Rassemblement bleu Marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rassemblement Bleu Marine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RBM.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Rassemblement bleu Marine
Image illustrative de l'article Rassemblement bleu Marine
Organisations politiques concernées Front national (FN)
Souveraineté, identité et libertés (SIEL)
Patrie et citoyenneté (PeC)

Présidents à l'Assemblée nationale Groupe des non-inscrits
Présidents au Parlement européen Marine Le Pen (ENL)
Marcel de Graaff (ENL)
Représentation à l'assemblée nationale
2 / 577
Représentation au Sénat
2 / 348
Représentation au Parlement européen
23 / 74
Idéologie Souverainisme
Euroscepticisme
Antimondialisme
Nationalisme
Protectionnisme
Interventionnisme
National-républicanisme
Étatisme
Populisme
Patriotisme
Couleurs Bleu

Site Web rbmfrance.com

Le Rassemblement bleu Marine (RBM) est une coalition politique française de partis souverainistes, à vocation électorale, annoncée par Marine Le Pen le à Paris au congrès fondateur du parti Souveraineté, identité et libertés (SIEL), et lancée officiellement le 8 mai suivant. Elle associe différents partis et personnalités se revendiquant comme patriotes.

Cette coalition est fondée dans le cadre de la campagne des élections législatives de 2012 par le Front national (FN) de Marine Le Pen, aux côtés notamment du SIEL de Paul-Marie Coûteaux, de l'Entente républicaine (ER) de Jacques Peyrat, du Rassemblement républicain de Jean-Yves Narquin, et avec le soutien (sans participation) du Parti de l'in-nocence de Renaud Camus. Dans le cadre des élections législatives de 2012, le Rassemblement bleu Marine fait élire deux députés : Marion Maréchal-Le Pen, dans le Vaucluse, et Gilbert Collard, dans le Gard. À sa création en 2013, le parti Patrie et citoyenneté (PeC) présidé par Bertrand Dutheil de la Rochère, ancien chevènementiste, intègre la coalition. Ce dernier en devient le trésorier.

Parmi les organisations membres du RBM, le SIEL est le seul parti autre que le FN à avoir une vie militante.

Historique[modifier | modifier le code]

Préalable de l'« union des nationaux »[modifier | modifier le code]

D'après l'universitaire Valérie Igounet, le Rassemblement bleu Marine s'inscrit dans la lignée de nombreuses tentatives par le FN de s'affranchir « de sa dénomination lors d'élections diverses pour, justement, parvenir à élargir son spectre politique »[1]. Le politologue Jean-Yves Camus estime que le rôle attribué par Marine Le Pen au mouvement « est largement similaire à celui que son père avait donné en 1986 au Rassemblement national : regrouper celles et ceux qui, au sein de la droite conservatrice dite « de gouvernement », acceptent de faire campagne sur les idées frontistes sans en endosser l’étiquette, puis de siéger dans le même groupe que des frontistes tout en entretenant la fiction leur indépendance »[2].

En 1972, la constitution du Front national obéit à cette logique d'« union des nationaux » dans la perspective d'échéances électorales (en l'occurrence, les élections législatives de 1973). Le FN des débuts coalise par un consensus large symbolisé par Jean-Marie Le Pen, différentes structures[Lesquelles ?] autour d'Ordre nouveau (ON), son groupe fondateur. Il rencontre des succès plus ou moins inégaux et pérennes. Ainsi, le Parti national populaire de Roger Holeindre, constitué en 1970, rejoint le Front national dès sa fondation, Holeindre devenant l'un des cadres nationaux du mouvement durant près de quarante ans. Inversement, l'adhésion espérée du Mouvement pour la justice et liberté de Georges Bidault, successeur de Jean Moulin au Conseil national de la Résistance et ancien président du Conseil sous la Quatrième République, comme composante de départ du Front national, fait long feu, et achoppe au bout de quelques jours.

D'autres tentatives, souvent infructueuses, peuvent être également mentionnées, à l'instar du Regroupement nationaliste, unissant éphémèrement l'Œuvre française (OF) de Pierre Sidos au Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) de Jean-Gilles Malliarakis, en 1982. Ces initiatives sont cependant éloignées sur un plan doctrinal du postulat de départ du Rassemblement bleu Marine et présentent peu de rapports autres qu'organisationnels.

La démarche du Rassemblement bleu Marine est à rapprocher de la perspective, durant l'élection présidentielle de 2007, de l'« Union des patriotes » (ou « Union patriotique ») unissant autour de la candidature de Jean-Marie Le Pen et du Front national, un certain nombre de partis et des personnalités dits de droite nationale : Mouvement national républicain (MNR) de Bruno Mégret et Parti populiste (PP) de Christian Perez, notamment. Pour autant, l'Union des patriotes, appelée par le Front national en 2006 lors de son traditionnel discours du 1er mai[réf. nécessaire], et lancée le 20 décembre[3] suivant par une rencontre officielle entre Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret à Montretout, dans les Hauts-de-Seine, échoue dans les mois qui suivent et n'aboutit pas à une réconciliation durable entre les hommes et les mouvements ; le MNR constituant une scission du FN de l'époque des élections européennes de 1999.

Si la similitude entre Union des patriotes et Rassemblement bleu Marine est patente, dans sa perspective explicite de la réunion de toutes les forces patriotes et « nationales » — c'est-à-dire nationalistes — elle en diffère toutefois par deux aspects majeurs. Ainsi, l'Union des patriotes s'adresse prioritairement aux anciens scissionnistes du FN, dans l'équivalent d'une « paix des braves ». Le Rassemblement bleu Marine et Marine Le Pen ont depuis plusieurs années coupé les ponts avec ces derniers, renforcés dans leur choix par la constitution en 2011 d'une Union de la droite nationale (UDN), confédération rivale autour de Carl Lang, artisan d'une scission supplémentaire au sein du Front national durant la campagne des élections européennes de 2009 en créant le Parti de la France.

Par ailleurs, l'Union des patriotes a la vocation implicite de constituer en réalité davantage une union de la seule droite nationale[réf. nécessaire] qu'une union des Français, qu'ils soient de droite ou de gauche — selon les termes mêmes de Bruno Mégret[réf. nécessaire], partisan de cette union dans le cadre, d'un « Epinay de la droite nationale », sur le modèle du congrès constitutif de l'actuel Parti socialiste, en 1971 —. Inversement, Marine Le Pen et le Rassemblement bleu Marine prétendent dépasser le clivage traditionnel entre droite et gauche, dans l'établissement d'un rassemblement large, s'adressant y compris à la gauche, notamment chevènementiste.

Fondation[modifier | modifier le code]

Marine Le Pen à la tribune d'un meeting organisé à Paris, le 1er juin 2012.

D'après Valérie Igounet, « ce qui doit être considéré comme une association politique tient son nom de l’association Énergie Bleu Marine, de Robert Ottaviani, directeur national adjoint du Front national de la jeunesse (FNJ) dans les années quatre-vingt et chanteur du défunt groupe de rock identitaire de la mouvance skinhead, Ultime Assaut : l'association Rassemblement Bleu Marine (RBM) est déclarée à la préfecture de l’Essonne, en octobre 2008. Son objet est la « défense de l’identité et de la nation française ainsi que le soutien à la candidature nationale à l’élection présidentielle de 2012 » »[1].

L'idée de la constitution d'une coalition politique agrégeant le Front national à d'autres mouvements et des personnalités proche, dans le cadre des élections législatives de 2012, est consécutive à l'élection de Marine Le Pen à la présidence du FN, le 16 janvier 2011[réf. nécessaire], au Congrès de Tours. À ce titre, et en même temps qu'est préparée la campagne présidentielle de 2012, le bureau politique du Front national valide par ses votes le un « gel » de 30 % des circonscriptions législatives[réf. nécessaire] — environ cent quatre-vingt — pour des « candidats d'ouverture » non encartés au FN, dans le cadre d'un « Rassemblement national ».

Jean-Yves Camus souligne que le RBM s'adresse « en premier lieu aux souverainistes de droite regroupés au sein de Souveraineté, identité et libertés (SIEL) », dans lesquels Marine Le Pen voit « un vivier de choix », l'arrivée de Paul-Marie Coûteaux ayant « permis au RBM d’enregistrer le ralliement de souverainistes de gauche attachés auparavant aux idées du sénateur de Belfort, ce qui légitime la stratégie frontiste consistant à se présenter comme le seul authentique défenseur des valeurs républicaines et sociales, en particulier l’égalité, le patriotisme et la laïcité »[2]. Il précise cependant que le RBM « fonctionne comme une sorte d’organisation-parapluie qui abrite sous son toit plusieurs sensibilités idéologiques dont le FN, tout à sa stratégie de dédiabolisation, ne souhaite pas assumer la présence en son sein même » : il évoque ainsi l'adhésion au RBM de militants monarchistes, identitaires ou nationalistes-révolutionnaires[2].

Aux élections législatives de juin 2012, le Rassemblement bleu Marine parvient à faire élire deux députés « marinistes », Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, respectivement dans le Vaucluse face à Jean-Michel Ferrand et le Gard face à Étienne Mourrut[4]. C'est la première fois depuis 1997 et l'élection de Jean-Marie Le Chevallier que le Front national, composante de ce rassemblement, obtient des sièges à l'Assemblée nationale.

L'hypothèse d'un changement de nom du Front national - parti fondateur - au profit du nom de « Rassemblement bleu Marine » est évoquée par un certain nombre de commentateurs[Lesquels ?], ce à quoi le Front national et Marine Le Pen répondent que, si réflexion il y a, elle n'est pas à l'ordre du jour et que seuls les adhérents du Front national demeurent décisionnaires sur le nom de leur mouvement[réf. nécessaire]. Cependant, Gilbert Collard, l'un des deux députés du Rassemblement bleu Marine, favorable à un tel changement de nom, évoque sa « solitude contre la collectivité »[5] dans la mesure où, selon lui, la majorité du Front national serait hostile à l'éventualité de ce changement. Pour sa part, le porte-parole du Rassemblement bleu Marine, Florian Philippot, estime, le 6 juillet 2012 sur BFMTV que « le changement de nom, c'est un peu esthétique, et ce n'est pas ça qui compte, c'est la politique qui compte, c'est le fond. »[réf. souhaitée]

Élections législatives de 2012[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des élections législatives de 2012, le Rassemblement bleu Marine présente 572 candidats[6], parmi lesquels une cinquantaine font figure de candidats « d'ouverture » ou « d'union », non encartés officiellement au Front national, voire membre d'aucun des partis fondateurs du RBM. Il est significatif, à ce titre, que le terme de « candidat d'ouverture » symbolise en fait « d'ouverture par rapport au FN », marquant combien le FN est l'artisan premier du RBM (selon les termes de Marine Le Pen, son « aiguillon moteur »[réf. nécessaire]).

La plus grande majorité de ces candidats proviennent de Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL), parti allié au Front national à partir de en vue des élections législatives. Les membres de ce parti souverainiste se revendiquant du gaullisme sous la présidence de Paul-Marie Coûteaux (par ailleurs candidat dans la Haute-Marne), sont eux-mêmes issus d'un spectre politique assez large, du villiérisme au chevènementisme[réf. nécessaire], en passant par le RIF, ancien parti de Paul-Marie Coûteaux, le MNR, scission du FN, plus rarement, des partis « institutionnels » (Karim Ouchikh est un ancien du PS, Xavier Renaud, ancien du RPR). Parmi les plus emblématiques de ces candidats d'ouverture, figurent notamment l'un des deux députés élus du Rassemblement bleu Marine, Gilbert Collard, et Jean-Yves Narquin, frère de l'ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot, et un des rares maires du RBM (avec Christian Alexandre, maire de Héronchelles et Jean-Jacques Adoux, maire de Le Hamel).

Parmi les candidats non membres du Front national, il est possible de citer :

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des élections municipales de 2014, le Rassemblement bleu Marine présente plus de 500 candidats.

Critiques et pérennité[modifier | modifier le code]

Marine Le Pen indique le 2 juillet 2012, au micro de Jean-Jacques Bourdin, qu'elle souhaite inscrire le Rassemblement bleu Marine dans la pérennité[9].

L'écrivain Renaud Camus, l'un des principaux soutiens du rassemblement et président du Parti de l'in-nocence, est le premier à constater dans l'intitulé de cette coalition la connotation d'un culte de la personnalité[10]. Ce constat est également pointé par le journaliste Alain Duhamel[11], qui est lui-même repris par Patrick Cohen à ce propos[12].

Début 2014, le président-fondateur du SIEL, Paul-Marie Coûteaux, estime que le Rassemblement Bleu Marine (RBM) est encore largement une « coquille vide ». Il souhaite que le RBM ne devienne pas le « rassemblement du FN avec le FN » mais bel et bien qu'un large rassemblement national et, grosso modo, une union des droites patriotiques s'opère autour du Front national. Renaud Camus indique de son côté que « le seul vrai clivage sépare les remplacistes des antiremplacistes, et [qu']il passe au sein du FN »[13].

Le 19 janvier 2016, Louis Aliot, vice-président du Front national, annonce au journal L'Indépendant qu'« il a été décidé, à l'échelon national, de dissoudre l'ensemble des RBM », qui deviendront « un label électoral, un logo sur les bulletins de vote ou les professions de foi ». Il précise que la transformation du RBM en parti politique était trop compliqué par rapport au Front national[14]. Le chercheur Alexandre Dézé indique que le RBM « a été dissous en janvier 2016 pour n’être plus qu’un label potentiellement réutilisable »[15].

En 2016, le journaliste Laurent de Boissieu constate que l'objectif d'« élargissement politique du FN » par le RBM en direction à la fois des souverainistes de gauche et de droite « est un échec » compte tenu de la confidentialité des mouvements concernés ("Patrie et Citoyenneté", "Mon Pays la France", "Agir pour la France"), à l'exception du SIEL qui a changé d'orientation en passant du souverainisme à la mouvance identitaire[16]. La même année, le journaliste Dominique Albertini considère que le RMB est « resté un simple croupion du FN » et « ne s’est finalement distingué ni par son insolence ni par son attractivité. Il ne compterait qu’un peu plus de 4 000 adhérents directs et, outre le Front, ne rassemble à cette heure que trois modestes mouvements : «Souveraineté, identité et libertés» (Siel), «Patrie et citoyenneté» et «Mon Pays la France ». L'étiquette « bleu Marine » est en revanche largement utilisée par le FN[13].

Organisation[modifier | modifier le code]

Les modalités d'organisation du Rassemblement bleu Marine ne sont pas pleinement fixées au terme des élections législatives de 2012. À l'initiative du SIEL, est prévue un « Forum national des droites » (sous l'intitulé premier d'« Assises de la refondation de la droite »[réf. souhaitée]), du 5 au 7 octobre 2012, à Dourdan, en Essonne. Cette réunion nationale — en fait, la première Université d'été du SIEL — se veut être l'occasion de discuter la pérennité du Rassemblement bleu Marine, dont le SIEL est l'un des partis fondateurs, depuis la campagne présidentielle de 2012. Le programme de ce Forum national des droites est à ce titre explicite sur la « préparation des municipales (de) 2014 »[17] dont il est probable qu'elle se constitue à la faveur d'alliances avec le Front national.

L'organisation du Rassemblement bleu Marine demeure plusieurs mois temporaire après son lancement, le temps que cette structure « officieuse » soit en réalité constituée en association Loi 1901, le 26 septembre 2012, dans le sillage de l'Université d'été du Front national, l'un de ses mouvements fondateurs. Conséquemment au dépôt des statuts du Rassemblement bleu Marine, un premier organigramme est enfin connu.

Les personnes physiques autant que morales peuvent adhérer au Rassemblement bleu Marine. Ainsi, le Front national, Souveraineté, identité et libertés et Patrie et citoyenneté y adhèrent. Cette liste ne semble pas exhaustive et appelle donc éventuellement au ralliement d'autres formations politiques proches. Si des mouvements politiques ont déjà rejoint le Rassemblement bleu Marine, les personnes physiques ne peuvent y adhérer que depuis le 4 février 2013 (initialement, l'ouverture des adhésions est annoncée pour le 1er janvier 2013, puis repoussée).

L’objet de l’association Rassemblement bleu Marine est de « rassembler l’ensemble des patriotes attachés à la souveraineté du peuple français et au respect des valeurs de la République française ».

En avril 2016, Aurélien Legrand, ancien membre du Nouveau Parti anticapitaliste, membre du FN depuis 2014 et vice-président du groupe frontiste au conseil régional d'Île-de-France, est promu délégué général (numéro 3 et « cheville ouvrière ») à la place de Jean-Yves Narquin, mis à l'écart en raison d'une condamnation et de propos polémiques[18],[16]. Pour le journaliste Laurent de Boissieu, « cette nomination permet principalement de promouvoir une nouvelle personnalité qui avait prouvé ses compétences lors de la campagne des élections régionales et qui est pleinement sur la ligne de Marine Le Pen »[16].

Structures membres[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Narquin, maire RBM de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher).
  • Le Front national (FN), mouvement fondateur du Rassemblement bleu Marine, présidé par Marine Le Pen. C'est elle-même qui annonce la constitution de ce rassemblement, au congrès fondateur de Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL), le 24 mars 2012 à Paris. Le RBM présente 510 candidats aux élections législatives de 2012.
  • Souveraineté, identité et libertés (SIEL), parti souverainiste de droite, présidé par Paul-Marie Coûteaux puis Karim Ouchikh. Il rejoint le Rassemblement bleu Marine dans le cadre de son congrès fondateur, le 24 mars 2012. Le SIEL présente une quarantaine de candidats aux élections législatives françaises de 2012. À la faveur de l'alliance FN-SIEL aux élections législatives de 2012, la double adhésion est permise entre ses deux mouvements. Ainsi, Xavier Renaud, secrétaire national du SIEL, et également membre du FN. Le 29 février 2016, le bureau politique du FN supprime la possibilité de la double adhésion FN-SIEL en expliquant déplorer "les multiples conséquences négatives résultant de cette dérogation"[19].
  • Patrie et citoyenneté (PeC)[20], présidé par l'ex-chevénementiste Bertrand Dutheil de La Rochère[21]. Annoncé fin septembre 2012, il rejoint officiellement le Rassemblement bleu Marine le 4 octobre suivant[22].
  • Mon Pays la France, structure créée en 2015 par Jacques Clostermann, administrateur du RBM[23].
  • Des personnalités indépendantes. Le RBM compte aussi en effet une dizaine de candidats dits « d'ouverture », souvent non encartés. Parmi eux, Gilbert Collard, avocat médiatique et président du comité de soutien à Marine Le Pen durant l'élection présidentielle française de 2012, Olivier Eyraud, conseiller général de l'Ain (élu UMP) depuis 1995, Catherine Blein, ancienne chargée de mission du secrétariat général du RPR, puis attachée de presse du Bloc identitaire (BI), candidate à Guingamp, ou encore Nathalie Huiart, ancienne responsable Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) en Picardie.

Structures proches (non adhérentes au RBM)[modifier | modifier le code]

Alliances électorales[modifier | modifier le code]

Florian Philippot, promoteur d'un rapprochement avec Debout la France.

Dans le cadre de la campagne législative de 2012, le postulat de base du Rassemblement bleu Marine est de concrétiser la coalition de mouvements ayant déjà soutenu, durant les élections présidentielles de 2012, la candidature de Marine Le Pen, c'est-à-dire le Front national (FN) et Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL). C'est la première fois, depuis la constitution du Rassemblement national en 1986 (aboutissant à l'élection de trente-cinq députés « FN-RN » et la constitution d'un groupe parlementaire, présidé par Jean-Marie Le Pen), que le Front national fait alliance avec d'autres forces politiques dans le cadre d'une campagne législative.

La question d'une éventuelle intégration au Rassemblement bleu Marine de Debout la France (DLF), le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan, a parfois été posée[24], notamment en vue des élections européennes de 2014. Cependant, DLF a déclaré, par la voie de son président, ne vouloir faire aucune alliance en vue de ces élections, en affirmant être "dans une stratégie d'indépendance totale"[25].

Marine Le Pen s'est également dit d'accord d'apporter son soutien à des élus divers droite ou divers gauche qui apporteraient leur soutien au Rassemblement bleu marine.

Collectifs[modifier | modifier le code]

Le RBM dispose de plusieurs collectifs thématiques[26],[27],[28] :

  • « Audace » (jeunes actifs), avec Antoine Mellies et Thibaut Monnier[29],[30],[31],[32],[33] ;
  • « Banlieues Patriotes » avec Jordan Bardella[34] ;
  • « Belaud-Argos » (protection animale) avec Sophie Montel et le soutien de la fondation Brigitte Bardot[35];
  • « Culture, libertés et création » (CLIC)[36], avec Marie Céhère[37], Sébastien Chenu, Pauline Decot[38], Karim Ouchikh et Gabriel Robin[39],[40],[41],[42] et soutenu par Brigitte Bardot ;
  • « Marianne » (étudiants ; devait initialement s'intituler « Bara »[43]), avec David Masson-Weyl et Yacine Zerkoun puis Daniel Auguste[44],[45],[46] ;
  • « Mer et Francophonie » (COMEF)[47], avec Loup Viallet, Gwenaël Blancho et Alex Frederiksen[48],[49] ;
  • « Nouvelle Écologie », avec Philippe Murer, Éric Richermoz et Gauthier Bouchet[50],[51],[52] ;
  • « Racine » (enseignants), avec Yannick Jaffré et Alain Avello[53],[54] ;
    • Racine-lycées (antenne lycéenne) avec Mohamed Boudia[55].

Internet[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement bleu Marine existe tout d'abord avant tout sur Internet et les réseaux sociaux, avant d'être mis en place sous la forme d'une association. Un premier site Internet, rassemblementbleumarine.fr, est mis en ligne le 15 mai 2012, dans le cadre de la campagne législative, reprenant notamment un trombinoscope complet de tous les candidats RBM. Un second site « professionnel », rbmfrance.com, lui succède le 4 octobre 2012, précisant les premières modalités d'adhésion à ce qui est, entre temps, devenue une association officiellement déclarée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Valérie Igounet, « Le FN va-t-il changer de nom ? », sur blog.francetvinfo.fr/derriere-le-front,‎ (consulté le 23 juin 2015)
  2. a, b et c Jean-Yves Camus, « A quoi sert le Rassemblement Bleu Marine? À intégrer ceux que le FN dédiabolisé n'assume plus », sur Slate,‎ (consulté le 14 mars 2016).
  3. Mégret apporte son soutien à Lepen Article de www.lemonde.fr, publié le 21 décembre 2006, consulté le 11 juin 2014
  4. « Assemblée nationale. Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard font leur entrée », sur ouest-france.fr,‎ (consulté le 3 juillet 2012)
  5. « Changement de nom du FN. Gilbert Collard évoque sa « solitude » », sur ledauphine.com,‎  : « Faut-il changer le nom du FN ? « Je pense que oui mais tout le Front national pense que non », a répondu l’avocat, qui n’appartient pas au FN. « Alors une fois de plus, c’est la solitude contre la collectivité », a ajouté le député du Gard. »
  6. 572 candidats "bleu marine" aux législatives, dont 289 femmes Article de www.lemonde.fr, publié le 21 mai 2012
  7. Martine Furioli-Beaunier n'est pas membre du Front national mais en a reçu l'investiture pour ce scrutin (voir « Législatives (5e circo du 84) : la candidate FN décide de se retirer "pour faire barrage à la gauche" », sur le site de La Provence (AFP),‎ ).
  8. http://www.siel-souverainete.fr/umps/4-umps/195-xavier-renaud-du-rbm-llump-est-perdue-meme-scindee-en-douzer.html
  9. [vidéo] « Bourdin 2012 : Marine Le Pen », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 3 juillet 2012) : « Ce rassemblement, cette cellule de réflexion qui va voir monsieur Coûteaux du SIEL aux côtés de Gilbert Collard, aux côtés de Bertrand Dutheil de la Rochère qui est venu du chevénementisme, aux côtés bien entendu des dirigeants du Front national a vocation à continuer à exister, à réfléchir, à discuter, et à attirer à lui, à nouveau, des personnalités qui auraient envie dans les mois ou les années qui viennent de nous rejoindre. »
  10. Dans son ouvrage Vue d’œil
  11. Dans un article de Libération
  12. Sur France Inter
  13. a et b Dominique Albertini, « FN, l’impasse du Rassemblement bleu Marine », sur liberation.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016).
  14. http://www.lepoint.fr/politique/louis-aliot-annonce-la-dissolution-du-rassemblement-bleu-marine-18-01-2016-2011054_20.php
  15. Alexandre Dézé, « L'organisation partisane du FN : le changement dans la continuité », Pouvoirs, no 157,‎ (lire en ligne).
  16. a, b, c et d Laurent de Boissieu, « FN light pour les timides ou FN de demain : où en est le Rassemblement Bleu Marine ? », sur Atlantico,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  17. « Université de rentrée du SIEL. Forum national des droites », sur siel-souverainete.fr,‎ (consulté le 3 août 2012)
  18. Pauline Théveniaud, « FN : Marine Le Pen promeut un transfuge... du NPA de Besancenot », sur Le Parisien.fr,‎ (consulté le 28 avril 2016).
  19. « Le FN affaiblit son allié le Siel en rendant impossible l'appartenance aux deux formations », sur citoyens-et-français .fr (consulté le 23 mars 2016)
  20. http://www.patcit.fr/
  21. Le monde.fr 27/09/2011
  22. http://www.frontnational.com/author/bertranddutheil/
  23. «Mon Pays la France», nouvelle structure dans l'orbite du RBM, Le Figaro, 23 avril 2015
  24. Marine Le Pen veut renforcer l’ancrage local du FN, élargissement du Rassemblement bleu Marine Article de www.la-croix.com, mis à jour le 4 octobre 2012
  25. [1] Conseil national du 2 février 2013 de Debout La République
  26. « Au Front national, on joue collectifs », slate.fr.
  27. « Les collectifs du FN, on en est où? », europe1.fr.
  28. « Le FN développe son sens des collectifs », liberation.fr.
  29. « FN : Marine Le Pen lance un collectif pour les jeunes actifs », lepoint.fr.
  30. Article de L'Opinion, jeunesactifs-patriotes.fr.
  31. « Collectif Audace: quand le FN drague les jeunes actifs », lesinrocks.com.
  32. « Antoine Mellies : «Combattre l’exil des jeunes actifs français» », politiquemagazine.fr.
  33. Site
  34. http://www.lopinion.fr/edition/politique/fn-jordan-bardella-devient-m-banlieues-53933
  35. http://www.lepoint.fr/politique/le-fn-s-interesse-a-la-condition-animale-brigitte-bardot-applaudit-07-03-2016-2023564_20.php
  36. « Le Front national à la conquête de la culture avec "Clic" », rtl.fr.
  37. « Marine Le Pen enrôle des artistes », lejdd.fr.
  38. « Une "plume" du ministère de la Culture nommée secrétaire générale adjointe du collectif culture du FN », lelab.europe1.fr.
  39. « RBM: Chenu à la tête du "collectif culture" aux côtés de Collard », tempsreel.nouvelobs.com.
  40. « Sébastien Chenu tient samedi la première réunion du collectif culture du RBM », lefigaro.fr.
  41. « Quand le FN entend le mot “culture”, il dégaine son collectif », lesinrocks.com.
  42. Site
  43. « Le FN prépare le collectif «Bara» pour investir le monde étudiant », lefigaro.fr.
  44. « Le Front national lance le collectif Marianne pour conquérir les étudiants », etudiant.lefigaro.fr.
  45. Daniel Auguste, nouveau Président du Collectif Marianne http://www.frontnational.com/2016/05/daniel-auguste-nouveau-president-du-collectif-marianne/
  46. « L’équipe », sur www.collectifmarianne.fr (consulté le 10 août 2016)
  47. [2]
  48. [3]
  49. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/06/03/25006-20150603ARTFIG00005-la-galaxie-des-collectifs-thematiques-du-fn.php
  50. « Le FN invente "l'écologie patriote": la préférence nationale lave plus vert que vert », huffingtonpost.fr.
  51. « Le Front national se met au vert », lefigaro.fr.
  52. Site
  53. « Avec le collectif Racine, le Front national tente d'attirer à lui les enseignants », lemonde.fr.
  54. Site
  55. « VIDEO. À 14 ans, ce militant FN crée un collectif lycéen », leparisien.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]