Culture de la Corée du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Danseurs traditionnels au palais royal de Gyeongbokgung

La Corée du Sud partage sa culture traditionnelle avec celle de la Corée du Nord. La culture coréenne est influencée par celle de la Chine mais est essentiellement distincte. La culture traditionnelle a été également influencée par le bouddhisme et le confucianisme et a elle-même influencé la culture japonaise.

Depuis sa division en deux États séparés, les deux Corées ont développé des formes contemporaines distinctes de culture.

Traits de la culture traditionnelle[modifier | modifier le code]

La culture traditionnelle est imprégnée de trois systèmes de pensée, le chamanisme, le bouddhisme et le confucianisme.

Svastika moderne

Les lieux religieux y sont souvent signalés par un svastika.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique coréenne.

La musique traditionnelle coréenne, le Gugak, a des origines culturelles communes avec la Chine et le Japon. Le Gugak se distingue des autres musiques du Nord-Est asiatique par le fait que la musique coréenne ait 3 battements par mesure alors que les musiques chinoises et japonaises en ont seulement deux. Le Gugak peut être divisé en deux genres : le Jeongak, ou musique de Cour, et le Minsogak, ou musique folklorique.
Le Jeongak, la musique des nobles est lente, solennelle et sophistiquée alors que Minsogak, à l'instar de la musique paysanne, du pansori (chant folklorique narratif) et de la musique chamaniste, est rapide et dynamique.

Avec le temps, on voit apparaître un nouveau type de musique, qui vise plutôt les jeunes artistes. Cela s’appelle la Korean Pop Music, plus connue sous le nom de K-pop. Comme la Chine (C-pop) et le Japon (J-pop), cette musique fait le tour de l'Asie, et est même connue dans le monde.

Danse traditionnelle[modifier | modifier le code]

Les danses traditionnelles coréennes, comme la musique, peuvent également être classées en danses de cour et en danses folkloriques.

Cérémonie du thé en Corée.

Peinture traditionnelle[modifier | modifier le code]

La peinture traditionnelle coréenne, profondément enracinée dans l'esthétique orientale, est très différente de la peinture occidentale.

Costumes traditionnels[modifier | modifier le code]

Le costume traditionnel coréen, ou hanbok, aux couleurs vives, est inspiré des modèles portés pendant la dynastie Chôson (1392-1910). Pour les femmes, le hanbok est constitué d’une grande pièce de tissu attaché au niveau de la poitrine, formant une longue jupe, et d’une veste (source : [1], ainsi que des illustrations à l'adresse suivante [2]).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Cinéma coréen et Cinéma sud-coréen.

Le cinéma coréen est un des plus dynamiques au monde et domine la scène continentale en Asie, et plus particulièrement en Asie du Sud-Est. L'éclatement du cinéma sud-coréen et son déferlement sur l'Asie constitue le phénomène Hallyu (한류 en coréen), ce qui signifie en français 'la vague coréenne'.

Quelques cinéastes coréens ont réussi à se faire connaître en France et à l'international, par exemple Kim Ki-duk, avec des films comme Printemps, été, automne, hiver et... printemps (2003) ou Locataires (2005), ou encore Park Chan-wook, avec Oldboy (2003) ou Thirst, ceci est mon sang (Thirst) (2009).

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature coréenne.

La littérature coréenne ancienne a été inspirée par la littérature confucéenne chinoise. La poésie a longtemps été prisée.

Parmi les romanciers modernes, on peut citer Yi Munyŏl.

Pop culture coréenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pop culture coréenne.

Si la culture traditionnelle coréenne est très vivante, une culture populaire moderne s'est développée depuis la démocratisation du pays à la fin des années 1980. La pop culture coréenne atteint aujourd'hui les autres pays d'Asie, parallèlement à l'affermissement de la puissance économique de la dixième économie mondiale.

La mode pop coréenne ou hallyu (que l'on peut traduire par « vague coréenne ») s'étend du cinéma à la mode en passant par les cosmétiques. Elle est révélatrice de la nouvelle place d'un pays qui apparaît aujourd'hui comme symbole d'une nouvelle modernité.

Cette modernité reste toutefois enracinée dans une identité asiatique et parmi les valeurs fondatrices coréennes qui sont le moteur de cette réussite économique et culturelle, la première est le han qui exprime le sentiment des attentes déçues, mais aussi une obstination sans faille. Le « han » reste le trait spécifique majeur du tempérament national coréen, qui partage par ailleurs des valeurs, notamment confucéennes, avec son environnement asiatique.

Sport[modifier | modifier le code]

Le sport national est le baseball. Le sport électronique est le plus regardé après le baseball[1]. Les pratiquants sont nommés Gosu.

Fêtes et jours fériés[modifier | modifier le code]

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Nouvel an 새해(sae-hae) Les Coréens du Sud célèbrent la nouvelle année solaire et la nouvelle année lunaire. En plus du premier janvier, le 2 est également férié. Le premier jour de retour au travail après les vacances est habituellement un moment de discours enthousiastes pour l'année arrivant.
janvier-février Nouvel an lunaire 설날 (Seolnal) Premier jour du premier mois lunaire, ainsi que les jours précédent et suivant. Les Coréens célèbrent la nouvelle année solaire et la nouvelle année lunaire. Le jour avant et après le premier jour de la première nouvelle lune sont également des vacances, pour un total de trois jours. Pendant cette période les routes sont bloquées par les familles visitant leurs villes natales et les tombes de leurs ancêtres.
1er mars Jour du Mouvement d'Indépendance 삼일절 (samiljeol) Commémore un mouvement d'indépendance du pays entier qui a eu lieu le 1er mars 1919 en protestation contre la colonisation japonaise. Ce jour a marqué le commencement du mouvement coréen d'indépendance, avec une déclaration d'indépendance du colonialisme par des manifestants. En réponse, la police japonaise et les forces militaires ont tué et blessé des milliers de manifestants désarmés.
5 avril Jour des arbres 식목일 (Shikmokil) En raison de la dévastation et du déboisement résultant de la guerre de Corée, le gouvernement coréen a désigné le 5 avril le jour des arbres et en a fait un jour pour que tous les citoyens plantent des arbres et d'autres plantes. Des décennies plus tard, les forêts sont reboisées. De nos jours, les citoyens plantent des arbres et des fleurs et nettoient toujours les sommets et les secteurs environnants les montagnes, et le jour sert de rappel au respect de la nature et de l'environnement.
5 mai Jour des enfants 어린이날 (Eorininal) Le 5 mai représente un jour de célébration pour les enfants. Les parcs d'amusements, les zoos, et les parcs nationaux deviennent pleins de familles appréciant des vacances au printemps.
mai Naissance de Bouddha 부처님오신날 (Bucheonim oshinnal) Huitième jour du quatrième mois lunaire. Les moines bouddhistes parent le haut de leurs temples et y accrochent des lanternes colorées. Plusieurs des plus grands temples organisent également des festivals et des défilés.
6 juin Commémoration des morts pour la patrie 현충일 (Hyeonchungil) Le 6 juin est un jour réservé a la mémoire des combattants morts pour leur patrie. Des civils et les soldats sont honorés dans des cérémonies tenues dans tout le pays, particulièrement au cimetière national de Séoul.
17 juillet Jour de la constitution 제현절 (Jehyeonjeol) Le 17 juillet marque le jour où, en 1948, la constitution de la République de Corée fut proclamée. Ce jour de célébrations et de mémoire symbolise la pierre angulaire de la nouvelle république.
15 août Jour d'Indépendance (libération) 광복절 (Kwangbokjeol) Avec la reddition officielle du Japon aux forces alliées le 15 août 1945, les 35 années de colonisation de la Corée par les Japonais s'est terminée. le 15 août 1948 marque également l'établissement de la République de Corée.
septembre-octobre Récoltes 추석 (chuseok) Quatorzième, quinzième et seizième jours du huitième mois lunaire. Le festival des moissons de la pleine lune est semblable aux vacances américaines de Thanksgiving. Ce sont les plus importantes de toutes les vacances coréennes, et un total de trois jours laisse le temps aux familles de visiter leurs villes natales. Semblables aux vacances lunaires de nouvelle année, les membres de la famille rendent visite à leurs parents vivants et aux tombes de leurs ancêtres. Les membres de la famille échangent des cadeaux et jouent à des jeux spéciaux.
3 octobre Fête nationale (fondation) 개천절 (Kaecheonjeol) Selon la légende, le dieu-roi Tan-gun a fondé le royaume de Choson en -2333. Ce jour remplit les citoyens d'une fierté nationaliste pour plus de 4 000 ans d'histoire.
25 décembre Noël 성탄절 (seongtanjeol) Bien que pas encore autant commercialisé que Noël en France, le grand nombre de chrétiens coréens assure que c'est un moment de célébration. De plus en plus d'entreprises ont commencé la mise en place de décorations et la vente de cartes de Noël de modèle occidental. En raison de sa proximité à la fin de l'année, beaucoup de Sud Coréens préfèrent donner des cadeaux de nouvelle année au lieu des cadeaux de Noël.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Donald N. Clark, Culture and Customs of Korea, ABC-CLIO/Greenwood, 2000, 232 p. (ISBN 978-0-31336-091-6)
  • (en) Yoo Myeong-jong, Lee Ji-hye et Jeon Sung-young (phot.), 100 cultural symbols of Korea : 100 windows showcasing Korea, Discovery media, Séoul, 2008, 167 p. (ISBN 978-89-956091-6-3)
  • (fr) Charles Haguenauer, Études coréennes, Collège de France, Centre d'études coréennes, L'Asiathèque, 1980, 213 p. (sélection d'articles publiés entre 1928 et 1956)