Saint-Georges-de-Mons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Georges-de-Mons
Image illustrative de l'article Saint-Georges-de-Mons
Blason de Saint-Georges-de-Mons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Camille Chanséaume
2014-2020
Code postal 63780
Code commune 63349
Démographie
Gentilé Saint-Georgiens
Population
municipale
2 019 hab. (2014)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 25″ nord, 2° 50′ 22″ est
Altitude Min. 440 m – Max. 869 m
Superficie 34,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Mons

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Mons
Liens
Site web ville-st-georges-de-mons.fr

Saint-Georges-de-Mons est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Georges-de-Mons est située dans les Combrailles, au nord-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Six communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Saint-Georges-de-Mons
Sauret-Besserve Queuille Vitrac
Saint-Georges-de-Mons Manzat
Les Ancizes-Comps Chapdes-Beaufort

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située « aux confins de la chaîne des Dômes », « sur un plateau cristallin ». Son altitude moyenne est de 715 mètres[SGM 1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les gorges de la Sioule bordent la commune à l'ouest

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'est en ouest par la route départementale 19, reliant Combronde et Manzat à l'est aux Ancizes et à Pontaumur. Le centre-ville est traversé par la route départementale 419 ; il existe aussi une D 419a[1].

La route départementale 90 relie Volvic (au droit de la gare) au centre-ville de Saint-Georges-de-Mons via le lieu-dit Les Richards, puis entre le lieu-dit Bel Horizon à la commune limitrophe de Queuille[1].

Le territoire communal est également traversé par les routes départementales 61 (vers Vitrac), 62a (liaison de la D 62 aux Girauds, commune de Chapdes-Beaufort, à la D 90 aux Richards) et 416 (vers le village de Champelbot)[1].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

  • Gare des Ancizes - Saint-Georges, sur le territoire de la commune voisine des Ancizes-Comps, sur la ligne de Lapeyrouse à Volvic suspendue à tout trafic, coupant la route départementale 90 aux Richards.
  • Halte des Richards

Transports en commun[modifier | modifier le code]

  • Liaison régionale d'autocars entre Clermont-Ferrand et Les Ancizes - Saint-Georges.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 195 logements, contre 1 134 en 2008. Ces logements sont majoritairement des résidences principales (78,8 %). Les résidences secondaires représentent une part de 6,1 % et les logements vacants 15,1 %. 82,7 % de ces logements sont des maisons individuelles et 10,4 % des appartements[INS 1].

La part des logements occupés par les propriétaires s'élève à 68,7 %, en hausse par rapport à 2008 (63,6 %). Celle des HLM loués vides s'élève à 12 %, stable[INS 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mons-le-Libre[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal, formé à la suite des élections municipales de 2014, comprend dix-neuf élus : le maire, cinq adjoints et treize conseillers municipaux[SGM 2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1983 Jean Cosson DVD  
1983 1989 Christian Ginieix DVD  
1989 2001 Jean Blanc DVG  
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Camille Chanséaume[3] PS  

Rattachements[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Saint-Georges-de-Mons dépendait du district de Riom de 1793 à 1801 puis de l'arrondissement de Riom depuis 1801, et du canton de Manzat de 1793[2] à mars 2015.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage des cantons du département, la commune est le bureau centralisateur d'un canton de vingt-huit communes[4].

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Au niveau judiciaire, Saint-Georges-de-Mons dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme et des tribunaux administratif, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand, ainsi que du tribunal d'instance de Riom[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-de-Mons a intégré la communauté de communes Manzat communauté le . Celle-ci se substitue notamment au syndicat intercommunal à vocation multiple des Ancizes/Saint-Georges[SGM 3]. Depuis le , la commune fait partie de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge.

La commune adhère également au syndicat mixte pour l'aménagement et le développement des Combrailles (SMADC), créé en 1985, siégeant à Saint-Gervais-d'Auvergne et regroupant 102 communes du nord-ouest du département du Puy-de-Dôme[SGM 4].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le SICTOM de Pontaumur-Pontgibaud assure la collecte des déchets pour la commune de Saint-Georges-de-Mons. La déchèterie la plus proche est située aux Ancizes-Comps[SGM 5].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-de-Mons est jumelée avec[SGM 6] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 019 habitants, en diminution de -8,27 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 143 1 080 1 281 1 359 1 409 1 530 1 571 1 572 1 526
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 525 1 483 1 536 1 545 1 536 1 560 1 558 1 527 1 507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 525 1 512 1 527 1 432 1 682 1 519 1 566 1 643 1 832
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
2 303 2 476 2 567 2 689 2 451 2 260 2 187 2 100 2 019
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (30,4 %)[INS 3] est en effet supérieur au taux national (24 %) et au taux départemental (26,2 %).

À l'inverse des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est inférieure à la population masculine. Le taux, de 49,9 %, est inférieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune de Saint-Georges-de-Mons[INS 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
10,1 
75 à 89 ans
13,6 
18,5 
60 à 74 ans
17,5 
23 
45 à 59 ans
22,1 
17,9 
30 à 44 ans
18,4 
12,8 
15 à 29 ans
12,2 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 
Département du Puy-de-Dôme[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
75 à 89 ans
10,6 
16 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'académie de Clermont-Ferrand. Les élèves commencent leur scolarité à l'école maternelle puis à l'école élémentaire publique de la commune, puis poursuivent au collège des Ancizes (commune limitrophe des Ancizes-Comps)[SGM 7].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Activités sportives : trois parcours de santé[SGM 8].
  • Piscine communautaire[SGM 8].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Église
  • Mosquée, aux Ancizes-Comps[SGM 9].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 1 244 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,2 % d'actifs dont 66,1 % ayant un emploi et 8 % de chômeurs[INS 5].

On comptait 682 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 826, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 82,5 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[INS 6].

La majorité de ces emplois sont des emplois ouvriers (39 %, soit 277 emplois sur 711). Les employés étaient 22,2 % et les professions intermédiaires 21 %[INS 7]. Par secteur d'activité, la majorité des emplois (45,6 %) émane de l'industrie[INS 8].

752 des 826 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 91,1 %) sont des salariés[INS 9]. 30 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[INS 10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Georges-de-Mons comptait 76 entreprises : huit dans l'industrie (dont UKAD), quatorze dans la construction, vingt-neuf dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, quatorze dans les services aux entreprises et onze dans les services aux particuliers[INS 11].

En outre, elle comptait 92 établissements[INS 12].

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Aciéries Aubert et Duval, sur la commune voisine des Ancizes-Comps[SGM 10].
  • Usine UKAD : vente de produits en titane pour l'aéronautique[SGM 10].
  • Sibylux : éclairages nouvelle génération[SGM 10].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Il existe dans la commune un commerce d'alimentation générale (enseigne Vival), un supermarché (enseigne Super U)[SGM 11].

La commune compte également trois restaurants : celui de l'auberge Le Saint-Georges, au chef-lieu[10] ; un restaurant-pizza, aux Richards[10], et une pizzeria, à La Croix de Pierre[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait un hôtel deux étoiles (Auberge Le Saint-Georges[11]) de neuf chambres[INS 13]. Un gîte, à La Bussière[SGM 12], ainsi que des chambres d'hôtes, à Genestouze[SGM 12], sont implantés dans la commune[11].

Le camping municipal, ouvert de mai à septembre[SGM 12], non classé selon l'Insee[INS 14] ou deux étoiles selon la communauté de communes[11], comprend 48 emplacements au [INS 14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque municipale[SGM 13].
  • École de musique (Union Musicale Les Ancizes/Saint-Georges)[SGM 14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Georges-de-Mons Blason Parti au 1 d'argent à la croix de gueules, au 2 d'azur à la crosse d'or posée en pal, au chef de gueules chargé d'un croissant d'argent, accosté de deux coquilles d'or.
Détails L'origine du blason de la commune est la suivante :
  • La croix de gueules est l'attribut de saint Georges, patron de la commune. Elle symbolise également le carrefour des provinces qu'est Saint-Georges-de-Mons. Dans l'étymologie du toponyme, le mont (« Mons ») fait référence à la situation élevée du territoire.
  • La crosse et l'étui de crosse rappellent qu'un important prieuré, fondé par les bénédictins de Mozac, a existé de 1169 à la Révolution.
  • Le chevron, les coquilles et le croissant sont repris sur les armes des familles Ytier de Montfaucon (château de Courteix), Forget et du Puy-de-Dienne (château de Gourdon) qui furent seigneurs du lieu[SGM 15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2013.
  8. EMP T8 – Emplois selon le secteur d'activité.
  9. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  10. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  11. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  12. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  13. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  14. a et b TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Situation géographique » (consulté le 4 avril 2017).
  2. « Maire, adjoints et conseillers » (consulté le 3 avril 2017).
  3. « MANZAT COMMUNAUTE » (consulté le 4 avril 2017).
  4. « S.M.A.D.C. Pays de Combrailles » (consulté le 4 avril 2017).
  5. « SICTOM PONTAUMUR / PONTGIBAUD - LE TRI » (consulté le 4 avril 2017).
  6. « Jumelages » (consulté le 3 avril 2017).
  7. « Etablissements scolaires » (consulté le 3 avril 2017).
  8. a et b « Activités sportives » (consulté le 4 avril 2017).
  9. « Cultes religieux » (consulté le 3 avril 2017).
  10. a, b et c « Industries » (consulté le 4 avril 2017).
  11. « Commerces » (consulté le 4 avril 2017).
  12. a, b et c « Accueil - Hébergement » (consulté le 4 avril 2017).
  13. « Activités culturelles » (consulté le 4 avril 2017).
  14. « Ecole de musique » (consulté le 4 avril 2017).
  15. « Blason » (consulté le 3 avril 2017).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Géoportail (consulté le 3 avril 2017).
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 13 juillet 2014).
  4. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme, sur Légifrance.
  5. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 5 avril 2017).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population en 2013 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 5 avril 2017).
  10. a, b et c « Saint-Georges-de-Mons », Découverte / Hébergement-Restauration / Liste de prestataires par communes / Restauration, sur manzat-communaute.fr, Communauté de communes Manzat Communauté (consulté le 5 avril 2017).
  11. a, b et c « Saint-Georges-de-Mons », Découverte / Hébergement-Restauration / Liste de prestataires par communes / Hébergement, sur manzat-communaute.fr, Communauté de communes Manzat Communauté (consulté le 5 avril 2017).