Les Ancizes-Comps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comps.
Les Ancizes-Comps
Le viaduc des Fades.
Le viaduc des Fades.
Blason de Les Ancizes-Comps
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Didier Manuby
2014-2020
Code postal 63770
Code commune 63004
Démographie
Gentilé Ancizois
Population
municipale
1 606 hab. (2014)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 34″ nord, 2° 48′ 48″ est
Altitude Min. 444 m
Max. 742 m
Superficie 21,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Les Ancizes-Comps

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Les Ancizes-Comps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Ancizes-Comps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Ancizes-Comps
Liens
Site web ancizes-comps.eu

Les Ancizes-Comps est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les Combrailles et bordée par la Sioule.

Six communes sont limitrophes des Ancizes-Comps[1] :

Communes limitrophes des Ancizes-Comps
Saint-Priest-des-Champs Sauret-Besserve Saint-Georges-de-Mons
Miremont Ancizes-Comps
Saint-Jacques-d'Ambur Chapdes-Beaufort

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Les Ancizes sont situées à 13 km de Manzat et à 17 km de Pontaumur.

L'accès à l'A89 est à 18 km en direction de Paris ou Lyon et à 21 km en direction de Tulle, par les échangeurs 27 ou 26.

La commune est traversée par plusieurs routes départementales[1] :

  • la D 19, reliant Pontaumur et Miremont à l'ouest-sud-ouest, Saint-Georges-de-Mons et Manzat au nord-est ;
  • la D 19b, reliant la D 419 près de la voie ferrée à la D 19 via un site industriel ;
  • la D 61, reliant Les Ancizes (chef-lieu, carrefour avec les D 19 et D 62) à Saint-Jacques-d'Ambur ;
  • la D 62, reliant Saint-Priest-des-Champs au nord-ouest aux Ancizes (chef-lieu, carrefour avec les D 19 et D 61) et entre la D 19 et Chapdes-Beaufort ;
  • la D 62b, liaison reliant la D 19 à la D 62 ;
  • la D 419, liaison desservant la gare des Ancizes - Saint-Georges à la commune voisine de Saint-Georges-de-Mons.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Depuis le 9 décembre 2007, la ligne de Lapeyrouse à Volvic, reliant les gares de Clermont-Ferrand et de Montluçon-Ville par Volvic, est fermée pour « raison de sécurité ». La gare des Ancizes - Saint-Georges n'est donc plus desservie et la gare la plus proche est maintenant la gare du Vauriat située à 14 km. Des autocars TER Auvergne n'ont repris que partiellement l'itinéraire. Il n'est plus possible d'aller jusqu'à Montluçon-Ville mais quelques autocars relient Les Ancizes - Saint-Georges aux gares de Volvic et de Durtol-Nohanent ainsi qu'à Saint-Éloy-les-Mines.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 958 logements, contre 919 en 2008. Parmi ces logements, 80,1 % étaient des résidences principales, 5,2 % des résidences secondaires et 14,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 88,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 11,2 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 74,7 %, en hausse par rapport à 2008 (69,5 %). La part de logements HLM loués vides était de 12,9 % (contre 8,3 %)[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques :

  • feu de forêt[2] : le risque concerne certaines vallées dont celles de la Sioule et de la Viouze[3] ;
  • inondation[2] : le risque concerne le bassin de la Sioule[3] ;
  • mouvements de terrain[2] ;
  • phénomènes liés à l'atmosphère et météorologiques[2] ;
  • séisme : la commune est en zone de sismicité faible (niveau 2)[2]. Une station du réseau pédagogique « Sismo à l'École » est installée dans le collège[4] ;
  • rupture de barrage[2] ;
  • risque industriel (aciéries Aubert et Duval[3]) ;
  • transport de matières dangereuses[2] (routes départementales 19 et 62[3]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu fut transféré en 1885 de Comps aux Ancizes[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres : le maire, cinq adjoints et treize conseillers municipaux[AC 1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995   André Neyrat    
mars 2001 mars 2014 Pascal Estier FG Architecte
mars 2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Didier Manuby[6]   Collaborateur parlementaire

Rattachements[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, la commune a fait partie du district de Riom de 1793 à 1801, puis de l'arrondissement de Riom depuis 1801[5] ; ainsi que du canton de Manzat de 1793[5] à 2015.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Elle dépend, depuis le redécoupage des cantons du département de 2014, du canton de Saint-Georges-de-Mons[7].

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune des Ancizes-Comps dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme et des tribunaux administratif, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand, ainsi que du tribunal d'instance de Riom[8].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes Manzat communauté, puis depuis le de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune adhère au SICTOM de Pontaumur-Pontgibaud, assurant la collecte des déchets en porte-à-porte[AC 2].

Une déchèterie est implantée dans la commune[AC 2].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les Ancizes-Comps et la commune voisine de Saint-Georges-de-Mons sont jumelées avec :

  • Sinzing, commune de Bavière (sud de l'Allemagne), depuis le 4 juin 1995 (le serment de jumelage est signé par André Neyrat, maire de la commune à l'époque ; et l'acte est officiellement signé le jour de la Pentecôte de 1996)[AC 3] ;
  • San Mateo de Gállego (Espagne) depuis juillet 2005[AC 4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Ancizois et les Ancizoises.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 606 habitants, en diminution de -8,49 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
811 685 905 879 941 878 905 1 058 997
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
883 822 851 885 849 824 858 897 924
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
992 1 059 906 833 850 883 1 065 1 167 1 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 776 1 900 1 983 1 985 1 910 1 821 1 817 1 755 1 606
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (32,9 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (24 %) et au taux départemental (26,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Toutefois, le taux (50,4 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune des Ancizes-Comps[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
2,3 
10,3 
75 à 89 ans
15,7 
18,6 
60 à 74 ans
18,7 
25,5 
45 à 59 ans
24,3 
17,6 
30 à 44 ans
16,2 
12,4 
15 à 29 ans
11,1 
15,4 
0 à 14 ans
11,8 
Département du Puy-de-Dôme[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
75 à 89 ans
10,6 
16 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune des Ancizes-Comps dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Les élèves suivent leur scolarité à l'école maternelle[AC 5], à l'école élémentaire[AC 6] puis au collège situé dans la commune et géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme[AC 7].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède également un stade municipal, en accès libre et gratuit, comprenant un terrain de basket-ball, un terrain de rugby, des courts de tennis. La piscine intercommunale est située sur la commune limitrophe de Saint-Georges-de-Mons[AC 8].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 1 000 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,8 % d'actifs dont 68,5 % ayant un emploi et 7,3 % de chômeurs[a 5].

On comptait 2 056 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 693, l'indicateur de concentration d'emploi est de 296,5 %, ce qui signifie que la commune offre environ trois emplois par habitant actif[a 6].

625 des 693 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 90,2 %) sont des salariés[a 7]. 52,3 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait 91 entreprises : neuf dans l'industrie, quinze dans la construction, quarante-deux dans le commerce, les transports, l'hébergement et la restauration, six dans les services aux entreprises et quinze dans les services aux particuliers[a 9].

En outre, elle comptait 99 établissements[a 10].

Industrie[modifier | modifier le code]

L'usine sidérurgique d'Aubert et Duval est le principal employeur de la ville. La création de cet établissement au début du XXe siècle tient à deux facteurs favorables : la production d'électricité par la Compagnie hydro-électrique d'Auvergne sur les cours d'eau environnants, et la construction d'une liaison ferroviaire de Lapeyrouse à Volvic grâce au viaduc des Fades[AC 9], qui permettent d'acheminer facilement l'énergie et les matières premières nécessaires aux processus industriels.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux commerces et services, dont un point d'alimentation générale, une boucherie, deux boulangeries-pâtisseries, ainsi qu'un supermarché à l'enseigne Netto[AC 10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune compte trois hôtels-restaurants (dont deux Logis de France) et deux restaurants[AC 10] ainsi qu'un camping (Camping du Viaduc des Fades)[AC 11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • École de musique (Union Musicale en Combrailles)[AC 12].
  • Cinéma La Viouze[AC 13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Le Conseil Municipal » (consulté le 3 avril 2017).
  2. a et b « Environnement » (consulté le 4 avril 2017).
  3. « Historique du jumelage » (consulté le 25 février 2017).
  4. « Jumelages en Europe » (consulté le 25 février 2017).
  5. « Ecole maternelle (rue des Fades) » (consulté le 3 avril 2017).
  6. « Ecole élémentaire (rue des Ecoles) » (consulté le 3 avril 2017).
  7. « Collège Départemental » (consulté le 3 avril 2017).
  8. « Equipements sportifs » (consulté le 4 avril 2017).
  9. « Les Aciéries AUBERT&DUVAL » (consulté le 25 février 2017).
  10. a et b « Commerces Entreprises- Artisans » (consulté le 4 avril 2017).
  11. « Camping ** du Viaduc des Fades » (consulté le 4 avril 2017).
  12. « Ecole de Musique » (consulté le 4 avril 2017).
  13. « Cinéma La Viouze » (consulté le 4 avril 2017).

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 3 avril 2017).
  2. a, b, c, d, e, f et g « Résultat de la recherche : Les Ancizes-Comps », sur macommune.prim.net (consulté le 6 avril 2017).
  3. a, b, c et d « Les Ancizes-Comps - Document communal d'information sur les risques majeurs » [PDF], sur macommune.prim.net, Mairie des Ancizes-Comps, (consulté le 6 avril 2017).
  4. « Dossier départemental sur les risques majeurs du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 6 avril 2017).
  5. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 13 juillet 2014).
  7. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  8. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 6 avril 2017).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population en 2013 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 6 avril 2017).
  13. archives du club
  14. « Eglise Notre-Dame de Comps », notice no PA00091861, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 4 avril 2017).
  15. « Chartreuse du Port-Sainte-Marie (également sur commune de Chapdes-Beaufort) », notice no PA63000001, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 4 avril 2017).