahomet[32].
  • Un message d'humilité : le prophète n'est accepté dans l'Assemblée qu'à la troisième reprise, c'est-à-dire lorsqu'il se présente comme le défenseur et le compagnon des démunis et des nécessiteux. Il donne ainsi un formidable exemple d'humilité en ne mettant pas en avant son statut de prophète. Toutefois, une fois à l'intérieur du Dargah, les Quarante installent Mahomet à la place du Murshid. Cela se traduit de nos jours par l'absence de statut lors de l'entrée dans la Voie ou la Tariqa; l'initié est dépourvu de son statut[32].
  • On ne peut pas matérialiser le Créateur : lorsque Mahomet rencontre Dieu, ce dernier utilise la voix et le visage d'une autre personne (Ali) pour s'entretenir avec le prophète. S'il avait utilisé sa propre voix et son propre visage, alors Dieu aurait été « matérialisable ». Or, le Tout Puissant n'est pas « matérialisable » et c'est pour cette raison qu'il n'a pas de voix ni de visage propre dans cette allégorie[32].
  • Lors de ces entretiens, quatre-vingt-dix mille révélations sont partagées avec Mahomet. Or, le Coran ne compte pas autant de révélations (environ six mille six cents). Aussi, ce passage souligne le fait qu'une partie importante de la révélation de Dieu n'est toujours pas connue[32].
  • Le Samā‘ est une forme de manifestation de l'amour du prophète : Mevlâna décrit l'amour en utilisant la métaphore du papillon. Le papillon tournoie autour du feu et ce tourbillon finit par l'entraîner dans la « lumière » (Nour) du feu où il se consume. Ainsi, dans cette assemblée, l'amour des Quarante pour leur prophète se manifeste par le Samā‘, c'est-à-dire un système de mouvements circulaires autour de sa « lumière » ou de son « (Nour) »[32].

Lieu de prière et prière[modifier | modifier le code]

Le lieu de culte des alevis bektachi est le cemevi ou maison de jam (Bayt-ul Jam), une maison adaptée à la communion. La prière est nommée le cem (prononcé djème de l'arabe jam qui signifie rassemblement, communion). Étymologiquement, « cemevi » et « mosquée ou camii » ont le même sens en arabe : lieu de réunion. Les cemevi n'ont pas de minaret.

Les cemevi les plus anciens connus à ce jour en Turquie sont:

Dans les cemevi, les croyants pratiquent le zikr (ou dhikr), c'est-à-dire la pratique qui avive le souvenir de Dieu. Le zikr est au cœur de la pratique du soufisme. La cérémonie du cem est l'occasion pour les initiés :

  • de faire revivre la Passion d'Ali, de la Sainte famille (Ahl al-Bayt) et le Banquet des Quarante en exprimant l'unicité de Dieu, Mahomet et Ali.
  • de distinguer le « Hak » (Dieu; le droit, la justice, la raison) du « batil » (le faux)
  • de s'exercer au renoncement, de se repentir ou de « mourir avant de mourir » (injonction du Prophète)
  • de prendre part au semah sur les rythmes du bağlama (saz) pour se rapprocher de Dieu
Le lieu de prière

Il existe des lieux de prière, « mescid » ou « masjid », depuis les débuts de l'Islam[24]. En 622, le prophète s'installe à Medine et fait construire un masjid. Ce masjid est construit avec la solidarité d'un grand nombre de croyants, sans excès et avec humilité. Il n'y avait ni minaret, ni décorations, ni faste (luxe). Très vite, les mosquées deviennent un lieu de propagande de groupes voulant suivre des voies politiques différentes. D'où l’ordre de Mahomet de détruire le Masjid al-Dirar :

  • Sourate 9 (At-Tawba) :
    • verset 107 : « Il en est qui ont édifié une Masjid par rivalité et par impiété pour semer la discorde entre les croyants et faire de ce lieu le repaire de celui qui, auparavant, avait combattu contre Dieu et Son Prophète. Ce sont ces gens-là qui, aujourd’hui, viennent jurer de toute leur force qu’ils ne voulaient faire que du bien, alors que Dieu est Témoin qu’ils ne racontent que des mensonges !
    • verset 108 : « Ne fréquente jamais une telle Masjid ! Car il en est une autre qui a été fondée dès le premier jour, sur la crainte révérencielle du Seigneur et qui est plus digne de ta présence. On y trouve des hommes qui aiment se purifier, et Dieu aime ceux qui sont propres ».

La participation aux cérémonies du cemevi est normée :

  • pas de discrimination entre les sexes : hommes et femmes prient ensemble et sont égaux devant leur Créateur
  • ne sont pas admis les oppresseurs (zalim) , ceux qui disposent d'un gain illicite (haram), les personnes qui ne sont pas en bon termes
  • 12 exécutants sont chargés du bon déroulement de la cérémonie religieuse (12 services) du cem[34]:
    • Mürshid : c'est le dede qui dirige le cem et qui dicte la prière
    • Rehber : c'est aussi un dede dont la fonction est d'aider le Mürshid
    • Ozan ou Zakir : c'est le barde ou le chantre qui dit les nefes et les deyishs
    • Süpürgeci : « le balayeur »
    • Delilci ou Tcheragdji : il s'occupe des chandelles
    • Gözcü : il s'occupe de l'ordre dans le cem
    • Kapıcı : chargé de garder la porte et de placer les gens venus en retard
    • Sofracı : il s'occupe du repas, on l'appelle aussi kurbandji ou lokmadji
    • Meydancı : il s'occupe de la propriété et montre leur place aux gens
    • Saka: il est chargé de distribuer l'eau en souvenir du martyr de Hussein ou Al-Hussein ibn Ali
    • Peyik : il appelle les gens aux cem et s'occupe de la préparation du cem
    • Semahcı : il s'occupe du semah
Le salat (la prière)

Le Coran, source principale de l'islam, ne mentionne pas précisément la salat (prière) : ni la forme, ni à quelle heure de la journée elle doit être pratiquée, ni la rekât (série de mouvements rituels qui forment le namaz)[24]. Le Coran précise que le croyant doit réaliser son culte la nuit, à une heure ne perturbant pas les horaires de travail, le jour étant consacré au travail :

  • Sourate 17 (Al-Isrâ’) verset 78 : « Acquitte-toi de la salât du déclin du soleil jusqu’à la tombée de la nuit, sans oublier de réciter une partie du Coran à l’aube, car la récitation du Coran à l’aube ne se passe jamais sans témoins ».

Le Coran ne contient aucune indication concernant les «  cinq prières quotidiennes », aussi les « cinq prières quotidiennes » ne sont pas un commandement d'Allah mais une modification de l'islam originel[24]. Pour Yasar Nuri Ozturk, théologien sunnite, « la forme actuelle du namaz est largement déterminée par les Emevi (Omeyades). Même Anas ibn Malik, compagnon du Prophète, se plaint de l'altération de la « salat » par les Emevi (Omeyades) »[35].
De plus, aucun verset ne commande au croyant de réaliser la salat pendant la journée. Par ailleurs, aucun verset ne décrit le namaz sous sa forme actuelle pratiquée dans les mosquées : le Coran utilise le terme « salat » qui signifie « prière » sans préciser la forme de celle-ci.

Déroulement du rituel du cem :

  • Invocation des maîtres de l'ordre et bénédiction du djemevi
  • Nefes de kul Himmet et de Virani et évocation de l'initiation
  • Sourate de l'unicité et fatiha, louanges au prophète et aux douze imams
  • Invocation d'Allah et des douze imams
  • Imploration du pardon et du secours
  • Proclamation de l'unicité (tevhid ou tawhid)
  • Louanges au prophète et aux douze imams
  • L'ascension céleste et l'assemblée des Kırklars
  • Semah des Kırklars
  • Bénédiction
  • Samâ' des grues cendrées (turnalar semahi)
  • Invocation des saints
  • Bénédiction
  • Commémoration du drame de Kerbela
  • Invocation de la sainte famille et prière propitiatoire

Dans l'alévisme et le bektachisme, Ali ibn Abi Talib est commémoré en étant nommé « Shah », qui signifie « roi » en persan ancien. Il est également appelé « Shah-i-Mardan », « le sultan des braves ou courageux ». Ali ibn Abi Talib et Mahomet étant considérés comme la manifestation de la lumière de Dieu, certaines prières ou gülbeng commencent par « Bismişah » au lieu de « Bismillah ».

Contrairement à l'islam sunnite qui reste fidèle à la langue du Coran dans tous les domaines de la vie religieuse[3], les alevi et les bektachi utilisent leur langue maternelle pour une meilleure compréhension des textes sacrés.

Le Semah[modifier | modifier le code]

Le semah, système de mouvements circulaire et sacré des alevi bektachi
Le semah alevi bektachi reflète le fait que tout est en mouvement dans l'Univers

D'un point de vue mystique, le semah alevi bektachi reflète le fait que tout est en mouvement dans l'Univers[31]. Ainsi, selon Mevlana, « Tüm evren semah döner » : rien ne reste en place et tout est en perpétuel changement. Le semah est une forme de Dhikr ou Zikr durant lequel le croyant reproduit le mouvement du Cosmos et réalise sa prière relatant l'unicité du Créateur au rythme du baglama et de cantiques, sans aucune distinction de genre humain (homme/femme, langue, ethnie, religion). Les bras écartés, la main droite tournée vers le ciel et la main gauche tournée vers le sol représentent le croyant qui répand sur Terre et donc à toute l'Humanité ce qu'il reçoit de son Créateur.

Pour Ahmed Yesevi ou Ahmed Yasavi, « İnsanda, eğer aşk ve vecd hali yoksa semahta yoktur  », autrement dit: « S'il n'ya pas d'amour (entretien avec le divin) et d'oubli de soi dans l'amour divin, il n'y a pas de semah ».

Le Semah, système de mouvements circulaire et sacré[36], reflète également le vol du turna (grue cendrée). Cet oiseaux migrateur est le symbole:

Les prières[modifier | modifier le code]

Les Sourates du Coran récitées lors des cérémonies dans les cemevi[modifier | modifier le code]

Lors des cérémonies alevi bektashi certains versets des sourates suivantes sont récitées: Fatiha (al-fātiḥa), Bakara (al-baqara), Âl-i-Imran (āli ʿimrān), En'am (al-anʿām), Ar'af (al-aʿrāf), Yûnus (Yūnus), Ibrahim (Ibrāhīm),Isra (al-isrāʾ), Kehf (al-kahf), Taha (ṭa ha), Enbiya (anbiyāʾ), Müminûn (al-muʾminūn), Furkan (al-furqān), Suara (aš-šuʿarāʾ), Neml (an-naml), Kasas (al-qaṣaṣ), Sebe (sabaʾ), Fatir (fāṭir), Saffat (aṣ-ṣāffāt), Zümer (az-zumar), Mümin (ġāfir), Ahkaf (al-aḥqāf), Hasr (al-ḥašr), Mümtehine (al-mumtaḥana), Tahrim (at-taḥrīm), Nuh (nūḥ), Felak (al-falaq),Nas (an-nās)[37].

Les Gülbang (prière)[modifier | modifier le code]

Harmonie du cem et union des cœurs[modifier | modifier le code]

En turc[37]:

« Bismişah, Allah, Allah.
İbadetlerimiz kabul ola. Secdelerimiz meleklerin yaptığı secde ola.
Meydanlarımız abad ola, gönülerimiz iman ola. Cemlerimiz Kırklar Cemi ola.
Evrenin yaratıcısı o yüce Hakk, Muhammed Mustafa'nın, Aliy'ül Murteza'nın şefaatlarından mahrum etmesin.
Müminlerin anası Hatice't-ül Kibriya, Fatime't-ül Zöre, huzuru mahşerde bizlerin yardımcısı olsunlar.
Yüce Allah cümlemizi ve cümle muhibbanı, resulu kibriyanın, Şahı Evliya'nın, Ehlibeyt'in hürmetine,
cehennemin narından, şeytanın şerrinden, kabir azabından, zalimin zulmünden, kâfirin küfründen,
haksızın nekrinden, ateş ve afetlerden, görünür görünmez kazalardan belalardan, saklasın, beklesin, korusun.
Eli erde, yüzü secdede, Allah, Allah diyenlerin, Hakk alemin dilden dileklerini, gönülden muratlarını versin.
Ey yüce Allah, Adem-i Safuyullah, Nuh-u Naciyullah, İbrahim-i Halilullah, İsmail-i Teslimullah, Musa-i Kelâmullah,
İsa-hi Ruhullah, Muhammed-i Habibullah, Aliy'el Veliyullah yüzü suyu hürmetine, emeklerimizi boşa verme,
bizi doğru yoldan ayırma, dertlerimize derman, hastalarımıza şifa eyle.
Kerbela'da susuz şehit düşen erenlerin evliyaların yüzü suyu hürmetine, bilerek bilmeyerek yaptığımız günahlarımızı af eyle.
Korktuğumuza uğratma, umduğumuza nail eyle. Gökte hayırlı rahmet, yerden hayırlı bereket ihsan eyle, ya Rabb.
Üçlerin, Beşlerin, Yedilerin, Oniki İmamların, Ondört Masum-u Pakların, Onyedi Kemerbestlerin, Kırkların katarından, didarından ayırma.
Onların hürmetine, milletimizin, toplumumuzun birlik ve beraberliğini bozma, huzur ve sükûnet nasip eyle, ya Rabb.
Bütün geçmişlerimize rahmet, geleceğimize selamet ihsan eyle. Emeklerimizi boşa verme, dualarımızı dergâh-ı izzet'inde kabul eyle.
Nur-i Nebi, Kerem-i Ali, gülbankı Seyyid Mahmudi Hayrani. Dil bizden, şefaat Hz. Muhammed'den olsun.
Gerçeğe Hüü, mümine ya Ali, yatan şehitler uyansın.
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah, Allah, Allah!

















. »

Gülbang d'ouverture du Cemevi[modifier | modifier le code]

En turc[37][38],[39]:

« Bismişah, Allah, Allah!
Çerağ‐ı ruşan, Fahr‐i dervişan, Mana‐i Piran, kuvvet‐i Abdalan, selamet‐i gariban,
huzur‐u hâzirun, kaanun‐u evliyâ, nur‐u âl‐i âba Allah Allah.
Akşamlar hayr ola, hayırlar feth ola, şerler def ola, müminler ber‐murad ola,
münafiklar berbad ola, demler daim, cemler kaim ola, ibadetlerimiz makbul ola,
Üçler, Beşler, Yediler, On Iki Imam, On Dört Masum-i Pak,
On Yedi Kemerbest Efendilerimiz şefaatçimiz ola, çerağ‐ı kanun‐u Evliyâ ebedi ola,
Nur‐u Nebi Kerem‐i Ali Pirimiz Hünkâr Hacı Bektaş Veli ve gerçek erenler demine devranına Hû.
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah, Allah, Allah!







. »

Gübang de début de cem[modifier | modifier le code]

En turc[37]:

« Bismişah, Allah, Allah!
Akşamlar hayır ola, hayırlar fethola, meydan âbad ola, sırlar mestur ola, gönüller mesrur ola,
fakir fukara mamur ola, Er Hak Muhammed Ali yardımcımız gözcümüz bekçimiz ola,
On Iki Imam, On Dört Masum‐u Pak, On Yedi Kemerbest efendilerimiz katarlarından didarlarından ayırmaya.
Pirimiz Üstadımız Hünkâr Hacı Bektaş Velî, Balım Sultan Efendilerimiz muin ve dest‐girimiz ola,
üçlerin, beşlerin, yedilerin, kırkların ve Ricalülgayıb erenlerinin,
Kutbül-aktab efendilerimizin hayır ve himmetleri sefa nazarları üzerimizde hazır ve nâzır ola,
Allah erenler münkir münafık şerrinden, şeytanın mekrinden emin ve hıfzı himaye eyliye,
iki cihanda korktugumuzdan emin, umduğumuzu nail eyleye.
Dertlerimize derman, gönüllerimize iman, hastalarımıza şifa, borçlarımıza edalar ihsan eyleye.
Zümre‐i Salih'den, Güruhu Naci'den eyliye.
Allah erenler devlet ve milletimizin kılıcını keskin, sözünü üstün eyliye,
gökten hayırlı rahmetler, yerden hayırlı bereketler ihsan eyliye.
Niyazlarimizi (lokmaları) kabul eyliye, hizmetlerinizi zaya götürmeye,
dualarımızı dergâh-ı izzetinde kabul eyleye, vaktimiz hayırlı gele.
Dil bizden nefes Hazreti Hünkâr Efendimizden ola. Yuh münkire, lanet Yezid’e, rahmet mümine.
Nûr-ı Nebi, Kerem-i Imam-ı Ali, Pirimiz üstâdımız Hünkar Hacı Bektaş-ı Veli, gerçekler demine Hû...
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah, Allah, Allah!















. »

Gübang de fin de cem[modifier | modifier le code]

En turc[37][39]

« Bismişah.. Allah, Allah... Allah-Muhammed-Ali...
Pirimiz, üstadımız Hünkar Hacı Bektaş-ı Veli.
Saklaya, bekleye, göre, gözete; neyleyim, nideyim dedirtmeye...
Hastalara şifalar, dertlilere devalar, evlat isteyene hayırlı evlatlar,
devlet isteyene hayırlı devletler ihsan ederek;
deryada denizde, top-tüfek ağzında, sahrada-çölde-girdapta kalıp da,
“Ya Ali, cârımıza yetiş!” diyenin cârına imdadına yetişesin; darda buğda koymayasın...
Cemi cümle Ümmet-i Muhammed ile eşimizin, dostumuzun, tâlibimizin, muhibbimizin ağız tadlarını bozmaya;
elem, keder vermeyerek, daim bugünlere çıkmamızı nasip ve mukadder eyleyesin.
Yâ Rabb-el-Alemin! Envâr-ı âşıkan, nusret-i piran, mürşid-i safiyân, kutb-ül ârifin,
Hazret-i Hünkar Hacı Bektaş-ı Veli ve kâşif-ül-Kerâmât-ı zâhir ve bâtın
Es-Sultan Seyyid Hıdır Abdal bin-i Karaca Ahmed Sultan bin-i Es-Seyyid Nureddin Seyyid-i
sâdâtlarinin hürmetlerine, hayırlı huzur ve refahlar eyleyesin!
Ali'nin inâyetinden, Muhammed'in şefaatinden mahrum koymayarak; âlimlerin, âbidlerin, pirlerin şefaatiyle yargılayasın.
Nûr-ı Nebi, Kerem-i Imam-ı Ali, Pirimiz üstâdımız Hünkar Hacı Bektaş-ı Veli, gerçekler demine Hû...
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah, Allah, Allah!














. »

«Ikrar vermek»[modifier | modifier le code]

La prière récitée par l'initié pour marquer son entrée dans la communauté alevi-bektashi et jurer son attachement et sa fidélité aux préceptes.

En turc[37]:

« Bismişah!
Hamdülillah kim ben oldum bende-i Al-ı abâ
Canı dilden aşk ile hem çâker-i Al-ı abâ.
Rah-ı zulmetten çıkıp doğru yola bastım kadem.
Hâb-ı gafletten uyandım can gözüm kıldum küşa.
Mezhebim haktır, Caferidir, gayriler batıldır.
Pirim üstadım Hacı Bektaş Veli kutbul evliya.
Sevdiğim On Iki Imam, ben Güruhu Nacidenim.
Yetmiş iki fırkadan oldum beri.
Dahi cüda hak deyip bel bağladım, ikrar verip erenlere.
Rehberimiz oldu Muhammed, mürşidimdir Murtaza.
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah!










. »

«Hakka yürümek»[modifier | modifier le code]

Les alevi bektashi utilisent l'expression «Hakka yürümek», s'en aller vers le Hakk (la Vérité) ou retourner à son essence, pour désigner le décès d'une personne. Dans le concept de Wahdat al-wujud l’être entier est à Dieu, et la création ne fait qu’exister ex-istare, c’est-à-dire sortir de l’Être divin pour y retourner à la mort.

Lors de la cérémonie d'enterrement, une prière, le "Telkin duasi", est récitée:

En turc[37]:

« Bismişah! Allah Allah!
Ey canı teninden ayrı düşen kişi!
Bilirsin ki, Tanrı'dan başka tapılacak ilah yoktur.
Yine bilirsin ki, Hz. Muhammed Mustafa, Tanrı'nin kulu ve resulüdür; inanlara tebliğci olarak gelmiştir.
Ve yine bilirsin ki Şah'ı Merdan Ali, Tanrı'nın velisidir.
Hem gene bilirsin ki, On Iki Imamlar, Hak ve gerçektir.
Kuşkusuz ki, cennet Hak'tir, cehennem Hak'tir.
Ve öldükten sonra dirilmek Hak'tır ...
Ey canı teninden ayrı düşen kişi!
Bilmiş ol ki ulu Tanrı, tüm ölmüşleri diriltecek, mahşer günü biraraya toplayacaktır.
Bundan kuşku duyma sakın.
Ey bedeni toprağa koyduğumuz can!
Sakın verdiğin ikrarı unutma ve ikrarından dönme!
Bil ki, Rabbin, tek yaratıcı Tanrı'ndır.
Ondan başka Tanrı yoktur.
Dinin Islam, Peygamberin Mustafa'dır.
Imamın ise, Hz. Ali ve O'nun evlatlarıdır.
Kitabın Kur'an-ı Kerim'dir.
Ve tüm inanıp iman etmiş senin kardeşlerindir.
Ey bedeni toprağa koyduğumuz can!
Sığınacağın tek yer, seni yaradan Tanrı'ndır.
Şu an onun koynundasın, aslına döndün.
Ondan korkma.
Çünkü O, bağışlayandır, esirgeyendir, koruyup, kollayandır.
Biz O'na teslim ettik seni.
Sen de O'na teslim et kendini, huzur içinde yat! ...
 »

Essaie de traduction:

« Bismşhah, Allah, Allah!























. »

Gübang du «Nevruz»: nouvel an[modifier | modifier le code]

Le Norouz (Nevroz, Nowrouz, Nooruz, Navruz, Nauroz ou Nevruz) qui correspond au premier jour du printemps est une fête qui symbolise le renouveau en Asie Centrale, en Iran et au Kurdistan. Chez les alevi le Nevroz correspond également à la date anniversaire de la naissance de Ali ibn Abi Talib.

En turc[37]:

« Bismişah! Allah! Allah!
Nevruz-Sultan, mevlüd-ü Şah'ı Merdan.
Allah Allah!
Vakitler hayrola, hayirlar fethola, şerler defola,
Hak erenler yıllarımızı mübarek eyliye,
Meydanlarimizi şen, gönüllerimizi ruşen eyliye.
Hak Muhammed Ali soframızdan yâranımızı eksik etmiye.
Tuttuğumuz işleri asan ve gönüllerimizin umduğunu ihsan eyliye.
Hazır, gâib, zahir, batın Hak erenlerin hayr nimetlerini üzerimizde sayebân eyliye.
Ehl-i Beyt düşmanlarını berbad eyliye.
Münkir münafık nâ-murat eyliye.
Muhiblere kötülük düşünen münkir münafık ve müfsid'in boynundan Zülfikar-ı Haydar-ı Kerrar eksik olmaya.
Yuh münkire, lânet Yezid'e, Rahmet Mü'mine, Hak erenler demine Pir'an keremine Hû...
 »

Essaie de traduction:

« Bismişah! Allah! Allah!










. »

Chef spirituel[modifier | modifier le code]

Le chef spirituel est le dede, ou Seyyid (Sayyed), descendant du Prophète Mahomet par un des 12 imams (Ahl al-Bayt). Selon le Buyruk (« le commandement » en turc), le livre de référence pour la religion et « la façon de vivre » dans l’Islam alevi, le dede est un descendant du Prophète (ocakzade). Le Buyruk contient les versets coraniques, les citations du prophète et des 12 imams et les principes de l’alevisme. Le rôle du dede est de faire appliquer le droit religieux, de conduire les cérémonies et de prêcher.

Chez les bektachi, le dede se nomme baba (en turc, « père »). Dans la confrérie bektachi, le « baba » (chef religieux) est élu par la communauté du dergah.

Le dede, littéralement « grand-père » en turc, est le chef religieux et spirituel de l’alévisme. Il est le représentant d’un ocak (foyer). Pour être dede il faut obligatoirement descendre de Mahomet donc être un seyyid.
L'institution des dede est basée sur une hiérarchie à trois niveaux:

  1. Murshid
  2. Pir
  3. Rehber

Dans la pratique seuls les dede ayant acquis une connaissance approfondie de la "voie" (yol) officient. Les dede ne sont en aucun cas les représentant d'Allah ou du prophète. Pour les alevis, nul ne peut parler au nom d'Allah ou de son prophète. Nul ne peut s'interposer entre l'homme et son Créateur et prétendre parler en son nom. Les Dede, par leur connaissance, guident l'impétrant dans son initiation le menant à la Hakikat.

Par ailleurs, la connaissance spirituelle est également diffusée par des femmes à travers les Ana, descendante ou épouse de dede. Littéralement ana signifie mère à l'image de Fatma Ana ou Fatima Zahra.

Les différents jeûnes[modifier | modifier le code]

  • 10/12 jours de jeûne de Muharrem, pour commémorer le martyre de Al-Hussein ibn Ali
  • 3 jours de Masum-u Pak
  • 3 jours de Madad Muruwwat (medet muruvvet)
  • 0/1/3/9 jours (selon les ocak) pendant le Ramadan pour commémorer le martyre d'Ali ibn Abi Talib, cousin et gendre de Mahomet et la descente du Coran
  • 3 jours de jeûne de Hizir (en arabe : khiḍr, vert) en l'honneur du Prophète Hizir
  • jeûne des 48 jeudis de l'année lunaire

Hizir, Khezr ou Al-Khidr est très présent dans l'alévisme et la mystique musulmane, le « tasawwuf ».

Le hadj : la véritable Kaaba est le cœur de l'homme[modifier | modifier le code]

Chez les alévis le hajj formel (pèlerinage à La Mecque) n'est plus une obligation rituelle soutenant le véritable pèlerinage autour de la véritable Kaaba : le cœur de l'homme. Ainsi les pèlerinages aux tombeaux des saints prévalent.

  • Hünkar Hacı Bektaş Veli : « Mille pèlerinages à la Kaaba ont moins de valeur que la conquête d'un seul cœur. »
  • Hünkar Hacı Bektaş Veli : « "Quoique tu cherches, cherche-le en toi, il n'est ni à Jérusalem, ni à la Mecque, ni dans le pèlerinage". »

Les alevis se rendent également dans des lieux saints naturels:

Courants et personnalités ayant influencé l'alévisme et le bektachisme[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hachim ibn Abd Manaf
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hachémites: descendants des Quraych ou Kureyş, tribu de Mahomet et de Ali ibn Abi Talib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Abd al-Muttalib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amina bint Wahb
 
 
 
 
 
 
'Abdullah ibn 'Abdil-Mouttalib
 
Abû Tâlib
 
Ez-Zûbeyr
 
Hamza ibn Abd al-Muttalib
 
Al-Abbas ibn Abd al-Muttalib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khadija bint Khuwaylid
 
 
 
 
 
 
Mahomet
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Abd Allah ibn Abbas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fatima Zahra
 
Ali ibn Abi Talib
 
 
 
 
 
Khawlah bint Ja'far al-Hanafiyyah
 
`Alî bin ʿAbd Allâh
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Salman le Perse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Al-Hassan ibn Ali
 
Al-Hussein ibn Ali
 
Muhammad ibn al-Hanafiya
 
 
Abbassides
 
Muhammed "el-İmâm" bin `Alî bin el-`Abbâs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hasan ibn Zayd ibn Hasan
 
Zeyyîd bin Hasan
 
Hasan el-Mû'tenâ
 
Ali Zayn al-Abidin
 
Kaysanites
 
 
Abu Muslim al-Khurasani
 
Zoroastrisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alavî du Taberistan
 
Hasan ibn Zayd
 
 
ʿAbd Allâh el-Kâmil
 
Muhammad al-Bâqir
 
Zayd ibn Ali
 
Sinbâd’îyye
 
Neo Mazdakisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
İbrahim bin ʿAbd Allâh
 
 
Muhammad al-Nafs al-Zakiya
 
Idris Ier
Idrissides (Zaïdisme)
 
Imamat
 
Zaïdisme
 
Al-Muqanna
 
Khurramiya
(Babak Khorramdin)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yahya bin ʿAbd Allâh
 
 
Dhul-Nûn al-Misri
 
Jabir Ibn Hayyan
 
Ja'far al-Sâdiq
 
 
Hasan bin Zeyd’ûl-Alevî
 
Qizilbash
 
Gnosticisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bayazid Bastami
 
 
ʿAbd Allâh bin Câʿfer el-Eftâh
 
Ismaïl ben Jafar
 
Musa al-Kazim
 
 
 
 
 
 
Çepni
 
Tahtacı
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eftâhisme
 
Ahmad al-Wafi (Abadullah)
 
Muhammad ibn Ismâ`îl (chiisme septimain)
 
Ali ar-Rida
 
 
 
 
 
 
Alavides du Taberistan
 
Malamati du Khorassan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Muhammed bin ʿAbd Allâh el-Eftâh
 
Muhammad at-Taqi (Ahmed ibn Abadullah)
 
Ismaélisme (chiisme septimain)
 
Muhammad al-Jawad
 
 
Tavvûs’îyye
 
Batinisme(Ismaélisme Batinite)
 
Ésotérisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Soufisme
 
Rabi Abdullah
 
 
Hamdân Kârmat de Koufa (Qarmates/Chiisme septimain)
 
Ali al-Hadi
 
 
Vâkıf’îyye
 
Culte de Mithra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mandéisme
 
Ubayd Allah al-Mahdi
 
Ebû-Saʿid Hasan bin Behrâm Cennâbî (Bahreyn)
 
Hasan al-Askari
 
Muhammed‘bin’Ali al-Hadi
 
Mahométisme ou Muhammed’îyye
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Muhammed ed-Derezî
 
Fatimides
 
Qarmates (Chiisme septimain/Qarmates)
 
Muhammad al-Mahdi
 
FazlʿAllâh Esterâbâdî (Nâimî)
 
 
Ibn Nusayr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Druzes
 
Mustaliens
 
Nizârites
 
 
Chiisme duodécimain
 
Hurufisme
 
 
Alaouites
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hâfızî’yye
 
Abû al-Qâsim al-Tayyib
 
 
Nasir e Khosraw
 
 
 
 
 
Muhammed Kebir Azizî
 
 
Kabbale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Abu al-Hassan al-Kharaqani
 
 
 
Dawoodi Bohras
 
 
Alévisme de Pamir ou du Turkestan
 
 
 
 
Tâcü’l-Ârifîn Ebu’l Vefâ (Vefâ’îyye)
 
 
Mahmud Pâsikhânî
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Shams ed Dîn Tabrîzî
 
Batinisme
 
Sabbah’îyye d'Alamut
 
 
Les Douze Imams
 
 
Baba Ilyas (Babâ’îyye)
 
 
Nûktâv’îyye
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mevlânâ Celâl’ed-Dîn-i Rûmî
(Ordre mevlevi)
 
 
Uwais al-Qarni Suhrawardiyya
 
 
Hasan-ı Basrî
 
 
Sheikh Zahed Gilani Khalwatiyya/Zahed’îyyah
 
 
Çehariyâr (Sari Saltik, Lokman Baba, Aybek Baba et Behlül Baba)
 
 
Saiyid Imad-ad-din Nassimi (Hurûf’îyye)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hadrat Abu Yaqub Yusuf Hamdani Melâmet’îyye ou Malamati/Chaféisme
 
 
Mansur al-Hallaj (Anal Haq)
 
 
Cûneyd El-Bağdâdî
 
 
Safi al-Din Ardabili Safavieh
 
 
Baba Ishak(İshak’îyye)
 
 
Dedebabalık (Bektaş’îyye)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ahmed Yasavi
Yesevisme/Melâmet’îyye
 
 
Wahdat al-wujud
 
 
Abd al Qadir al-Jilani Qadiriyya/Hanbalisme
 
 
Sheikh Sadr al-Din Musa / Safavieh
 
Hâmid’ûd-Dîn-i Veli / Hacı Bayram-ı Veli
 
 
Ahmed ar-Rifa'i (Rifa'iyya)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qutb ad-Di-n Haydar Qalandariyya/Yesevisme
 
Ibn Arabî (Al Akbariyya/Malikisme)
 
 
Nématollahi (Qadiriyya)
 
 
Şeyh İbrahim Sheikh Junayd / Sheikh Haydar
 
 
Bayramiyya/Jelveti Aziz Mahmud Hudayi
 
 
Sari Saltik (Saltuk’îyye)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Haci Bektas Veli
Haydarisme/Al Akbariyya
 
 
Sadr al-Dîn al-Qûnawî (Al Akbariyya)
 
Ni‘metullâh’îyye
 
Sultân Ali Mirza Séfévides / Ismail Ier
 
 
Aybek Baba
 
 
Galip Hassan Kuscuoglu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ahilik / Ahi Evren
 
 
Qizilbashisme
 
Nématollahi
 
İsnâ‘aşer’îyye ou Chiisme duodécimain
 
 
Burak’îyyûn (Barak Baba)
 
 
Ordre Galibi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Taptuk Emre formateur de Yunus Emre
 
 
Abdal Musa
 
Burhan’ed-Dîn Hâlil’ûllâh
 
 
 
 
Alévisme d'Anatolie
 
 
Yazdanisme ou "Alévisme Kurde"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yunus Emre
 
Balim Sultan
 
 
 
 
 
 
Nâdir Châh
 
Sultan Sahak
 
 
Sheikh Adi ibn Musafir
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kaygusuz Abdal
 
Bektaş’îyye ou Bektachisme
 
Nûrbakş’îyye (Javad Nurbakhsh)
 
Jafarisme ou Câʿfer’îyye
 
Yârsânisme
 
 
Yézidisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Âli’îyye ou Tekke Demir Baba en Bulgarie
 
 
Harabât’îyye ou Tekke Arabati Baba en Macédoine
 
 
 
 
 
 
 
Louvite
 
 
Kabbale ou kabbalisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pir Sultan Abdal
 
Celâl’îyye ou révoltes Celali
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ichikisme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kul Himmet
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ordres et confréries alevi bektashi[modifier | modifier le code]

Pir Sultan Abdal

Pir Sultan Abdal (1480-1550) est un célèbre poète turc Alevi du 16ème siècle. La beauté et la richesse de ses vers reflète la vie sociale, culturelle et religieuse du peuple anatolien. Humaniste, il écrit au sujet de la résistance, l'amour, la paix, la mort et Dieu. En raison de sa révolte contre l'autoritarisme du pouvoir ottoman et sa proximité avec le Chah Ismail Ier ou Chah Hatayi il fut pendu par le pouvoir central en 1550.

  • Les bektachi Tchelebi
  • Les bektachi de l'ordre Babagan (fondé par Balim Sultan)
  • Les odjakzade (ordre des ocak/odjak):
1 - Baba Mansurlular
2 - Kureyşanlılar: descendants des Quraych ou Kureyş, tribu de Mahomet et de Ali ibn Abi Talib
3 - Pir Sultanlar
4 - Ağuçanlar (Ağu İçenler)
5 - Sarı Saltıklar
6 - Üryan Hızırlar
7 - Derviş Cemaller
8 - Seyitsabunlar
9 - Sinemilliler
10 - Şeyh Ahmet Dedeler
11 - Dede Karkınlar
12 - Hıdır Abdal Ocağı

Chaque communauté est placée sous la dépendance d'un foyer (ocak), instance qui désigne un maître spirituel et sa discipline[3]. Les fondateurs des foyers sont d'origines diverses : on y trouve des dignitaires bektachi (Sari Saltik, Dede Kargin), un des douze imams ou un grand poète (Pir Sultan Abdal)[3]. Les alevi font remonter la généalogie mythique de ces fondateurs de foyers au Prophète. Chaque dede ou descendant du foyer (ocakzade) se voit attribuer un certain nombre de communautés qu'il visite une fois par an pour officier lors du rituel d'initiation ayin-i cem[3].

Relations avec les sunnites[modifier | modifier le code]

Les Alevi Bektachi respectent et acceptent les lieux de prières (mosquée) et la forme de prière (namaz) des croyants sunnites et chiites et plus largement de toutes les croyances. Ainsi en Turquie pour une prière réalisée à la mosquée la formule « Allah kabul etsin » (« Que Dieu accepte ta prière ») montre ce respect. En retour les alevi attendent ce même degré de respect et d'acceptation. Les griefs alevi ne s'adressent pas à leurs concitoyens sunnites mais aux autorités politiques et religieuses qui refusent toujours une reconnaissance officielle de leur culte et privilégient une politique d'assimilation[32]. Les relations entre les alevis et la grande majorités de leurs concitoyens sunnites sont bonnes. Outre les similitudes théologiques, de grandes figures comme Ahmed Yasavi, Djalâl ad-Dîn Rûmî et Yunus Emre sont une référence aussi bien pour les alevi que pour les sunnites. Toutefois les alevi se plaignent d’être l’objet de pressions plus ou moins violentes de la part d’une mouvance sunnite radicale. Ces derniers, instrumentalisés par l'Etat à des fins politique, sont à l'origine des pogroms à l'encontre des alevis[40].

Présence alévie bektachi[modifier | modifier le code]

Répartition géographique des Alévis en Turquie.
Turquie: part des Alévis dans la population totale: cette carte montre les provinces turques avec un taux élevé d'Alévis (niveaux bleu) et d'autres provinces avec un taux plus faible (<10%) (blanc).
Répartition géographique des Alévis en Bulgarie
Tekke Sari Saltik(Alperenler Tekkesi) à Blagaj, Bosnie-Herzégovine
Tombeau de Gül Baba à Budapest en Hongrie

La grande majorité des alévis sont d’origine turque et turkmène (environ 70 à 80 %). On trouve également des alévis d'origine kurdes kurmandji et zazas qui comme les kurdes appartiennent à la famille des langues indo-européennes. Dans les Balkans, une partie importante des Albanais et de petits groupes bosniaques sont bektachis. Il existe également des communautés alévies en Bulgarie.

L'aire d'influence de l'alevisme eut d'abord pour cadre la société nomade, puis au fil des politiques de sédentarisation forcée menées par le pouvoir central ottoman, le monde rural[3]. En contrepoint, le bektachisme apparaît plutôt comme un phénomène urbain : à travers son influence auprès du corps de janissaires d'une part, et d'autre part, à travers l'organisation de sa structure monastique dont les cités ottomanes fournissent le cadre[3].

Turquie[modifier | modifier le code]

En 1826, date des massacres qui mirent fin au corps des janissaires, étroitement associés à l'ordre des Bektachi, l'Empire ottoman comptait sept millions d'alevi bektachi[3]. Aucune source statistique de l'ère républicaine ne fournit aujourd'hui des indications fiables permettant une évaluation démographique de cette minorité. L'islam alevi bektachis constitue la seconde croyance en Turquie après l'islam sunnite. Les avis divergent sur leur nombre : officiellement, ils sont entre 10 et 15 % mais d’après les sources alévies ils représenteraient entre 20 à 25 % de la population nationale[14]. Les répressions exercées contre la communauté sous l'Empire ottoman[15] et la République ont provoqué chez les Alevis un sentiment de peur qui les a contraints à pratiquer leur culte en secret ou "Takiye". Aussi, tant que la liberté de conscience religieuse et politique ne sera pas totale en Turquie, aucune estimation ne pourra être totalement fiable. Les démographe et les universitaires avancent le chiffre de 15 à 20 millions[17].

Aujourd'hui, l'Islam alévi bektachi est officiellement ignoré par la Turquie. Il existe en Turquie une administration dédiée aux affaires religieuses, la « Présidence des affaires religieuses » ou « Diyanet ». Cet organisme étatique finance uniquement le culte musulman sunnite, les cultes non-sunnites doivent assurer un fonctionnement financièrement autonome[41], quand ils ne rencontrent pas d'obstacle administratif à ce même fonctionnement. Lors de la récolte de l'impôt, tous les citoyens turcs sont égaux. Le taux d'imposition n'est pas fonction de la confession religieuse. Toutefois, à travers la « Présidence des affaires religieuses » ou « Diyanet », les citoyens turcs ne sont pas égaux devant l'utilisation des recettes. La « Présidence des affaires religieuses », qui est dotée d'un budget de plus de 2,5 milliards de USD en 2012, ne finance que le culte musulman sunnite. Ainsi, les musulmans alevi bektachis participent au financement des mosquées et au paiement des salaires des imams sunnites alors que leurs lieux de culte, qui ne sont pas officiellement reconnus par l’État, ne reçoivent aucun financement.

En théorie, la Turquie, à travers le Traité de Lausanne de 1923, reconnaît les droits civils, politiques et culturels des minorités non musulmanes.
En pratique, la Turquie ne reconnaît que les minorités religieuses grecques, arméniennes et israélites sans pour autant leur accorder tous les droits cités dans le Traité de Lausanne.
Les musulmans alevi-bektachis et câferî[42], les catholiques latins et les protestants ne font l'objet d'aucune reconnaissance officielle.

À deux reprises, en 1966 et en 1996, des alévis ont mis sur pied un parti politique spécifique, le Parti de l'unité (1966-1981), qui a fait élire dix députés aux élections de 1969, un à celles de 1973 et aucun à celles de 1977, puis le Parti de la paix (1996-1999), qui a recueilli 0,25 % aux législatives de 1999 et s'est autodissout quelques mois plus tard. Le peu de considération du Parti républicain du peuple vis-à-vis des revendications spécifiques alévies en matière de reconnaissance et de subsidiation de leur culte faisait partie des motivations lors de la création du Parti de la paix, précédée en 1995 de celle du Mouvement démocratique de la paix.

Liste des pogroms ou massacres[modifier | modifier le code]

Politique d'assimilation[modifier | modifier le code]

Avant le règne de Yavuz Sultan Selim, la présence alévie en Anatolie est fortement corrélée avec la présence turkmène. Après les massacres perpétrés par Yavuz Sultan Selim, de nombreux turkmènes alévis se sont convertis au sunnisme pour avoir la vie sauve. Cette politique d'assimilation est poursuivie sous la république avec les cours de religion sunnite dans l'enseignement et le conditionnement de l’accès des localités alevis aux services et équipements publics à la construction de mosquée. Finalement, des provinces historiques de l'alevisme bektachisme (Thrace, Eskişehir, Afyon, Bilecik, Bursa, Sinop...) sont aujourd'hui majoritairement peuplées de turkmènes sunnites. Les traces de cette présence alevie se retrouve toujours dans le nom des localités et des rues (Pirler Mahallesi, Dedeler Sok, Erenler Sok...)[44],[45].

Albanie et Kosovo[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de chiffres officiels récents sur la population de la communautés bektachi. Les anciennes statistiques parlent de 150 000 (Kingsley, 1994:85) à 200 000 ménages[46] (Tomor, Interview, 1994) (statistiques de 1912 et 1967).

Les bektachi représentent environ 15 % de la population albanaise[46] soit 425 000 individus

  • Les bektachi sont principalement situés dans le sud de l'Albanie: Gjirokastër, Sarandë-Delvinës, Tepelen, Përmet, Kolonjë, Skrapar, Korçë, Devoll, Mallakastër, Vlorë, Leskoviku, Ersekë.
  • Les bektachis sont également présents dans le centre du pays : Krujë, Tiranë, Kavajë, Durrës, Lushnjë, Elbasan, etc.
  • Dans une moindre mesure dans le nord: Martaneshi, Dibër, Bulqizë, Shkodër.

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Selon des sources non officielles, les Alévis représentent entre 18-20% la population turcophone du pays, 13% selon les chiffres officiels.
Selon une enquête réalisée par Irène Mélikoff en 1985, le nombre d'alévis en Bulgarie est d'environ 90 à 100 000. Le recensement du 4 décembre 1992 dénombre 83 537 habitant qui se définissent comme alévis.
Ce chiffre est certainement sous-estimé dans la mesure où les qizilbash et les bektachi de Bulgarie ne se définissent pas en tant qu'alévi comme en Turquie.
La population alévie est concentrée dans les provinces de Razgrad, Ruse, Silistra et Sliven.

Grèce[modifier | modifier le code]

La communauté pomak, 30 000 habitants, est principalement de confession bektachi[47]

Chypre[modifier | modifier le code]

La population historique (hors migrations récentes) est principalement constituée de turkmènes alevis[48]. Entrés en révoltes contre le pouvoir central ottoman (XVI eme siecle) , ces derniers sont réprimés et déportés d’Anatolie vers Chypre où ils se convertissent majoritairement au sunnisme à la suite d'une politique d'assimilation. Aujourd'hui la communauté qui se déclare alevie de Chypre se monte à 30 000 âmes.

Macédoine[modifier | modifier le code]

La communauté alevis bektachi est estimée à 30 000 personnes[46] selon les autorités bektachi

Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

Budapest où se situe le tombeau de Gül Baba (mort en 1541). Également connu sous le nom Cafer, Gül Baba était un poète ottoman, un derviche bektashi et un proche du sultan Soliman le Magnifique.

Roumanie[modifier | modifier le code]

Iran, Irak et Azerbaïdjan[modifier | modifier le code]

Égypte[modifier | modifier le code]

Le couvent bektashi sur le Mokattan, au-dessus de la citadelle au Caire, est le seul établissement de l'ordre en Égypte. Une grande grotte dans l'enceinte du couvent abrite le türbe ou mausolée de Kaigousouz Sultan, le fondateur du couvent[49],[50].

Migrations contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Allemagne: entre 3,8 et 4,3 millions de musulmans vivent en Allemagne. Les alévis représentent 13% des musulmans suivis par les chiites avec environ 7%. La population alevi bektachi est estimée entre 500 et 625 000. En 2000, l'Allemagne accorde aux alévis le statut de « communauté religieuse »[51]
  • France: le nombre d’alévis est estimé entre 120 et 150 000 en 2012. Un grand nombre ont immigré en France dans les années 1970-80[52]. 80% des alevi bektachi ont la nationalité française[52].
  • Suisse: 40 000 à 50 000 alévis vivent en Suisse, la plupart sont d'origine turque. La première association alévi de Suisse a été créée en 1992 à Bâle[53]. Le parlement bâlois a accordé le 17 octobre 2012 la reconnaissance cantonale à la communauté alévie[54]
  • Royaume-Uni: l'école primaire "Enfield Prince of Wales" de Londres est la première école primaire au monde a dispenser un cours sur l'alevisme[55]
  • Pays-Bas: 50 000 alevis bektachi vivent aux Pays-Bas[56]
  • Belgique: les alevis sont estimés à 90 000 en Belgique[17]
  • Autriche: les alevis bektachi sont environ 60 000 en Autriche[57]. En 2010, l'État autrichien a officiellement reconnu l'alevisme comme un culte. Les cemevi ont un statut légal, les chefs religieux sont reconnus par l'État, les jours sacrés (kurban, ashura, Hizir et newroz) des alevis sont devenus des jours fériés, et des master sur l'alevisme sont mis en place[58]
  • Pays scandinaves: le FUAF (Fédération de l’Union des Alévis en France) recense 50 000 alevis en Scandinavie
  • Australie:
  • Canada:
  • États-Unis:

Synthèse sur la situation des alévis bektachis dans le monde[modifier | modifier le code]

Aire d’influence de l'alevisme bektachisme et du yesevisme qui promeut l'égalité entre les hommes et les femmes (Ahmed Yesevi ou Ahmed Yasavi est une grande figure de l'alévisme)
Situation des alevi bektachi dans le monde
Pays Reconnaissance officielle du culte Reconnaissance des chefs religieux Reconnaissance des jours sacrés (kurban, ashura, Hizir et newroz) comme jours fériés Enseignement de l'alévisme dans les programmes scolaires en tant que culte
Drapeau de la Turquie Turquie Non[59] Non[59]
Drapeau de l'Albanie Albanie
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de la Macédoine Macédoine
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Oui[51] Oui[60]
Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Autriche Autriche Oui[58] Oui[58] Oui[58] Oui[58]
Drapeau du Danemark Danemark Oui[61]
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis

Littérature[modifier | modifier le code]

Fontaine Yunus Emre à Türkenschanzpark à Vienne en Autriche.
Fuzûlî ou Mehmet Süleymanoglu Fuzulî est un poète turcophone du XVIe.

La littérature alévie a influencé profondément la littérature turque en général ainsi que la littérature chiite.

Les hymnes chantés avec ou sans accompagnement de bağlama (saz) sont appelés nefes (souffle). Les chants religieux et spirituels chantés avec le bağlama sont appelés deyiş (dit). Les cantiques traitant du martyr de Hussein sont appelés mersiye. Les cantiques qui racontent l'ascension céleste de Mahomet sont appelés miraçlama. Les cantiques adressés aux 12 imams sont appelés duvaz-imam (12 Imams en persan). Les cantiques traitant des cycles d'incarnation de prophétie et de sainteté sont appelés devriye (en arabe, dawr, révolution/cycle). Les cantiques psalmodiés le jour du Nevruz (Newroz) (21 mars) rappelant la naissance de Ali dans la Kaaba, du jour de la révélation prophétique, du mariage d'Ali et Fatima, sont appelés nevruziye.

Comme c'est une littérature très étendue dans l'espace et dans le temps, du Turkestan au Balkans, il faut la diviser par région et par siècle. La grande littérature alévie est née au XIIe siècle.

Au Turkestan son premier représentant est Ahmed Yesevi ou Ahmed Yasavi (XIIe siècle).

En Azerbaïdjan ses représentants sont :

En Iran:

En Anatolie nous avons :

Dans les Balkans les représentants sont :

Fuzuli était aussi un poète chiite. Nesimi, Yemini étaient en même temps des poètes Houroufis. Virani se considérait aussi poète Nusayris. Il y a aussi d'autres poètes alévis appelés halk ozanı c’est-à-dire « bardes du peuple » car ils n'ont pas été derviches ou abdals ; parmi eux, citons Köroğlu, Karacaoğlan, Kerem, Garip, Gevheri, Dadaloğlu.

Nefes Bektachi[modifier | modifier le code]

En turc:

« Zahid bizi tan eyleme
Hak ismin okur dilimiz
Sakın efsane söyleme
Hazrete varır yolumuz

Sayılmayız parmak ile
Tükenmeyiz kırmak ile
Taşramızdan sormak ile
Kimse bilmez ahvalimiz
 »

Essaie de traduction:

« Croyant ne nous dénigre pas
C'est le nom d'Allah qui sort de notre bouche
Ne vilipende pas après nous
Car c'est bien au prophète que mène notre voie

Tes doigts sont insuffisants pour nous compter
Tes destructions ne nous consumerons pas
Tes connaissances ne sont que ouie dire
Ne prétends pas connaitre notre voie »

Musique[modifier | modifier le code]

Le saz ou le « Coran à cordes »[modifier | modifier le code]

Saz ou Bağlama à manche long avec plectre.

Contrairement à l'islam sunnite et chiite qui se sont appuyés sur un financement officiel pour développer leur théologie, le saz et les ozan (chantres) ont joués un rôle primordial dans la transmission orale de la théologie Alévie Bektachie. Le saz est devenu un instrument sacré si bien que les alevi le considèrent comme le « Telli Kuran » c'est à dire le « Coran à cordes ». Les deyiş et nefes sont une forme d'interprétation du Coran et traitent de sujets tels que Allah, Mahomet, l'histoire de l'islam, l'Ahl al-Bayt, la bataille de Kerbala, les Douze Imams, la morale religieuse, ...

"Yedi ulu ozan", les septs sublimes poètes[modifier | modifier le code]

"Yedi ulu ozan", les Septs Sublimes Poètes sont les chantres qui par leur deyiş ont propagé la culture alevi-bektachi:

Liste des chantres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Roşan Lezgîn, Derheqê Edebîyata Kirmanckî (Zazakî) de, 2009
  2. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Barzan-Yassin-et-Meral-Oenal-aux-sources-de-la-musique-kurde-2014-01-21-1094239
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1980_num_35_3_282666
  4. http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/les-alevis-veulent-exister-en-turquie-05-06-2013-3151_118.php
  5. http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/5735/
  6. http://www.unesco.org/culture/ich/RL/00384
  7. Hacca gidip Kabe’yi ziyaret ederek Allah’ın evini ziyaret ettiklerini düşünen insanlara Alevi uluları yüzyıllardır Allah’ın gerçek evinin insanların kalbi olduğu gerçeğini haykırıyor.
  8. http://www.bibliomonde.com/donnee/turquie-les-minorites-religeuses-120.html
  9. http://www.alevi-fuaf.com/haber/2/6867/les-alevis-mobilises-pour-la-laicite/
  10. a et b En Turquie, de nombreux théologiens sunnites (non-alevi) comme Yaşar Nuri Öztürk dénoncent le règne des Omeyyades comme étant une tragédie pour l'Islam. En Turquie, la majorité des théologiens y compris sunnites, acceptent le fait que Yazid a fait tué Hussein à la bataille de Kerbela
  11. a et b En Turquie, avec le développement récent de théologies non officielles, même les théologiens sunnites rigoristes comme Cübbeli Ahmet Hoca dénoncent Yazīd Ier pour les oppressions qu'il fait subir à l'Ahl al-Bayt
  12. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Alevis/104723
  13. Seyit Dervis Tur, Erkânname, Can Yayinlari 153
  14. a et b Ali Kazancigil, Idées reçues [« La Turquie »], vol. 156, Le Cavalier Bleu,‎ 2008, 126 p. (ISBN 2-84670-195-4, lire en ligne), p. 49
  15. a et b http://books.google.fr/books?id=BOBLsh5z6owC&pg=PT203&dq=alevisme&hl=fr&sa=X&ei=0y1rUYWECKOL7AbNj4HgAw&ved=0CD0Q6AEwAw
  16. a et b Erwan Kerviel, La Verite Est Dans l'Homme - les Alevis de Turquie, Décembre 2011: Extrait: Faire un portrait des populations alévies est une entreprise difficile car elle se heurte à deux difficultés majeures : La «question alévie» est un enjeu politique de la plus haute importance en Turquie et selon les sensibilités des uns et des autres, les tendances à minimiser ou à exagérer le poids de l'Alévisme dans la société turque, rendent difficile une approche impartiale. De plus, l'ostracisme et les persécutions dont ont été victimes ces populations, les ont conduit depuis longtemps à la dissimulation de leurs croyances et au secret. La République Turque (Türkiye Cumhuriyeti), État laïc dans sa constitution, procure à ses citoyens une carte d'identité (Nüfus Cüzdani) où figure l'appartenance religieuse. Depuis 2006, il est autorisé de laisser vierge la case «religion» de la carte d'identité, mais il n'est pas permis d'y faire figurer le terme «alevi». Ne sont autorisées que les mentions «islam» (musulman sunnite), «rum ortodoks» {chrétien orthodoxe), «ermeni hristiyan» (chrétien arménien), «süryani» (chrétien syriaque), «keldani» (chrétien chaldéen), «nasturi» (chrétien nestorien), «dönme» (juifs sabbatéens). Aucune reconnaissance n'est donc admise pour la principale minorité de Turquie. Pire même. Nombreux sont les Alévis dont la carte d'identité est encore estampillée «islam». Enfin, les transformations économiques depuis les années 1950, l'exode rural qui les a accompagnées, les bouleversements politiques des différents coups d'états militaires (i960, 1971 et 1980) et les migrations internes et externes qui ont suivies, ont changé profondément la «géographie» de l'Alévisme. Combien de millions ? La Turquie compte actuellement 74 millions d'habitants et près de 4 millions et demi d'immigrés de Turquie vivent dans la Communauté Européenne. Une enquête du quotidien turc Milliyet de 2007 affirmait qu'il n'y avait pas plus de 5 millions d'Alévis en Turquie mais elle se basait sur un sondage de 48 000 personnes à qui on avait demandé à quelle communauté elles pensaient appartenir. Un second chiffre a été avancé par le MGK (Haut Conseil National de Sécurité: Armée) de 11 millions soit 15% de la population. Les deux estimations sont contredites par les démographes universitaires turcs qui donnent le chiffre de 15 à 20 millions soit 20 à 25% de la population, ce qui fait référence dans le domaine. Beaucoup d'Alévis continuent à pratiquer la dissimulation (takiye) par peur des persécutions. Il est donc assez peu probable qu'un membre de la communauté proclame haut et fort son appartenance, si ce n'est dans des régions ou des quartiers des grandes métropoles très majoritairement alévis. Comme l'avait dit assez justement Razihe Gunduz : «Et les Alévis ? C'est dans les pays européens que les Alévis ont pu dire qui ils étaient».
  17. a, b et c http://fr.calameo.com/read/000260618c8e655172c32
  18. Nedim Gursel, Sept Derviches, Seuil, 2010
  19. Ali Kazancigil, La Turquie, Le Cavalier Bleu,‎ 2008, 126 p. (ISBN 2-84670-195-4, lire en ligne), p. 50
  20. a et b http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1979_num_20_2_1359?_Prescripts_Search_tabs1=standard&
  21. Les voies d’accès à la Réalité dans le soufisme, Eric Younès Geoffroy
  22. http://www.alevi.org/alevi-ogretisi/dort-kapi-kirk-makam.pdf
  23. a, b, c et d http://books.google.fr/books?id=K-SAt7KxpnQC&pg=PA192&dq=alevisme&hl=fr&sa=X&ei=xjlrUZfmC9CAhQeS-4HwDg&ved=0CC8Q6AEwADgK#v=onepage&q=alevisme&f=false
  24. a, b, c, d, e et f http://www.cemvakfi.org.tr/hz-ali/hz-alide-ahlaksal-inancsal-kimlik/
  25. Yasar Nuri Ozturk, Kuran’daki İslam(1997), page 407
  26. Sourate 2 verset 136: Dites : «Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et aux Tribus ; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus ; à ce qui a été révélé aux prophètes par leur Seigneur, sans établir entre eux aucune différence. Et c’est à Dieu que nous sommes entièrement soumis.»
  27. a, b, c, d, e, f, g, h et i http://www.cemvakfi.org.tr/uncategorized/aleviler-ve-kuran-i-kerim/
  28. a et b Prof.Dr.Yasar Nuri Ozturk, théologien sunnite turc, Abbas Güçlü ile Genç Bakış
  29. http://www.frmtr.com/alevi-kulturu/4695875-musahiplik-nedir.html
  30. a, b et c http://books.google.fr/books/about/Sur_les_traces_du_soufisme_turc.html?id=N0DYAAAAMAAJ&redir_esc=y
  31. a et b Reportage « Bir yolun hikayesi Alevlik », TRT
  32. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Vidéo en turc: Kırklar Meclisi-Demi Muhabbet Programı Mustafa Cemil KILIÇ (Théologien) (2013) TV10
  33. a et b http://www.cemvakfi.org.tr/tum-haberler/5886/
  34. http://www.alevi-fuaf.com/
  35. Yasar Nuri Ozturk, Kuran’ın Temel Kavramları (1997), page 460
  36. Sinibaldo De Rosa, Aspects méthodologiques d’une étude ethnographique sur le semah des Alevi
  37. a, b, c, d, e, f, g et h Alevi Dualari Gülbanglari, Can Yaayinlari, Vaktidolu, 2003
  38. http://www.sosyalarastirmalar.com/cilt6/cilt6sayi27_pdf/iyiyol_fatih.pdf
  39. a et b http://www.academia.edu/4433599/ANADOLU_ALEVILIGINDE_GORGU_CEMI_ADIYAMAN_ORNEGI
  40. "Maraş Katliaminda Derin Tartisma" de ERTUĞRUL MAVİOĞLU dans le Journal Radikal du 07/01/2007
  41. Samim Akgönül, Religions de Turquie, religions des Turcs: nouveaux acteurs dans l'Europe élargie, Paris, L'Harmattan,‎ 2005, 196 p. (ISBN 978-2-7475-9489-9, LCCN 2006382557, lire en ligne), p. 69
  42. The World of the Alevis: Issues of Culture and Identity, Gloria L. Clarke
  43. http://www.alevi-fuaf.com/haber/1/9600/8-agustos-ta-zini-gedigi-anmasina-sizleri-de-bekleriz/
  44. http://www.alevikonseyi.com/alevi/19/29/39/49/389.html
  45. http://www.alevi-frankfurt.com/haber/datum/2009/09/23/sinop-alevileri.html
  46. a, b et c Center for Documentation and Information on Minorities in Europe - Southeast Europe (CEDIME-SE) MINORITIES IN SOUTHEAST EUROPE, Bektashis of Albania
  47. http://www.academia.edu/3111359/Alevi-Bektashi_communities_in_southeastern_Europe_spiritual_heritage_and_environmental_consciousness
  48. Savaş, Saim. XVI. Asırda Anadolu'da Alevîlik. Vadi Yayınları, 2002
  49. a, b, c, d et e Geographical Distribution of the Bektashi, F. W. Hasluck, The Annual of the British School at Athens, Vol. 21, (1914/1915 - 1915/1916), p. 84-124, Published by: British School at Athens
  50. http://weekly.ahram.org.eg/2000/511/special.htm
  51. a et b http://books.google.fr/books?id=TIfweHsRWu0C&pg=PA271&lpg=PA271&dq=in+2000,+the+Berlin+court+granted+Alevis+the+status+of++%22religious+community%22&source=bl&ots=JbiJa3r14r&sig=WDVDWo8Zcylq2jdbzcHqXAvgN34&hl=fr&sa=X&ei=7GJqUePKHoHeObWmgYAO&ved=0CFcQ6AEwBg#v=onepage&q=in%202000%2C%20the%20Berlin%20court%20granted%20Alevis%20the%20status%20of%20%20%22religious%20community%22&f=false
  52. a et b http://www.alevi-fuaf.com/contenu/51/fuaf/2/
  53. http://www.migraweb.ch/themen/religion/alevitische-gemeinschaften/
  54. http://www.kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=236423
  55. http://www.princeofwales.enfield.sch.uk/school-curriculum/extended-curriculum/re
  56. http://www.forum.nl/pdf/factbook-islam-en.pdf
  57. http://religion.orf.at/tv/stories/2540732/
  58. a, b, c, d et e http://www.aleviten.at/tr/?page_id=20
  59. a et b http://ovipot.hypotheses.org/6643
  60. http://www.alevifederasyonu.org.tr/index.php?option=com_content&view=article&id=1008:almanyada-orta-dereceli-okullarda-alevilik-dersi&catid=1:son-haberler
  61. http://www.islamicpluralism.org/389/denmark-recognizes-alevi-movement-as-an-independent-faith

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vidéo en turc: Kırklar Meclisi-Demi Muhabbet Programı Mustafa Cemil KILIÇ (Théologien) (2013) TV10
  • Fevzi Rencber, 40 Soruda Adiyaman’da geleneksel alevilik
  • Gokalp Altan "Une minorité chîite en Anatolie : les Alevî", In: Annales, Histoire, Sciences Sociales, 35e année, N. 3-4, 1980. p. 748-763.
  • Dimitri Kitsikis (1999). Multiculturalism in the Ottoman Empire : The Alevi Religious and Cultural Community, dans P. Savard & B. Vigezzi eds.[Quoi ?], Le multiculturalisme et l'histoire des relations internationales, Ottawa, Les Presses de l'Université d'Ottawa, 1999.
  • Jérôme Cler et Jean During, Cérémonie du djem Alevi.
  • Claude Cahen, Baba Ishaq, Baba Ilyas, Hadjdji Bektash et quelques autres, Turcica, 1, 1969, p. 53-64.
  • Irène Melikoff, Sur les traces du soufisme turc : recherches sur l'Islam populaire en Anatolie, Istanbul, Éditions Isis, 1992.
  • Irène Melikoff, Hadji Bektach : un mythe et ses avatars. Genèse et évolution du soufisme populaire en Turquie, Leiden, Pays-Bas, Brill, 1998.
  • Irène Melikoff, La communauté kizilbash du Deli Orman, en Bulgarie, Revue des études islamiques, 60, 1992.
  • Elise Massicard, L'autre Turquie — Le mouvement aléviste et ses territoires, PUF, 2005.
  • Erwan Kerivel, La vérité est dans l'homme - Les Alévis de Turquie, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]